Appel à commentaires: pourquoi les réseaux sociaux pour chercheurs intéressent-ils tant?

Pourquoi les réseaux sociaux pour chercheurs intéressent-ils tant? J’ai publié il y a quelque jour un billet sceptique sur ces réseaux. Jamais, absolument jamais, une publication sur ce site n’a eu autant de succès, à ma grande surprise. Pour moi, ce texte était intéressant, mais pas autant que ce que j’ai déjà écrit sur la mise en données de l’histoire ou la lecture des sources à l’ère numérique. Pourtant, il a été twitté plus de 90 fois, publié sur facebook plus de 30 fois et certains l’ont même commenté sur Google+, le réseau social fantôme (ou matrice).

En conséquence, je m’interroge et cherche des explications. Voici quelques pistes, inspirées notamment d’un échange de mails avec Claudie Paye, mais aussi d’autres lectures publiées depuis ou peu de temps auparavant:

  • La nécessité plus grande de faire la promotion de sa propre recherche. Dans un contexte national et international de concurrence accrue – par la pression des créanciers de la recherche, par la crise qui rend les postes rares;
  • La volonté de s’auto-évaluer – participer à des réseaux sociaux (spécialisés ou non, d’ailleurs), c’est aussi pouvoir mesurer l’audience de ses recherches. Cette mesure (quand elle est un peu élaborée, on appelle ça ‘altmetrics’) est un argument que l’on peut faire valoir lors de la rédaction de demandes de financement;
  • La demande des institutions de recherche: elles aussi sont soumises à une plus grande concurrence – c’est la logique d’academia.edu – et pour faire valoir les travaux de leur personnel, les réseaux sociaux sont un moyen parmi d’autres;
  • La demande des institutions d’évaluation et de financement de la recherche: l’évaluation de la recherche continue de se faire sur la base des publications dans des journaux à comité de sélection. Mais, ces institutions regardent de plus en plus ce qui s’appelle « l’impact » de nos recherches sur la société. Les réseaux sociaux (non spécialisés, pour le coup) offrent un moyen parmi d’autres d’évaluer cet impact;
  • Tous les autres, éditeurs, entreprises privées diverses, qui ont un intérêt à savoir ce que font les chercheurs, ce qu’ils publient, la manière dont ils sont perçus.

Ce ne sont que quelques pistes: le débat mérite de continuer, d’autant plus s’il intéresse les foules. Publiez des billets, commentez-les (le mien, le vôtre, ceux des autres) et voyons ce qui en émerge.

Quelques références


9 réflexions au sujet de « Appel à commentaires: pourquoi les réseaux sociaux pour chercheurs intéressent-ils tant? »

  1. Ping : Appel à commentaires: pourquoi les r&eac...

  2. Ping : Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques | URFIST Info

  3. Ping : Appel à commentaires: pourquoi les r&eac...

  4. serge noiret

    Merci à Frédéric et à Claudine Paye pour ces considérations sur les réseaux sociaux utilisés par les universitaires. Trois petites ajoutes seulement:

    1.Academia.edu ne permet pas de recevoir des commentaires et d’engager une discussion sur un essai scientifique mais certainement de vérifier combien de fois cet essai a été téléchargé etd ‘obtenir des infos sur la provenance des lecteurs. Très utile pour construire une topographie des affiliations individuelles à un centre, département, université etc..
    2.Lorsque SSRN (Social Science Research Network) aura ouvert à toutes les disciplines humanistes et surtout à l’histoire, il n’y a pas de doute, ce sera là qu’il faudra placer ses publications si l’on vise une reconnaissance globale (Voir les catégories actuelles ici: http://papers.ssrn.com/sol3/DisplayJournalBrowse.cfm). Les « Top Download » sont un excellent moyen de vérifier la popularité et l’impact d’un essai et les « Most Recents Papers » pour savoir ce qui vient d’etre mis sur SSRN dans une discipline spécifique). Il y a aussi un blog et tous les média sociaux de complément, http://ssrnblog.com/.
    3.Je ne sous estimerais pas les grandes possibilités offertes par Pinterest pour valoriser des thèmes de recherche et des publications aussi à travers images et vidéos. Mon préféré.

    Répondre
  5. Paye

    Merci pour cet appel à commentaires – au sujet d’academia.edu, je pense en effet qu’il est souhaitable que les auteurs participent plus activement et ouvertement à la diffusion et promotion de leurs livres, ce qui revient à une valorisation de leurs efforts de recherche.
    Dans le contexte actuel de crise du système traditionnel de recension en sciences humaines – il est de plus en plus difficile pour les rédactions d’organes de recensions de « placer » les ouvrages à recenser -, il devient de plus en plus nécessaire d’installer de nouveaux mécanismes pour réaliser (collectivement) la réception des fruits de la recherche, d’autant plus que la monnaie courante des recenseurs – un exemplaire de l’ouvrage recensé – ne permet pas une prise en compte à part égale des ouvrages électroniques en natif. Un exemple de « living reviews », initiées par les auteurs des ouvrages eux-mêmes, est proposé sur la plateforme de recensions recensio.net. L’auteur y a la possibilité de présenter son ouvrage et de dialoguer publiquement avec les commentateurs des résultats de ses recherches. Ces derniers n’ont pas à leur charge d’analyser l’ensemble d’un ouvrage, mais peuvent se concentrer sur l’aspect qui les interpelle le plus eux-mêmes par rapport à leurs propres intérêts de recherche. Cela va aussi dans le sens d’une meilleure économie de leur temps pour les chercheurs par ailleurs sollicités sur de nombreux volets.
    Le projet LIBRE (http://www.liberatingresearch.org/) promet également de renforcer le rôle de l’auteur dans la mise en valeur de ses travaux de recherche et permettra une évaluation (Author-mediated Prepublication Peer Review) de ses travaux de recherche avant publication. On pourrait citer aussi le site Dissertation Reviews http://dissertationreviews.org/ qui permet aux doctorants en sciences humaines et sociales qui ont dernièrement soutenus leur thèse d’y proposer leur manuscrit de thèse afin que des chercheurs intéressés puissent en établir une recension qui sera publiée sur le site – une autre sorte de Prepublication Peer Review.

    Academia.edu est à mon sens une réponse adaptée à la précarité des postes en sciences humaines – le chercheur qui change régulièrement d’attache institutionnelle reste joignable par ses pairs par le biais de sa présence sur le réseau social.
    Academia.edu est également très utile pour établir une bibliographie, en complément des outils classiques de recherche: le réseau social académique permet de rapidement repérer des travaux de recherche en cours ou tout nouvellement parus sur un sujet précis – avant même que ces nouvelles publications aient fait l’objet d’entrées dans les bibliographies classiques. Les contacts directs avec les chercheurs qui s’établissent par le biais du choix des mêmes centres de recherche, peuvent déboucher sur des propositions de communications à des conférences, voire de publications.

    Quant à l’utilisation d’Academia.edu pour l’auto-archivage d’articles, j’adhère à l’analyse de C. Benech et E. Verdeuil quant au fait que cela ne devrait pas être le sens premier pour l’ouverture d’un compte et ne devrait pas se substituer à un dépôt sur hal-shs.
    http://rumor.hypotheses.org/3390
    http://archeorient.hypotheses.org/792
    D’ailleurs, dans mon appel aux auteurs des collections de l’Institut historique allemand (IHA) de créer des profils auteurs academia.edu, en complément des comptes par collection, j’ai déconseillé l’auto-archivage des fichiers pdf – academia.edu souhaiterait certes que tout un chacun les dépose sur ce site – mais le lien vers les publications rétronumérisées dans le cadre de la plateforme de publications perspectivia.net, me semble, en l’occurrence, amplement suffisant. De même, l’auto-archivage sur hal-shs est certainement plus sûr et la longévité du service plus prometteuse que dans le cas d’Academia.edu dont le financement privé peut toujours cacher de mauvaises surprises. Le risque de monnayage des données de la recherche transmises à des entreprises privées n’est pas exclu. En tout cas, la demande récente adressée par Elsevier à Academia.edu de retirer près de 2800 articles mis en ligne par leurs auteurs (http://www.scinoptica.com/pages/topics/elsevier-laesst-artikel-aus-wissenschaftsnetzwerk-academia.edu-loeschen.php) prouve que l’enjeu est clairement économique.

    Quant à Storify, je n’y ai pas encore trouvé de stories dédiées tout particulièrement à la promotion de livres scientifiques. Mais c’est certainement un bel outil à ne pas négliger pour le Science Marketing. Dans le domaine des sciences dures, la Helmholtz-Gemeinschaft l’utilise sciemment pour médiatiser des ScienceTweetUp par exemple: http://storify.com/helmholtz_de/sciencetweetup-gsi-5-12-2013. Les musées allemands et les muséologues semblent avoir découvert le potentiel de ce média. Les stories de Marlene Hoffmann en sont un exemple http://storify.com/MH_TextWeb#stories, de même le Geburtstags-TweetUp organisé en février dernier dans le Museum Villa Stuck http://storify.com/DancerVlt69/geburtstags-tweetup-zum-150-von-franz-von-stuck.
    En combinaison avec Twitter, Storify permet, à long terme, de mettre en valeur le microblogging. Les 140 signes des tweets déploient, archivés dans une Storify, et mis en relation avec d’autres médias du social web, une toute nouvelle amplitude, faite pour durer.
    De nombreuses analyses de conférences sont livrées sur Storify. Un bel exemple: celui de la Open Access Monographs in Humanities and Social Sciences Conference (British Library, 1-2 juillet 2013). Une participante, Lucy Keating, a publié une Storify sur cette conférence: http://storify.com/lucymk/open-access-monographs-in-the-humanities-and-socia. La Jisc, co-organisatrice de l’événement, a bien sûr produit un rapport officiel de conférence (https://www.jisc-collections.ac.uk/Reports/oabooksreport/), mais n’a pas hésité parallèlement à attirer l’attention du public sur la conférence en passant elle-aussi par Storify, une story de commande ((http://storify.com/eventamplifier/open-access-monographs-in-humanities-and-social-sc)) d’ailleurs, réalisée par l’agence Eventamplifier.

    Une nouvelle économie de l’attention est en train de s’établir, que cela passe par Academia.edu, ResearchGate ou Storify.com, les auteurs d’ouvrages scientifiques ont, à mon avis, tout intérêt à y participer.
    L’engouement pour les réseaux sociaux académiques ne vient pas seulement de l’attrait de pouvoir mesurer sa visibilité par le biais des statistiques et des notifications sur les consultations de son profil et de ses publications. Le besoin d’avoir des retours sur ses recherches, des repères pour en évaluer la portée et d’utiliser un outil international pour en élargir l’audience est plus profond. Il ne s’agit pas d’une facebookisation superficielle des échanges entre chercheurs.
    Les doctorants qui conduisent un carnet de recherche en ligne pour élaborer la réflexion et engager le dialogue sur leurs projets de recherche, s’inscrivent également dans une nouvelle économie de l’attention.
    Comme vous – j’ai d’ailleurs beaucoup apprécié en mars dernier votre billet « Comment referais-je ma thèse? » -, j’ai mené mon projet de thèse de doctorat au temps où les blogs scientifiques n’existaient pas encore. Aussi, je me rallie sans hésitation à votre affirmation: « La première chose que je ferais, serait d’ouvrir un carnet de recherche (blog scientifique) qui accompagnerait cette thèse ». Car, hormis les échanges dans le cadre des séminaires de l’école doctorale à laquelle je participais, le temps de la thèse fut un long parcours en définitive assez solitaire. Donc, en effet, dans l’année de sortie du livre, je suis disposée à investir encore un peu de temps pour le promouvoir et enfin partager les résultats avec d’autres chercheurs, recueillir leurs réactions, si cela passe par un blog post-thèse, une living review sur recensio.net ou la mise à jour de mon profil sur les réseaux sociaux académiques Academia.edu et ResearchGate, volontiers !

    Voir aussi l’article de Michael Nentwich et René König « Academia Goes Facebook? The Potential of Social Network Sites in the Scholarly Realm », http://book.openingscience.org/tools/academia_goes_facebook/, publié dans le cadre du evolving E-Book « Opening Science. The Evolving Guide on How the Web is Changing Research, Collaboration and Scholarly Publishing », publié par Sönke Bartling et Sascha Friesike (http://book.openingscience.org/) (15.09.2013).

    Répondre
  6. Ping : « Identité numérique et visibilité du chercheur » : Retours sur la rencontre du 6 décembre | Préfixes

  7. Ping : Actualités des humanités numériques du 11/26/2013 web-1.org

  8. Martin Grandjean

    Un premier élément de réponse, plus sur la forme que sur le fonds (puisque c’est finalement cet aspect de « nombre de partages » qui a attiré ton attention sur l’importance de ce sujet) : les posts de blog qui traitent de « réseaux sociaux » sont quasiment toujours plus « partagés » que les autres (et je ne parle pas que de l’expérience de mon propre blog, mais également des sites d’information qui affichent les compteurs de partages). Il y a certainement une petite étude sociologique à faire sur l’intérêt que portent les internautes à l’étude de leurs propres comportements !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *