Le réseau ARPA Net, 1974

Ma petite histoire d'internet

Voici quelques notes que j'ai préparées pour un séminaire. Elles sont livrées telles quelles1.

 

Le réseau ARPA Net, 1974

Le réseau ARPANet en 1974. (Domaine public, Wikimedia Commons).

Les grandes lignes de l’histoire d'Internet sont bien connues2. Elle ne correspond pas à certains clichés que l'on peut parfois entendre: elle n'est pas récente (ou alors très relativement récente) d'une part, l'infrastructure qui s'est développée au fur et à mesure de son développement n'est pas immuable d'autre part.

Les origines

Internet est un enfant conceptuel de la Seconde Guerre mondiale qui a grandi pendant la Guerre froide.

Un enfant conceptuel de la Seconde Guerre mondiale

Certains concepts utilisés aujourd’hui sur le Net (et le web) ont été définis dans les 25 ans qui suivent la Seconde Guerre mondiale.

Le Memex de Vannevar Bush3. Vannevar Bush est le maître d’œuvre de la recherche scientifique états-unienne pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1945, dans le journal américain The Atlantic, il tire les conclusions de l’évolution de la recherche pendant le conflit. Cet article est plutôt fastidieux à lire. Il mentionne des techniques aujourd’hui disparues ou quasi-disparues (y compris la photographie argentique) mais décrit ce que pourraient être des machines en réseau d’une part et la manière de naviguer dans le contenu de ces machines d'autre part. Il y parle du Memex, un microfilm à ultra haute-résolution, couplé avec des écrans et des caméras pilotés par des contrôleurs électromécaniques, ancêtre du lien hypertexte.

Dans les années 1960, l’influence de Ted Nelson. À l’origine du projet Xanadu (1960)4 et surtout de l’Hypertext Editing System (1967), Ted Nelson a forgé le terme «hypertexte» en 1963 et en parle dans une publication de 19655. Philosophe et sociologue, influencé par Bush, il s’intéresse dans les années 1960 aux ordinateurs et aux interfaces homme-machine. L'hypertexte de Ted Nelson est plus complet que le lien que nous connaissons: il est à deux sens et non un seul. En effet, dans le lien tel que nous le connaissons aujourd’hui, si la cible du lien change, disparaît, le lien est mort. Ted Nelson imaginait un système où le lien évoluerait en fonction de la source et de la cible et où source et cible seraient reliées.

Trop ambitieuses, les idées de Ted Neslon inspirent toutefois de nombreux projets, dont un protocole, le "http"6. Beaucoup plus pragmatique, il repose sur le « réseau des réseaux » c’est-à-dire Internet.

Un enfant inattendu de la Guerre froide

Les concepts émergeants dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale vont – partiellement – se réaliser dans le cadre de la Guerre froide. C’est le fameux ArpaNet. Ce dernier - et par la suite Internet également - est une rencontre improbable entre la « grande science », c’est-à-dire les grands projets financés sur fonds publics; la recherche militaire et la culture libertaire. ARPANET est un projet qui est lancé par l’armée en 1969, dans le cadre de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) dépendant du Département de la Défense. De cette DARPA – dont le nom a changé entre ARPA et DARPA – est aussi sorti le GPS.

ARPANET sert à tester des technologies de réseau, éventuellement utilisables dans un cadre militaire. Assez vite opérationnel, ce réseau relie des universités, des centres de recherche et le Département de la Défense. Il profite de la mise au point en 1973 du protocole dit TCP (Transmission Control Protocol)7 puis TCP/IP8 en 1978.

Quels sont les principes d’ARPANET ?

Arpanet est un projet militaire, la sécurité est donc primordiale. Il adopte une structure en réseau décentralisée. En clair :

  • si un nœud du réseau est détruit, les données peuvent emprunter un autre chemin;
  • si un nœud du réseau est détruit, la puissance informatique du réseau est faiblement atteinte, car répartie entre tous les nœuds du réseaux;
  • il y a redondance des fonctions dans le réseau, pour minimiser le risque de déconnexion.

Arpanet a permis le financement de la recherche en informatique dans les années 1960 et 1970, dans un cadre plutôt libre – plus libre que sa naissance militaire ne le laisse penser. Mais ce n’est pas un projet stratégique pour le Département de la Défense. Il finit donc par s’émanciper du militaire. Ce qui engendre une co-existence difficile entre militaires et universitaires. Le réseau de l’armée devient MILNET, Arpa-Internet est réservé pour la recherche.

Arpa-Internet s’est ainsi développé dans un cadre public, lié à des institutions d’État, et non au monde des affaires.

Dans les années 1970, le développement d’Arpa-Internet dans les universités est fondamental pour ses évolutions futures, car il est ainsi imprégné de la culture libertaire de l’époque et de celle des premiers « hackers ». Les universités ont fourni les serveurs et la logistique, les enseignants et universitaires ont permis – par le développement des logiciels et des protocoles – des progrès importants. S’ils sont souvent éloignés de la contre-culture, ils ont des points communs avec elle: la liberté de pensée, de partage, de coopération d’égal à égal.

En parallèle, émergent d’autres réseaux comme Usenet ou l’UUCP (Unix). Sur ces réseaux, la culture des étudiants en informatique se répand, ce qui prépare le passage à internet, d’autant plus que, contrairement à Arpa-Internet, ces réseaux sont internationaux – ArpaNet est fermé à l’étranger.

Internet repose sur l’ouverture, la décentralisation, sur l'importance du rôle des utilisateurs du réseau. Il est facile de rajouter des nœuds (des ordinateurs/serveurs), leur coût peut-être faible. Les utilisateurs sont en outre des producteurs. Cette ouverture repose notamment sur un protocole - TCP/IP - qui est pragmatique et permet de relier les différents réseaux entre eux – y compris ArpaNet. Au début des années 1990, Internet est donc finalement assez facilement ouvrable vers l’extérieur, après une décennie, dans les années 1980, où son utilisation s'est répandue dans toutes les régions du monde et alors que des fournisseurs d’accès commerciaux apparaissent. Les transactions commerciales y sont autorisées. En 1995, sa gestion est privatisée.

L’ouverture d’Internet et sa privatisation ont permis l’arrivée d’applications qui n’étaient pas prévues. La principale aujourd’hui : le Web.

Le Web et l’expansion d’Internet

Le World-Wide Web est proposé par le Britannique Tim Berners-Lee, du CERN, avec l’aide de Robert Caillau, ingénieur belge, en 1990. Il s’agit d’un système reposant sur une « toile » de documents reliés par hypertexte, lisibles par des navigateurs (browsers) dans le cadre d’une architecture clients-serveurs.

C’est le web, simple d’utilisation, qui propulse internet dans la sphère commerciale et le popularise. Les pages Web, les sites Web sont - au moins dans un premier temps - faciles à développer, grâce à un langage simple qu’est le HTML.

Le web reste profondément lié à Internet notamment sur le rôle des utilisateurs-producteurs. La culture de ces derniers est donc importante à définir.

Les quatre cultures d’Internet et du Web

Internet est un produit technologique qui est issu de la culture de ses producteurs. Depuis son extension et son internationalisation, il faut clairement distinguer les utilisateurs-producteurs des utilisateurs-consommateurs. Les premiers ont une utilisation qui impacte Internet, pas les autres.

On reprendra ici la définition de Manuel Castells : la culture est:

un ensemble de valeurs et de croyances qui suscitent des comportements, dont la répétition crée des coutumes, que des institutions ou des organisations informelles font ensuite respecter. [...] C'est une construction consciente, mais collective, qui transcende les inclinations personnelles tout en influençant les pratiques individuelles - en l'occurrence, celles des utilisateurs-producteurs d'Internet.9

Il y a eu quatre strates successives dans la culture internet : la techno-méritocratie, les hackers, les communautés virtuelles, les entrepreneurs. Ces strates ont en commun une idéologie de la liberté.

Ces trois strates sont hiérarchisées. La culture techno-méritocratique se précise dans celle des hackers. La communauté ajoute une dimension sociale au partage de la technologie (cf. usenet). Les entrepreneurs, les communautés, les hackers diffusent cette culture dans toute la société, à des fins lucratives pour les entrepreneurs. Ces derniers prennent la main dans les années 1990, quand une utilisation commerciale d’internet devient possible.

L’extension du Web dans la seconde moitié des années 1990 va être exponentielle, voyant se développer de nombreuses nouvelles idées et de nouvelles entreprises. Se propage alors l'idée d'un modèle de développement avec croissance considérée comme quasi-infinie - le modèle américain des années Clinton. Les investisseurs, devant cette "nouvelle économie", sont alors assez crédules.

D’où certains excès du web commercial comme boo.com – un site qui voulait être de la mode en temps réel. Lancement en grande trombe, investissements importants et faillite tout aussi rapide. On parle de nouvelle économie. Le contexte de la nouvelle économie est marqué par le développement des infrastructures du net, le développement de techniques financières à forte tendance spéculative (stock-options), l'argent pas cher (la politique monétaires de la Fed et de la Banque du Japon), l'ouverture à la concurrence du marché des télécommunication dans un certain nombre de pays - c'est la grande époque de l'autonomisation de France Telecom (1990) puis de sa privatisation (1998).

Une bulle spéculative s’est donc formée. La crise commence en 2000 et s’étend jusqu’à 2005. Les stars du domaine annoncent d’importantes pertes : AOL Time Warner, Vivendi Universal... AOL avait racheté Time Warner. Après 2005, AOL ne représente quasiment plus rien dans cette entreprise.

Mais des entreprises survivent et, de l’interrogation sur le pourquoi de cette survivance, naît l’expression Web 2.0.

Le Web 2 : un retour aux sources ou le règne du commerce par l’exploitation des internautes ?

Constatant que certaines entreprises ont survécu à la bulle Tim O'Reilly - le fondateur des éditions O'Reilly - s'interroge sur les raisons de cette survivance. Pourquoi ces entreprises - Amazon, par exemple - ont-elles mieux réussi que les autres?

Dans ce long article10, Tim O'reilly décline plusieurs idées emblèmatiques du web 2.0: le web comme plateforme pour construire des applications, l'appel à l'intelligence collective11, l'aspect stratégique des données, l'utilisateur au centre de la conception des sites web...

En clair, Tim O'Reilly a décrit plutôt tôt un certain nombre de questions qui restent stratégiques aujourd'hui. À ces questions, s'associent d'autres concepts, qui ont fait le succès du Web 2.0 - dont, notamment, la notion de mash-up: recréer son contenu à partir de sources de données et d'applications externes.

Mais, en parallèle, se développe une forme d'économie de la prédation - se faire son beurre sur le contenu créé par les utilisateurs, ce que décrit Dominique Boullier12 en critiquant vertement L'âge de la multitude13. D'autres critiques émergent. Certains prennent peur de l'émergence des foules, de leur folie, du porno tout puissant, notamment chez Andrew Keen14. D'autres dénoncent les effets d'une lecture captant faiblement l'attention, d'une culture du zapping potentialisée par l'hypertexte à l'image de Nicholas Carr15. Toutefois, entre Andrew Keen qui semble plus soigner son image d'iconoclaste et Nicholas Carr qui nous renvoie à Platon et sa critique de l'écrit dans Phèdre, ces critiques, si elles provoquent le débat, semblent aujourd'hui peu écoutées.

Conclusion : un Internet en danger?

Toutefois, le "buzz" parfois suscité par ces deux personnes - entre autres - illustre que l'idéologie de la liberté qui imprègne internet est clairement remise en cause. Aujourd'hui, Internet est pour partie un lieu de confrontation entre une idéologie plus radicale de la transparence (WikiLeaks) et une tentation du contrôle de plus importante par les États (SOPA, PIPA, Hadopi pour la France...).

Cette tentation de contrôle repose sur trois pôles. Les Etats sont attirés par le contrôle des citoyens - là où ils devraient se poser en régulateurs16. Les ayant-droits qui veulent non seulement protéger, mais étendre les domaines d'application du droits d'auteur17. Enfin, certains groupements voient dans Internet et le web des technologies dérangeantes pour leur conception des moeurs - c'est ce que l'on retrouve chez Andrew Keen.

Lawrence Lessig et Johnathan Zittrain notamment voient dans ces tentations de contrôle une conséquence sur le code et l'infrastructure sous-tendant le web et Internet18. Benjamin Bayart, président de FDN - le plus ancien fournisseur d'accès à internet qui est une association - donne l'exemple des pressions de Free contre DailyMotion, qui illustrent la fin du principe de la neutralité du Net. Le réseau est utilisé comme une arme contre des concurrents19.

La remise en cause de l'idéologie de liberté du net se traduit également dans la multiplication des terminaux « passifs » comme les téléphones, et autres tablettes. S'ils servent à interagir avec les réseaux sociaux, leurs utilisateurs restent soumis au fonctionnement de ces réseaux et ne sont pas actifs dans la mesure où ils ne maîtrisent plus leurs contenus.

Quel est l'avenir d'Internet? Est-il dans des utilisateurs passifs, subissant les orientations de grandes compagnies, préférant les "apps" fermées au web ouvert et - pour commettre un anglicisme - "disruptif"20? Personnellement, et au vu des développements techniques les plus récents, je crois de plus en plus au potentiel du web.

  1. Edit: Daniel Letouzey me fait remarquer que les travaux de Fred Turner - rapportés par Dominique Cardon (Cardon, Dominique. La démocratie Internet : Promesses et limites. Seuil, 2010. Print.) - montrent le rôle important joué par les hippies dans l'élaboration d'Internet (voir le compte-rendu de "Pétrarque, Internet et la démocratie" par D. Letouzey et Turner, Fred. From Counterculture to Cyberculture: Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism. 1re éd. University Of Chicago Press, 2006. Print.). Il note aussi deux éléments: dans quelle mesure l'arrivée du web a pu répondre à une certaine demande (de plus de connectivité) - j'avoue ne ps pouvoir répondre à cette question d'une part; l'émergence d'un vocabulaire familier (surfer, page web etc) pour désigner une culture nouvelle. []
  2. Pour une bonne synthèse: Castells, Manuel. La galaxie Internet. Paris: Fayard, 2001. Print. - Ce billet repose beaucoup sur cet ouvrage. Sur le web, vous pourrez consulter un historique []
  3. Bush, Vannevar. « As We May Think ». The Atlantic juill. 1945. Web. 7 juill. 2008. []
  4. Roy Rosenzweig évoque ce projet dans Roy Rosenzweig. « The Road to Xanadu: Public and Private Pathways on the History Web ». Journal of American history 88.2 (2001): 548‑579. Print. []
  5. Nelson, Ted H. « Complex information processing: a file structure for the complex, the changing and the indeterminate ». New York: ACM Press, 1965. 84‑100. Print. []
  6. Wikipedia contributors. « Hypertext Transfer Protocol ». Wikipédia 4 sept. 2012. Wikipedia. Web. 4 sept. 2012. []
  7. Wikipedia contributors. « Transmission Control Protocol ». Wikipédia 3 sept. 2012. Wikipedia. Web. 4 sept. 2012. []
  8. Wikipedia contributors. « Suite des protocoles Internet ». Wikipédia 3 sept. 2012. Wikipedia. Web. 4 sept. 2012. []
  9. Castells, Manuel. La galaxie Internet. Paris: Fayard, 2001. Print. p. 50. []
  10. O’Reilly, Tim. « What Is Web 2.0. Design Patterns and Business Models for the Next Generation o f Software. » O’Reilly 30 sept. 2005. Web. 29 juill. 2008. []
  11. crowdsourcing - voir Surowiecki, James. The Wisdom of Crowds. Anchor, 2005. Amazon.com. Web. 29 janv. 2009. []
  12. Boullier, Dominique. « L’âge de la prédation ». internetACTU.net (2012): n. pag. Web. 11 sept. 2012. []
  13. Verdier, Henri, et Nicolas Colin. L’âge de la multitude: Entreprendre et gouverner après la révolution numérique. Armand Colin, 2012. Print. []
  14. Keen, Andrew. The Cult of the Amateur: How Blogs, Myspace, Youtube, and the Rest of Today’s User-generated Media Are Destroying Our Economy, Our Culture, and Our Values. 2e éd. Doubleday Business, 2008. Print. []
  15. Guillaud, Hubert. « Nicolas Carr : “Est-ce que Google nous rend idiot ?" ». InternetActu.net 23 janv. 2009. Web. 5 mai 2010. []
  16. Selon largument développé notamment dans Guillaud, Hubert. Un monde de données. Paris: publie.net, 2011. Print. Washing Machine. []
  17. Voir l'argumentaire de Lessig, Lawrence. Culture libre. Comment les médias utilisent la technologie et la loi pour confisquer la culture et contrôler la créativité. Print. []
  18. Lessig, Lawrence. Code V2. New York: Basic Books, 2006. Web. 10 mars 2009 et Zittrain, Jonathan. The future of the Internet and how to stop it. London: Penguin, 2009. Print. []
  19. « FRNOG 11 - Benjamin Bayart : Minitel 2.0 ». Dailymotion. Web. 11 sept. 2012. []
  20. Rappelez-vous que nous aimons le web: Mounier, Pierre. « I love le Web ». Blogo-Numericus 1 août 2011. Web. 11 sept. 2012. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">