Une mise en données par les foules: histoire et crowdsourcing (#ncph2014)

What's on the Menu?

What’s on the Menu?

Ayant eu la chance de présenter l’encyclopédie du LabEx EHNE à la conférence annuelle du National Council for Public History à Monterey, j’ai pu assister à une session sur le crowdsourcing, présidée par Mark Tebeau (Arizona State University – Mark avait participé à l’une des conférences Humanités numériques au Luxembourg que j’ai organisée pour le CVCE en 2012).

Parmi les projets présentés pendant cette session, celui de la New York Public Library, appelé What’s on the Menu?. Rebecca Federman a expliqué, avec une très grande clarté, comment la New York Public Library numérise progressivement les 40 000 menus de restaurants new-yorkais qu’elle possède, puis les met à disposition du public sur le site web What’s on the menu? afin d’obtenir une aide humaine à la transcription, une reconnaissance automatisée du texte de ces menus donnant des résultats beaucoup trop mauvais. C’est ainsi le grand public qui aide la New York Public Library à mettre en données ces menus.

Ce projet est exemplaire à plusieurs titres:

  • Il est une très belle interface entre archivistes, bibliothécaires, informaticien.ne.s, historien.ne.s et grand public,
  • Il est très bien pensé, y compris dans sa volonté de redistribuer les données ainsi engendrées par le grand public, soit via le téléchargements d’un tableur, soit via une API (application programming interface),
  • Ses usages, tant pour le grand public que pour les historien.ne.s sont multiples.

Concentrons-nous sur quelques usages que peuvent en faire les historien.ne.s:

  • Histoire culturelle: regarder l’évolution des influences culturelles externes à New York. Les restaurants français ont-ils connu des moments de plus grande présence que les restaurants italiens? Quand est-ce que les restaurants asiatiques, par exemple, ont connu un mouvement d’expansion rapide (est)ce qu’il y a eu une expansion rapide)? La Saint-Patrick a-t-elle toujours été autant fêtée qu’aujourd’hui? La manière de la fêter a-t-elle toujours été la même?
  • Histoire environnementale: des espèces de poisson disparaissent-elles des menus? Si oui, est-ce lié à une éventuelle surpêche?
  • Histoire économique: en prenant quelques indicateurs / aliments que l’on retrouve sur l’ensemble du XXe siècle (le prix d’une bière Heineken, par exemple) peut-on élaborer un indice des prix dans la restauration?
  • Des usages géographiques (localisation) sont aussi possibles.

Par cette mise en données collaborative faisant appel au grand public, par sa gestion intelligente des données ainsi engendrées, ce projet est une belle démonstration de ce que les Humanités numériques (et l' »histoire publique », concept peu utilisé en Europe) peuvent apporter à l’histoire.


Une réflexion au sujet de « Une mise en données par les foules: histoire et crowdsourcing (#ncph2014) »

  1. Ping : Une mise en données par les foules: hist...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *