Portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud (salon d'Apollon, Versailles)

Entre le chercheur de droit divin et le développeur à éthique de conviction

Portrait de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud (salon d'Apollon, Versailles)

Dans les projets numériques en sciences humaines et sociales, de nombreux corps de métier se rencontrent. Outre les chercheurs eux-mêmes et les différentes fonctions qu'ils occupent (chercheur, chefs de projet, etc), ces projets font appel à des ingénieurs de recherche ayant des savoir-faire différents (texte, statistiques, administration réseau et serveurs, développement).

L'une des tâches les plus dures est de faire cohabiter tous ces corps de métier. Elle revient - lorsque les projets sont de grande ampleur - à des "médiateurs", souvent des chercheurs avec une culture numérique forte ou des ingénieurs qui ont croisé les sciences humaines et sociales à un moment de leur parcours.

La plupart des projets numériques en sciences humaines et sociales se passent sans problème et chacun apprend de l'autre. Les chercheurs et ingénieurs en position de médiation doivent jouer leur rôle d'interprète - faire comprendre les besoins des uns, les contraintes techniques et de temps, souvent, des autres, traduire le langage et le vocabulaire des uns et des autres. Le point important ici est le dialogue entre les corps de métier et les personnes impliquées dans le projet. Si les besoins du chercheur priment, la réponse des ingénieurs ne peut être que discutée avec lui. Il n'y a pas d'application objective et simple à un besoin lorsque l'on développe un logiciel. Il y a des choix techniques à faire, qui imposent un cadre, rendant certaines options faciles et d'autres plus difficiles pour la suite. Il y a des logiques, des algorithmes à concevoir, à documenter, qui ont des conséquences pour le chercheur. Tout ceci doit être discuté, à tous les stades du développement du projet.

Il existe pourtant deux idéaux-types de participants à ces projets qui peuvent les faire échouer et qui sont difficilement gérables par les médiateurs, quel que soit leur talent: le chercheur de droit divin et le développeur à éthique de conviction.

Le chercheur de droit divin

Le chercheur de droit divin, sûr de son fait - il est le fleuron de la société -, exprime ses besoins et ses demandes sous la forme d'ordre plus ou moins affirmés, s'en va et revient six mois plus tard en s'étonnant que les ingénieurs n'aient pu développer quoi que ce soit de satisfaisant. Il se lamente alors: les techniciens ne peuvent le comprendre et sont incapable d'appréhender toute la complexité de son travail.

Si on interroge ses capacités techniques, soit il est persuadé de pouvoir faire mieux que les développeurs - mais confond souvent un tableur et une base de donnés -, soit il rappelle qu'il n'est qu'un historien.

La manière de procéder du chercheur de droit divin ne peut fonctionner, car aucune des décisions liées au développement ne peuvent être prises correctement, les besoins, exprimés sous forme d'ordres, du chercheur ne pouvant être interprétés par les ingénieurs faute de dialogue. L'explicitation des besoins est nécessaire pour définir des fonctionnalités qui marcheront comme le souhaite le/les chercheurs.

Le développeur à éthique de conviction

Après avoir fait appel à une image rappelant la notion de légitimité traditionnelle, restons chez Max Weber: l'éthique de conviction.

Toutefois il y a une opposition abyssale entre l'attitude de celui qui agit selon les maximes de l'éthique de conviction – dans un langage religieux nous dirions : "Le chrétien fait son devoir et en ce qui concerne le résultat de l'action il s'en remet à Dieu" –, et l'attitude de celui qui agit selon l'éthique de responsabilité qui dit : "Nous devons répondre des conséquences prévisibles de nos actes" [...] Lorsque les conséquences d’un acte fait par pure conviction sont fâcheuses, le partisan de cette éthique n’attribuera pas la responsabilité à l’agent, mais au monde, à la sottise des hommes ou encore à la volonté de Dieu qui a créé les hommes ainsi.1

Le développeur à éthique de conviction agit selon ses propres idées, sans écouter les besoins des utilisateurs, ou formule ces derniers a priori, sans réellement interroger les premiers concernés. Le résultat est rarement une réussite. Alors, le développeur à éthique de conviction accuse l'utilisateur d'être indigne de son logiciel et incapable de l'utiliser. Notons qu'il arrive quand même qu'un utilisateur puisse être de mauvaise foi. Mais pas tous. Le problème, c'est qu'un logiciel ne s'impose pas à des utilisateurs contre leur volonté. Ce comportement fait aller un projet dans le mur.

*

Ces deux idéaux-types peuvent faire échouer un projet humanités numériques. Il est difficile de les contrer. Le seul moyen qui existe est d'ouvrir des espaces de dialogue, de montrer que l'implication de chacun est nécessaire, de mettre chacun devant ses responsabilités. Et d'espérer être entendu.

  1. in Le savant et le Politique, Plon, coll. 10-18, Paris, 1993, p. 172 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion au sujet de « Entre le chercheur de droit divin et le développeur à éthique de conviction »

  1. Marion Lamé

    J'ai beaucoup aimé les deux archétypes : ils sont très justes. Je les ai tous rencontrés. J'ai vu des dizaines de milliers d'euro dépensés en rencontre ou pour l'insertion de données dans des bases de données relationnelles au format propriétaire, faute de réussir à poser la problématique de numérisation au-delà de la dichotomie « penseur » / « développeur ». La solution aussi me semble essentielle : tisser le dialogue. Il serait souhaitable également de distinguer, même si dans la pratique ces activités peuvent se superposer, le développeur, le chercheur et les personnes qui feront des recherches spécifiques pour améliorer les techniques et technologies informatiques dédiées et dont les résultats seront ensuite repris, et au besoin, adaptés par différents développeurs sur différents projets. Si je faisais une métaphore avec la médecine, je dirais : une équipe qui réussit une technique chirurgicale (une transplantation ou autre) a le mérite d'être la première et la reconnaissance des paires. Ensuite, espérons, elle diffuse la connaissance technique nouvellement acquise ; cette connaissance sera probablement ensuite améliorée par d'autres et, souhaitons-le, appliquée. Si je prends, en informatique, l'exemple des treebanks (représentation et traitement numérique de la syntaxe d'un texte), je vois difficilement comment leur application aux textes antiques peuvent être le fruit d'un dialogue entre le chercheur en histoire qui a besoin de développer son projet de numérisation et le développeur. Les treebank sont un instrument spécifique de la linguistique. Ils n'étaient pas adaptés aux langues anciennes jusqu'à peu - les linguistes ont rarement une formation de philologues antiquisants. Et il y a encore des progrès à faire. Les treebanks ne sont qu'un maillon d'un projet de publication numérique et scientifique de sources textuelles plus ample - en soi, ce n'est pas très excitant de fonder un projet de numérisation sur le seul treebank, il n'y a pas de quoi se battre le flanc ; il y a un besoin : celui de trouver comment faire pour utiliser les concepts du treebank aux textes antiques, si je prends mon point de vue d'antiquisante comme exemple. Le projet de numérisation et son développeur doivent pouvoir, un jour, à terme disposer du treebank, comme des langages de programmation, des langages de codifications ou des schémas afférents. Pour cela, ce sont des chercheurs dédiés, qui connaissent *très bien* le latin, le grec et leurs civilisations, et qui *renoncent* à faire des recherches dans ces champs spécifiques, qui se forment sur la représentation et l'expression formelle sans devenir ni mathématicien ni informaticien, pour se dédier à des recherches en humanités numériques. Si on raisonne en mode projet, alors le dialogue est le point de départ - et je trouve cela triste que des équipes en soient encore à découvrir les vertus du dialogue au XXIe siècle. Si on raisonne en terme de recherche, alors on cherche comment faire, et surtout comment le faire bien, dans les règles de l'art, en respects des exigences scientifiques et des techniques et technologies informatiques. À ce stade, embryonnaire, il faut souvent renoncer aux objectifs de vitrine sous la forme d'un projet de publication scientifque numérique et il faut en contrepartie des espaces de publication de ces prototypes, espaces de publication qui auront du mal à tenir sur le papier, de fait. Les modèles mathématiques en trois dimensions ne s'épanouissent pas dans les deux dimensions du papier, par exemple. S'il n'y a personne pour se dédier à ces recherches et aucun lieu pour en rendre compte, les diffuser pour que le travail soit reconnu et respecté, ce sont des maillons nécessaires aux spécificités des objets scientifiques - la syntaxe est quelque peu importante au texte, antique ou autre, non ? - qui dorment dans des tiroirs, qui sont indisponibles pour des communautés scientifiques qui en ont besoin, faute de chercheurs compétents pour s'y consacrer et les adapter à des langues spécifiques. Heureusement, ce n'est plus le cas du treebank pour les langues anciennes : les travaux sont en cours et prometteurs ; le gros du travail a été fait pour les textes, car ce sont les philologues qui ont pris le problème en main (cf. Perseus Project). Les inscriptions, quant à elles, attendent encore. Des recherches spécifiques de ce type, qui mettent le doigt sur un aspect de la numérisation, trop spécifiques pour intéresser les informaticiens et pas assez spécifiques pour intéresser les chercheurs en SHS, il y en a trop. La vie d'un seul homme n'y suffirait pas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">