Contribution au colloque #dhiha5: « Questions de formation: quelles nouvelles compétences sont nécessaires? »

Français : Maître de la nouvelle école de la Cour de Charlemagne [Public domain], via Wikimedia Commons

Maître de la nouvelle école de la Cour de Charlemagne [Public domain], via Wikimedia Commons

L’institut historique allemand organise depuis cinq ans un cycle de conférences sur les Humanités numériques, #dhiha – du nom de son hashtag sur le réseau social twitter. Cette année, la communauté scientifique est appelée à participer aux quatre table-rondes via le web. Voici ma contribution pour le sujet « Questions de formation: quelles nouvelles compétences sont nécessaires? »

La question est – volontairement ou non – ambiguë. Si l’on pense « formation », on pense étudiants, ou enseignants-chercheurs qui n’ont pas ou peu de compétences dans le domaine informatique1. Mais cette question devrait également aborder les nouvelles compétences pédagogiques à acquerrir pour l’enseignement des humanités numériques par ceux d’entre nous qui forment des étudiants/chercheurs aux technologies de l’information et de la communication. Je vais ici simplement raconter ma propre expérience, parfois assez douloureuse, en complément de ce billet.

La problématique de mon cours en Digital Humanities est la suivante: je dois enseigner les humanités numériques aux étudiants d’un master qui n’est pas spécifiquement « numérique ». L’un des buts de ce cours est l’entretien du blog h-europe. Les sujets des mémoires de Master sont très variés, couvrant tout type de thèmes et toutes les grandes périodes, la seule contrainte étant d’être relié à l’histoire de l’Europe. Beaucoup de sujets sont toutefois en relation avec le Luxembourg. Les étudiants peuvent venir de toute l’Europe et au-delà.

Le contact avec mes étudiants me fait régulièrement réaliser que certaines choses deviennent évidentes pour moi, mais pas pour les gens qui m’entourent. Configurer un serveur web, utiliser des logiciels plus complexes qu’un suite bureautique, chercher systématiquement les interfaces de recherche avancée, parler d’opérateur booléen, d’analyse de texte… n’est pas chose naturelle, mais quand on sait en parler (et parfois même passer à la pratique…) on ne s’en rend plus nécessairement compte.

Ce n’est pas nécessairement propre aux Humanités numériques, mais il me semble que ce fossé entre « ceux qui savent » et les autres est plus fort encore en informatique où l’on peut se retrouver face à des personnes soit persuadées d’être meilleur que leur enseignant2 ce qui leur fait commettre de grosses erreurs, soit persuadées que s’approcher d’un ordinateur suffit à le faire planter (« May The Digital Force not be with you » ou « pensée magique numérique »). Il existe peu d’étudiants, finalement, entre ces deux idéaux-types.

Ma grande équation est donc la suivante:

  • Intéresser des étudiants aux Digital Humanities, sans qu’ils y soient intéressés a priori. Certains réalisent très vite l’intérêt de ces méthodes pour leur mémoire, d’autres non;
  • Intéresser des étudiants aux Digital Humanities, alors qu’ils ont des sujets forts différents, utilisant des méthodologies (numériques ou non) très variées;
  • Intéresser des étudiants qui ont des niveaux de maîtrise de l’outil informatique variables;
  • Lutter contre ma propension à estimer naturelles des compétences qui ne le sont pas (« ah bon, vous ne savez pas démarrer le serveur tomcat? Non, tomcat, pas lolcat »).

Je dois ici avouer avec humilité que je n’ai pas encore trouvé de solutions magiques. Ce que j’entrevois sont les éléments suivants:

  • Travailler avec le reste de l’équipe pédagogique pour fortement intégrer enseignement « classique » et « numérique » – il n’y a rien de mieux que trouver un outil qui facilite la vie aux étudiants pour leurs recherches (au niveau master);
  • Aller vers la pratique, mettre les mains dans le cambouis et pousser les étudiants à le faire;
  • Intégrer les enseignements digital humanities avec les enseignements de méthodologie. Certaines fondations méthodologiques restent (citer ses sources, être honnête, avoir un esprit critique, etc) même si leurs modalités d’application diffèrent;
  • Le tout en démontrant l’utilité mais aussi les nouveautés et changements introduits par les humanités numériques. C’est le plus difficile: il faut éviter le problème russe (c’est-à-dire une gadgétisation de l’histoire par le numérique) mais saisir les défis liés au déluge documentaire (pour l’histoire la plus contemporaine – mais aussi la sociologie, l’anthropologie, etc.) et les opportunités que permettent, par exemple, l’accès à des sources numérisées (dans tous les domaines des sciences humaines et sociales) et proprement encodées, la possibilité de faire de la fouille de données, de textes, de faire de la visualisation, etc.

C’est un chemin étroit qui doit être trouvé. J’attends avec impatience les solutions d’autres humanistes numériques qui répondront à l’appel à contribution de #dhiha5.

  1. C’est d’ailleurs une vieille question, cf. Genet, Jean-Philippe. “La Formation Informatique Des Historiens En France: Une Urgence.” Mémoire vive 9 (1993). []
  2. Pensez-vous, ce n’est même pas un digital native. []

8 réflexions au sujet de « Contribution au colloque #dhiha5: « Questions de formation: quelles nouvelles compétences sont nécessaires? » »

  1. Ping : Former à l’utilisation des outils informatiques – vers un socle commun ? Notre contribution au #dhiha5 | franziska.fr

  2. Ping : Les Digital Humanities se déploient sur Twitter : l'exemple du colloque #dhiha5 ! - Martin Grandjean

  3. Marion Lamé

    Qu’est-ce qu’enseigner les humanités numériques ? Déjà, l’activité diverge si on considère qu’il s’agit d’enseigner des humanités, comme l’histoire, faites avec le numérique, ou, comme J.M. Salaün l’a soutenu ce matin, en expliquant que les DH sont seulement un des domaines d’application de la formation de l’architecture de l’information avec le numérique : éducation (elearning), patrimoine&culture, entreprise, Digital Humanities. Ici, les DH sembleraient être un sous-ensemble d’une démarche plus ample qui serait celle séculaire de la gestion de la connaissance, ou encore entendre les DH comme un travail spécifique de la représentation, l’expression et, ipso facto, la gestion de la connaissance humaine.
    Je rejoins complètement les sciences de l’information ; voire j’irai légèrement plus loin, quand je pense à une science très humaine selon moi – l’économie – et qui est fortement pratiquée, pour certains aspects, par des mathématiciens, des physiciens et le numérique. Il est d’ailleurs surprenant que l’économie semble ignorée des DH – et réciproquement – en dehors de ses discours théoriques, lorsqu’il s’agit d’observer des phénomènes comportementaux humain – comme les variation des marchés sur des temps très brefs de l’ordre de la seconde – la recherche en économie s’appuie sur les sciences dures (mathématiques, physiques, informatique). Cela a des points de contacts avec les humanités numériques. J’adhère avec les racines séculaires des humanités numériques, que j’entends donc de manière plus large que « faire des humanités avec du numérique ». La figure on ne peut plus séculaire de Leibniz est fascinante, passionné par son métier de bibliothécaire et mathématicien à qui sont dûs des travaux sur la logique formelle et la mécanisation du raisonnement – fondamentaux lorsqu’il est question de numérique. Je rejoins donc l’importance des sciences de l’information lorsqu’il est question d’humanités numériques, mise à part sur la terminologie employée ce matin, ce qui a peu d’importance au final ici. Le numérique appliqué à l’éducation, au patrimoine et au culturel, à l’activité humaine en entreprise, l’emploi de l’informatique par les humanistes – si c’est ce que J.M. Salaün entendait par « DH » – sont, pour moi, englobés dans la terminologie « humanités numériques » et ces dernières ne sont pas une sous-catégorie au même niveau que les précédentes. La figure de Leibniz l’incarne de manière un peu idéalisée : à la fois passionnés par l’organisation, la représentation et l’expression formelle de la connaissance, mais aussi pas son traitement et sa communication. Cela a beaucoup à voir avec les sciences de l’information en général, qu’il s’agisse de leur côté dur (mathématique, informatique) ou plus documentaire (bibliothécaire, documentaire, patrimoine). Ce sont des sujets tellement denses qu’il est compréhensible de se rabattre sur les problématiques soulevées par les humanités réalisées avec le numérique pour parler de DH, ce qui est, d’une certaine manière, beaucoup plus simple. Cependant, cela évite d’affronter les noeuds plus profonds du problème sur ce que sont les DH et dont pourtant dépendent les question de formation et de pédagoqie. Ensuite, je n’ai pas l’impression que cette vision réductrice des DH soit partagée par la communauté estampillée DH – elle ne l’est pas en tout cas par moi.
    Deux témoignages strictement pédagogiques que j’ai retenus très intéressantes dans l’expérience que J.M. Salaün mène à l’ENS avec le Master Architecture de l’information, ce matin sont les suivantes ; mais j’ai l’impression que le caractère spécialisé de la formation ne correspond pas à ton enseignement. En même temps, cela ne doit pas empêcher des outils DH communs pour enseigner des aspects différents des DH.
    -> prise de notes collective avec visibilité commune à l’écran pendant le cours et un travail de ré-élaboration par le groupe ensuite. Ici, c’est la place de l’interactivité et du traitement, spécificités du numérique qui est très justement exploité. Ce sont sur elles que Google Drive a également misé. En construisant toute sa dynamique sur l’interactivité et le traitement, il s’est taillé la part belle parmi les instruments privilégiés par les étudiants actuellement – à regret selon J.M. Salaün ; en attente d’alternatives meilleures à Google Drive donc.
    -> Les cours intégrés et mutualisés entre différentes formations – il était question de Montréal et de l’université de Nanterre, donc, de fait, elearning.
    Les twitts peuvent être retrouvés ici : https://twitter.com/search?q=%23dhiha5%20%23archinfo&src=typd
    Une autre caractéristique sur laquelle s’appuyer est le multimédia interactif, par ailleurs très présent en histoire contemporaine, pour ton cas.
    Je pense que la pédagogie dépend de ce que tu enseignes : une pratique numérique générale de bon sens pour élargir les instruments de travail ? Ou une formation de professionnels généralistes voire de spécialistes d’humanités numériques ? Ou encore l’expression et la représentation numérique, via l’édition numérique de la source par exemple, complémentaire au discours littéraire de l’historien ?
    En histoire numérique et édition numérique de la source, j’irai sans la moindre hésitation vers la métasource de Philippe Genet, que tu cites par ailleurs.

    Répondre
  4. Ping : Ergebnisse der Blogparade „Nachwuchs und Digital Humanities” #dhiha5 | Digital Humanities am DHIP

  5. Ping : Resultats de l’appel à contributions “Jeunes chercheurs et digital humanities” #dhiha5 | Digital Humanities à l'IHA

  6. Ping : #dhiha5 Panel II: Training for the Digital Humanities – what skills are necessary, how can they be transmitted? | Digital Humanities à l'IHA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *