Les Digital Humanities, une question de survie pour l’histoire contemporaine? – Pensées éparses (4)

Claire Clivaz, assistante professeur à Lausanne en théologie protestante, adepte des Humanités numériques, vient de publier un billet où elle s’interroge sur la “grande question de recherche” posée par les Humanités numériques1.

Je ne me permettrais pas de répondre pour toutes les sciences humaines et sociales, ni ne donnerai de réponse globale. Je me cantonnerai à mon petit domaine, l’histoire, voire uniquement l’histoire contemporaine.

En termes d’historiographie, le XXe siècle est celui de l’extension du domaine de l’histoire. S’opposant à l’ecole méthodique de Seignobos et Langlois, qui ne se fondaient pour l’essentiel que sur des sources manuscrites et ne traitaient quasiment que d’histoire politique, l’École des Annales sort du carcan chronologique au-jour-le-jour pour inventer la notion de temps long, élargit les thèmes traités et, surtout, élargit les sources de l’histoire. Cette extension du domaine de l’histoire n’est pas le seul fait de l’École des Annales. En restant toujours en France, la sortie de l’Introduction à l’histoire des relations internationales2 marque le saut de l’histoire diplomatique, cette savante description des combinaisons élaborées des diplomates, à une histoire des relations internationales ancrée dans des phénomènes plus profonds3.

Le point important, ici, est l’élargissement des sources de l’histoire. C’est ce point qui fait que l’on dispose d’une histoire du climat4, par exemple, dont l’écriture aurait été inimaginable à la fin du XIXe siècle. De mon point de vue, nous sommes ici face à une continuation de ce mouvement, grâce au numérique, dans deux directions différentes.

  • Le numérique devrait nous permettre de réinterpréter des sources existantes, et, parfois, largement connues,
  • Nous devrons utiliser l’outil informatique pour faire face à l’afflux de documents numériques.

Sur le premier point, je vous laisse lire un article de Lauren Klein5 qui montre comment, avec une analyse de réseau et des outils de visualisation, on peut faire l’histoire de ceux qui ne sont pas désignés par leur nom dans les archives.

Sur le second point, rappelons que toute une frange de l’histoire numérique s’intéresse aux périodes les plus récentes de notre histoire. Sans parler d’histoire immédiate, de grands chantiers historiographiques s’ouvrent en même temps que les centres d’archives mettent des sources primaires à disposition au fil de la règle des trente ans.

Or le web, le courrier électronique et de nombreux autres supports numériques s’imposent progressivement au sein des administrations, des entreprises, des associations, des particuliers… au fil des années 1990. À partir de 2020, et même si les archivistes élaborent des stratégies de conservations (c’est-à-dire qu’ils ne gardent pas tout), nous aurons de plus en plus6 à traiter, à côté de nos bonnes vieilles liasses de papier, des documents numériques.

Or nous ne sommes pas armés, pour le moment, pour y faire face. Rares sont ceux qui commencent à élaborer une méthodologique critique des documents numériques7. Encore plus rares sont ceux qui pensent à la manière dont nous interrogerons des archives numériques massives8. Nous pouvons nous préparer, en adoptant des technologies émergentes, décrites ça et là9. Mais cela suppose un fort effort de formation des étudiants, ce qui nous fait retomber sur une autre discussion.

Il y a déjà eu des historiographies, qui, pendant quelques années, se taisent, temporairement étouffées par un afflux important d’archives nouvelles. Ainsi, de la biographie d’Hitler par J. Fest en 197410 à celle de Marlis Steinert en 199111, de nombreux ouvrages sur Hitler ont été publiés. Entre Steinert et Kershaw huit ans plus tard12, il y a, par contre, un vide certain. Pourquoi? En raison de la chute du Mur de Berlin, qui a permis aux historiens d’aller dans les archives des pays de l’Est de l’Europe. Mais il leur a fallu plusieurs années pour les assimiler.

Si nous ne sommes pas collectivement prêts à utiliser des sources primaires numériques d’ici une dizaine d’années, le risque est que l’histoire contemporaine, sur certains sujets, reste muette pendant une longue période, car coupée de sa matière première. Pour ces domaines de l’histoire contemporaine, les Digital Humanities et leurs méthodes me semblent être une question de survie.

  1. Claire parle d’Humanités digitales, expression que je n’aime pas trop, mais peut-être, à lire son billet, devrais-je changer d’avis []
  2. Renouvin, Pierre, et Jean-Baptiste Duroselle. Introduction à l’histoire des relations internationales. Armand Colin, 1964. Print. []
  3. Cette évolution est opérée en partie en opposition aux Annales: Duroselle, Jean-Baptiste. Si l’historien n’interprète pas, il ne fait pas son métier. 20 sept. 1994. Le Monde. – payant []
  4. Ladurie, Emmanuel Le Roy. Histoire du climat depuis l’an mil. Flammarion, 1993. Print. []
  5. Klein, Lauren Frederica. « Social Network Analysis and Visualization in ‘The Papers of Thomas Jefferson’ ». Digital Humanities 2012. 2012. Web. 24 juill. 2012. []
  6. Si elles ont été correctement conservés, ce qui est un autre débat []
  7. Il y a bien sûr des exceptions: voir l’article de Serge Noiret dans: Philippe Rygiel, et Serge Noiret. Les historiens, leurs revues et Internet : France, Espagne, Italie. Publibook. Paris, 2005. Print. []
  8. Nous conseillons la lecture du blog, tenu de 2005 à 2008, par William J. Turkel Digital history hacks []
  9. Cohen, D. et al. « Data Mining with Criminal Intent ». (2011): n. pag. Print. []
  10. Fest, Joachim C. Hitler. New York: Harcourt Brace Jovanovich, 1974. Print. []
  11. Steinert, Marlis. Hitler. Fayard, 1991. Print. []
  12. Kershaw, Ian. Hitler Tome 1: 1889-1936 Hubris. W. W. Norton & Company, 1999; puis Kershaw, Ian. Hitler Tome 2: 1936-1945 Nemesis. W. W. Norton & Company, 2001. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">