Histoire des relations internationales et histoire diplomatique

Le miroir de nos faiblesses?

Google. Notre entrée, la plupart du temps, sur le web. Le dieu tout-puissant des années 2000 et 2010. Google, qui, naïvement, mais peut-être aussi dangereusement, s'interdit de "faire le mal". Google, qui, très critiquée de longue date1, est une société difficile à cerner. Dans les années 1980, Microsoft pouvait être facilement remise en cause: ses produits étaient souvent de piètre qualité. Dans le cas de Google, il faut comprendre un Janus, tantôt ouvert, tantôt fermé. Google peut facilement mettre à mort des sites web par milliers et du jour au lendemain en changeant son algorithme (ce qui arrive régulièrement). Google qui édite Google Scholar à la méthodologie contestable, Google Books dont la finalité n'est pas certaine, et qui privatise la culture mondiale. Google, qui a du mal à trouver des adversaires à sa hauteur dans le domaine culturel.

Histoire des relations internationales et histoire diplomatique

Occurrences des termes "Histoire des relations internationales" et "Histoire diplomatique" dans le corpus français de Google Books.

La firme de Moutain View - pour utiliser une périphrase pauvre et usée - est toutefois habituée, finalement, au quantitatif. Cherchez "histoire des relations internationales" et le moteur vous renvoie 11 millions de résultats. Comparez "histoire diplomatique" et "histoire des relations internationales" sur Google Ngram et vous obtenez un graphique qui mesure les occurrences de ces deux expressions dans un corpus de livres français aux contours indéfinis - "Search a lot of books" dit Google Ngram, dans une très grande imprécision. Très grande imprécision, mais très grande utilité: la représentation ci-contre montre que les tensions internationales des années 1880 et 1890 encouragent les publications liées à l'histoire diplomatique - à cette époque considérée comme de savants montages de diplomates ingénieux sans rapport à ce qui se passe dans les pays, sociétés, États... Cette poussée de l'histoire diplomatique, après une légère baisse puis stabilité, continue avec la Première Guerre mondiale, redescend pendant l'entre-deux-guerres, puis remonte avec la Seconde Guerre mondiale.

On constate également que l'expression "histoire des relations internationales" apparaît au XIXe siècle, mais n'est que peu utilisée avant les années 1950. À partir de là, l'histoire diplomatique reste l'expression la plus utilisée, mais l'histoire des relations internationales émerge... Lorsque l'on regarde de plus près - et aucun historien des relations internationales ne sera étonné - cela s'explique par la sortie de la série sur l'histoire des relations internationales dirigée par Pierre Renouvin. Ce n'est pas qu'un changement d'expression, mais un changement complet de paradigme - on passe d'une histoire des diplomates à une histoire profondément ancrée dans ce que Duroselle et Renouvin ont appelé dans les années 1960 "les forces profondes2" - les mouvements religieux, sociaux, idéologiques...

Ceci est fort intéressant, montre une très grande puissance de Google, mais Google Ngram et une grande partie des logiciels et services de Google restent fondés sur la mise à disposition de données et d'outils pour les exploiter.

La création du Google Cultural Institute change la donne. Basé à Paris, il a déjà réalisé un certain nombre de projets dont certains sont impressionnants (Google Art Project par exemple). Cette fois, ces projets exploitent des données fournies par Google, pré-digérées et fournies au public sous forme d'expositions virtuelles. La semaine dernière, une grande étape a été franchie: six millions de documents - essentiellement des photographies du fond de Life Magazine, cela dit - ont été mis à disposition du public. Tous sont disponibles et atteignables par mots-clés, certains sont organisés en expositions en ligne.

Ce n'est pas Google qui a créé les expositions, mais des partenaires - chercheurs, musées... - dont Yad Vashem ou le Nelson Mandela Centre of Memory. Il s'agit de documents organisés, facilement regardables, à "disposition" du public. Certains historiens ont aussi mis la main à la pâte.

Quand l'on regarde de près, de nombreuses critiques peuvent être émises:

  • Pas de fonctions sociales - ce qui est surprenant, car connectées à Google Plus, peut-être que Google aurait enfin trouvé quelque chose pour faire vivre son réseau social;
  • Pas de possibilité - d'après ce que j'ai vu - d'annotations des documents;
  • Il y a un très grand déséquilibre des sources (ce sont d'abord des photographies - certes très intéressantes);
  • Des métadonnées - les données qui décrivent les documents - peu détaillées;
  • On peut voir ces documents, mais les conditions de leur utilisation dans un autre contexte ne sont pas très claires;
  • Il n'y a pas d'API pour pouvoir exploiter ces données - ou du moins je n'en ai pas vu.

Il reste que ces expositions virtuelles - qui ont des fins inégales: celle sur "Mai 68 et les historiens" est d'abord la promotion d'un livre, alors que celles préparées par Yad Vashem fournissent un contenu un peu plus dense - sont dans l'ensemble plutôt bonnes, que la masse de documents fournie est impressionnante. Google n'est pas la seule à pouvoir faire ce type d'actions: le portail Europeana offre en libre accès (depuis le mois dernier) les métadonnées de 20 millions de documents. Ces métadonnées étaient consultables en ligne depuis bien plus longtemps. Vous pourrez aussi y trouver des expositions en ligne, de très bonne qualité. Mais le contenu, essentiellement des métadonnées, d'Europeana n'est pas présenté et disponible de manière aussi "sexy" que ce qu'a fait le Google Cultural Institute.

Ce qui m'intéresse ici, ce sont les conséquences de l'arrivée de Google dans le domaine patrimonial pour les Humanités numériques. Si, certes, ces dernières ne sont pas à confondre avec le secteur culturel, il reste qu'il y a de forts points communs. Je ne crois pas me souvenir d'une couverture médiatique (pas si importante que ça, cependant) équivalent pour un projet numérique. Pourtant, certains revêtent un très grand intérêt pour le grand public. Certains impliquent leur public, comme la September 11 digital Archive, avec un succès important.

Mais, les Humanités numériques sont-elles assez attractives, face à une entreprise capable de fournir autant de documents et des logiciels (que je n'ai pas testé...) pour en faire des expositions? Les Humanités numériques peuvent-elles fournir autant de renommée que Google peut promettre? Que se passera-t-il si Google commence une numérisation - à la suite d'éventuels accords - des archives publiques?

L'utilité des Humanités numériques ne fait pour moi aucun doute3, mais leur visibilité aujourd'hui - en dehors des milieux académiques - me semble trop faible. Le risque est de ne pouvoir justifier notre utilité vis-à-vis des décideurs (et bailleurs de fond) et de perdre de fait en légitimité. En ce sens, Google, avant d'être un risque, est le miroir de nos faiblesses.

  1. Jeanneney, Jean Noël. Quand Google défie l’Europe. Mille et une nuits. Paris, 2005. Print. []
  2. Renouvin, Pierre, et Jean-Baptiste Duroselle. Introduction à l’histoire des relations internationales. Armand Colin, 1964. Print. []
  3. Voir Mounier, Pierre. « Qu’apportent les digital humanities ? Quelques exemples (1/2) ». Homo Numericus 28 août 2011. Web. 17 oct. 2012; Mounier, Pierre. « Qu’apportent les digital humanities ? Quelques exemples (2/2) ». Homo Numericus 5 sept. 2011. Web. 17 oct. 2012. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

7 réflexions au sujet de « Le miroir de nos faiblesses? »

  1. Ping : Proxem » La lettre du 22 octobre : la conquête de l’Ouest numérique ?

  2. Bastien

    Tout à fait d'accord sur les petits projets... c'est d'ailleurs ce que j'essaie de faire avec [shameless plug] http://lemuseelibre.com

    Par rapport au problème de la définition de leurs objectifs par les musées (et autres acteurs) : moins un problème de définition que de mise en oeuvre concertée. Même si tu as raison, le fait que Google se concentre sur la tâche « simple » d'accumuler simplifie aussi les produits dérivés type expos en ligne.

    Mais en plus de cela, Google a compris un truc essentiel : il faut commencer par avoir des données numériques pour savoir quoi en faire. En simplifiant beaucoup, je dirais que les musées commencent par chercher de l'éditorial (au sens large, c'est leur coeur de métier), puis conçoivent le web comme l'un des supports... puis le laissent à la traîne parce que c'est trop coûteux et que l'expertise maison n'est pas là.

    Quand je citais le CCSD, je voulais moins faire référence à un dépôt centralisé de données qu'à un lieu connu de compétences, qui pourrait intervenir et accompagner techniquement chaque institution. A mon époque (ouch), le CCSD était surtout ça : il aidait les labos à installer des logiciels d'archivage... il n'avait pas encore cette activité de maintenir un dépôt central.

    A suivre...

    Répondre
  3. Hubert Guillaud

    @Bastien. Bien sûr quand Google arrive et propose une numérisation totale d'un fond pour un prix défiant toute concurrence, même sans offrir grandes contreparties au propriétaire du fond, il emportera toujours le marché. Certes Google donne de la visibilité (mais pas une éditorialisation, à nouveau).

    Je ne suis pas sûr qu'un archivage ouvert et commun suffirait (ce serait déjà un bon début), car bien souvent, le premier problème des musées et archives, c'est la numérisation des fonds (mais beaucoup ont avancé sur ces dossiers). Ensuite, effectivement, le problème est l'éditorialisation, la mise à disposition de cette numérisation. Et je suis assez d'accord pour dire qu'elle est à la peine.

    La force de Google est d'être pragmatique. Il accomplit son dessein, meme imparfaitement. Le problème souvent pour les autres, c'est de savoir quels sont leurs objectifs ? Et ils sont souvent multiples : projets de recherches, métadonnées, web servies, expositions grand public, accès aux collections... Google n'en a qu'un : l'accumulation dont il fera sortir le sens.

    Mais si l'argent est la condition première, on sait qu'on n'avancera pas (il n'y en a pas ou quand il y en a il est gaspillé parce que beaucoup de décideurs sont incompétents sur les choix techniques et les choix d'usages). Je crois qu'il est essentiel de monter de petits projets qui nécessitent peu de financements, mais avec des objectifs d'audience forts... Eux seuls permettront à leur promotteurs d'avoir de meilleurs budgets pour des projets de recherche plus évolués.

    Voir discussions ici, mais je ne sais si ça éclaire le propos : http://blog.univ-angers.fr/rj45/2012/10/11/990/#.UIA7_4YVF8E

    Répondre
  4. Bastien

    Je suis moins optimiste qu'Hubert.

    Google n'en est pas à la numérisation de nos archives "publiques", mais le Google Art Project a bien donné lieu à des numérisations importantes, en partenariat avec de grandes institutions. Par exemple le Château de Chantilly ! (Comme un nouveau pied de nez du Prince de Condé à l'Etat français...) Je crois que la RMN fut directement impliquée, mais je ne retrouve pas la source, à vérifier.

    Donc indirectement Google est bien devenu un acteur pour la numérisation des données publiques, en passant par les données culturelles. Les accords sont épars, mais connus des institutions... qui les acceptent en échange d'une éditorialisation et d'une visibilité dont elle ne sont pas capables.

    Il faut avoir fréquenté les services web de quelques musées pour comprendre le retard en la matière... et l'inévitable « aura » de Google.

    Il faudrait à la culture l'équivalent de ce que fait le CCSD pour les archives ouvertes pour la recherche.

    Pendant que les uns et les autres (j'en fais partie) militent pour des données ouvertes et des API, les lois du marché forcent les institutions à parer au plus pressé -- c'est-à-dire à exister sur le web, coûte que coûte.

    Il faut trouver un moyen de faire un travail de fond sur le long terme (ouverture, API, etc.) et sur le court terme (visibilité, valorisation immédiate des fonds numérisés, etc.)

    Et de l'argent :)

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Oui, modération a posteriori + le fait que ton message a été mis en spam. Mais maintenant que tu as été modéré une fois, tes prochains commentaires (éventuels) n'auront plus besoin de l'être.

      Répondre
  5. Hubert Guillaud

    Sincèrement, ni le Google Art Project ni le Google Cultural Institute ne me semblent pour l'instant très impressionnants. Au-delà de la forme (mode de défilement, mise en avant des images, du texte, capacité de recherche), les expos proposées sont pour l'instant assez pauvres, assez courtes... Le Google Art Project pourrait être assez intéressant parce qu'il propose des images en HD (ce que peu de projets en DH proposent), mais les collections sont (pour l'instant) encore bien éparses... pour parvenir à concurrencer Google Image ;-). Et les critiques que tu émets me semblent tout à fait légitimes (et posent même des questions de fonds sur la vocation de ces projets et leurs interactions avec les autres projets de Google).

    Il me semble que les Humanités numériques sont largement capable aujourd'hui de mieux exposer que ne le fait Google leurs documents, de permettre plus d'accès, plus simples, de créer des parcours pour différents types d'utilisateurs (le curieux, le néophyte, le pro... etc.). L'éditorialisation n'est pas le fond commerce de Google et ne le sera jamais. Ce que Google sait faire, c'est de l'analyse de données de masse. Plus inquiétant serait de le voir s'intéresser aux documents des archives publics (et ça viendra certainement)... Mais là encore, il saura faire un moteur d'analyse et de requête, pas forcément autre chose, laissant aux archives le soin de mettre en avant leurs fonds autrement (voir, le rêve, de faire des projets communs et spécifiques).

    Mais si Google sait faire de l'analyse, sait gérer les requêtes, force est de constater qu'il a bien du mal à mettre en avant (éditorialiser) et même encore à classer (cf. Google Play, YouTube...) autrement que via son PageRank, qui n'est pas toujours le plus pertinent pour offrir une entrée dans des collections.

    Oui, les Humanités numériques ne sont pas assez visibles. Certainement parce qu'elles demeurent, pour l'essentiel des projets de recherches, avant que d'être des projets plus grands publics... (seul contre exemple que j'ai identifié - mais je ne regarde pas assez les projets - le site du musée Anne Franck : http://www.annefrank.org/fr/, multilingue, avec des entrées + ou - spécialisées selon les publics, etc.).

    Google n'est pas le miroir de nos faiblesses. Et je pense qu'il y a encore beaucoup d'espaces pour exister... Par contre, recherche et communications ne sont pas la même chose. Et je pense qu'ici, il y a encore des marges de progrès.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">