L’administration de la preuve en histoire à l’ère numérique

À la fin du séminaire Fichet-Heynlin de la semaine dernière, Stéphane Lamassé (Paris 1) me faisait remarquer que le mode d’administration de la preuve en histoire risquait d’être durablement infléchi par le numérique. Il avait déjà, brièvement, évoqué le sujet à THATCamp Paris 2010. Je n’ai pas encore fondamentalement réfléchit à la question. Voici quelques idées élaborées rapidement. Je remercie Stéphane Lamassé d’avoir stimulé les quelques réflexions qui suivent.

*
*   *

Comme les historiens prouvent-t-ils ce qu’ils affirment? Il y a plusieurs réponses à cette question. Nous consultons des archives et lisons ce que l’on appelle de la littérature secondaire – c’est-à-dire ce que les autres historiens (et parfois, même, des chercheurs d’autres sciences humaines et sociales, si, si) ont déjà publié (livres, articles…) sur le sujet que nous traitons ou des sujets proches. Nous appuyons notre narration par des notes de bas de page où nous renvoyons à ces archives et cette littérature secondaire. Pour appuyer les documents et ouvrages ou articles cités en notes de bas de page, nous reportons des extraits, cités dans notre texte ou en résumons, plus ou moins rapidement, l’argumentaire ou les points les plus importants.

Dans Douze leçons pour l’histoire, Antoine Prost rappelle à quel point la référence (aux sources primaires et secondaires) est constitutive de la méthodologie historienne: la référence permet de donner au lecteur les moyens de vérifier ce qui est affirmé par l’auteur. Le problème est que, dans les faits, la citation en note de bas de page n’est pas aussi opérante qu’on ne le voudrait. Qui ira à Berlin, Hanovre, Munich, Freiburg am Breisgau, Genève, Bâle, Paris vérifier les archives que j’ai consultées pour ma thèse? Qui lira les 400 publications citées dans ma bibliographie? Personne ne pourra refaire ce travail. En résulte quelque chose qui, pour ce qui est appelé « science » – les sciences historiques -, est difficile à concevoir: il y a obligation de faire confiance à l’auteur. L’auteur lui-même fait confiance à sa propre intuition.

Jean-Philippe Genet a rappelé mercredi dernier que paraphraser le document, et, au-delà, considérer l’historien comme médiateur entre l’archive et le lecteur, était une pratique qui, avec l’ère numérique, la numérisation massive d’archives et leur mise en réseau, arrivait à son terme. En effet, pourquoi résumer longuement un document quand on peut renvoyer directement le lecteur à l’archive en question, publiée en ligne?1 En outre, la pratique de la citation, est très contestable. Potentiellement, citer un extrait de document n’a aucune valeurs de preuve: l’auteur choisit son extrait, celui qui lui convient pour appuyer son raisonnement, sans que ses lecteurs ne puissent savoir si d’autres passages du document cité contredisent l’argumentaire déployé.

*
*   *

Si l’extrait, la citation ne sont plus des modes d’administration de la preuve, quelles sont les pistes en sciences historiques pour les remplacer?

La première piste c’est l’hyperlien. L’hypertexte, appliqué aux sciences humaines et sociales, peut donner à la référence bibliographique en note de bas de page son plein potentiel.

Une seconde piste nous est fournie par la notion de reproductibilité de la recherche. Si l’on suit Karl Popper, une science est science car elle est réfutable. Ici, refutable s’entend comme une démarche pour reproduire une recherche déjà effectuée, ce qui ouvre la possibilité de montrer que les résultats de cette recherche sont, éventuellement, faux. D’où l’idée de recherche reproductible appliquée à l’histoire. Nicole Dufournaud à Blois (et ailleurs) l’a évoquée l’année dernière.

Une recherche reproductible en histoire à l’ère numérique impliquerait un travail très important de constitution d’un corpus (mettre à disposition les données de sa recherche) et de documentation sur ce corpus, sa mise en place et son exploitation. L’historien, en plus d’être historien, deviendrait un gestionnaire de ses données (ou un chef d’équipe ou quelqu’un rompu à l’interdisciplinarité). Cela implique fatalement que l’historien améliore grandement son alphabétisation numérique et apprenne à travailler dans un cadre pluri-disciplinaire, comme l’ont rappelé d’ailleurs récemment Philippe Rygiel et Stéphane Lamassé2.

Une seconde piste, me semble-t-il, est celle de la lecture distanciée, le distant reading de Moretti3). Publier en ligne ses sources et les documenter n’est pas suffisant, encore faut-il les lire. Pour cela, nous faisons appel à nos capacités de lecture durement et chèrement apprises depuis l’école primaire, mais elles peuvent (doivent, parfois, selon la taille du corpus) désormais être complétées par une lecture distante, à l’aide d’outils informatiques divers (logiciels type R, gephi, etc) reposant sur des théories issues des sciences sociales (l’analyse réseau par exemple), des statistiques (avec l’importance des analyses factorielles, soulignée par Jean-Philippe Genet ou dans le livre de Claire Lemercier et Claire Zalc4) ou du vivant notamment (Moretti utilise la théorie de l’évolution). Cette phase de lecture des sources, qui mène à leur interprétation, doit, là-aussi, être documentée et les données qui en découlent publiées. Pour l’analyse de texte, par exemple, selon que l’on utilise iRaMuTeQ, Voyant tools ou MALLET, les résultats obtenus ne seront pas nécessairement identiques. Le choix du logiciel et les choix implicites du logiciel doivent être explicités.

Une troisième piste est à trouver du côté de la narration, du récit de l’histoire reconstitué par les chercheurs. C’est une extension des deux premières pistes: mettre en ligne ses sources ne suffit pas, encore faut-il les interpréter puis les organiser dans un récit de l’histoire.

Ce point est peut-être le plus délicat. Il s’agit d’articuler une narration historienne avec des documents publiés en ligne, dans un cadre qui ne peut vraisemblablement plus être le livre tel qu’on le connaît, mais un livre en réseau, éventuellement articulé entre numérique et papier, dont la narration est in fine plus complexe que le format contraint, rodé, maitrisé du livre papier.

La narration de l’histoire à l’ère numérique englobe, donne une cohérence et met en réseau le corpus de sources (primaires comme secondaires), les outils pour l’exploiter et le récit historien lui même. Un exemple canonique de cette narration est le projet Valley of the shadow5) dans le domaine de la public history.

Cette narration ne fait pas que modifier l’administration de la preuve, mais aussi les relations auteur-lecteurs. Ces derniers choisissent le chemin qu’ils souhaitent parcourir au sein de l’œuvre qu’ils lisent. Certes, le lecteur pouvait faire un choix aussi avec le livre traditionnel (ne lire que certains chapitres par exemple), mais cette possibilité est décuplée à l’ère numérique. De plus, comme l’ont expliqué Marin Dacos et Pierre Mounier((Mounier, Pierre, Dacos, Marin, Read, Write, Book, OpenEdition, 2010)), le lecteur peut devenir auteur d’un livre, de dernier devenant inscriptible, notamment par les possibilités participatives qu’offrent certaines technologies mais aussi par la possibilité que l’auteur peut offrir au lecteur de lui-même opérer une lecture distanciée en fournissant un accès aux outils adéquats.

  1. Cela fait penser, d’une certaine manière à André Breton qui a remplacé les longues descriptions par des prises de vue photographiques: pourquoi perdre son temps à décrire ce qui est saisissable par l’appareil photo? []
  2. Lamassé, Stéphane, et Rygiel, Philippe, « Nouvelles frontières de l’historien », Sciences/Lettres, 2013 []
  3. Voir Moretti, Franco, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History (Verso, 2007 []
  4. Méthodes quantitatives pour l’historien, La Découverte, 2008. []
  5. Voir Serge Noiret, « Digital History 2.0 », dans Clavert, Frederic, et Noiret, Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numérique / Contemporary History in the Digital Age (Bruxelles: P.I.E.-Peter Lang S.A, 2013 []

Une réflexion au sujet de « L’administration de la preuve en histoire à l’ère numérique »

  1. Ping : Séminaire Fichet-Heynlin: « HISTOIRE et transformations numériques dans l’enseignement supérieur et la recherche » (26 mars 2014) | Frédéric Clavert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *