De l’intérêt de savoir lire une URL

http

Il y a quelques temps, j’étais ATER dans un Institut d’études politiques. J’étais chargé notamment de “conférences de méthodes” (un  gros mot pour dire TD) d’histoire générale de l’entre-deux-guerres.

Lors d’une séance, j’évoque le protocole Hossbach. Le protocole Hossbach évoque une réunion du 5 novembre 1937 à la chancellerie du Reich. Elle réunit les chefs des différentes armes (Raeder, Göring et von Fritsch), ainsi que le ministre de la Guerre, von Blomberg, et le ministre des Affaires étrangères, von Neurath. À l’origine, il s’agit – alors que Göring est à la tête du Plan de 4 ans – de trouver un compromis pour la répartition des matières premières entre les différentes armes. Un aide de camp d’Hitler qui a assisté à la réunion, Hossbach, rédige une note (le protocole en question) quelques jours après.

Ce document est fondamental à plusieurs titres. Hitler, lors de cette réunion, détaille son plan pour les mois qui viennent: la Tchécoslovaquie, l’Autriche et, à terme, la guerre. (L’ordre fut finalement inversé, entre Tchécoslovaquie et Autriche). À la suite de cette réunion, les conservateurs ayant eu ou ayant encore un poids au sein du IIIe Reich sont écartés: Schacht, ministre de l’Économie, sur la touche depuis quelques temps (il perd le ministère de l’Économie, mais pas encore la présidence de la Reichsbank), Blomberg, Fritsch et Neurath aux mois de janvier et février, notamment. En outre, à Nuremberg en 1945 et 1946, il fonde l’accusation de complot contre la paix.

Comme beaucoup de documents d’archives du IIIe Reich, le protocole Hossbach a sa propre histoire. Une Guerre mondiale ne favorise pas la pérennisation des archives.

Le protocole Hossbach est donc une victime idéale pour les négationnistes.

Pendant cette séance de TD, une étudiante (trotskiste) met en cause mes propos sur le protocole. Je lui demande immédiatement sa source – elle ne peut la citer. Elle a atteint son but: elle me met dans l’embarras et ça se voit. Mais je ne suis pas embarrassé par ses propos. Je le suis, car je ne veux pas la faire passer pour une néo-nazie. Je connais par cœur les sites négationnistes, ayant travaillé sur un ministre de l’Économie et président de la Reichsbank du IIIe Reich, Hjalmar Schacht.

Nous réglons l’affaire par e-mail: elle finit par m’envoyer sa source, un site négationniste. Lors de la séance suivante, j’en profite pour faire de la pédagogie: analyser et vérifier ses sources – numériques ou non – sont des réflexes fondamentaux.

Si elle avait simplement regardé l’URL (non, vous ne l’aurez pas – cherchez sur google, le site existe toujours), elle aurait eu quelques doutes. En cherchant la page d’accueil du site (avec une image de chevalier teutonique), elle aurait immédiatement compris la nature de l’article.

Savoir lire une URL pour y trouver une information (si elle est humainement lisible) ou pour trouver la page d’accueil est simplement fondamental.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions au sujet de « De l’intérêt de savoir lire une URL »

  1. Gracile

    @FHeimburger: Tout à fait d’accord. Dans certaines bibliothèques universitaires, la barre d’adresse est même supprimée: il ne reste que le champ recherche (bien souvent google) pour quitter le catalogue (page d’accueil par défaut) et aller sur d’autres sites web.
    Pour l’article que vous évoquez à la fin, il s’agit de ReadWriteWeb: http://www.readwriteweb.com/archives/facebook_wants_to_be_your_one_true_login.php
    Les commentaires sous l’article sont effectivement le fait d’internautes désespérés ayant taper “facebook login”. L’histoire est drôle mais un peu effrayante…

    Répondre
  2. FHeimburger

    Tout à fait d’accord sur le diagnostic, mais je rajouterais encore un aspect. J’ai été frappée au cours des trois années de formations aux outils informatiques dispensées à nos étudiants en master : pratiquement aucun étudiant arrivant maintenant ne rentre une url pour aller à un site précis. Au lieu de faire comme moi, de taper “catalogue.bnf.fr” quand ils en ont besoin, ils tapent “catalogue bnf” dans leur champ google et attendent les résultats, voir ils ne tapent pas facebook.com dans la barre, mais plutôt facebook et attendent les résultats d’une recherche. Le développement des champs unifiés d’url et de recherche (“awesome bar” de Firefox et le même principe sous chrome/chromium) pousse à mon avis dans ce sens. A terme, je pense que les compétences en lecture d’url s’en font beaucoup sentir. Je n’arrive pas à retrouver l’article, mais il y avait il y a quelques années un article fort amusant d’un journaliste qui écrivait sur les réseaux sociaux sur son blog. Pendant un moment, son blog était le premier résultat pour une recherche google de “facebook”. Il s’est pris des centaines de commentaires d’utilisateurs frustrés qui ne comprenaient pas où était passé le site qu’ils attendaient en 1er résultat.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">