L’historien est aussi un technicien – pensées éparses (3)

L’historien est aussi un technicien. Dans certains cas, cette phrase ne choquera aucun chercheur: quand on est dans un centre d’archives, on a grand intérêt à savoir comment il fonctionne. On doit connaître des détails insignifiants comme le nombre de boîtes que vous pouvez commander, comme la manière de les ranger à la place qui vous a été allouée1. On doit maîtriser les détails méthodologiquement déterminants pour vos travaux: quelle a été la politique de sélection des documents? Leur mode de conservation? Les documents qui ont été perdus? On aime s’apercevoir, dans un registre plus anecdotique, que la petite fiche où chaque personne qui a emprunté la liasse a signé nous permet de savoir qui a travaillé sur des thèmes de recherche similaires aux vôtres. Ainsi, ai-je été ému à l’idée que, quarante ans plus tôt, Martin Broszat a travaillé sur les mêmes liasses que moi. Émotion mêlée au sentiment plus négatif d’avoir l’impression de lire des archives que tout le monde connaît déjà…

Se revendiquant souvent techniciens des archives, en un sens, beaucoup d’historiens font pourtant une exception pour l’informatique ((J’ai déjà eu l’occasion d’exprimer l’intérêt que j’ai pour le code et le rôle qu’il peut jouer dans l’étude et l’écriture de l’histoire. Proche de ce sujet, je vous conseille la lecture du billet “Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves” de Delphine Regnard. Un bel exemple, également, d’écriture numérique vivante: Delphine a corrigé ce billet au fur et à mesure de discussions sur les réseaux sociaux et dans les commentaires du billet – où le débat est vif.)). C’est ce qu’a résumé, en mars dernier lors du colloque organisé par l’Université du Luxembourg et le CVCE, la petite phrase “Je ne suis qu’un historien”, qui a révolté, notamment, Sean Takats. Dans mes conclusions, j’ai essayé de prendre cette phrase à contre-pied: oui, je ne suis qu’un historien et c’est pour ça que je m’intéresse à la manière dont nous utilisons l’outil numérique. Parce que, de la même manière que j’ai dû apprendre à connaître le fonctionnement du Bundesarchiv allemand pour ma thèse, je dois maîtriser ces nouveaux outils, tout simplement pour exercer mon métier.

Car aujourd’hui, nos modes d’écriture sont bouleversés. Si l’article et le livre, œuvres finies et quasi immuables, restent des références pour nos CV, les expériences les plus créatives et les plus intéressantes se déroulent en ligne, repoussant les limites de la validation par les pairs et instaurant des modes collectifs d’écriture2 ou illustrant comment on devient historien.

De la conférence monolithique, nous nous dirigeons vers des événements scientifiques ubiquitaires, se déroulant dans plusieurs espaces/lieux/réseaux en même temps – comme c’est le cas désormais de la plupart des événements Digital Humanities auxquels j’ai participé.

Surtout, notre relation aux sources va s’en trouver bouleversée. Pour deux raisons. La première est que la numérisation des sources facilite l’accès aux archives, et, si elle est bien menée, nous permettra de faire lire nos sources par l’ordinateur qui nous assistera pour révéler ce qui n’est pas évident à voir avec le seul œil humain. Toutefois, deux écueils nous guettent: le problème russe décrit par Dan Cohen3 et le fait qu’une archive numérisée peut aussi être une archive appauvrie4. Dans le premier cas, le risque est d’utiliser l’outil numérique sans grand discernement, avec une perte de légitimité scientifique, un peu à l’image de l’histoire économique à la fin des années 1970. Dans le second cas, la numérisation peut nous faire perdre de nombreux éléments déterminants pour nos recherches: la qualité du papier, les différents types d’annotations… Les chances d’éviter ces deux écueils seront d’autant plus élevées que nous maîtriserons les logiciels et méthodes adéquats.

La seconde raison est un problème connu des archivistes depuis longtemps5: l’abondance. Les archives ont dû développer des stratégies de sélection. Mais ce problème, que l’on peut relier à cette fameuse infobésité, est aujourd’hui d’une tout autre ampleur. D’une part, les choix de sélection des archives numériques conservées doivent être de vrais choix et non des choix par défaut, imposés par une mauvaise maîtrise de la technique6. D’autre part, malgré ces choix, la masse d’archives auxquelles nous serons confrontés restera suffisamment importante pour que, en tout cas pour certains sujets, nous soyons obligés de nous appuyer sur des programmes permettant ce que l’on appelle le “text mining” ou “data mining”. En tant qu’historien de la construction européenne, je n’ose imaginer, dans une vingtaine d’années, le nombre de documents numériques qu’il faudra dépouiller pour comprendre l’élargissement de l’Union européenne de 2004.

Le risque que représente ce refus de s’intéresser à la technique numérique, de mettre les mains dans le cambouis digital, est de se retrouver, dans quelques années, à ne plus pouvoir ni faire de recherches, ni écrire l’histoire, en tout cas pour certaines périodes.

  1. Ne riez pas, commandez des boîtes qui n’ont pas la bonne taille et vous désorganisez tout un service d’archives. []
  2. Vous pourrez lire Thomas, William G. « Writing History in the Digital Age | William G. Thomas ». William G. Thomas digital historian 31 oct. 2011. Web. 20 juin 2012 et jeter un coup d’œil sur le projet PressForward []
  3. Cohen, Dan. « It’s About Russia ». Dan Cohen’s Digital Humanities Blog 6 mars 2007. Web. 11 juill. 2012. []
  4. Turkel, William J. « Intervention: Hacking history, from analogue to digital and back again ». Rethinking History 15.2 (2011): 287‑296. CrossRef. Web. 11 juill. 2012. []
  5. Je rappelle à toutes fins utiles que je suis contemporanéiste []
  6. Sur le sujet de la préservation des archives numériques, voir, dans le cas des sites web: Rosenzweig, Roy. « Scarcity or Abundance? Preserving the Past in a Digital Era ». The American Historical Review 108.3 (2003): 735‑762. CrossRef. Web. 28 avr. 2010. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">