Retours du colloque “Patrimoine et Humanités numériques” #ciphun

J’étais le 11 juin au colloque Patrimoine et Humanités numériques organisé par Cécile Meynard (Université Stendhal), Thomas Lebarbé (Université Stendhal)1 et Sandra Costa (MSH Alpes). J’y ai présenté la “patrimonialisation” d’un fonds de photographies sur plaque de verre découvert dans un lycée parisien. Ma communication avait été soumise avec Delphine Diaz (LabEx EHNE) et Laurence Giordano, professeur d’histoire-géographie. Je ne vais pas revenir sur ma communication, mais plutôt relever quelques points d’intérêt, glanés au fil de la journée.

Historien médiéviste au musée du Louvre, Pierre-Yves Le Pogam2 a soulevé un point fondamental: les chercheurs en sciences humaines et sociales doivent cesser d’être uniquement consommateurs de logiciels et doivent devenir prescripteurs. Dans les faits, c’est le cas pour des logiciels spécialisés (Zotero est un bon exemple) ainsi que pour un certain nombre d’infrastructures (le TGIR Huma-Num en France étant un très bon exemple). Dans d’autres domaines toutefois, l’usage de logiciels plus généralistes montrent de fortes limites. Ainsi, en entendant cette communication, j’ai pensé à l’exemple des logiciels de reconnaissance optique de caractères3 inadaptés aux sources primaires des historiens mais également aux deux volumes dirigés par Claire Brossaud et Bernard Reber4) dont la préface aborde, entre autres, cette problématique. Sept ans après cet ouvrage, des progrès ont été indéniablement faits, mais il reste des trous noirs importants. De mon point de vue, cela montre que l’acculturation numérique n’est pas encore suffisamment diffusée au sein des SHS.

Ce même point – notre acculturation insuffisante au numérique – a été abordé implicitement par Giulia Fassio (Turin) qui présentait le projet CLAPie (Cultures et langues des Alpes du Piémont). Elle évoquait les difficultés qu’elle avait à dialoguer avec les informaticiens. Ici, c’est sous l’angle des littératies numériques qu’il faut aborder le problème: nous formons insuffisamment nos étudiants à l’informatique et au numérique. La question du contenu de cet enseignement est difficile, mais les expériences, en France et dans le cas précis de l’histoire, commencent à s’accumuler et peuvent servir de point de départ (et même plus) pour élaborer un enseignement de ce type5. Le problème, du coup, ne me semble pas tant être le contenu d’un tel enseignement que son intégration dans les cursus des étudiants (dès la licence, en master, au début du doctorat?). Cette question des littératies numériques nous renvoie également à celle des “passeurs”, ces chercheurs, ingénieurs d’étude ou de recherche et autres, qui font le lien entre les développeurs et les chercheurs.

Troisième point important, signalé par Thomas Lebarbé sur Twitter pendant ma communication mais soulevé également plus ou moins explicitement par les communications de Giulia Fassio et de Caterina Da Lisca (Barcelone)6: l’équilibre entre des outils (y compris normes, logiciels, etc) out of the box et les besoins numériques spécifiques de chaque projet de recherche, qui sont susceptibles d’impliquer le développement d’outils non moins spécifiques7). Il y a aujourd’hui une maturité des Humanités numériques, qui permettent de mener des projets numériques avec des outils relativement faciles à utiliser (par exemple Omeka), mais qui ne pourront pas répondre à des besoins trop précis. Le choix des outils doit ainsi être précautionneusement réfléchi.

Enfin, le papier de Bernard Frischer8 (Indiana University) était marquant. Outre que la numérisation 3D est un domaine que je ne maîtrise pas9 et qu’il était assez fascinant d’en découvrir les méthodes, de voir comment des questions historiques peuvent être renouvelées, parfois même résolues, par la modélisation 3D, Bernard Frischer a évoqué en réponse aux questions du public quelques pistes nouvelles: l’usage d’imprimantes 3D, d’outils de réalité virtuelle (comme les lunettes d’Oculus Rift, société rachetée récemment par Facebook). Enfin, il a fait mention des neurosciences à plusieurs reprises. L’appel aux sciences “dures” (entendre ici les sciences qui ne sont pas des sciences humaines et sociales) me paraît devenir une tendance non-négligeable des SHS nord-américaines. Le livre de Patrick Manning10, Big Data in History fait référence, lui, à la climatologie et à la génétique. Pour être honnête, je ne sais pas encore quelle signification donner à cette tendance.

Au vu de la richesse de la journée, je regrette de ne pas avoir pu assister au reste du colloque. Les tweets de François Ronand (@Francois_Ronan) pendant la première journée m’ont permis de suivre un peu la contribution de Daniel Apollon (Bergen) sur “les nouveaux régimes numériques de l’édition critique” (journée du 10 juin). Pour les contributions du 12 juin, il faut suivre Camille Meyer (@solmineur, BU de Clermont). Le hashtag est ‘#ciphun‘.

  1. Thomas Lebarbé était intervenu au Luxembourg en 2012. []
  2. Sa communication: “La sculpture française du haut Moyen Âge. Une base de données comme instrument de recherche ouvert et participatif” []
  3. Voir l’article de Milligan, Ian, ‘Illusionary Order: Online Databases, Optical Character Recognition, and Canadian History, 1997–2010’, Canadian Historical Review, 94 (2013), 540–69 []
  4. Brossaud, Claire, and Bernard Reber, Humanités Numériques, 2 volumes, (Hermes Science Publications, 2007 []
  5. Genet, Jean-Philippe, ‘La Formation Informatique Des Historiens En France: Une Urgence’, Mémoire vive, 1993. Ruiz, Émilien, and Franziska Heimburger, ‘Faire de L’histoire À L’ère Numérique : Retours D’expériences’, Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 58-4bis (2011), 70–89. Zalc, Claire, Lemercier, Claire, Méthodes quantitatives pour l’historien, Collection Repères, qui repose sur plusieurs années d’enseignement des techniques quantitatives, et qui est associé à une site web, QuantiIHMC. []
  6. “Le symbolisme belge numérisé: critères pour la digitalisation du patrimoine des Archives et Musée de la Littérature (AML) de Bruxelles” []
  7. Le tweet de Thomas Lebarbé: “@inactinique : trouver un équilibre entre les outils out-of-the-box et les besoins et orientations des projets de recherche #ciphun” (@thomaslebarbe []
  8. “3D Modeling of Tangible Cultural Heritage: Documentation, Analysis, Dissemination” []
  9. Vous pouvez toutefois vous reporter au chapitre d’A. Michel et S. Kilouchi dans notre Histoire contemporaine à l’ère numérique. []
  10. Lire la recension que j’en ai faite []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

6 réflexions au sujet de « Retours du colloque “Patrimoine et Humanités numériques” #ciphun »

  1. Ping : Retours du colloque « Patrimoine et ...

  2. Ping : Retours du colloque « Patrimoine et ...

  3. Thomas Lebarbé

    Cher Frédéric,

    Merci infiniment pour ta contribution à ce colloque.

    Mon tweet n’était qu’une reformulation de ce que j’ai compris (voire légèrement interprété) de tes propos.

    On te contacte rapidement pour la publication.

    Bien à toi,

    Thomas

    Répondre
  4. Houda Ben Hamouda

    Cher Frédéric,

    Je te remercie pour ce compte-rendu, qui soulève plusieurs questions pertinentes. Mais en même temps, ton compte-rendu et en général tes écrits sur le numérique dans les sciences humaines me ramène à mon ignorance. TGIR Huma-Num, Omeka ??????
    Je constate qu’il y a auprès des doctorants historiens, une demande très forte, par exemple, les inscriptions pour les formations zotero proposé par l’école doctorale, il n’y avait plus de place dans un laps de temps très court. En outre, j’ai assisté à une de ses formations et la salle était pleine de doctorants désirant maitriser les nouveaux outils numériques.
    Il faudrait qu’au sein des laboratoires, on prenne conscience de cela . J’ai l’impression qu’ au sein de l’Irice, on commence à s’en rendre compte. Et des séances sur les outils numériques devraient être organisés à la prochaine rentrée, je te mobiliserai sûrement.

    Bien amicalement,
    Houda

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Bonjour Houda,
      Le LabEx EHNE en coopération avec le Campus Condorceet organisera une série de six séances sur les Humanités numériques et les complètera probablement pas six autres séances à la Maison de la Recherche pour l’année prochaine. Envoie moi un mail si tu souhaites plus de détails.
      Bien à toi,
      Frédéric

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">