Le code et l'historien contemporanéiste - pensées éparses

Je ne code pas. Ou peu. Si jamais on peut considérer qu'écrire un peu de HTML avec une goutte de PHP pas toujours bien maîtrisé signifie que l'on "code". Pourtant, en tant qu'historien comme en tant que citoyen, je souhaiterais apprendre - je n'ai malheureusement jusqu'ici jamais trouvé le temps.

Pourquoi serait-il utile pour moi, historien, de me lancer dans un apprentissage nouveau, quasiment une nouvelle langue vivante à apprendre? Comme contemporanéiste, je travaille sur un thème - les banquiers centraux - qui requiert de prendre en compte l'ensemble du XXe siècle et quelques années du XXIe. Pour les années les plus récentes, j'ai une source formidable: le web. Mais comment exploiter cette source qui, à l'échelle d'un historien, est potentiellement infinie? Comment appréhender une abondance de sources1 telle qu'il n'est pas possible humainement de la lire intégralement comme j'ai pu lire quelques centaines de boîtes d'archives pour ma thèse?

En programmant. En codant.

Cette question de l'historien-informaticien n'est pas nouvelle. La plus célèbre phrase des humanités numériques françaises l'évoque: "L'historien de demain sera programmeur ou ne sera plus"2. En fait, en France, les premières études utilisant des ordinateurs - on parle alors de mécanographie - datent de la fin des années 1950. Les Annales publient un premier article en 19593, puis un second en 19604. En clair, les historiens français - même s'ils ne sont pas les premiers en la matière5 - ont très rapidement utilisé les premiers supercalculateurs arrivés dans l'hexagone. Dans le cas des bâtiments assyriens en Cappadoce, ce sont ceux de la Communauté Européenne de l'Énergie Atomique - CEEA ou Euratom, l'autre Communauté créée par les traités de Rome de 19576. En effet, Euratom, au contraire de la CEE, est, avec le retour du général De Gaulle au pouvoir, très vite vidé de sa substance. Ses supercalculateurs peuvent ainsi être loués.

L'historien qui utilise un ordinateur est alors confronté à des conditions matérielles qui n'ont rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd'hui7. Les ordinateurs occupent l'équivalent d'une salle. Il n'existe pas d'interface graphique et l'ordinateur est utilisé grâce à des cartes perforées. Une erreur dans ces cartes peut remettre en cause l'ensemble du traitement "mécanographique". Et la location de l'ordinateur coûte cher.

Ce que n'a probablement pas prévu Emmanuel Le Roy Ladurie, c'est le développement de l'ordinateur individuel, particulièrement à partir de 1984 - date de la sortie du premier Macintosh et début de l'expansion des interfaces graphiques telles que nous les connaissons aujourd'hui. D'une certaine manière, ces ordinateurs personnels - chers au début, mais dont le prix à décru de manière impressionnante en 25 ans - me semblent avoir à la fois popularisé l'usage des ordinateurs mais retardé la prophétie d'Emmanuel Le Roy Ladurie8.

En effet, l'utilisation des traitements de texte, tableurs, etc - ces logiciels basiques que nous connaissons relativement bien aujourd'hui - s'est répandue grâce à cette nouvelle génération d'ordinateurs à interface graphique, le Macintosh d'Apple étant assez vite suivi par le logiciel Windows de Microsoft. Certains ont vite saisi en quoi l'utilisation de l'ordinateur transformait, même par l'utilisation d'un traitement de texte simple, l'écriture9. Mais cette expansion de l'ordinateur individuel a aussi retardé le recours au développement, au code lui-même, à la programmation. Parce que ces interfaces graphiques en réduisait, dans un premier temps et pour certains types d'usages, l'utilité.

Pour certains types d'usage, mais pas pour tous. Ainsi, dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales qui ont besoin de manipuler les textes, d'en faire ressortir tous les aspects, de les presser comme des citrons pour en tirer le plus d'informations possible, le recours à l'informatique s'est fortement développé. Ce n'est pas pour rien que la Text Encoding Initiative a été fondée en 1987. S'appelant Humanities computing d'abord, puis Digital Humanities ensuite, s'étendant à de plus en plus de disciplines, le mouvement - la transdiscipline? - associant les sciences humaines (et sociales) et l'informatique et le numérique se développe progressivement. Les associations nord-américaines majeures sont créées dans les années 1970 et la grande série des conférences Digital Humanities commence en 1989.

Mais ce courant est resté somme toute - jusque récemment - relativement en marge. Dans les sciences historiques en France, Jean-Pierre Genet parle d'urgence pour la formation informatique des historiens dans les années 199010.

En histoire contemporaine, il n'y avait pas besoin - sauf peut-être les historiens économistes - d'usage très intensif de l'informatique. C'est très pratique lorsque - ce qui fut le cas pour ma thèse - vous travaillez, par exemple, sur l'entre-deux-guerres. Vous avez juste assez d'archives. Pas trop, donc pas besoin de traitement informatique. Mais suffisamment pour pouvoir écrire une thèse substantielle.

Mais cette situation va évoluer. Les "XXièmistes" avancent dans leurs recherches au fur et à mesure de l'ouverture des archives. La fameuse loi des trente ans. Nous dépouillons donc, actuellement, en France, les archives qui touchent la fin des années 1970 et le début des années 1980. Or, internet, le web, ne sont plus, pour leurs débuts, si lointains. Dès que nous aborderons les années 1990, nous devrons faire face à un afflux croissant suivant une courbe - dans un premier temps - exponentielle d'archives numériques, comme le fait si bien remarquer Dan Cohen11. Dans le domaine de l'histoire de l'intégration européenne, ne faudra-t-il pas prendre en compte les milliers - probablement les millions - de courriers électroniques vraisemblablement échangés pour la préparation de l'élargissement de l'Union européenne à dix nouveaux pays membres en 2004?

Pour l'exploitation de ces archives, nous devrons apprendre à coder, pour mettre au point les outils informatiques permettant d'exploiter ces archives numériques, trop nombreuses pour faire l'objet d'un traitement strictement humain - et si toutefois ces archives numériques sont conservées. Nous devons apprendre à coder dès maintenant si nous voulons nous préparer à temps. La citation de Le Roy Ladurie n'a jamais été aussi actuelle.

Bien sûr, il est hors de question de laisser l'historien seul face à son ordinateur. Comme nous l'avons dit pour les conclusions de THATCamp Paris, le chercheur ne peut survivre seul dans un environnement numérique - c'est du moins ce qu'il me semble. Nous devrons donc travailler avec des techniciens, avec des corps de métiers qui disposent de savoir-faire que nous n'avons pas. Mais savoir développer des programmes informatiques permet de dialoguer et de travailler avec ces corps de métiers, dialogue qui sera indispensable pour poursuivre nos recherches12.

En clair, étant donné la profusion d'information dont nous disposons via le web notamment, le code deviendra la clé de la liberté de trouver et d'exploiter l'information - ces sources qui nous sont si chères.

Comme le disait, donc, Jean-Philippe Genet dans les années 1990, la formation informatique des historiens en France et ailleurs reste une urgence. En fait, une question de survie de la discipline, toutefois de cette partie de la discipline qui s'intéresse à notre histoire la plus récente.

Apprendre à coder est l'un de mes objectifs à venir. J'espère ne pas être le seul.

EDIT: Daniel Letouzey a publié quelques pistes pour compléter mon billet. Et bien sûr, il y a la réponse de La Boîte à outils des historiens.

  1. Sur la notion d'abondance et l'historien: Rosenzweig, Roy. « Scarcity or Abundance? Preserving the Past in a Digital Era ». The American Historical Review 108.3 (2003): 735‑762. CrossRef. Web. 28 avr. 2010. []
  2. Emmanuel Le Roy Ladurie. Le territoire de l’historien. Gallimard, 1973. Print. []
  3. François Furet, et Adeline Daumard. « Méthodes de l’Histoire sociale: les Archives notariales et la Mécanographie ». Annales ESC 14.4 (1959): 676‑693. Print. []
  4. Paul Garelli, et Jean-Claude Gardin. « Étude par ordinateurs des établissements assyriens en Cappadoce ». Annales ESC 16.5 (1961): 837‑876. Print. []
  5. cf. la notice biographique du Père Roberto Busa sur Wikipedia []
  6. Voir La création de la CEE et de l'Euratom []
  7. Nous nous fondons ici sur une intervention entendue il y a fort longtemps et espérons ne pas trahir les propos à l'époque tenus par l'auteur: Éric Castex, “Présentation du rapport entre l’informatique et les historiens au cours des dernières décennies”, Introduction des Journées Doctorales de Paris I, Des outils informatiques dans la Recherche, décembre 1999. []
  8. Je suis ici dans le pur domaine spéculatif - mes propos sont fondés sur des impressions et non sur une étude solide []
  9. Relisez le Pendule de Foucault d'Umberto Eco []
  10. Genet, Jean-Philippe. « La formation informatique des historiens en France: une urgence ». Mémoire vive 9 (1993): n. pag. Print. []
  11. Daniel Cohen. « History and the Second Decade of the Web ». Rethining History 8.2 (2004): 293‑301. Print. []
  12. Vous pouvez consulter les écrits de William J. Turkel sur le sujet de l'historien-programmeur: Turkel, William J., et Alan MacEachern. The Programming historian. 1re éd. NiCHE: Network in Canadian History & Environment, 2007. Web. 15 sept. 2008. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

15 réflexions au sujet de « Le code et l'historien contemporanéiste - pensées éparses »

  1. Ping : Le temps, l’historien et l’informaticien – pensées éparses (2) | Frédéric Clavert

  2. Ping : Divagations sur le développement: apprendre à programmer est une question d’objectifs et de choix | Frédéric Clavert

  3. Joël

    Merci pour ce post. Pour moi aussi, en tant que politiste, apprendre - sérieusement - à coder fait partie de mes objectifs à court/moyen terme.

    Répondre
  4. Ping : l’informatique, science indipensable pour l’historien « his7008

  5. Clement Levallois

    Salut!

    Je me mets au langage Java dans le meme esprit: programmer devient une competence essentielle en sciences sociales et humaines.
    Un obstacle embetant est que sur mon campus il n'y a pas d'offre de formation en programmation. J'y vais donc a la seule motivation. En parallele, je commence aussi a remuer l'administration de ma fac pour voir si un cours de programmation Java pourrait etre mis en place pour les licence / master / thesards / post-docs interesses (et je m'y joindrais donc). Car c'est quand meme surprenant: quoi, pas de cours de programmation sur les campus??
    Pour finir: est-ce que je peux te demander quel langage de programmation et/ou de scripting tu choisirais d'apprendre?

    A++

    Clement (twitter: @seinecle)

    Répondre
  6. inactinique Auteur de l’article

    Merci à Franziska d'avoir attiré mon attention (sur twitter) sur les deux posts suivants:

    Fred Gibbs comme Mills Kelly travaillent au Center For History and New Media (CHNM). Ils tombent d'accord sur un point: faire la différence entre le code et le script. C'est une manière de diminuer le niveau d'exigence (un script est plus simple à écrire).

    Cette distinction permettrait d'introduire le script, plus simple, dans le parcours universitaire des étudiants et de les initier par ce biais là - d'abord en insistant sur l'utilisation des moteurs de recherche selon Mills Kelly) - aux usages informatiques les plus utiles pour l'historien.

    Répondre
  7. Dr_Mellifluus

    Par "fasciner", j'entendais "inquiéter jusqu'à la sidération" - du coup, ça me fait penser : d'une part, le coup du courrier électronique, y a même pas besoin des Annales, de Toubert et de tous les autres pour que ça soit irrecevable (par contre, pour l'index : coupable) ; d'autre part ça me fait penser (courrier électronique -> archivistique contemporaine -> diplomatique des documents contemporains) : tu connais les travaux de Luciana Duranti ? Elle réfléchit justement pas mal aux questions d'application des concepts de la diplomatique médiévale ou moderne à la documentation électronique.

    Répondre
    1. inactinique Auteur de l’article

      Non, je ne connaissais pas les travaux de L. Duranti. Je vais y jeter un coup d'oeil, merci pour la suggestion. Pour l'index, je ne pensais pas à toi...

      Répondre
  8. inactinique Auteur de l’article

    Ce billet est aussi une petite provocation. Toutefois, je suis parti non pas des sources seules, mais de la manière dont notre métier pourra se faire dans 10 à 20 ans.

    Or, en histoire contemporaine, force est de constater que l'on va avoir un problème d'abondance de sources qu'il faudra gérer. Ce n'est pas de la fascination, c'est plutôt une inquiétude sur le devenir de notre science (et j'utilise science à dessein...).

    Mon idée est aussi d'apprendre aux historiens, assez tôt dans leurs études, les bases de l'informatique afin que, lorsqu'ils arrivent en thèse et s'aperçoivent qu'ils ont besoin de manipulations informatiques avancées, ils ne se retrouvent pas trop dépourvus. En ce sens, apprendre à coder "dans l'abstrait" peut être utile, mais on parle ici de maîtriser quelques bases, pas plus. Si un médiéviste ne connaît pas le grec ancien, il en maîtrise sans doute quelques bases qui lui permettront d'aller vite dans l'apprentissage poussé dont il peut avoir besoin à un moment de ses recherches.

    J'ai aussi eu cette réflexion, car, au quotidien, le fait de ne pas savoir coder, je m'en aperçois vraiment tous les jours, est un handicap. Un exemple tout bête: je veux mettre un CV plus complet sur ce site. J'en ai déjà un sur plusieurs sites. Pourquoi ne pas faire une petite routine permettant d'aller récupérer ces CV déjà en ligne pour les rapatrier sur mon site? Peux pas, sais pas faire. C'est une grande perte de temps. Et je ne parle pas du collègue qui m'a fièrement expliqué qu'il a fait son index des noms à la main pour sa thèse, plutôt qu'utiliser les fonctions de son traitement de texte.

    Sauf exceptions, les outils informatiques ne sont pas faits pour nous. On peut les détourner, mais ce n'est pas toujours efficace. Et même quand ils sont faits pour nous, les intentions - notamment concernant nos données, qui font notre richesse - ne sont pas toujours bienveillantes. C'est pour cette raison que je préfère zotero à d'autres: je connais certaines des personnes qui le développent, je connais aussi leurs intentions et ce qu'ils comptent faire, à terme, de zotero.

    Alors bien sûr, il n'est pas obligatoire que tout historien code. Pour certaines recherches, cela peut ne pas être adapté, bien entendu. Mais il faudrait quand même, me semble-t-il, une formation informatique plus solide pour les historiens (et pas uniquement eux) et faire en sorte qu'une masse critique d'historiens soit suffisamment à l'aise avec le développement pour pouvoir aider, former, entraîner les autres. Pour faire un pont avec les informaticiens et éviter ce que j'ai pu voir, c'est-à-dire une telle méfiance vis-à-vis de la technique que certains en sont à un stade incroyablement régressif. Pour moi, m'expliquer qu'un courrier électronique n'est pas une source, c'est revenir sur l'apport de l'École des Annales qui, de mon point de vue d'historien des relations internationales qui se repose sur une méthode qui pour partie a été construite contre ce courant historiographique, a été le plus fondamental: tout peut être source.

    Répondre
  9. Franziska Heimburger

    Merci beaucoup pour ce billet très riche qui fait en effet réfléchir. Il rejoint un certain nombre d'interrogations qu’Émilien et moi venons de finir pour un article - mais je crois qu’Émilien en fera un retour sur la Boîte à outils sous peu.
    Je partage ton sentiment sur la nécessité de voir des historiens coder, mais je voudrais ajouter un élément (qui nous est très important dans les formations que nous faisons à l'EHESS). Il est crucial de partir des sources, quelles qu'elles soient. Je ne pense pas que former des historiens à coder dans l'abstrait soit utile. Il faut en revanche sensibiliser les historiens aux possibilités qui leur sont offertes pour qu'ils puissent, le jour et le corpus de sources venu, se tourner vers une méthode, une technique, l'apprendre pour les besoins d'une enquête et l'utiliser. C'est l'adage de Claire Zalc et Claire Lemercier concernant les méthodes quantitatives, mais cela s'applique aussi plus largement sur les possibilités offertes par les outils numériques de nos jours.
    Je l'ai vécu moi-même quand je suis passée de la réfractaire aux maths qui voulait faire de l'histoire très culturelles à quelqu’un qui bidouillait SAS pour exploiter une base de données parce que mes sources s'y prêtaient.
    En attendant, si tu veux apprendre à coder, tu peux toujours te lancer dans les styles de citation en CSL... :-)

    Répondre
  10. Dr_Mellifluus

    Oui et non, aurais-je envie de dire. Je suis, je pense, plutôt d'accord avec l'idée fondamentale qui me semble sous-tendre ton texte, mais pas forcément avec ses conséquences poussées dans leurs retranchements (du coup, je me rends bien compte que ma position est très très théorique, vu la situation concrète dans laquelle on est). J'essaie de m'expliquer - disclaimer : médiéviste inside.

    1) J'ai un peu de mal, spontanément, avec les "paradigmes" rigoureux appliqués aux sciences historiques (je passe sur le débat "science / pas science", hein), parce que j'ai toujours un peu peur que ça ne tende à réduire la diversité des approches tout en n'empêchant pas, par ailleurs, la dispersion des études qui nous ennuie tant en général.

    2) Pareil en considérant la chose du point de vue technique, peut-être aussi parce que des "le médiéviste doit être...", j'en ai entendu des tas, en général fort bien argumentés - de tête : germaniste, statisticien, archéologue, sémanticien, géographe... et je passe les sciences auxiliaires plus ou moins spécifiquement médiévalo-modernes (encore que...) Tout ça n'a rien de faux, fondamentalement, mais il faut aussi, bêtement, arriver à les acquérir, les compétences. Je sais bien que le cerveau, c'est plus compliqué qu'un réservoir, mais quand même.

    3) A part ça, moi aussi, je me suis déjà dit "il faudrait que j'apprenne" (et je suis bieeennn moins avancé que toi), et je le pense toujours. Mais en même temps, il y a aussi le grec ancien (que je ne connais pas, Asche über mein Haupt), plus d'italien, une meilleure connaissance d'un certain nombre de types de manuscrits...

    4) Ce qui, en revanche, me paraît important dans mon cas et dans un premier temps, c'est d'avoir assez d'idée de la chose pour ne pas être complètement lâché dès qu'il en est question. Parce que "chez nous" aussi, ça commence à devenir assez nécessaire.

    5) Conclusion : je ne suis pas sûr que tout le monde doit coder. Et vu les catastrophes scientifiques qu'il m'est arrivé de voir dans lesquelles l'aspect "code" était absolument parfait, je ne suis pas non plus certain qu'il faille toujours trop pousser seulement de ce côté-là. En revanche, oui, acquérir un minimum de compétences et plus si affinité m'a l'air d'un programme souhaitable (à voir encore si c'est réalisable). Et, par contre, suffisamment de gens qui sachent le faire pour qu'il y ait une sorte de masse critique. En gros, la même chose que ce qui serait souhaitable pour, disons, les paléographes (sauf qu'il doit y en avoir trois ou quatre en activité en France, mais bon).

    6) Appendice à la conclusion : je ne suis pas sûr que ce soit tant différent que ça chez vous les contemporanéistes. Même si je suis bien conscient du rôle des masses documentaires : mais n'y a-t-il pas *aussi* un danger à se laisser, pour ainsi dire, fasciner par les masses en question, tel l'innocent petit lapin face au méchant serpent ?

    Répondre
  11. inactinique Auteur de l’article

    "Program or be Programmed": l'expression est très parlante. Lessig parlait du Code comme loi (Code is law). La loi protège notre liberté (normalement...), le code aussi. La loi peut dériver, le code également.

    Pour ceux qui ne connaissent pas Lessig et son "Code and other rules of the cyberspace": Lessig, Lawrence. Code v2. New York: Basic Books, 2006. http://pdf.codev2.cc/Lessig-Codev2.pdf. Une traduction de l'article qui est à l'origine du livre est disponible ici: Lessig, Lawrence. Code is Law. 2010 pour la traduction française: http://www.framablog.org/index.php/post/2010/05/22/code-is-law-lessig

    Répondre
  12. Mareike

    Article très intéressant sur un point névralgique, et ce pas uniquement pour les historiens. Au colloque "Les intellectuels à l'ère numérique", Christoph Bieber parlait lors de son intervention du fait que les codeurs deviendront (ou sont déjà) les vrais intellectuels de notre époque. A écouter sur http://www.kwi-nrw.de/home/audiovortrag.html

    Egalement fort intéressant et dans ce sens le livre de Douglas Rushkoff: Programm or be programmed: Ten commands for a digital age http://www.rushkoff.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">