[brèves] Big data, grands non-dits?

[Nouveau site, nouvelle rubrique: les brèves…]

Vous avez sans doute pu voir la pub d’Apple pour l’iPhone 5s. Si vous ne l’avez pas vue, voici un petit rappel:

Surfant sur la vague du quantified self, cette publicité donne l’image d’un monde plus sain, grâce, bien sûr, à nos smartphones, mais, surtout, grâce à la mesure de tout. Elle m’a laissée une impression extrêmement bizarre, en raison de ses non-dits.

Ainsi, les objets connectés et applications présentées (dont runtastic, par exemple, que j’utilise d’ailleurs) le sont dans un sens favorable à l’individu. Il s’agit de montrer en quoi les données engendrées par vos faits et gestes sportifs sont bonnes pour vous.

Sauf qu’elles sont accessoirement bonnes pour vous. Ces données sont surtout bonnes pour ceux qui vous fourniront les applications et objets connectés. Pour l’application sportive qui utilisera vos données pour personnaliser les publicités qui vous seront destinées ou pour créer de nouveaux produits. Pour la compagnie d’assurance qui s’intéressera de prêt à votre poids et à vos exercices sportifs pour adapter le prix de votre contrat.

Dans un article récent du Guardian, Evgeny Mozorov estime que la montée en puissance du Big Data (la régulation par l’algorithme via les objets connectés) sonne la fin du politique. Il prend notamment pour exemple la santé:

« Thanks to sensors and internet connectivity, the most banal everyday objects have acquired tremendous power to regulate behaviour. »

La pub Apple en est une belle illustration.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *