Sur Peter Haber et son Digital Past – Retour du séminaire #DHEHESS

Le séminaire Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs (#DHEHESS sur twitter) est un séminaire de Pierre Mounier (EHESS / CLEO), Aurélien Berra (Paris Ouest) et Marin Dacos (EHESS / CLEO). La séance du 8 janvier 2014 était consacrée à un livre de Peter Haber: Digital Past, Geschichtswissenschaft im Digitalen Zeitalter publié en 2011 chez Oldenbourg à Munich. Elle était co-animée par Aurélien Berra et Mareike König (Institut historique allemand).

Je remercie Mareike et Aurélien de m’avoir remis cette lecture en tête et de m’avoir montré certains aspects de ce livre que je n’avais pas a priori remarqués lors de sa lecture. Je ne vais pas faire un rapport de la séance en elle-même, mais simplement relever les éléments qui m’avaient semblé importants lors de la lecture de ce livre il y a un an et qui ont également été discutés pendant le séminaire.

peter-haber-2012-120px-sw-shadowMais auparavant, un point sur Peter Haber. Privatdozent à Bâle, il s’est spécialisé dans une premier temps sur l’histoire des Juifs de Hongrie et leur émigration. Conformément à la tradition allemande, son habilitation a porté sur un sujet très différent – l’histoire numérique. J’ai personnellement entendu parler de lui pour la première fois sur Twitter: Pierre Mounier en faisait l’éloge pour son intervention à l’Institut historique allemand lors des #dhiha3 en 2011. Je l’ai alors invité au Luxembourg, où il a ouvert la conférence DHLU 2012 sur la Data driven history. Son exposé clair avait été fortement apprécié. Suite à un appel à contribution pour les 3e journées d’histoire suisse, j’étais intervenu à un panel qu’il organisait sur les nouveaux modes de la communication scientifique en histoire – ce qui a donné lieu à mon billet sur les conférences ubiquitaires et, plus tard, après poursuite de ma réflexion, sur certains aspects de la mise en données des historiens et ses applications. Malheureusement, Peter est décédé quelques semaines plus tard.

Ma rencontre avec Peter fait clairement partie de ces rencontres qui comptent dans la vie d’un chercheur – celles qui modifient le cours d’une recherche. Et je ne suis, je crois, pas le seul dans ce cas. Peter a été un pionnier des usages et de la réflexion sur le numérique en histoire, intégrant, comme il le précise dans son livre et comme Aurélien l’a rappelé pendant le séminaire, les technologies de l’information dans ses pratiques dès les années 1990. Il a participé à de nombreux projets numériques d’envergure: LitLink, GPDH, H-Soz-u-Kult (fondamental pour les historiens germanophones et au-delà) dont il a été rédacteur – sans oublier hist.net, fondé en 1999 avec Jan Hodel. Comme il le rappelle dans son avant-propos, sa pratique du blogging sur hist.net à partir de 2005 est devenue particulièrement importante pour ses recherches et l’élaboration de sa réflexion. Il m’avait fait l’honneur d’y répondre à l’un de mes billets.

umschlag_17411Dans son livre, Digital Past, voici pêle-mêle les points qui m’ont marqués:

  • Enfin un livre qui, bien que centré sur l’histoire, rappelle les origines des Humanités numériques… à savoir l’intégration de l’économétrie et des statistiques dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales;
  • La notion centrale de data driven history: l’histoire par les données, point de vue développé au Luxembourg en 2012 mais aussi dans son chapitre pour Writing history in the Digital age;
  • Les modifications de l’ordre du savoir (Wissen – Mareike König a relevé la difficulté de traduire “Wissen” par “savoir” ou “connaissance”): le numérique (internet particulièrement) remet au goût du jour l’illusion de tout savoir, d’une connaissance intégrale, totale. Comment exploiter les données de plus en plus importantes que nous devons prendre en compte dans nos recherches sans succomber à cette illusion?
  • Pratiques et risques des nouvelles technologies des historiens: Peter Haber n’est pas un technophile béat et replace dans ce livre les usages numériques au sein d’une méthode d’analyse critique des sources, issue de Droysen. Peter Haber n’était pas partisan de faire table rase du passé historiographique et méthodologique. Au contraire, le numérique, selon Peter Haber, permettra de pousser plus loin les principes de l’analyse critique des sources;
  • Il questionne la notion d’”original” et de “copie”, peu pertinentes dans l’ordre numérique – et de mon point de vue très floue dans l’ordre “analogique”. Il évoque plutôt les notions d’authenticité, d’intégrité, de signature électronique;
  • Comme beaucoup d’autres, Peter Haber prône une redéfinition des littératies des historien.ne.s. Si Google (et d’autres moteurs de recherche) donnent une liberté certaine aux chercheurs, qui peuvent accéder très facilement et rapidement à du contenu utile à leurs recherches, seule l’acquisition de nouvelles compétences leur permet de vraiment profiter de cette liberté sans altérer la qualité de leur recherche. Peter Haber parle de Google Syndrom;
  • Peter Haber évoque aussi les nouveaux modes de communication disponibles pour l’historien – lui permettant de communiquer plus facilement avec ses pairs, mais aussi avec un plus large public;
  • La transformation de la narration historique, notamment par l’hypertexte. Si Aurélien Berra a estimé que l’importance de l’hypertexte dans la fin du récit (et de la lecture) linéaire doit être rélativisée, je n’en suis personnellement pas si sûr: la possibilité de voir un travail historique comme un ensemble réticulaire d’unités textuelles, iconographiques et autres me semblent être un changement fondamental – sans oublier la possibilité désormais concrétisée d’aller vérifier les sources primaires utilisées.

D’autres questions – et non des moindres – sont abordées par Peter Haber: l’écriture collaborative et, en conséquence, la modification du statut de l’auteur; l’interactivité; la visualisation des données; les systèmes de publication…

Pour Peter Haber, le tournant numérique des sciences historiques ne fait que commencer. De nouvelles méthodes apparaîtront encore. L’une des questions posées en conclusion est de savoir quand les méthodes numériques seront assimilées par l’ensemble des historiens. Pour ma part, il me semble que nous sommes en train d’assister à cette intégration du numérique par de nombreux historiens. Je ne peux prétendre être un pionnier du numérique en histoire, mais, depuis que j’y consacre les plus larges parts de ma recherche, c’est-à-dire depuis 2008, le regain d’intérêt de nombreux collègues, la multiplication des projets, la conscience aiguë de (et parfois la panique face à) l’importance que prend le numérique sont manifestes.

Passons maintenant au point qui me semble être le talon d’Achille du livre de Peter Haber et que l’on n’a pu aborder lors du séminaire, faute de temps. Ce point est souligné par William Thomas III dans son commentaire du chapitre de Peter dans Writing History in the Digital Age: comment définir ce qu’est une donnée? Non seulement la notion de donnée n’est pas définie dans le livre de Peter, mais la manière dont une donnée naît ne l’est pas non plus. Or une mauvaise mise en données d’informations analogiques ou nées numériques peut fausser la manière dont nous écrivons l’histoire, comme le rappelle régulièrement Tim Hitchcock. C’est ici le grand manque de Digital Past.

Autres recensions


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">