BRJ INC.
Lemon Shark, Sydney Aquarium

To #DeleteAcademiaEdu or Not To #DeleteAcademiaEdu?

Il y a un peu plus de deux ans, je concluais un billet sur les réseaux socionumériques en ligne pour chercheurs avec le paragraphe suivant:

Surtout, c’est la question du modèle économique d’un tel mastodonte qui interroge le plus. Qu’il soit soutenu par des financements publics ou privés, il faudra un retour sur investissement, que ce soit en termes d’évaluation de la recherche ou d’exploitation de ses résultats. La tentation de la prédation sera nécessairement très forte, si ce n’est inévitable. Ce risque de prédation est tel, qu’il rend les réseaux sociaux pour chercheurs, me semble-t-il, rédhibitoires.

Nous y sommes.

Il y a quelques jours, Scott Johnson, professeur de lettres classiques à l’université d’Oklahoma, a publié sur Twitter une copie d’un mail envoyé par le chef de produit du réseau Academia.edu1. Ce dernier demandait au chercheur s’il accepterait de payer si ses papiers étaient recommandés sur AcademiaEdu. Le discours est ambigu: on ne paierait pas pour être recommandé mais uniquement si l’on est recommandé, le modèle revendiqué étant les publication en open access (dans sa voie dorée, ce qui n’est pas mentionné) comme PLoS qui publie en accès libre contre paiement de l’auteur mais après évaluation par les pairs.

Un hashtag a été lancé sur Twitter, #DeleteAcademiaEdu, où des chercheurs discutent de la fermeture de leurs comptes Academia: 427 tweets en 18 heures, ce qui est relativement peu, mais peut néanmoins nuire à l’image de ce réseau2. Rares sont ceux qui défendent le site, bien qu’ils existent et avancent des arguments très variés (l’absence de service équivalent fourni par les universités par exemple), en confondant parfois les dépôts OpenAccess avec la nature d’Academia.educonfusion encouragée par AcademiaEdu.

Je m’interroge depuis le début sur l’intérêt des réseaux sociaux pour chercheurs. Promouvoir nos recherches auprès de nos pairs  (et bien au delà) est un élément déterminant de nos carrières – et les réseaux socio-numériques spécialisés ou non sont des outils très performants pour ça. Effacer son compte AcademiaEdu, est-ce courir le risque d’être moins connus dans son milieu?

Alors, j’ai regardé mes statistiques de plus près, en comparant celles issues de HAL-SHS et celles d’AcademiaEdu. Voici un résumé sous forme de cartes simples, pour la période allant du 2 février 2015 à aujourd’hui:

Nombre de "hits" Sur HAL-SHS

Nombre de « hits » Sur HAL-SHS

Nombre de "hits" sur AcademiaEdu

Et donc voici la (relative) surprise3: non seulement il y a une différence très nette entre les deux en faveur de HAL-SHS, mais en plus HAL me permet de toucher bien plus de pays. Pour la France, on passe presque de 1 (713) à 10 (6769) en faveur de HAL-SHS.

Il n’est pas certain que ces statistiques soient comparables – les statistiques web sont difficiles à capturer et à interpréter et chacune des deux institutions peut appliquer des filtres distincts sans aucunement les expliciter. Néanmoins, la différence reste frappante. Comment l’expliquer? L’une des hypothèses est que HAL-SHS est un système ouvert, très bien indexé par Google Scholar par exemple, ce qu’AcademiaEdu n’est pas. Si je fais une recherche sur Scholar, les résultats viennent de HAL-SHS, d’hypotheses.org (ce blog ou d’autres) ou de l’Université de Lausanne4. Aucune référence ne vient d’AcademiaEdu ou de son concurrent ResearchGate.

Enfin, les chiffres – surtout qu’ils restent incertains – ne sont pas les seuls critères à retenir. Avec AcademiaEdu et ResearchGate, je suis informé de ce que font d’autres chercheurs, que je peux suivre. La couche sociale de ces réseaux manque à HAL-SHS (ou serval, son équivalent Lausannois). On peut toutefois la compenser en utilisant divers systèmes, soit via les moteurs de recherche qui fournissent cette fonctionnalité, soit en utilisant des flux RSS, soit en utilisant les réseaux socionumériques généralistes, soit une combinaison de l’ensemble. C’est un peu plus long à mettre en place mais ça fonctionne très bien5.

En conclusion, j’ai donc supprimé non seulement mon compte AcademiaEdu, mais également les comptes ResearchGate et Mendeley. Nous n’en avons pas besoin.

Illustration: BRJ INC. Lemon Shark, Sydney Aquarium.

  1. Ce même chef de produit m’avait contacté par mail pour un entretien par Skype sur la fonctionnalité des «sessions» qui permet d’inviter d’autres chercheurs à évaluer et critiquer l’un de vos papiers avant de le soumettre à une revue. J’avais accepté de tester cette fonctionnalité. []
  2. Environ 1200 au moment d’écrire ces lignes. Les débats, toutefois, font rage. []
  3. Plus un pays est foncé, plus les consultations des pages en provenance de ce pays sont élevées. En gris, les pays dont aucun clic n’est provenu. []
  4. Depuis le 1er août 2015, je pratique le double dépôt: sur serval, le dépôt de l’université de Lausanne et sur HAL-SHS – c’est mal, mais ça donne une cohérence à mon compte HAL sans léser mon institution. []
  5. Voire mieux, car cela nous permet de toucher des gens qui sont hors de nos réseaux. []

4 réflexions au sujet de « To #DeleteAcademiaEdu or Not To #DeleteAcademiaEdu? »

  1. ddd

    D’abord, HAL est français – on y trouve guère de chercheurs affiliés à des institutions d’autres pays. Et souvent on n’y trouve que les références des articles, ce qui en fait un simple index. Pas très sexy !

    Ensuite, on peut s’interroger sur d’éventuels risques que ferait courir Academia.edu sur la recherche, et sur son financement – tout cela au conditionnel, puisqu’on n’y est pas.

    Mais en quoi le seul fait qu’Academia.edu, qui est une entreprise, essaie de se faire du blé est-elle une raison suffisante pour « boycotter » le site ?

    Enfin, Academia.edu n’est peut-être pas un site officiel de Gold Access (normal, la définition même du Gold c’est qu’une revue offre soi-même l’accès à ses publications – Academia peut, au mieux, être du Green Access).

    Ma pratique perso, c’est pourtant d’avoir grâce à Academia non seulement connaissance de chercheurs & de papiers que j’ignorais (à la fois via les recommandations du site & le bookmarking de personnes que je suis), mais d’avoir accès à un certain nombre de papiers (voire de chapitres de livres), auquel je n’ai pas accès (bien que membre de l’EHESS, mes accès aux bases de données sont très limitées – quelque chose que ceux qui s’opposent à l’open access – cf le n° récent de la revue d’histoire mod & contempo – semblent ignorer… et je ne parle pas de la situation de chercheurs précaires, ni inscrits ds une institution, qui tentent de publier afin d’obtenir, à terme, un contrat – bref, de chômeurs qui travaillent…).

    Répondre
  2. Martin Grandjean

    Ah, tu as quitté ResearchGate aussi ? Tant mieux, tu ne pourras plus me narguer avec tes statistiques « vos recherches sont les plus vues de votre département » 😉 #privatejoke #dorénavantceseramoilemaîtredumonde

    Répondre
  3. Frédéric Clavert Auteur de l’article

    Grand merci pour ton commentaire.

    Sur l’usage d’AcademiaEdu comme Who’s Who, je crois que c’est surtout un problème de défaillances de certaines universités françaises (et peut-être des chercheurs et enseignants-chercheurs) qui pour beaucoup ne fournissent pas de pages perso. À Lausanne, avec les pages dites Unisciences et le pages des différentes sections, nous sommes à peu près bien lotis (même si c’est assez difficile de les éditer). Bref, si tu me cherches sur un moteur de recherche tu trouveras sans problème une page des plus officielles sur moi. Mais il est vrai que ce n’est pas le cas de toutes les Universités. Le billet du LSE Impact Blog est très bien à ce sujet: http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/2016/02/01/should-you-deleteacademiaedu/

    Pour les stats de HAL: oui, elles sont rustiques, mais pas tellement moins que celles d’AcademiaEdu, qui fournit des trucs pas super précis, mais les ludifie pour te faire penser qu’elles sont indispensables. Ça fait aussi partie des raisons pour lesquelles je peux quitter Academia: passé la ludification, ces stats se sont révélées plus que décevantes. Finalement, tu n’as pas grand chose. Ce n’est pas anormal: en avoir de meilleures, ce serait prendre un risque pour les données personnelles.

    Pour ce qui est de dénigrer AcademiaEdu, je ne crois pas aue je dénigre ce site, au sens où je n’en dis ou du moins n’en pense pas que du mal, loin de là. La couche sociale est pas mal, le design est bien (ou en tout cas suffisant), la fonctionnalité « sessions » est géniale. Mais cette histoire de recommandations est inacceptable. Le parallèle fait avec les revues en oa gold l’est tout autant: AcademiaEdu n’est pas une revue et l’OA gold mal implémenté est la plus mauvaise voie vers le libre accès.

    Répondre
  4. Jonathan Chibois

    Oui, la couche réseaux sociaux manque à HAL-SHS. La veille automatisée des publications des collègues est quelque chose qui a de l’avenir, je crois aussi. Et, c’est un truc que Academia ne faisait pas trop mal (en tout cas, en l’absence de modèle alternatif, il était difficile de demander mieux).
    Sinon, il y a un avantage pour Academia que tu ne mentionnes pas, qui fait que pour ma part je laisse toujours mon compte survivre (sans publis directement déposées, seulement linkées), c’est la fontion « who’s who ». Hors du milieu académique, les gens qui cherche à savoir qui est un chercheur se dirigent plus volontiers vers Academia que vers un blog (dans un premier temps du moins), et a fortiori vers HAL-SHS. Mon expérience (vis à vis de mes contacts de terrain ou de journalistes) montrent que de cette plate forme émane une forme de respectabilité, en grande partie abusive bien sûr, mais qui a des effets concrets. Academia a su se positionner comme le Linkedin de la recherche, ce qui la rend importante dans l’articulation du champ SHS avec le reste du monde
    Enfin, il faut dire que chez HAL-SHS, les stats sont très rustiques et pas simple à prendre en main (bien que largement suffisants pour leur représentativité réelle). Or, sur Academia il ne faut pas négliger cette forme de gamification ou d’intéressement, avec les histoires de compteurs et de trophées, qui n’est pas entièrement contre-productive : pour qui n’est pas sensible à la cause Open Access, le fait de déposer un papier en ligne devient (1) ludique, (2) donne le sentiment de gagner un lectorat et donc (3) devient souhaitable. Le fait est qu’on trouve maintenant de plus en plus de papiers en ligne via Academia. Cette forme de pédagogie à « l’accès libre » pose beaucoup de questions éthiques, mais je crois que si on fait preuve d’honnêteté, il est difficile de totalement la dénigrer.

    Bref, tout ça pour dire, que j’ai personnellement toujours été ennuyé vis-à-vis de cette plate-forme, ne sachant encore me prononcer définitivement dans un sens ou dans l’autre… 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *