Des fractures numériques

Mind the Gap

Photo de lisainglasses (Flickr). (CC BY-NC-SA 2.0)

Par « fractures numériques », je n’entends pas ici parler des différences entre les « digital natives » et les autres, ni entre les accès au numérique (contenu, matériel, etc) entre classes riches et classes pauvres, mais plutôt des fractures qu’engendre le numérique au sein des sciences humaines et sociales. Ce billet ne se veut pas exhaustif, ni parfait, mais sera la base d’une proposition d’atelier pour le THATCamp Saint Malo.

Ce qui est enseigné et ce qui ne l’est pas

La problématique des compétences informatiques qui (ne) sont (pas) enseignées à l’université est ancienne. En histoire, depuis l’article de Jean-Philippe Genet1 en 1993 qui s’inquiétait de l’urgence de la formation informatique des historiens en France à celui de Franziska Heimburger et Émilien Ruiz2 fondé sur leur expérience à l’EHESS, on peut trouver de nombreux exemples d’écrits sur le besoin de formation. Toutefois, je ne crois pas qu’il y ait eu réelle changement de situation.

Si les techniques quantitatives, qui sont parfois enseignées dans les facultés d’histoire, le sont couramment en sociologie ou anthropologie, font appel, d’abord, à des règles statistiques, elles impliquent la plupart du temps de maîtriser des logiciels impliquant un minimum de programmation. Ainsi, certaines disciplines (l’histoire…) ont besoin de regarder ce que les autres font. Mais toutes doivent se poser la question de la formation des étudiants et prendre garde à ne pas créer un fracture entre ceux qui savent utiliser l’outil informatique et les autres.

Cette question est d’autant plus importante que la manière dont les étudiants aborde le numérique est extrêmement inégale: tous sont censés être digital natives, mais beaucoup sont mal à l’aise avec l’outil informatique et d’autres sont persuadés de le maîtriser alors qu’ils ne sont que des facebook natives.

Ce qui est numérisé et ce qui ne l’est pas

Dans notre Histoire contemporaine à l’ère numérique3, Stefan Halikowski-Smith s’interroge sur les grands programmes de numérisation (Big digitization) et le rôle des bibliothèques nationales. Si les chiffres, qui datent de 2009, ne sont aujourd’hui plus d’actualités, un fait demeure: il y a de grandes inégalités d’un pays à l’autre en Europe et, quoi qu’il arrive, ces programmes de numérisation sont souvent très loin de ceux de Google (notamment Google Books).

En termes de recherche, la numérisation peut engendrer de grandes distorsions. Si l’Organisation mondiale de la Santé met en ligne des sources sur les épidémies d’une maladie plutôt que sur une autre, les chercheurs se concentreront sur la première. C’est exactement ce qui s’est passé avec la malaria4.

La qualité de la numérisation oriente aussi la recherche, mais cette fois, avec un effet plus grave: il n’y a plus distorsion, mais tout simplement une historiographie faussée. C’est ce qu’explique Tim Hitchcock dans le Journal of Digital Humanities5:

But even more importantly, we ignore the critical impact of digitisation on our intellectual praxis. Only 48% of the significant words in the Burney collection of eighteenth-century newspapers are correctly transcribed as a result of poor OCR.[1] This makes the other 52% completely un-findable. And of course, from the perspective of the relationship between scholarship and sources, it is always the same 52%. Bill Turkel describes this as the Las Vegas effect – all bright lights, and an invitation to instant scholarly riches, but with no indication of the odds, and no exit signs. We use the Burney collection regardless – entirely failing to apply the kind of critical approach that historians have built their professional authority upon. This is roulette dressed up as scholarship.

Si l’on peut tolérer une marge d’erreur dans la reconnaissance de texte – au même titre qu’un chercheur fatigué risque de manquer des éléments en fin de journée dans un centre d’archives, finalement – trop d’erreurs aura pour conséquence d’envoyer toute une partie de l’historiographie à la poubelle, tout simplement.

Enfin, il y a inégalité face aux algorithmes. Les algorithmes de reconnaissance de texte sont meilleurs pour certaines langues et mauvais voire inexistant pour d’autres – c’est l’exemple du Yiddish donné par Gerben Zaagsma6.

Ce qui est public et ce qui ne l’est pas

Parmi les sources des sciences humaines et sociales, il y a celles qui sont en train de se constituer. Celles qui sont crées ou collectées par des entreprises privées, des institutions publiques du local à l’international. Une partie de ces données sera consultable, notamment celles qui sont issues des institutions publiques et seront une mine d’or pour tous – si tant est que nous sachions comment les exploiter, ce qui nous renvoie au premier point.

Mais de nombreuses sources, notamment privées (mais pas uniquement: tous les États ne publient pas leurs archives et il y a toujours ce qui relève du secret), ne seront tout simplement jamais disponibles pour de nombreux chercheurs7. Une fracture risque donc de se créer entre les happy fews qui seront payés par les entreprises pour exploiter leurs données – chercheurs d’établissements de recherche ou chercheurs internes à ces entreprises –  et les autres. En conséquence, non seulement ces recherches seront biaisées par leur mode de financement et les modalités d’accès aux archives, mais en plus une très grand majorité des chercheurs ne pourra plus exercer correctement leur métier, du moins dans certains domaines de la recherche.

À ceci, il faudrait rajouter qu’il y aura une différence entre les domaines où les sources nées numériques seront conservées et les domaines où elles ne le seront pas.

Ce qui est financé et ce qui ne l’est pas

Jusqu’ici les sciences humaines et sociales étaient des disciplines ne coûtant pas cher, même s’il y a toujours eu des exceptions, dans les domaines où l’ont travaille depuis longtemps avec des outils très technologiques (l’archéologie par exemple).

Avec l’arrivée du numérique, cet élément change complètement. Les sciences humaines et sociales deviennent plus coûteuses. À une époque où les financements de la recherche et de l’enseignement supérieur ne sont pas en hausse (bien au contraire), cela ne laisse rien présager de bon.

Bien sûr, il y a des moyens de limiter la hausse des coûts – la construction d’infrastructures numériques communes au niveau national ou européen en est un exemple, mais qui risque d’absorber de nombreuses dépenses dans un premier temps.

En conséquence, il faudra faire des choix. Sur quels critères seront-ils fondés? Les temps ne sont pas vraiment aux critères scientifiques purs…

*

Ceci n’est qu’un aperçu des fractures que peut engendrer le numérique en sciences humaines et sociales. Il y en a vraisemblablement d’autres. Y réfléchir fait partie d’un processus important, celui qui doit aboutir à la reconnaissance de l’apport des Humanités numériques aux sciences humaines et sociales.

  1. Genet Jean-Philippe, « La formation informatique des historiens en France: une urgence », Mémoire vive, juin 1993, no 9. []
  2. Ruiz Émilien et Heimburger Franziska, « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2011, n° 58-4bis, no 5, p. 70‑89. []
  3. Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary history in the digital age, Bruxelles, PIE – Peter Lang, 2013. []
  4. Ceci m’a été indiqué par Céline Paillette, doctorante à Panthéon-Sorbonne sous direction de Robert Frank. []
  5. Hitchcock Tim, « Academic History Writing and its Disconnects », Journal of Digital Humanities, Winter 2011, vol. 1, no 1. []
  6. Toujours dans Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary history in the digital age, Bruxelles, PIE – Peter Lang, 2013. []
  7. C’est l’une des provocations contenues dans boyd danah et Crawford Kate, « CRITICAL QUESTIONS FOR BIG DATA: Provocations for a cultural, technological, and scholarly phenomenon », Information, Communication & Society, juin 2012, vol. 15, no 5, pp. 662‑679. []

2 réflexions au sujet de « Des fractures numériques »

  1. Ping : Revue de web du THATCamp Saint-Malo | THATCamp Saint-Malo 2013

  2. Ping : Des fractures numériques : Global Perspectives on Digital History

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *