Journée d'études: Les banquiers centraux dans la construction européenne (CVCE, Sanem, 4 juin 2010)

Le Centre Virtuel de la Connaissance sur l'Europe, où je suis chercheur, organise le 4 juin 2010 une journée d'études sur "les banquiers centraux dans la construction européenne". Voici le programme.

Depuis la rédaction de ma thèse sur Hjalmar Schacht, je m'interroge sur le rôle des banques centrales et des banquiers centraux dans l'organisation du continent européen (et au-delà).  Leur rôle dans la construction européenne est institutionnalisée depuis la création, dans les années 1960, du Comité des gouverneurs des banques centrales des États membres de la Communauté économique européenne. Le Comité des gouverneurs (en abrégé) est issu du chapitre XIII consacré à la monnaie, rédigé par Robert Marjolin, commissaire européen, du programme d'action de la Communauté pendant la deuxième étape de l'Union douanière.

C'est ce Comité des gouverneurs, qui, au gré des évolution de la construction européenne, a acquis une plus grande importance. Il a pris en charge, aidé par la Banque des Règlements internationaux, certaines fonctions du Serpent puis du Système monétaire européen. Avec le traité de Maastricht, il est transformé de fait en Institut monétaire européen, dirigé par Alexandre Lamfalussy, ancien directeur général de la Banque des Règlements internationaux. L'Institut monétaire européen a été chargé de la création de l'euro, de la banque centrale européenne et du système européen de banque centrale.

Néanmoins, le rôle des banquiers centraux commence largement avant la création du Comité des gouverneurs. Dès les années 1920, Montagu Norman, indéboulonnable gouverneur de la Banque d'Angleterre dans l'entre-deux-guerres, parle de "petit peuple des banquiers centraux". Ce "petit peuple", Hjalmar Schacht en faisait partie, et le point d'orgue de la coopération entre les banques centrales et banquiers centraux entre les deux Guerres mondiales est le comité des experts (comité Young) qui se réunit à Paris en 1929 pour remplacer le plan Dawes et permettre de rendre le système des Réparations payées par l'Allemagne aux vainqueurs de la Grande Guerre viable.

Sur ce dernier point, le comité des experts et le plan Young ont échoué. Néanmoins, la pierre angulaire du plan Young est la création de la Banque des Règlements internationaux (BRI), qui siège à Bâle et dont les actionnaires sont des banques centrales, d'Europe et d'ailleurs. De mon point de vue, la création de la BRI est un moment important de l'organisation du continent européen et de la structuration du réseau des banques centrales et banquiers centraux. Pour cette raison, j'interviendrai, comme chercheur au CVCE, sur la création de la BRI.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">