L’Histoire et le flux

«Tout historien travaillant sur Twitter est condamné à finir en institution spécialisée»1.

Ce billet a été commencé avec l’idée très vague de démontrer l’importance d’une notion informatique, l’API. Il a évolué, de manière assez imprévue, sans aucune référence à cette notion, sans que je ne puisse dire pour le moment si j’en apprécie le résultat. Commentaires bienvenus2.

Ce lundi 9 mai, j’ai parlé de «sources en flux3» à Louvain-la-Neuve pour les journées des archives 2016 à l’invitation d’Aurore François, directrice des archives de l’UCL, qui avait d’ailleurs publié un très bon chapitre dans notre Histoire contemporaine à l’ère numérique4. Particulièrement intéressant, le thème de ces 16e journées était: «Pérenniser l’éphémère. Archivage et réseaux sociaux»5.

Au début était l’archive infinie

En continuant de réfléchir à ces sources primaires en flux depuis lundi, je me suis replongé dans la notion d’archive infinie, l’Infinite Archive avancée il y a quelques années par Bill Turkel6. Le web est cette archive infinie, une constellation d’informations en constante expansion.

L’archive infinie est un matériau nécessitant des méthodes et des outils computationnels nouveaux. Ils ont néanmoins une ascendance antérieure au web, s’insérant dans le temps plus long du rapport des historien.ne.s à leurs sources, ascendance remontant à l’accroissement des sources primaires qui commence dès le xixe siècle et s’intensifie au xxe, lorsque le volume des sources disponibles pour l’histoire, d’abord sur papier, aujourd’hui dématérialisé, ne cesse de s’accroître.

Le Web est toutefois une rupture, en ce sens que l’explosion d’informations qu’il représente l’assimile, ainsi, à cette archive infinie. Mais se pose aussi la question de sa mémoire. Imparfaite – car à une même adresse peuvent, au fil du temps, correspondre des informations très différentes – elle existe néanmoins. Elle est, en outre, archivable, bien que difficilement. Le web, archive infinie, oublie ainsi une partie de son passé.

Infini et mouvant, le web est déjà une remise en cause des pratiques de l’historien.ne: nos livres et articles sont vus comme l’achèvement d’un travail de recherche. Ils sont finis, figés. Nos recherches portent sur des archives, des documents, des sources primaires qui ont été figés dans un centre d’archives.

Vint le flux

En m’intéressant à la perception du passé sur les réseaux sociaux numériques, dans le cadre de mes recherches sur le Centenaire de la Grande Guerre sur Twitter, je dois utiliser une source primaire, les tweets, qui a une grande particularité: c’est un flux d’information, continu, mais dont l’intensité peut varier en fonction des plus ou moins grands échos des commémorations.

Le flux qu’est Twitter est une partie de l’archive infinie. Mais en terme de mémoire du passé, le flux est peut-être une rupture. Si l’archive infinie a des troubles de la mémoire, le flux n’est à la fois pas fait pour en avoir une7, tout en étant hypermnésique. Du point de vue de la mémoire, le flux est paradoxal: s’il n’est pas capté, il n’a pas de mémoire; s’il est capté, il est hypermnésique8.

Flux et source primaire

La capture du flux en fait une mémoire car elle permet de le figer dans une base de données, une forme parmi d’autres, après tout, d’archive. L’historique du flux et sa mémoire, dans mon cas, sont issus de mes recherches: résultats, donc, du regard de l’historien.ne et de sa capacité à anticiper – ce qui n’est pas vraiment le coeur de métier de l’historien.ne.

Il résulte de cette opposition entre le flux – dynamique – et sa capture – statique – une tension, qui se répercute dans la manière dont on l’interprète dans une narration sur l’histoire. Cette tension entraîne les nombreux risques méthodologiques d’une telle recherche. Elle entraîne aussi une certaine remise en cause des pratiques des historiens. Comment continuer à écrire – ce qui est déjà difficile dans le contexte mouvant du web – des publications «finies» utilisant une source – expression que l’on peut relire ici dans un nouveau sens métaphorique – qui, par nature, ne peut se tarir?

  1. Phrase prononcée à Louvain, sur le ton de l’humour, par Thierry Delplancq, archiviste, Archives de la Ville de la Louvière. []
  2. Le billet sur les API viendra un jour. Ou pas. []
  3. Ma présentation est disponible sur HAL-SHS. []
  4. Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary History in the Digital Age, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang S.A, 2013. []
  5. Une autre intervention portait sur Twitter, celle d’Alexandre Turgeon: «Étudier la mémoire sur Twitter, composer avec celle de Twitter». Une partie de la réflexion menée ici sur la mémoire de Twitter a été inspirée par cette présentation. []
  6. Digital History Hacks (2005-08): Methodology for the Infinite Archive, Blog, 2008, consulté le 04.11.2008. Voir également: Hitchcock Tim, «Historyonics: Towards a New History Lab for the Digital Past», Historyonics, 01.04.2011, consulté le 11.05.2016. []
  7. Dans le cas de Twitter, c’est un peu plus nuancé: pour quelqu’un qui n’a pas d’accès commercial pour collecter des tweets, il est possible de collecter environ 3000 tweets sur les septs jours qui précèdent la requête. La recherche avancée de Twitter permet de remonter à 2006, année de la fondation de Twitter, mais sans qu’il soit possible de collecter les résultats de cette recherche []
  8. Les sociétés qui éditent les réseaux sociaux numériques comme Facebook et Twitter, captent le flux que leur système engendre, car l’hypermnésie est alors le seul moyen de les financer. Apparaissent depuis quelques temps des services conçus pour ne pas avoir – en théorie – de mémoire comme Whatsapp ou Snapchat. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *