Numériser n’est pas mettre en données

En novembre dernier, à l’occasion du lancement des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, le site « Mémoire des hommes » (et pas des femmes, semble-t-il) publie plusieurs bases de données sur la Première Guerre mondiale. Le site, sur sa page « historique« , mentionne notamment l’ajout des « historiques régimentaires des unités engagées dans la Grande Guerre, de la base Sépultures de guerre ainsi que de la « Collection du ministre » de la Défense. Les fiches des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale sont ouvertes à l’indexation collaborative. »

Aujourd’hui, le site met à disposition les bases de données suivantes:

Les recherches dans ces bases peuvent être complétées par

  • La consultation de la base Sépultures de guerre (qui contient l’ensemble des sépultures de guerre, pas uniquement celles de la Première Guerre mondiale),
  • Une interface de recherche globale sur l’ensemble des bases (donc de conflits) couverts par le site Mémoires des hommes,
  • Une interface de recherche globale sur les cinq bases citées ci-dessus.

La consultation de ces bases, notamment celle des « Morts pour la France de la Première Guerre mondiale » (qui recense environ 1,4 millions de personnes), m’a laissée un peu sur ma faim.

Les documents ont été numérisés sous forme simple d’images. Il n’y a pas de reconnaissance de texte. Les méta-données d’origine – en tout cas, celles qui sont exposées par l’interface de recherche – semblent être faiblardes et reposent sur une partie de l’état civil des morts pour la France, ainsi que quelques éléments de leur dossier militaire, qui, apparemment, sont issues du module d’indexation collaborative. Ce dernier module semble, toutefois, être efficace et permet de « mettre en données » un peu mieux les fiches des Morts pour la France.

On ne peut pas télécharger les résultats d’une requête (ce qui permettrait de faire une « lecture distante » des données). On peut toutefois enregistrer dans un « panier » des fiches, que l’on retrouvera ensuite sur la page de son compte. Il faudra ensuite télécharger, une à une, les fiches ainsi placées dans le panier, sous forme d’image. Pour les données d’indexation, il faudra faire du scrapping (simplement via zotero, d’ailleurs) ou du copier-coller et, si l’on veut en faire un traitement quantitatif, les transformer, d’une manière ou d’une autre, en un format type tableur.

En clair, le fichier des Morts pour la France n’a pas été numérisé à destination des chercheurs – ou, du moins, pas vraiment et ce d’autant plus que le texte publié en forme de présentation et d’avertissement, n’est pas très rassurant:

Cet ensemble de fiches nous a été transmis tel qu’il a été constitué et ne prétend pas à l’exhaustivité.

Cela ne signifie pas que la mise en ligne de cette base de données n’est pas utile au chercheur, mais simplement qu’il ne pourra pas effectuer, grâce à cette publication, une lecture distante de ces archives, ce qui en limite radicalement la portée. Ou du moins, il ne pourra pas l’effectuer de manière simple et sans un savoir-faire technique assez poussé (pour un historien).

On pourra m’opposer que la base de données n’a pas été publiée spécifiquement pour les historiens et qu’elle s’adresse à tous les citoyens de manière générale, aux curieux de la Première Guerre mondiale et de la généalogie plus particulièrement. Ce qui est problématique dans cet argument est que ce type de bases de données – si elles sont associées à des fonctionnalités facilitant l’échange – devrait justement être un lieu où historiens et citoyens puissent se croiser. Le module de transcription, ouvert à tous les intéressés, et permettant d’améliorer les métadonnées de chaque fiche pourrait, d’ailleurs, être une occasion rêvée de favoriser cette rencontre, dans une perspective d’histoire publique.

On pourra également m’opposer des questions légales autour de la vie privée, ce qui serait une objection tout-à-fait légitime. Mais outre que beaucoup de données serait intéressantes même anonymisées, elles sont en ligne, donc accessibles à tout un chacun et « scrappable » par un toute personne apte à écrire un script (ce qui est rarement le cas des historiens).

Sans enlever à ces bases de données leur très grand intérêt historique, elles laissent toutefois l’impression d’un travail de mise en données qui n’a pas abouti et qui ne permet pas – en tout cas du point de vue des chercheurs – de profiter de leur plein potentiel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *