Hjalmar Schacht

De quoi parle ma thèse (3) – Contexte historiographique

Voici mon troisième et dernier billet sur ma thèse. Le but, ici, est de visualiser son contexte historiographique en appliquant une technique similaire à celle utilisée dans mon précédent billet. Plutôt que de mettre une image de cette visualisation, je vous propose cette fois de la regarder en ligne.

Donc: je ne considère que les sources secondaires (les mémoires, par exemple, ont été exclues). Les citations à mes propres travaux, même non publiés, ont été inclues – cela permet aussi de voir comment je me situe. Si deux auteurs se retrouvent souvent cités ensemble (sur la même page), leur « relation » est plus forte. Mais cette relation peut être « positive » (des auteurs qui ont souvent publié ensemble, ou dans la même école historique) ou « négative » (deux auteurs qui se sont opposés – comme Hans Mommsen et Peter Hoffmann sur Goerdeler). Elle peut toucher à un courant historiographique (structuralistes / intentionalistes par exemple) ou à un sujet ou une période précise.

Les limites de la méthodologie employées sont plus marquantes qu’avec les noms de personne cités dans ma thèse: le nombre de relations entre auteurs est très inférieur, donc les erreurs risquent d’avoir plus de conséquences. En outre, c’est une thèse – c’est donc d’abord le matériel primaire qui est cité. La très grande majorité des notes de bas de page contiennent des références à des archives et non à de la littérature secondaire.

Toutefois, le résultat est plutôt conforme à ce que je pouvais imaginer, mais avec moins de cohérence que je ne le pensais.

Les principaux auteurs

Si l’on regarde le graph, il n’y a pas de grande surprise: Ian Kershaw est probablement l’auteur le plus cité. J’ai particulièrement, dès le début de ma thèse, porté attention à ses travaux. Quand j’ai commencé mes recherches, le premier tome de sa biographie d’Hitler – un ouvrage exceptionnel – venait de sortir (1999). Sur l’historiographie de l’Allemagne, on retrouve également de grands auteurs allemands (Broszat, Wehler, Möller, Graml, Mommsen pour n’en citer que quelques uns) et les références françaises (Ayçoberry, Husson et Alfred Wahl). Ces historiens sont majoritairement « structuralistes » et non intentionalistes. L’absence de Karl-Dietrich Bracher est notable – pourtant je l’ai lu.

En histoire économique, on remarque Harold James, Borchardt et, plus discrètement Ritschl, l’élève de Borchardt. [fiel] Je note, au passage, que Christopher Kopper est raisonnablement cité, bien qu’il m’aie reproché de ne pas le faire suffisamment [/fiel].

Côté biographes de Schacht, on retrouve principalement John Weitz, la plus récente (mais pas nécessairement la meilleure) des biographies quand j’ai commencé, Kopper (mais pas dans le groupe des biographes de Schacht, d’où, peut-être, sa critique précédemment évoquée), et d’autres – en fait presque tous ceux qui ont écrit sur le président de la Reichsbank. Ce groupe n’a d’influence que dans la mesure où ma biographie de Schacht a essentiellement porté sur la période 1930-1950 – avant et après cette période, j’ai souvent utilisé les travaux des autres.

Côté méthodologique, on aperçoit beaucoup de noms connus sur le genre biographique: Bourdieu (pour avoir discrédité ce genre), François Dosse, mais aussi Lucien Febvre dont la biographie de Luther du début des années 1920 énonce quelques éléments méthodologiques.

Côté Relations internationales, les grands noms sont bien présents: Duroselle, Renouvin et Girault (dans une moindre mesure). Certains « strasbourgeois » de l’école française des Relations internationales sont là et, notamment, Sylvain Schirmann, mon directeur de thèse. L’absence de Raymond Poidevin est plus surprenante.

Et moi, et moi, et moi?

Je me cite en relation avec directeur de thèse, si l’on en croit ce graphe. C’est probablement normal, dans une thèse.

En conclusion

Les points essentiels me semblent être:

  • Il y a pas mal d’auteurs cités pour des raisons méthodologiques liés à la biographie ou pour du « contexte »;
  • En histoire économique de l’entre-deux-guerres, je me suis beaucoup rattaché à l' »école » Borchardt;
  • L’historiographie fonctionaliste est plus présente – c’est une volonté délibérée;
  • Je me rattache clairement à l’école française d’histoire des relations internationales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *