Archives de l’auteur : Frédéric Clavert

À propos Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l'histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches touchent aujourd'hui de plus en plus aux sources de l'historien.ne à l'ère numérique. Passé par Strasbourg, Paris-Sorbonne et Lausanne, il est désormais chercheur au Center for Contemporary and Digital History (C2DH) de l'Université du Luxembourg.

Vinck Dominique et Natale Enrico, « La transformation des sciences historiques. La part du numérique »

Alors que les discours historiques produits par une diversité d’acteurs se multiplient de façon exponentielle sur le web, la majorité des historiens académiques restent réticents à s’engager dans des projets d’histoire numérique, préférant le rôle de spectateur passif des évolutions de la place de l’histoire dans les sociétés contemporaines.

Vinck Dominique et Natale Enrico, « La transformation des sciences historiques. La part du numérique », in: Gorga Anne et Leresche Jean-Philippe (éds), Disciplines académiques en transformation. Entre innovation et résistances, Édition des archives contemporaines, Paris, 2015, p. 89‑104.

1 Jour – 1 Poilu: exemple de contribution des «amateurs» à la narration de l’histoire

Edit, 8 décembre 2015. Étant donné l’intérêt des commentaires, je conseille vivement à mes lecteurs de les lire. Ils sont particulièrement éclairants sur #1j1p et sur les relations entre historien.ne.s universitaires et historien.ne.s non-professionnels.

La base des données des morts pour la France de la Première Guerre mondiale est l’un des ensembles de « documents numérisés et [d’]informations issues des fonds d’archives et des collections conservés par le ministère de la Défense» (selon ses propres mots) proposés par le site  Mémoire des Hommes qui dépend du ministère de la Défense. Cette base de données est d’abord une collection de scans des actes administratifs déclarant un poilu mort pour la France, soit 1,3 millions de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale. Si l’image d’une source primaire est utile pour un.e historien.ne, elle ne permet qu’une lecture proche, avec des moyens de recherche limités aux quelques éléments, très pauvres1, qui ont été indexés au moment de la publication de la base de données. La recherche est ainsi rendue plus complexe, plus dévoreuse de temps, moins efficace et risquée dans la mesure où l’on peut manquer des informations. Presqu’aucune lecture distante n’est possible. Un module d’indexation collaborative a cependant été prévu, afin de donner la possibilité à qui voudrait d’effectuer une reconnaissance de texte «humaine» de ces images. J’ai critiqué ce module il y a environ un an. Continuer la lecture

  1. Nom et prénom(s), date et département de naissance, comme le montre cette fiche, non indexée le 4 décembre 2015. Cela signifie par exemple que l’on ne peut faire de recherche par lieu de décès ou par régiment. []

D’un 11 novembre, l’autre

Les 11 Novembre en France se ressemblent-ils (sur Twitter)? J’ai désormais un élément de comparaison, ayant moissonné le 11 novembre 2014 et le 11 novembre 2015.

Statistiques: l’effet Centenaire de 2014

Twwetsparjour

Figure 1. Nombre de tweets par jour.

Continuer la lecture

#ww1 – Progrès de l’analyse des tweets

J’ai eu l’occasion de parler plusieurs fois, ce mois d’octobre, de l’analyse des tweets (toujours en cours de collecte) sur le centenaire de la Première Guerre mondiale. Voici la présentation effectuée pour mes collègues de l’Université de Lausanne à l’occasion du séminaire « Pratique des Humanités digitales ».

Vous retrouverez le diaporama et l’enregistrement de la séance sur le site moodle de l’Université de Lausanne (se connecter en anonyme).

Pour citer cet article: Frédéric Clavert, "#ww1 – Progrès de l’analyse des tweets," in L'histoire contemporaine à l'ère numérique, 15/10/2015, http://histnum.hypotheses.org/2435.

Une analyse des contenus de thatcamp.org

Dans le cadre du THATCamp Paris 2015, qui s’est tenu la semaine dernière, nous avons organisé un datasprint. Les THATCamps (pour The Humanities and Technology Camp) sont des événements scientifiques appartenant à la famille des non-conférences, c’est-à-dire qu’ils mettent leurs participants au cœur même de l’organisation de l’événement. Les participants proposent des ateliers, votent pour les ateliers qu’ils jugent les plus pertinents, puis organisent l’emploi du temps de la non-conférences.

Orientés vers les Humanités numériques, les THATCamps sont, en fait, une importation de modes de sociabilité venant de l’univers des sciences informatiques et technologiques. Le datasprint en est aussi inspiré: il s’agit d’organiser, pendant l’événement, une sorte de concours où des équipes traitent, dans ce cas, des données et exposent leurs résultats à la fin de l’événement. Ce que nous avons fait la semaine dernière. Continuer la lecture

La démise en données

J’ai tenté sur ce blog d’expliquer ce que j’entendais par le terme de «mise en données» de l’histoire (ou du monde). Emmanuel Mourlon-Druol a publié ce matin un point de vue sur la publication de quelques centaines (sur plus de 50 000) des courriers électroniques d’Hillary Clinton (si vous avez raté le premier épisode).

Ce que raconte Emmanuel est l’histoire d’une démise en données: les courriers électroniques de l’ancienne secrétaire d’État (donc ancienne ministre des Affaires étrangères des États-Unis) ont été… imprimés puis scannés, mais avec reconnaissance de texte.

Ce processus aboutit à une immense perte d’informations. Un courrier électronique est structuré, notamment dans ses méta-données (qui envoie, à quelle heure, etc). Cet étrange procédé n’est ainsi pas seulement stupide, il aboutit à appauvrir ce qui est une source primaire utile à l’historien, mais aussi aux journalistes ou aux citoyens (et pas uniquement états-uniens). Preuve de cette démise en données: il est impossible de faire une recherche en fonction du destinataire, par exemple.

Si cet appauvrissement n’est pas nécessairement voulu, il n’en est pas moins pleinement aberrant.

Les #rweb1418 sur Twitter

Les Rendez-vous du web 14-18 se sont déroulées du 10 au 12 avril 2015. Dans mon précédent billet, j’ai publié ce que j’avais préparé en vue de la table-ronde à laquelle j’ai participé. Dans ce second billet, j’exploite les données twitter que j’ai collectées pendant l’événement.

Visualisation des tweets émis pendant les RV du Web 14-18

Visualisation des tweets émis pendant les RV du Web 14-18

Les rendez-vous du web 14-18 qui se sont tenus à la Gaîté Lyrique ont engendré environ 2500 tweets. Je les ai collectés via un script qui utilise Google Sheets (l’excellent TAGS de M. Hawksey1)

À ce corpus, j’ai appliqué mes «procédures» habituelles: une visualisation réseau grâce à gephi et une analyse de texte via le logiciel iramuteq.

La visualisation réseau est relativement sans surprise: les discussions se sont structurées autour de la MIssion du Centanaire et de la très active journaliste Stéphanie Trouillard (@StbSlam). En fonction du programme, d’autres comptes peuvent être plus visibles à certains moments, mais la logique reste la même.

Ensuite, de quoi a-t-on parlé? Voici les résultats de l’analyse de texte (je laisse le lecteur interpréter les résultat lui-même!):

dendrogramme_1

  1. Ce script a quelques limites – il coupe la fin des tweets. Cependant, pour collecter des tweets pendant une conférence, il est souvent suffisant. []

Les rencontres du Web 14-18: petite contribution

J’ai rédigé ce texte pour rassembler mes idées et préparer ma participation à la table-ronde modérée par Nicolas Offenstadt, vendredi 10 avril, sur «Les acteurs et les pratiques du web 14-18, des réseaux sociaux aux blogs et forums»1. Je le publie (presque) tel quel. Il y a quelques nouveautés par rapport aux textes précédents.

Continuer la lecture

  1. Y participaient également Lionel Maurel (BDIC), Frédéric Coussay (Mémoire des Poilus de la Vienne), Lyse Hautecœur (Musée de la Grande Guerre de Meaux, sur le projet «Léon Vivien») et Christian Canivez (La Voix du Nord et le projet «Il y a cent ans»). []

Le mythe Hjalmar Schacht

«Hjalmar Schacht, le banquier d’Adolf Hitler, était un génie», 20minutes.fr, interview de l’économiste Jean-François Bouchard, propos recueillis par Céline Boff1.

Hitler et Schacht pour l’inauguration des travaux du nouveau bâtiment de la Reichsbank

Hitler et Schacht pour l’inauguration des travaux du nouveau bâtiment de la Reichsbank

À l’occasion de la parution d’un livre sur Hjalmar Schacht2, 20minutes.fr a publié une interview de son auteaur, Jean-François Bouchard. Le contenu de cette interview montre que – sans préjuger de ce qu’il y a dans le livre de Bouchard, que je n’ai pu encore lire – l’auteur cède à une forme de mythe – «Schacht, génie des finances» -, sans se soucier d’aucune sorte de sources primaires ou des ouvrages précédemment publiés sur Schacht.

Voici une revue des éléments les plus contestables de cette interview, sur la base de la biographie de Schacht que j’ai publiée en 20093. Continuer la lecture

  1. Note: on ne prononce pas «Yalmar Charte» comme indiqué dans l’article, le «j» de «Hjalmar» étant muet. C’est un prénom d’origine danoise, Schacht étant né dans un territoire allemand devenu danois en 1919 et d’une famille dont certains ascendants étaient danois. []
  2. Bouchard, Jean-François, Le Banquier du diable, éditions Max Milo, 2015. Les éléments de biographies données sur Jean-François Bouchard sont ténus: haut fonctionnaire, il semble avoir travaillé pour l’intégration de pays de l’Est de l’Europe dans l’Union européenne, puis pour le FMI en Afrique. []
  3. Clavert, Frédéric, Hjalmar Schacht, financier et diplomate: 1930-1950 (Bruxelles: PIE – Peter Lang, 2009). Deux autres biographies méritent d’être mentionnées: Wilmots, André, Hjalmar Schacht (1877-1970). Grand Argentier d’Hitler (Le Cri, 2001) – parfois énervante par son manque de rigueur, mais délivrant un point de vue international très intéressant et Kopper, Christopher, Hjalmar Schacht. Aufstieg Und Fall von Hitlers Mächtigstem Bankier (München: Hanser Wirtschaft, 2006), de très bonne qualité, mais qui n’arrive pas à sortir d’un point de vue strictement allemand à un moment où les banques centrales s’internationalisent. []

Enseigner les Humanités numériques (1)

Flickr. Auteur: Carbon Arc.  (CC BY-NC-SA 2.0)

Flickr. Auteur: Carbon Arc. (CC BY-NC-SA 2.0)

Cette année, j’ai fait un cours de trois fois deux heures de méthodologie numérique dans un master 2 relations internationales (pro et recherche). C’est loin d’être le premier (et loin d’être le plus long) et je vais ici le prendre en exemple avant – dans un deuxième billet – de partager des réflexions sur ce que pourrait être un enseignement des Humanités numériques «au fil du cursus» d’un étudiant.

Les deux premières heures m’ont permis d’effectuer une introduction générale. J’ai ensuite opéré une démonstration de trois logiciels (iramuteq, gephi, zotero) au cours suivant. J’avais prévu un retour à une séance plus méthodologique, sur la base des travaux qu’ils devaient me rendre, cet enseignement faisant l’objet d’un contrôle continu. J’ai en effet demandé aux étudiants de me rendre un premier devoir avec une description des trois logiciels avec leurs propres mots, ainsi qu’un court cas d’utilisation par logiciel en relation avec leur recherche ou leur stage. Le but, au-delà de la note à attribuer, était pour moi de comprendre ce que des étudiants en Master 2 n’ayant pour la plupart jamais eu d’enseignement «informatique» percevait des logiciels en question. Pour un second devoir, ils devaient écrire un rapport d’utilisation concrète de l’un de ces trois logiciels. Ce second travail n’est pas si évident: Gephi et Iramuteq sont des logiciels géniaux, mais, disons, parfois un peu rugueux. C’est pour cette raison qu’ils pouvaient aussi tester zotero, qui servait de soupape de sécurité.

Continuer la lecture