Humanités numériques: proposition de plan de cours

Récemment, j’ai préparé un plan de cours « Humanités numériques », plutôt général. Le cours ne se fera finalement pas, car il aurait trop augmenté ma charge de travail. Je vous en soumets toutefois le plan, qui n’est pour l’essentiel qu’une ébauche.

La mise en données des sciences humaines et sociales

Introduction aux Humanités numériques

Séance 01 – Introduction générale. Des Humanities computing aux Digital Humanities

  1. Histoire des Humanités numériques / Les Humanités numériques aujourd’hui : centres, acteurs, tendances récentes.
  2. Le monde français de la recherche et les Humanités numériques : aperçu
  3. Les Humanités numériques dans le contexte plus large de la mise en données du monde

Première partie – Les données

Séance 02 – Qu’est-ce qu’une donnée?

  1. Histoire de la notion de « donnée »
  2. Épistémologie de la donnée
  3. L’ère du Big Data ?

Séance 03 – Structurer les données (1)

  1. Structurer les données : introduction
  2. Les outils : tableur / XML / SQL
  3. Le texte mis en données : la TEI.
  4. Les métadonnées
  5. Séparer les données de leur affichage

Séance 04 – Localiser les données : le tournant spatial des sciences humaines et sociales ?

  1. L’archéologie comme précurseur : l’article fondateur de Paul Garelli et Jean-Claude Gardin
  2. Qu’est-ce qu’un SIG ?
  3. Un tournant « spatial » pour les sciences humaines et sociales ?

Séance 05 – Obsolescence. Archipel. Illusion

  1. Le risque de l’obsolescence : les données jetables
  2. Le risque de l’archipel : les données ne communiquent pas
  3. L’illusion de la mise en données parfaite : stratégies de numérisation et mise en données du monde

Séance 06 – Pérenniser les données : Infrastructures numériques de recherche

  1. Qu’est-ce qu’une infrastructure numérique de recherche ?
  2. Le millefeuille des infrastructures numériques de recherche
  3. Les grandes options (open source, open access, interopérabilité)

Deuxième partie – La recherche par les données

Séance 07 – Lecture distante des sources à l’ère numérique

  1. Introduction à la notion de distant reading
  2. Le distant reading avant Franco Moretti
  3. Pourquoi le distant reading ? Faire face au déluge d’information
  4. Exemple : lecture des sources historiennes à l’ère numérique

Séance 08 – Des outils de la lecture distante : fouille de données, analyse réseau et ‘dataviz’.

  1. Fouille de données : l’exemple de la fouille de texte
  2. L’analyse réseau
  3. La notion de ‘dataviz’

Séance 09 – Constituer un corpus

  1. Utiliser un corpus existant
  2. Constituer un corpus de données pour ses recherches (introduction à diverses notions, dont celle d’API)
  3. Bonnes pratiques de la constitution et de l’exploitation d’un corpus

Séance 10 – Conséquences juridiques, économiques et « structurelles » de la mise en données de sciences humaines et sociales

  1. À qui appartiennent les données ?
  2. Le renchérissement des sciences humaines et sociales à l’ère numérique dans un contexte plus large de gestion de la recherche par projet et de son évaluation

Troisième partie – Écriture, publication et communication scientifiques à l’ère numérique

Séance 11 – Publication et communication scientifiques à l’ère numérique

  1. Une nouvelle littérature grise : réseau sociaux, blogs, wikis…
  2. La publication numérique : standards, enjeux et acteurs
  3. De nouveaux types de conférences (THATCamp, Conférences ubiquitaires, etc) ?

Séance 12 – Écrire à l’ère numérique

  1. Fluidité du document numérique
  2. Nouveaux modes de narration?
  3. Les limites de l’écriture numérique

Conclusion générale

Qui sera le chercheur en sciences humaines et sociales demain ? Compétences et formations du chercheur.


24 réflexions au sujet de « Humanités numériques: proposition de plan de cours »

  1. Ping : Proxem » La lettre du 23 juin : décoder le monde numérique

  2. Ping : Humanités numériques: proposition...

    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Pas directement dans le plan, qui reste un plan. Mais c’est quelque chose que l’on peut insérer dans l’une des séances.

      Répondre
  3. Claire Clivaz

    Tout-à-fait. Mais c’est la notion même de «document» qui collapse dans la matérialité digitale. C’est LA le changement copernicien que l’on touche du doigt, précisément, dans cette matérialité qui nous arrive à même le corps désormais (cf. les jambes bioniques et autres).

    Répondre
  4. Claire Clivaz

    **Commentaire émis sur Facebook et reproduit avec autorisation de C. Clivaz**

    Super Frédéric! Merci. Ma seule interrogation est de partir de la «donnée», mais comme tu problématises la notion, je pense que pédagogiquement, c’est un bon choix. Bravo… cela donne envie de le faire… ou de le suivre

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Je pars de la donnée comme tout historien part de ses sources primaires.

      Répondre
      1. Paul Bertrand

        **Reproduit de Facebook**
        En fait, c’est plus de « source » dont il faut parler que de source primaire. Ca reste essentiel: comprendre ce qu’est la donnée de base reste une nécessité épistémologique, dans toute literacy
        Je suis même convaincu que la notion de « donnée » naît entre le IXe et le XIIIe s. en Occident!

        Répondre
        1. Stéphane POUYLLAU

          Paul,
          Je suis d’accord avec toi, j’ai travaillé sur les terriers notariés dans l’Aquitaine du XIIIe et j’y ai même trouver des « métadonnées » au sens d’information décrivant des données (relevés de surfaces parcellaire).
          Stéphane.

          Répondre
    2. Claire Clivaz Auteur de l’article

      Il y a quelques semaines, j’assistais à une séance avec nos informaticiens de pointe en Suisse: avec les serveurs miroirs, en réseaux, la «notion d’original disparaît», disaient-ils. Des serveurs miroirs ne sont pas forcément coordonnés; plus la distance augmente, plus les données mettent du temps à transiter. Il n’y a donc plus un lieu qui conserverait un contenu «de base».

      Répondre
      1. Paul Bertrand

        Exact, il faut distinguer la donnée de son « lieu ».
        Le concept d »original’ est une hérésie du XVIIIe s. Ca fait longtemps que les diplomatistes l’ont abandonné. Je pense qu’il faut distinguer la donnée du document original, justement. Ce sont deux choses différentes, selon moi…

        Répondre
  5. Martin Grandjean

    Question bête (en particulier en réaction au partage de Claire Clivaz sur Facebook qui appelle de ses voeux un tel cours dans notre alma mater lausannoise): pourquoi faut-il un cours sur les humanités numériques ?
    En fait, on se trompe de cible : il faut enseigner les moyens numériques dans les disciplines d’Humanités, pas les « humanités numériques » (qui pourraient faire l’objet d’une seule séance dans ce cours, comme aperçu d’un mouvement disciplinaire).
    Evidemment que cette remarque porte en particulier sur l’intitulé de ta proposition de cours : en l’occurrence, ce que tu proposes n’est en effet pas un cours d' »humanités numériques » mais un cours de « numérique pour humanistes ». Et heureusement, parce que l’éternelle « introduction aux DH » avec du Moretti et du Busa dans tous les sens, on en a marre et les étudiants ne s’y intéressent pas (pas encore à ce stade de leurs études) parce qu’ils ont des préoccupations plus concrètes que l’histoire des sciences.

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Dans ce cas précis, le plan de cours correspondait à une demande de cours spécifiquement Humanités numériques.

      Si sur le fond, je suis plutôt d’accord avec toi – je ne crois pas aux Humanités numériques comme discipline, mais comme socle méthodologique commun aux sciences humaines et sociales.

      Par contre, on peut opposer à ta remarque un souci pragmatique: si, dans mon cas, mon rêve serait de faire un cours sur l’histoire de l’intégration européennes ou sur les banques centrales usant de ces méthodologies – et je devrais pouvoir faire quelque chose qui s’en rapproche l’année prochaine – 99% des collègues ne peuvent pas le faire. Et une grande majorité de ces 99% ne le souhaitent pas. D’où la nécessité, un peu imposée, de faire des cours séparés.

      Après l’introduction aux DH avec Busa et Moretti, effectivement, c’est un tantinet lassant.

      Répondre
      1. Martin Grandjean

        Oui, mais si tu fais ce cours sur l’histoire de l’intégration européenne, tu n’auras jamais besoin de solliciter TOUTES les méthodologies diverses et variées qui font la richesse des humanités numériques aujourd’hui, ce qui te rend évidemment nécessaire pour ce cours (vis-à-vis de collègues qui ne touchent pas à ce genre de méthodologies) mais ne nécessite en rien de faire toutes ces « introductions » méta-discursives.

        Répondre
  6. Etienne

    Très alléchant au niveau du contenu! Qu’en serait-il de la forme? Serait-ce ex cathedra? Y aurait-il prise de notes via framapad ou similaire? Interaction par tweet ou autre? En quoi la matière enseignée « contaminerait » l’enseignement?

    Une question au niveau du contenu: qu’en est-il de l’humain face $ la donnée? Il me semble qu’une petite section anthropologique serait des plus nécessaires, qui glisserait invariablement sur des questionnements épistémologique vu que le cours ne peut qu’être un regard qui part du monde mis en données sur le monde mis en données. Il me semble que les DH sont souvent remarquables dans leur aspect technique, mais il y a un certain déficit sur les enjeux humains qui ne sont pas des plus anodins en sciences humaines…

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Pour la partie anthropologique et humaine, l’idée de remettre ce cours dans la notion plus générale de « Mise en données du monde » était justement de recadrer le tout dans un phénomène, y compris humain, plus vaste, pour ne pas faire des SHS, numérique ou non, une île isolée du reste. L’introduction serait aussi là pour traiter ces questions.

      Répondre
    2. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Pour la partie forme: quelque soit le sujet des cours que j’enseigne, j’encourage les étudiants à prendre leur ordi, se connecter, vérifier mes dires, etc. Dans ce cas précis, j’essaye toujours de donner une dimension concrète à mes cours: on parle d’analyse de texte? Très bien, installons iramuteq (ou un autre) et montrons ce que cela donne et comment utiliser le programme.

      Répondre
  7. Nicolas Friedli

    Bonjour,

    Merci pour cet excellente propositions. Je copie-colle deux passages publiés sur Facebook, tels quels.

    ***

    Pas mal de petits détails qui me chiffonent, mais c’est du détail. C’est une proposition qui a le mérite d’exister (ce qui n’est pas rien) et qui semble bien pensée (ce qui est encore mieux).

    ***

    La section 3 me semble mal tournée. «Séparer les données de leur affichage» doit être le premier point, ce qui fait que d’autres choses en découlent. Et c’est ce que faisaient déjà DKnuth et LLamport avec LaTeX 😉

    Si on pose de bonnes bases, on peut passer à l’idée d’«abstract layer»: qu’importent les formats de données (et les outils), tant que le format ne fait pas perdre d’informations. Parce que XML est plus que concurrencé par JSON et SQL par des DBB non relationnelles…

    Bravo pour la mention du concept d’API au 9.2. C’est fondamental et souvent négligé.

    À mon avis, un grand manque, parce que j’adore: la question de la gestion de version, notamment décentralisée (Git, Mercurial, etc.)… mais surtout Git 😉

    ***

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *