De quoi parle ma thèse? (2) – Visualisation d’un « réseau » de noms propres

Le "réseau" de Schacht. Cliquez pour voir l'image en grand.

Le « réseau » de Schacht. Cliquez pour voir l’image en grand.

J’ai choisi de faire ma thèse sur Hjalmar Schacht car, quand mon directeur de thèse m’a proposé le sujet, j’avais déjà deux mémoires – l’un de l’IEP de Strasbourg, l’autre de DEA – où j’avais « rencontré » Schacht sans pouvoir faire appel à des publications académiques à son sujet. Il existait certes des biographies, mais elles étaient soit datées1 soit, disons, partisanes2. Pendant ma thèse sont sortis deux ouvrages, montrant qu’il y avait un manque certain3. L’un des aspects intéressants de ce travail a été d’analyser ses relations avec différents milieux de la société allemande, mais également des milieux d’autres pays ou plus internationaux. Ainsi, Schacht, tout juste parti de la Reichsbank, voyage en Asie en 1939. Il ne loue aucune chambre d’hôtel pendant plusieurs mois, logeant systématiquement chez des personnalités du monde financier, économique ou politique du pays où il voyage. Au-delà de l’anecdote, on parle ici d’un banquier central typique de l’entre-deux-guerres, très orienté vers l’international, vers ces autres banquiers centraux, formant une communauté épistémique en devenir. Typique aussi des paradoxes de l’entre-deux-guerres: appartenant clairement à cette communauté internationale des banquiers centraux, il reste profondément un nationaliste allemand.

Dans ma thèse, j’utilise fréquemment le terme de « réseau », mais de manière finalement très imprécise, à l’image, d’ailleurs, de beaucoup d’historiens4. Je ne vais pas ici prétendre faire de l’analyse de réseau, mais simplement donner quelques éléments visuels de réponse à la question: quel est ce « réseau » de Schacht?

La conception de la visualisation

Vive les index de noms propres

La première question que je me suis posée est: comment avoir les données nécessaires pour représenter ce fameux réseau? J’ai simplement réutilisé un travail que j’avais fait pour la soutenance et le rendu de la thèse: l’index des noms propres. Il ne contient pas Schacht, cité à presque toutes les pages. La visualisation qui suit est donc le « réseau » de Schacht, mais sans lui. Cela n’aurait pas de sens de l’inclure, puisque cela donnerait comme résultat un réseau circulaire autour de Schacht. De manière générale, mon raisonnement est le suivant: si deux personnes ont été mentionnées sur la même page, il y a de fortes chances qu’on puissent considérer qu’une relation existe entre eux. L’idée peut être contestée,  mais, au vu du nombre de lien ainsi engendrés (plus de 5000), les erreurs éventuelles (des relations qui n’existent pas) ont toutes les chances d’être marginales. Toutefois, cela signifie que le résultat de cette expérience (ie la visualisation finale de ce réseau) reflète d’abord ma vision de Schacht avant de refléter son réseau réel (si jamais il peut être présenté). C’est la grande limite méthodologique de mon approche. C’était une thèse d’histoire des relations internationales, très centrées d’une part sur le régime nazi et d’autre part sur les négociations internationales touchant à l’organisation économique et monétaire du continent européen. C’est ainsi une visualisation d’un réseau se focalisant sur l’Europe et les parties prenantes aux négociations économiques et monétaires européennes et allemandes.

L’essentiel du travail: préparer les données

Travailler sur les données a été la partie la plus longue (et la plus pénible) dans la préparation de ce billet. J’ai une liste de noms et, en face, des numéros. Il faut que j’obtienne une liste de relations entre personnes. Ce travail aurait pu être automatisé, mais j’ai sous-estimé l’ampleur de la tâche. Bref, en tout et pour tout, cela m’a pris une journée complète de traitement de données « à la main » (et j’en ai toujours des crampes). A posteriori, j’aurais dû stocker ces éléments dans une base de données et les réexporter sous la forme désirée. Cela m’aurait permis d’approfondir ma connaissance du langage SQL.

Mais ce travail sur les données a aussi montré à quel point les données sont vivantes. Classant les premiers éléments par page (puisque c’est la base de ce que sont les « relations » dans cette visualisation), j’ai vu défiler des personnages liés à Schacht. J’ai vu apparaître les banquiers centraux (autour du plan Dawes puis Young et de la question des Réparations, puis des conférences des transferts), les politiques et les hauts-fonctionnaires des années 1920, les acteurs principaux du rapprochement franco-allemand (Stresemann, Briand), ceux (Curtius, Tardieu) qui l’ont abandonné. Les nazis, tout doucement, s’invitent puis deviennent majoritaires, aux détriments de ces conservateurs et militaires qui étaient, en 1933, leurs alliés et qui pensaient pouvoir contrôler Hitler. On voit le Schacht tout puissant, ministre de l’Économie et président de la Reichsbank. On le voit s’affaiblir quand émergent dans ce défilé de noms les Français du Front populaire (Blum, Delbos, Auriol), les Britanniques de l’Appeasement (Chamberlain, Eden très fugacement et pas très appeasement), les Belges de la mission van Zeeland – c’est le moment où Schacht en difficulté au sein du IIIe Reich tente de valoriser ses relations à l’extérieur pour renverser la vapeur, en vain. On voit des petits groupes d’acteurs sur des points précis – Danzig (Sean Lester, le représentant de la SDN, par exemple), la famille de Schacht. Puis, dès 1937, émergent les relations de Schacht avec certains résistants ou opposants au IIIe Reich (Canaris, Gisevius, von Hassell, Goerdeler). Enfin, en dernier lieu, les noms des accusés au tribunal militaire de Nuremberg (Schacht y a été acquitté), des procureurs, des juges et des avocats, ceux de Schacht à Nuremberg puis pendant les procès de dénazification.

Travailler sur ce type de données a aussi, en clair, été une manière de faire revivre mes recherches et ma thèse.

Une fois les données prêtes…

J’ai utilisé le logiciel Gephi, l’une des références de la visualisation de réseau5. Pour un excellent exercice pour commencer avec ce logiciel, je vous conseille ce qu’a écrit Martin Grandjean (fr | en). C’est une très bonne introduction – et très pédagogique, car vous obtiendrez des résultats immédiatement. Le résultat est l’image sur laquelle vous pouvez cliquer en haut à droite. Comment la lire?

Les mondes de Schacht

Grâce à gephi, j’ai pu isoler des « communautés ».

Le monde des négociations monétaires des années 1920

edges-années 1920Cette visualisation est marquée par mon approche chronologique. Dans cette sous-partie, vous pourrez voir apparaître le monde des négociations monétaires des années 1920. Deux noms ressortent, de manière spectaculaire: Dawes et Young – les présidents des deux comités, de 1924 (Dawes) et 1929 (Young) qui ont essayé d’organiser un système de paiement des Réparations prévues par le traité de Versailles. Cette sous-partie mélange banquiers centraux et hauts-fonctionnaires, banquiers et politiques. On y voit l’importance – pour Schacht et la Reichsbank mais pour les négociations monétaires européennes de manière générale – de Montagu Norman, gouverneur de la Banque d’Angleterre pendant l’entre-deux-guerres. Norman essaye d’asseoir une sorte de vision commune des banquiers centraux en Europe. Moins important – du moins aux yeux de Schacht (et aux miens) – les gouverneurs de la Banque de France: Émile Moreau (1926-1930) puis Clément Moret qui lui succède, avec qui les relations sont orageuses. Apparaissent également des personnalités moins connues, mais déterminantes et, en premier lieu, le Français Pierre Quesnay (qui est probablement celui qui a sauvé les discussions du comité Young en 1929 en jouant un rôle d’intermédiaire entre Moreau et Schacht) ou le Britannique Walter Layton, rédacteur en chef de The Economist dans les années 1930 et très présent à la Société des Nations pendant l’entre-deux-guerres.

Apparaissent aussi ici des hommes politiques, principalement allemands et Français: Stresemann et Briand (l’un à côté de l’autre…), ministres des Affaires étrangères de leurs pays, les deux chevilles ouvrières du rapprochement allemand ou Raymond Poincaré (nettement plus éloigné de Stresemann que Briand). Ce qui me frappe est la distance – mais peut-être liée à l’approche chronologique – existant entre Julius Curtius (successeur de Stresemann à l’Auswärtiges Amt) et Hans Luther d’un côté, et le reste de ce petit monde des négociations monétaires et financières des années 1920 de l’autre. Hans Luther, qui a été chancelier de la République de Weimar, est aussi un banquier central et succède à Schacht à la tête de la Reichsbank en 1930 et lui cède son siège en 1933.

On repère aussi des citoyens états-uniens, essentiellement des banquiers, liés, de prêt ou de loin, à JP Morgan6. Cette dernière est, sur cette visualisation, proche de Briand et Stresemann, mais, me semble-t-il surtout de Dawes et Young.

La première période nazie de Schacht (1930-1936)

La première période nazie de Schacht

La première période nazie de Schacht

La seconde sous partie touche à la période où Schacht s’éloigne de la République de Weimar et revient au pouvoir dans les valises des nazis. On y trouve quelques figures internationales (notamment, étrangement, Philippe Berthelot, diplomate français) et Herbert Hoover, président des États-Unis, rencontré par Schacht pendant un voyage en Amérique du Nord à l’automne 1930, mais surtout des figures de la République de Weimar finissante et des débuts du IIIe Reich. L’origine politique de ces personnalités est diverse – on est encore dans un cadre où les conservateurs et militaires restent au pouvoir, par alliance avec les nazis après 1930. En outre, après l’expérience Brünning (1930-1932), ce sont eux (von Papen particulièrement) qui dirigent les derniers gouvernements de Weimar. Pour les négociations monétaires internationales, très présentes en Allemagne en 1933-1934 (conférence économique et monétaire de Londres et conférences des transferts7) leurs parties prenantes sont dans le groupe précédent.

La seconde période nazie de Schacht (1936-1946): les opposants au régime

Seconde période nazie (1): les opposants

Seconde période nazie (1): les opposants

À partir de 1937, Schacht, affaibli, dont le pouvoir est capté par Göring (Armée de l’Air, Plan de 4 ans), Darré (Agriculture), Ley (Front allemand du Travail), se rapproche d’un certain nombre d’opposants au régime. Dans cette sous partie de la visualisation, on aperçoit de grands noms de la résistance au nazisme: Ludwig Beck, Goerdeler, Hans Bernd Gisevius (le témoin capital du procès de Nuremberg contre Göring, mais en faveur de Schacht), Hans Oster. Apparaissent également des personnages plus ambigus, contactés par la résistance mais qui n’ont pas accédé à leurs demandes (Brauchitsch), ou qui ont participé aux massacres sur le front Est mais ont aussi transmis des informations (Nebe, qui a dirigé l’Einsatzgruppe B) et des personnages qui ont lutté contre les opposants (Heydrich). Quelques noms étrangers apparaissent, car ils ont été contactés par ces opposants (en 1938 pour Daladier).

La seconde période nazie de Schacht (1936-1946): les procès

Autre « communauté » repérée par Gephi: les noms reliés au procès de Nuremberg – avec les exceptions de Göring (plus fermement relié à Hitler) et de Gisevius, rattaché à la résistance, bien que témoin fondamental du procès des grands criminels de guerre. Outre les accusés, on voit le nom des juges et procureurs (l’américain Jackson, les français Menton, Champetier de Ribes – et même De Gaulle, non présent au procès, mais qui a désigné les membres français de l’accusation et de la cour). Il y a aussi l’avocat de Schacht, Rudolf Dix.

D’autres communautés, plus petites, peu visibles apparaissent dans ce schéma, rappelant les liens de Schacht avec la Chine, avec certains diplomates russes, et, bien sûr, avec sa famille.

Quelles leçons tirer de cet exercice?8

Ce type d’outils requiert de la méthodologie car, bien que neufs et numériques, les utiliser reste une activité d’historien. Le premier élément de notre méthodologie, ce sont nos sources, la manière dont nous les sélectionnons et dont nous les interprétons. Ici, il s’agit d’un travail sur une source secondaire: c’est autant (voir plus) un travail sur ma thèse que sur Schacht. La visualisation montre une articulation constante entre histoire des relations internationales et histoire allemande dans l’entre-deux-guerres et sur l’Europe pour l’essentiel. C’est pour cela que les acteurs de la mission van Zeeland (1937-1938) par exemple sont très présents, alors que, dans d’autres biographies de Schacht, cette mission est à peine abordée. L’aspect chronologique du plan de thèse joue aussi beaucoup, notamment dans la manière dont ces communautés sont définies. Enfin, la visualisation n’est pas aussi nette que je ne l’aurais voulu, probablement par manque de savoir-faire en visualisation des données.

Une fois ceci dit, il y a un autre écueil méthodologique. Comment qualifier une relation qui, finalement, est définie par des statistiques de cooccurrence (les deux noms apparaissent en même temps sur les mêmes pages de nombreuses fois)? La réponse à cette question ne me semble pas claire, en dehors de l’affirmation que cette relation est d’abord liée à Schacht, à mes recherches et à la manière dont je les ai menées.

Enfin, le dernier problème méthodologique ici est la manière dont ce « réseau » est défini. Est-ce l’ensemble des personnes avec qui Schacht interagit? Oui, c’est le cas, mais avec un biais qui est la manière dont j’ai mené ma thèse et fait mes recherches. D’où la faible présence d’acteurs asiatiques, pourtant non négligeables dans une période de renversement d’alliance spectaculaire (l’Allemagne, traditionnellement alliée de la Chine, bascule vers le Japon) où le Reich continue à livrer des armes à la Chine – et Schacht participe à ces livraisons – tout en se rapprochant du Japon. D’où la forte présence de l’Europe.

Comme pour le billet précédent sur ma thèse, le but de cet exercice était aussi de voir dans quelle mesure ma thèse est bien dans l’idée que je me fais d’elle. Si dans l’ensemble, cette réponse est positive, force est de remarquer qu’un acteur déterminant n’apparaît pas: André François-Poncet, ambassadeur français à Berlin pendant la majeure partie des années 1930. Après avoir regardé plus précisément ma thèse, la raison de cette absence est double: d’une part, il n’apparaît pas dans l’index des noms propres – c’est un gros oubli, assez régulier dans les versions soutenues des thèses qui sont souvent terminée dans la précipitation – d’autre part, il n’aurait pas été très présent quoi qu’il arrive, dans la mesure où il apparaît surtout en notes de bas de page (exclues ici), comme auteur des dépêches diplomatiques.

  1. Simpson, Amos E. Hjalmar Schacht in perspective. Mouton, 1969. Print. []
  2. Pentzlin, Heinz. Hjalmar Schacht : Leben u. Wirken e. umstrittenen Persönlichkeit. Ullstein, 1980. Print. Ecrit sur commande de la famille []
  3. Kopper, Christopher. Hjalmar Schacht. Aufstieg und Fall von Hitlers mächtigstem Bankier. München: Hanser Wirtschaft, 2006. Print; Wilmots, André. Hjalmar Schacht (1877-1970). Grand argentier d’Hitler. Le Cri, 2001. Print. []
  4. Pour un point, relativement ancien, sur l’analyse de réseau en histoire, voir: Lemercier, C. « Analyse de réseaux et histoire ». Revue d’histoire moderne et contemporaine 2 (2005): 88–112. Print. []
  5. Si le consortium qui pilote son développement est désormais très international, gephi est à l’origine issu de l’un des projets phares des Digital Humanities française, e-diasporas []
  6. Non John Pierpont Morgan, mais la banque – c’est la seule institution apparaissant sur ce schéma []
  7. Les conférences des transferts,organisées par la Reichsbank à Berlin, finissent par imposer aux créanciers privés de l’Allemagne un système de paiement fondés sur le Reichsmark et non en devises, qui favorise les investissements en Allemagne. []
  8. Merci à Sébastien Barret qui a relu ce billet et formulé quelques critiques que j’essaye de prendre en compte ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *