1j1p

1 Jour – 1 Poilu: exemple de contribution des «amateurs» à la narration de l’histoire

Edit, 8 décembre 2015. Étant donné l’intérêt des commentaires, je conseille vivement à mes lecteurs de les lire. Ils sont particulièrement éclairants sur #1j1p et sur les relations entre historien.ne.s universitaires et historien.ne.s non-professionnels.

La base des données des morts pour la France de la Première Guerre mondiale est l’un des ensembles de « documents numérisés et [d’]informations issues des fonds d’archives et des collections conservés par le ministère de la Défense» (selon ses propres mots) proposés par le site  Mémoire des Hommes qui dépend du ministère de la Défense. Cette base de données est d’abord une collection de scans des actes administratifs déclarant un poilu mort pour la France, soit 1,3 millions de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale. Si l’image d’une source primaire est utile pour un.e historien.ne, elle ne permet qu’une lecture proche, avec des moyens de recherche limités aux quelques éléments, très pauvres1, qui ont été indexés au moment de la publication de la base de données. La recherche est ainsi rendue plus complexe, plus dévoreuse de temps, moins efficace et risquée dans la mesure où l’on peut manquer des informations. Presqu’aucune lecture distante n’est possible. Un module d’indexation collaborative a cependant été prévu, afin de donner la possibilité à qui voudrait d’effectuer une reconnaissance de texte «humaine» de ces images. J’ai critiqué ce module il y a environ un an.Et, manifestement, j’avais tort. Pourquoi? Car, dans le corpus français de mes tweets, apparaît régulièrement un hashtag: #1j1p – pour Un jour – Un poilu. Initiative venant d’un amateur d’histoire, Jean-Michel Gilot, ce hashtag, le compte twitter et le site qui vont avec ont pour objet principal de rendre hommage aux poilus par l’indexation de la base de données des morts pour la France.

Dans les tweets que j’ai pu collecter sur le Centenaire de la Première Guerre mondiale, 31 812 contiennent ce hashtag, émis par 2407 utilisateurs différents dont 358 ont émis 11955 tweets originaux (les autres sont des retweets). En nombre de tweets, il s’agit de près de 10% du corpus francophone des tweets sur la Première Guerre mondiale. La fréquence des tweets contenant ce hashtag augmente, notamment en raison d’«actions» ciblés: le compte @1j1p a ainsi encouragé l’indexation des soldats morts pour la France des villes et villages traversés par le Tour de France 2015, puis mené une grande opération #11j11p en novembre 2015 pour accélérer l’indexation. Aujourd’hui, si le rythme d’indexation se maintient (337 647 fiches indexées au 4 décembre), #1j1p permettra de disposer d’une base de données pleinement indexée pour le centenaire du 11 novembre 1918. D’une simple numérisation d’actes administratif, la base de données des morts pour la France aura ainsi été transformée en mise en données poussée de ces actes.

1j1p frequence tweets

La collecte systématique du hashtag #1j1p a commencé fin août 2014

Bien sûr, des problèmes méthodologiques se posent. Il faudra – si ce n’est déjà fait – estimer la qualité de cette indexation. Évidemment, l’usage d’une telle base de données, une fois l’indexation terminée, sera toujours accompagnée d’un bémol, car n’y figurent pas tous ceux qui n’ont pas été déclarés morts pour la France (sauf exception), les fusillés (ils font l’objet d’une autre base de données), les exécutés sommaires, les combattants morts pendant la Grande Guerre sous le drapeau allemand mais dont les territoires de naissance ont été rattachés à la France en 1918 et 1919. De plus, les soldats n’ont pas été les seuls à mourir du fait de la guerre (bien qu’ils soient extraordinairement majoritaire sur le front occidental). Mais les possibilités de cette base de données une fois indexée restent extrêmement importants, notamment pour l’ histoire sociale.

En miroir, ce type d’initiatives2 pose aussi la question des relations entre historiens professionnels et amateurs, entre histoire «académique» (terme ici peu approprié) et histoire publique. Peu de mes collègues, me semble-t-il, connaissent ce type d’initiatives, et, quand ils les connaissent, peu en parlent. Pourtant, nous serons les premiers bénéficiaires de cette indexation. C’est une situation dommageable: seule une indexation humaine est possible pour une telle base de données. Et l’on peut imaginer des projets scientifiques qui désireraient utiliser ce type de ressources mais qui sont limités par cette nécessité d’indexation humaine. L’expérience #1j1p montre qu’il serait possible – probablement pour des sujets assez précis et marquants de l’histoire, cependant – que des projets scientifiques incluent des historiens amateurs par des initiatives dites de crowdsourcing3.

Ce type d’initiative pose aussi la question des relations entre historiens et archivistes et bibliothécaires, souvent les plus à même de mettre en place une telle initiative – on se reportera au projet What’s on the Menu de la New York Library, par exemple. Si dans le cas d’1j1p, ce sont surtout des amateurs d’histoire qui ont mobilisé les «foules» pour l’indexation, le module qui la permet a a priori été pensé par des archivistes.

Les historien.ne.s ont ici un sujet assez dense de réflexion. En dehors des milieux de l’histoire publique, pour le moment encore très anglo-saxons4, je ne vois pas cette réflexion se développer.

  1. Nom et prénom(s), date et département de naissance, comme le montre cette fiche, non indexée le 4 décembre 2015. Cela signifie par exemple que l’on ne peut faire de recherche par lieu de décès ou par régiment. []
  2. On rappellera le travail effectué sur la redocumentarisation d’un fonds photographique avec le projet PhotosNormandie []
  3. Sous conditions de respecter quelques règles éthiques, auxquelles il faudrait réfléchir plus avant. []
  4. Notons toutefois la création d’un master en France cette année et la création de la FIHP en 2012 []

13 réflexions au sujet de « 1 Jour – 1 Poilu: exemple de contribution des «amateurs» à la narration de l’histoire »

  1. François Pelatan

    Bonjour, je reçois depuis quelques jours les séquences de commentaires mais si j’ai bien compris qu’il s’agit de la liste des poilus morts pour la France en 1914, je n’ai pas bien compris ce qu’il s’agit de faire dans cette discussion: est ce qu’il s’agit de faire modifier les noms sur le tombes ou de retrouver un soldat anonyme ? c’est pas très clair, c’est certainement intéressant mais pas très clair, au moins pour moi !
    Merci d’avance

    Répondre
  2. Jessica Fèvres - de Bideran

    Merci Frédéric pour ce signalement ainsi que pour cet argumentaire ! Pour tenter de mettre en place un projet régional – bien modeste comparé à #1J1P – de crowdsourcing, je ne peux que souscrire à la problématiques des résistances… Espérons que de ce type de projets fasse toutefois bouger les lignes.

    Répondre
  3. Jean-Michel Gilot / 1 Jour - 1 Poilu

    Votre article devrait permettre de sensibiliser le public des historiens à l’intérêt d’initiatives du type d’1 Jour – 1 Poilu, et je vous en remercie.
    Toutefois, il me semble qu’il a quelque chose de problématique en ce qu’il fait sienne une dichotomie qui dessert la cause qu’il entend soutenir. Je veux parler de l’opposition entre historiens « professionnels » et « amateurs » d’histoire, et plus largement, entre historiens et « amateurs ».
    Le mot « amateur » reste connoté négativement : qu’on songe à ses dérivés : « amateurisme », etc. Je fais volontiers mienne la réflexion d’Erwan Le Gall (de la revue En Envor), jugeant récemment, lors d’une discussion impromptue sur le réseau social Twitter, qu’il n’y avait pas d’historiens « amateurs » ou « professionnels », mais seulement : des « bons » et des « mauvais …
    A mon sens, une des raisons du succès du projet « 1 Jour – 1 Poilu » est précisément qu’il s’est voulu d’emblée « œcuménique » en s’adressant, à la fois : aux historiens, aux archivistes, aux généalogistes, et au grand public, sans opposer les uns aux autres (fût-ce en opposant des « amateurs » et des « professionnels »).
    Pour moi, « 1 Jour – 1 Poilu » n’est donc pas l’exemple de la contribution des « amateurs » à la narration de l’histoire (pour reprendre votre titre). Et à vrai dire, encore moins la seule contribution des « amateurs d’histoire ».
    Qui participe au projet « 1 jour – 1 Poilu » ? En premier lieu des généalogistes. C’est, il faut le reconnaître, l’écrasante majorité. En second lieu, viennent les passionnés d’histoire militaire. Mais nous trouvons aussi des archivistes, des bibliothécaires, et bien d’autres profils qu’il ne serait pas aisé de classer dans l’une ou l’autre de ces catégories, tant leurs centres d’intérêts sont multiples. Du reste, plus le projet avance, et plus il s’ouvre à de nouveaux publics – l’opération #11J11P en est l’illustration.
    Pour beaucoup, l’indexation revêt un sens d’hommage, sans exclure d’autres motifs, et en particulier, la satisfaction de participer, chemin faisant, à la construction d’une base qui servira une meilleure connaissance du conflit – et donc l’histoire.
    Pour moi, « 1 Jour – 1 Poilu » est donc plutôt un exemple de contribution (j’oserais dire : « citoyenne ») des internautes (venus de tous horizons) à la construction d’un outil pour l’histoire et d’un mémorial virtuel, tout à la fois.
    Corrélativement, « 1 Jour – 1 Poilu » est-elle une « initiative venant d’un amateur d’histoire » ?
    A vrai dire, ce n’est pas en tant qu’ « amateur d’histoire » que j’ai créé « 1 Jour – 1 Poilu », ni même en tant que généalogiste (que je suis par ailleurs, aussi), ni en tant qu’amateur d’archives. C’est en tant que professionnel de la communication et de la valorisation par le digital. J’ai, d’abord et avant tout, voulu mettre au service d’une cause la dynamique des réseaux sociaux, en constituant une communauté dont les membres seraient issus des horizons les plus divers. Ce qui impliquait, en particulier, de les réunir tous autour d’un même objectif, sans reprendre à mon compte les querelles de chapelle qui pouvaient constituer un frein à l’universalisation du message. Songeons par exemple à l’opposition des généalogistes (censés ne s’intéresser qu’à la mémoire et à l’ « ego-histoire ») et des historiens (censés ne s’intéresser qu’à la grande histoire), si artificielle à l’heure où le généalogiste se fait historien et l’historien prosopographe. Songeons aussi à l’opposition d’un Centenaire venu « d’en bas » versus venu « d’en haut », à laquelle j’ai souhaité substituer l’idée d’un Centenaire simplement participatif, sans haut ni bas, en un mot : « citoyen ».
    Face aux initiatives du type « 1 Jour – 1 Poilu », la question qui se pose aux historiens est donc plutôt, à mon sens, celle de l’engagement au bénéfice d’une cause qui sert la construction d’une matière pour l’histoire, en surmontant certains blocages qui leur feraient considérer comme suspecte toute motivation autre que purement historienne. A l’ère du Web 2 et 3.0, le même défi se présente, mutatis mutandis, aux professionnels du secteur des archives, confrontés à une évolution forte de leur métier, dans lequel les aptitudes au conseil et les compétences en valorisation des fonds auprès d’un public de plus en plus large (et de plus en plus exigeant) seront amenés à prendre une place grandissante, aux côtés des connaissances traditionnelles « métier ».

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Merci pour ce commentaire très intéressant et qui apporte beaucoup aux lecteurs.

      Je comprends que mes mots amateurs / historiens professionnels soient mal choisis et je veillerais à modifier cela dans mes prochains billets de ce type. Notez toutefois que j’ai mis amateurs entre guillemets dans la titre: je me doutais bien que le terme posait problème.

      Toutefois je ne suis pas d’accord pour ne faire aucune distinction. Je n’ai pas fait cette distinction pour hiérarchiser mais pour rappeler que l’histoire s’écrit aussi en fonction du statut des gens qui l’écrivent.

      Les historien.ne.s universitaires – pour préciser sans mots pouvant être connotés, bien que l’expression ne me satisfasse pas pleinement, car les historien.ne.s universitaires ne sont pas les seuls à être des historiens professionnels: les archivistes, souvent, le sont aussi ainsi que, bien entendu, les enseignant.e.s du secondaire dont beaucoup font de la recherche en plus de l’enseignement – ont un poste, avec la liberté qui l’accompagne (être payé pour faire des recherches est quelque chose de fantastique) mais aussi les contraintes: la nécessité de se soumettre à une forme de publication (articles publiés dans des revues à comité de lecture ou livres destinés à un public de chercheurs souvent restreints), la nécessité de chercher des financements par réponse à appels à projets des grandes agences, appels qui orientent nos recherches vers des sujets précis, la nécessité de passer par certaines étapes (doctorat, habilitation) pour avoir un poste, la nécessité également de se situer dans une école historiographique ou une sous-discipline, etc. Tout ceci influence la manière dont nous élaborons nos récits sur le passé, dont nous menons nos recherches… Pour expliciter tout ceci, la notion de réflexivité est de plus en plus mise en avant, en parallèle avec celle d’ego-histoire, d’ailleurs.

      Les historien.ne.s non-universitaires écrivent ou participent à une écriture de l’histoire d’une autre position – dont vous connaissez bien mieux que moi avantages et inconvénients. Là-aussi, le statut entraîne une manière différente de faire de l’histoire.

      Ce texte – manifestement maladroit, mais je tenterai de m’améliorer la prochaine fois – je l’ai aussi pensé pour rappeler à mes collègues universitaires que travailler avec des historiens non-professionnels leur apporterait beaucoup: de manière objective (dans le cas d’1J1P l’indexation de la base de données des morts pour la France) mais aussi plus subjective par l’apport d’un récit historique venant d’une autre position institutionnelle (voire d’une position non-institutionnelle) ou plutôt venant d’une multiplicité d’autres positions institutionnelles, professionnelles ou autres.

      Répondre
      1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

        J’ajouterais, pour compléter mon commentaire, que nous sommes évalués selon des critères qui ne sont pas les nôtres la plupart du temps et qui – pour dire les choses clairement et brutalement – font que parler d’#1j1p et travailler avec des historiens hors du cadre universitaire n’est, en termes de carrière, simplement pas rentable. C’est le problème d’une politique d’évaluation qui n’est pas illégitime mais qui devient de plus en plus pesante et orienté vers les grands classements internationaux. Dans ce cadre, faire de l’histoire avec nos concitoyens est simplement peu concevable et totalement ignoré par les pouvoirs publics.

        Répondre
        1. Wilfried LANGRY

          Bonsoir,

          AMATEUR: « Personne qui a une préférence marquée ou exclusive pour un genre de choses.  »

          Ce terme ne me choque pas. Un historien, au sens classique du terme, est donc un amateur qui en a fait son métier.

          Mr Gilot a très bien résumé le projet #1J1P qui a agrégé des profils très différents (dont je fais partie).
          Cette initiative est avant tout une initiative citoyenne qui touche à l’Histoire de France mais qui touche aussi à l’histoire des français. Elle permet à tous de contribuer à la connaissance de la Première Guerre Mondiale qui a marqué toutes les familles françaises.

          Finalement, la grande Histoire n’est elle pas faite de la somme d’une multitude d’histoires?

          A mon sens, le rôle de l’historien est de mettre en relation toutes ces histoires ou parties d’histoires et d’expliquer au plus grand nombre les événements qui ont pu se produire. Mais pour qu’il y arrive, des initiatives comme #1J1P sont nécessaires, tant par la démultiplication du travail que par la nécessaire remontée d’informations ou documents inédits.

          Cordialement

          Répondre
        2. Jean-Michel Gilot / 1 Jour - 1 Poilu

          Vous soulevez là une problématique importante. Puisqu’il a été ici question de « rentabilité » (en termes de carrière), j’aborderai à mon tour, plus globalement, la question des moyens du point de vue d’1 Jour – 1 Poilu. Alors même que l’utilité de cette initiative et les résultats qu’elle a permis d’enregistrer sont unanimement reconnus, on ne parait pas se demander pourquoi on trouve si peu de projets comparables. Le premier élément de réponse est que ce type de projets ne présente pas de rentabilité d’un point de vue économique. Le deuxième, est qu’il ne parait exister pour un tel projet aucune structure de financement adaptée, à moins qu’il ne soit porté par une institution. Le problème du financement public, en l’espèce, est qu’il accorde le même ratio de financement aux institutions publiques déjà financées par l’argent public qu’aux privés, qui n’en bénéficient pas, et qui ne bénéficient pas toujours non plus d’une légitimité comparable pour requérir des co-financements. Il en résulte de manière presque mécanique que la plupart des projets ambitieux sont, soit portés par des institutions, soit par des entreprises qui, disposant de moyens d’auto-financements significatifs, attendent de leur investissement des retombées en termes d’image ou d’audience. On concevra aisément dès lors qu’il reste dans ce schéma bien peu de place pour des initiatives telles que celles-ci, où le porteur du projet est contraint de devenir lui-même son propre mécène… Il fallait, je crois, que cela soit dit.

          Répondre
          1. Jean-Michel Gilot / 1 Jour - 1 Poilu

            Tout à fait. C’est bien dans ce sens que je l’avais entendu. Mais la problématique du manque de « rentabilité », y compris « académique », débouche sur la question plus globale des moyens (valorisation, mais aussi dans certains cas, comme ici, moyens matériels) qui pourraient être mis en oeuvre pour faire aboutir ou encourager de tels projets ou initiatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *