Les archives, objet politique?

Il n’est pas du domaine de ce carnet de recherche de commenter la campagne présidentielle en cours. Toutefois, la citation suivante m’a interpelée en tant qu’historien:

J’ai fait donner par mon avocat des documents aux enquêteurs. […] Des courriers avec des notations prouvant qu’ils étaient passés par moi ; des échanges de mails avec les autres collaborateurs de mon mari. Les notes que je faisais, je ne les ai pour la plupart pas gardées, je faisais tout à la main. J’ai retrouvé beaucoup de documents pour la période 2012-2013, mais peu pour les années antérieures à 2007 – qui garde des documents de ce genre datant d’il y a dix, quinze ou vingt ans?? (Pénélope Fillon au Journal du Dimanche).

Les tribulations archivistiques des hommes et femmes politiques et de leurs collaborateurs sont nombreuses. Encore récemment, on s’est aperçu que Claude Guéant n’a pas laissé d’archives de son passage à l’Élysée. Apporter une importance à l’archivage de son passage à des fonctions ministérielles ou électives est tellement rare qu’un tweet d’Axelle Lemaire a été notablement remarqué par historien.ne.s et archivistes1:

Il me semble donc pertinent de rappeler que de nombreuses professions (dans les domaines privés ou publics) sont légalement obligées de garder des archives sur bien plus de 20 ans. Le code du patrimoine est très clair pour le cas des archives publiques, y compris celles des élus (et, donc, de leur staff).

Archiver n’est pas une lubie d’historien.ne et d’archiviste. Archiver, c’est aussi pérenniser l’État et les collectivités publiques (mais aussi de nombreuses entités privées), s’assurer de la continuité et de la cohérence de l’action publique. Les historien.ne.s ne sont pas nécessairement les premiers «clients» des centres d’archives. Les fonctionnaires, hauts-fonctionnaires, élus (en tout cas leur équipe) y font aussi régulièrement appel ou du moins sont susceptibles d’y faire appel. Les citoyens et le grand public sont aussi des utilisateurs potentiels.

Comme je l’avais écrit pour le cas Guéant: «Des archives qui ne sont pas conservées aboutissent à tronquer l’Histoire, mais aussi à tronquer la mémoire de l’État.»

  1. Notons que la Fondation Jean Jaurès, dont le Centre d’archives socialistes, reçoit en «don ou en dépôt des fonds personnels de militants, d’élus et de dirigeants socialistes». D’autres partis ont une politique structurelle d’archivage: les archives historiques du PCF sont aux  archives départementales 93 et les archives de l’écologie politique peuvent être consultées à la fondation de l’Écologie politique pour EELV. À droite, l’archivage des papiers des élus est très centré autour de quelques personnalités, par exemple Georges Pompidou.
    Pour plus d’informations sur les archives des partis politiques, ce billet semble complet ainsi que cet article d’Archimag. Toutefois, il aborde la question des archives des partis politiques à proprement parler qui sont des institutions privées et donc ne sont pas concernées par le code du patrimoine. Les élus sont dans un cas différent, même s’il y a des cas peu faciles à trancher (les élus sont des militants / les groupes parlementaires ont un statut délicat à trancher). D’autres centres privés ou des centres d’archives publiques, locaux, départementaux ou nationaux peuvent accepter les fonds des élus.
    J’en profite pour rappeler que les archivistes sur Twitter sont toujours disponibles pour répondre à nos questions. Je les en remercie collectivement et individuellement, notamment A. Dejob et G. Touati pour ce billet et pour le contenu de cette note. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *