Berlin

Derrière la modernité plutôt élégante de l'Aiswärtiges Amt, l'ancien bâtiment de la Reichsbank, inauguré par Hitler en 1936.

Derrière la modernité plutôt élégante de l’Auswärtiges Amt, l’ancien bâtiment de la Reichsbank, inauguré par Hitler en 1936.

Hier et aujourd’hui, je participe au séminaire « Hidden Continuities: From Interwar to Postwar Forms of Cooperation and Integration in Europe » organisé à la Freie Universität de Berlin par Wolfram Kaiser (Portsmouth) et Kiran Patel (Maastricht). J’y présente un papier sur les banquiers centraux avec Emmanuel Mourlon-Druol (Glasgow).

Profitant d’une matinée libre, je suis allé marcher dans le centre de Berlin, d’Alexander Platz à la porte de Brandenburg, malheureusement sans aller rendre hommage à Ishtar.

Je ne suis plus venu à Berlin depuis près de dix ans (sauf quelques jours chez des amis, mais sans aller dans le centre). J’avais encore pu visiter le Palast der Republik, ce bâtiment tragi-comique de la RDA aujourd’hui en cours de remplacement par une reconstruction fantasmée du château des Hohenzollern. J’ai pu revoir l’hideuse sous-préfecture qui sert d’ambassade à la France, sur la Pariser Platz. En près de dix ans, Berlin a changé. Les grues se sont déplacées. L’Unter den Linden est en chantier.

En près de dix ans, depuis mon dernier passage à Berlin pour terminer les archives pour ma thèse, ma pratique de l’histoire a beaucoup changé.

Berlin, c’était le Bundesarchiv, Finckensteinallee. La côte R2501 – R pour Reich, 2501 pour la Reischbank – m’a occupé des mois entiers. Les appareils photographiques numériques étaient à la fois encore trop onéreux et de définition trop faible, les photocopies étaient trop chères: les boîtes d’archives commandées devaient être dépouillées sur place, leur contenu pour partie recopié sur un ordinateur portable d’occasion, à l’écran monochrome (au début). Certaines étaient lues en quelques minutes, d’autres pouvaient m’occuper une journée entière, parfois plus. Le rythme, en semaine, était le même, de l’arrivée le matin au départ le soir, boîte d’archives après boîte d’archives.

Je me souviens particulièrement des boîtes consacrées aux conférences des transferts de 1933 et 1934. Ces moments où la Reichsbank forçait les créanciers étrangers à accepter des Reichsmarks et donc les contraignait à réinvestir dans l’économie allemande en plein réarmement.

Je me souviens des échanges de lettres trouvés dans les archives de la chancellerie du Reich, entre le patron du Deutsche Arbeitsfront (DAF) – Robert Ley, brute stupide et avinée  – et Schacht, échanges de lettre écœurants par l’antisémitisme forcené de Ley. Ce jour-là, j’ai failli vomir.

Je me souviens de ce discours d’Hjalmar Schacht traçant, sans intervention aucune de Goebbels, une lignée directe entre Luther et Hitler. De son discours de 1935 qui lance l’élaboration des lois de Nuremberg sur le statut des Juifs. De son entretien, plus tard, avec deux employés de la Reichsbank, membres du parti nazi, à qui il expose ouvertement ses désillusions, lorsqu’il réalise trop tard que sa compromission avec la NSDAP l’a amené à l’échec politique, monétaire et moral.

Je me souviens de ces photos, hors du sujet de ma thèse, de la Palestine – une volonté de la Reichsbank de montrer que les Juifs allemands pouvaient y émigrer?

Berlin, c’était ma thèse. Hjalmar Schacht, président de la Reichsbank et ministre de l’Économie d’Hitler. Y retourner aujourd’hui, c’est prendre conscience de mon évolution de chercheur, de l’histoire monétaire internationale vers la méthodologie du numérique. Du dépouillement d’archives vers la collecte de données. De sources primaires sur papier juste assez abondantes pour écrire un livre de 450 pages vers l’anarchie fascinante du déluge des données dont l’exploitation n’est pas encore certaine. De l’histoire analogique vers l’histoire numérique.

De l’Histoire, toujours.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *