Divagations sur le développement: apprendre à programmer est une question d'objectifs et de choix

Comme je l'ai déjà écrit précédemment, je souhaite apprendre à programmer. Ce n'est pas la première fois que je le tente. C'est la première fois, par contre que je vais aussi loin.

Mes tentatives précédentes se centraient sur le trio PHP/Apache/MySQL. PHP pour le langage, Apache pour le serveur Web, MySQL pour la base de données. Je n'ai pas réussi. Bien sûr, j'ai pu faire un petit annuaire en ligne (des sites touchant aux relations internationales), mais qui n'a jamais évolué. C'était une époque lointaine, où les CMS (Content Management System - comme WordPress que j'utilise pour ce blog) n'étaient pas aussi performants et développer un annuaire soi-même se justifiait. Aujourd'hui, entre Google et les nombreux logiciels serveurs ou services web qui peuvent remplir cette fonction, ce choix de programmation n'avait pas grand intérêt.

Bref, j'ai vite arrêté.

Aujourd'hui - et alors que mes fonctions professionnelles me poussent à apprend à dialoguer avec des développeurs aguerris - ma motivation est nettement plus importante. Et mon choix sont bien différents. Je reste attaché au développement web, très certainement.

Mais mon but, aujourd'hui est bien plus affirmé. Nous devons - comme l'avait perçu Roy Rosenzweig dans un article que vous devriez tous lire1 -  faire face à une abondance de données, qui rendra difficile de ne pas se faire assister par un ordinateur pour faire ses recherches. Si je ne prétends pas - en tout cas pour le moment - devenir "développeur" - car il y a une différence entre développer et être développeur - j'aimerais toutefois être capable de maîtriser mon avenir informatique de chercheur.

Faire face à un déluge de données. Donc être capable de se constituer - à partir de sources publiées sur le web - un corpus pour ses propres recherches. Voici aujourd'hui mon but. The programming historian de William J. Turkel et Alolan MacEachern explique très bien comment l'atteindre assez facilement. Il explique aussi certains choix: des choix d'outils libre (zotero), des choix de langage de programmation (python).

Pour apprendre à programmer, ce dernier choix est capital. Beaucoup de langages sont promus par leur communauté comme "faciles" à apprendre. Dans la réalité, peu d'entre eux le sont. Le langage mis en avant par Turkel et MacEachern - et que j'avais pré-sélectionné avant de connaître ce site - est python. Il ne se limite pas au web, mais peut en faire. Il est ***vraiment*** facile, et ses bases s'apprennent vite.

Voici les quelques ressources que j'utilise à l'heure actuelle dans cet apprentissage:

  1. Rosenzweig, Roy. « Scarcity or Abundance? Preserving the Past in a Digital Era ». The American Historical Review 108.3 (2003): 735‑762. CrossRef. Web. 28 avr. 2010. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">