Archives de catégorie : Brèves

« On tombe toujours de la même manière, dans un mélange de ridicule et d’effroi » – sur une citation d’Eric Vuillard

Dans son roman, L’ordre du jour, qui lui a valu d’obtenir le prix Goncourt, Eric Vuillard ouvre son premier chapitre en racontant cette fameuse, très fameuse, réunion de février 1933 de collecte de « dons » organisée pour Hitler par, notamment, Hjalmar Schacht – ce qui, naturellement, ne peut me laisser tout-à-fait indiférent. Je n’ai pas encore lu ce livre en entier – et pour être honnête, j’ai beaucoup de mal avec les romans historiques et je pense qu’il ne fera pas exception – mais une citation qui en est extraite m’a interpellée très fortement:

On ne tombe jamais deux fois dans le même abîme. Mais on tombe toujours de la même manière, dans un mélange de ridicule et d’effroi.

Je ne sais pas si cette phrase doit être comprise comme une sorte de philosophie de l’histoire, mais elle me semble extrêmement juste pour ce qui est de l’histoire de l’entre-deux-guerres et surtout des comparaisons que nous pouvons faire entre cette période et la nôtre. Continuer la lecture

Les #rweb1418 sur Twitter

Les Rendez-vous du web 14-18 se sont déroulées du 10 au 12 avril 2015. Dans mon précédent billet, j’ai publié ce que j’avais préparé en vue de la table-ronde à laquelle j’ai participé. Dans ce second billet, j’exploite les données twitter que j’ai collectées pendant l’événement.

Visualisation des tweets émis pendant les RV du Web 14-18

Visualisation des tweets émis pendant les RV du Web 14-18

Les rendez-vous du web 14-18 qui se sont tenus à la Gaîté Lyrique ont engendré environ 2500 tweets. Je les ai collectés via un script qui utilise Google Sheets (l’excellent TAGS de M. Hawksey1)

À ce corpus, j’ai appliqué mes «procédures» habituelles: une visualisation réseau grâce à gephi et une analyse de texte via le logiciel iramuteq.

La visualisation réseau est relativement sans surprise: les discussions se sont structurées autour de la MIssion du Centanaire et de la très active journaliste Stéphanie Trouillard (@StbSlam). En fonction du programme, d’autres comptes peuvent être plus visibles à certains moments, mais la logique reste la même.

Ensuite, de quoi a-t-on parlé? Voici les résultats de l’analyse de texte (je laisse le lecteur interpréter les résultat lui-même!):

dendrogramme_1

  1. Ce script a quelques limites – il coupe la fin des tweets. Cependant, pour collecter des tweets pendant une conférence, il est souvent suffisant. []

Facebook est-il un tombeau de données?

Dans le numéro de WIRED de novembre 2014, un article de Mat Honan (de WIRED US) intitulé « Fear and liking on Facebook » rapporte une petite expérimentation de l’auteur, effectuée cet été, pendant 48 heures, sur son flux d’activités.

Le flux d’activités de Facebook est, avec le mur, la fonctionnalité centrale du réseau social. S’y affichent les activités (publications, commentaires, ‘likes’…) de vos amis, ainsi que des suggestions de contenu (si vous aimez le lien publié par l’un de vos amis, alors on vous suggérera des liens vers des contenus similaires) et, bien sûr, de la pub (du contenu dit « sponsorisé »).

Pendant 48 heures, Mat Honan a tout « liké », c’est-à-dire qu’il a systématiquement appuyé sur le bouton « J’aime » pour tout contenu s’affichant dans son fil d’activités. Le résultat a été triple: très vite, l’algorithme lui a proposé du contenu politique plus radical qu’à l’accoutumée de droite (provenant du Tea party notamment) et de gauche, des contenus de qualité lamentable (‘If you like this lolcat, check this amazing little dog doing something that will transform your whole life’) et l’éviction de tout contenu d’origine ‘humaine’, c’et-à-dire provenant de ses amis facebook. En clair, un contenu sponsorisé de mauvaise qualité et plus radical que d’habitude a envahi son flux d’activités et évincé ses amis dont, pourtant, il a aussi, pendant ces 48 heures, systématiquement aimé les publications. Certains de ses amis, voyant apparaître tout d’un coup des liens du Tea party avec la mention « Mat Honan aime », lui ont demandé si son compte s’était fait hacker ou s’il allait bien…

Cette expérience nous apprend (ou confirment) plusieurs choses sur facebook:

  • Avant d’être social, Facebook est d’abord un moteur à clics. Le but est de nous pousser, utilisateur, à cliquer sur du contenu pour fournir à Facebook du revenu;
  • Les organismes (entreprises, institutions publiques ou privées, partis, etc) qui payent apparaissent plus souvent dans notre flux d’activités et, manifestement, les organismes « extrêmes » ont plus tendances soit à payer, soit à exploiter l’algorithme facebook pour apparaître plus souvent – ce qui nous renvoie à l’argument régulièrement avancé que le web, particulièrement quand il est participatif, a tendance à radicaliser ses utilisateurs;
  • Facebook, en tant que collecteur de données, à force d’être orienté par la nécessité du click, est de plus en plus un fossoyeur de données au sens où ces données risquent de devenir inexploitables, en tout cas dans les sciences humaines et sociales.

En ne proposant que le like (ni hate qui permettrait un monde binaire, ni tagging qui permettrait d’être plus nuancé1), Facebook rend déjà toute recherche sur les données massives qu’il engendre difficile. Par exemple, quand plus d’un million de Français (on suppose que ce sont des personnes, mais certains en doutaient) aiment une page facebook consacrée à un commerçant marseillais ayant tiré dans le dos de l’un de ses braqueurs, comment peut-on comprendre ce que signifie ce « like »? On peut aimer la page, car on a une certaine empathie pour cette personne tout en désavouant sans équivoque son geste, car on le soutient en pensant (plus ou moins sincèrement) que c’était de la légitime défense, car on adhère à une notion de la justice qui se rapproche de la justice privée, car on est raciste. Pour préciser les motivations de ces « likes », on peut aller voir les commentaires publiés sur la page. Mais, sur le million de personne ayant « aimé » la page, peu, finalement, ont laissé un commentaire. Ce sont donc surtout les paroles des extrémistes que l’on peut lire, ce qui n’éclaire pas la signification de ces « j’aime ». Il est ainsi probable que rien ne puisse l’éclairer.

En ne nous permettant que d’aimer ou de s’abstenir, Facebook complique déjà incroyablement la tâche très difficile de ceux qui, aujourd’hui ou à l’avenir, voudront analyser ces données. Mais ce que révèle aussi l’article de Mat Honan, c’est qu’un contenu ‘sponsorisé’ sera nécessairement plus souvent inscrit dans les données issues du réseau social en raison de la nécessité de se financer. Il devient alors encore plus difficile d’apprécier ce que les gens « likent » vraiment et leurs motivations pour appuyer sur le bouton « like ».

Du point de vue des sciences humaines et sociales, les données issues de facebook risquent tout simplement d’être, pour de nombreux sujets, inexploitables2. Il est toutefois fort à parier que des projets de recherche Big Data les utiliserons sans distance aucune et feront les grands titres (‘Billions of Likes prove it: people love cats’), montrant ainsi à quel point, comme l’ont déjà dit boyd et Crawford, le mythe est partie intégrante du Big Data3.

  1. Sur le Like comme dégradation du tag, voir Olivier Le Deuff, Du tag au like, FYP. []
  2. Le projet ANR Algopol est toutefois susceptible de nous en apprendre plus. Inscrivez-vous, c’est pour la science! []
  3. boyd, danah, and Kate Crawford, ‘CRITICAL QUESTIONS FOR BIG DATA: Provocations for a Cultural, Technological, and Scholarly Phenomenon’, Information, Communication & Society, 15 (2012), 662–79 []

Un homme politique, un millier de tweets et les archives

Ajout postérieur à la publication: France info a publié l’intégralité des tweets effacés par Manuel Valls.

Dans un article paru dans la rubrique « pixels » du Monde, deux journalistes, Martin Untersinger et Alexandre Léchenet, nous informent que Manuel Valls a relancé son compte twitter, après avoir effacé le millier de tweets déjà produit.

À la lecture de l’article, une question a émergé: le fil twitter d’un politique en fonction devrait-il être archivé par les services d’archives français? Pour les tweets effacés par Manuel Valls, en l’occurrence, la question ne se pose pas, légalement, dans la mesure où il semblerait qu’il se soit débarrassé de tweets antérieurs à ses prises de fonction comme ministre (et encore: il était député…). Indépendamment de cet incident, la question vaut le coup d’être posée: avec 74000 abonnés dans le cas de Manuel Valls, ses tweets atteignent potentiellement plus de citoyens que n’importe lequel de ses discours1. Un tweet est donc un vrai élément de parole publique.

Comme toute parole publique, elle peut poser problème a celui qui dans le passé l’a tenue, notamment en cas de contradiction avec sa parole présente. Les auteurs de l’article ont cité un tweet de Nadine Morano dont elle s’est débarrassé car, écrit pendant l’affaire Cahuzac, il devenait gênant pendant l’affaire Bygmalion. Bref, le personnel politique est souvent en contradiction avec sa parole passée.

D’où la tentation, pas toujours conforme à la loi, de se débarrasser des traces du passé. Il y a des précédents de bien plus grande ampleur que cet épisode Valls, comme la suppression de dix années de discours du site web des conservateurs britanniques pour des motifs… comment dire… peu avouables? Fait intéressant, les conservateurs avaient pris soin de faire aussi effacer les discours en question des archives de la Wayback Machine. Manuel Valls n’est pas allé jusque-là, ce qui nous permet de découvrir que son compte avait d’abord été, en 2009, créé par quelqu’un d’autre à des fins de parodie.

Être tenté d’effacer les traces du passé, certes, mais il y a la loi et, notamment, le code du patrimoine. Hors – sortons du cas particulier de Manuel Valls – la parole d’un.e politique en fonction doit (devrait?) être archivée. Les moyens des archives nationales étant ce qu’ils sont, la transition vers le records management, c’est-à-dire l’archivage des documents numériques, n’étant pas terminée (et en aucun cas facile, surtout en période de crise, donc de manque de moyens), cette parole, sur les réseaux, ne l’est pas nécessairement.

Dans les faits, le service du dépôt légal du web de la Bibliothèque Nationale de France archive les domaines en « .fr », des sites d’intérêt qui leurs sont signalés (ou de leur propre initiative, je pense) et, dans certains cas, des sites d’intérêt liés à des événements précis2 De plus, le service du dépôt légal du web archive un certain nombre de comptes twitter d' »intérêt ». La masse de travail et les ressources électroniques que représente ce dépôt légal impose des choix, dans la fréquence de passage des robots indexant les sites web, mais aussi dans la sélection, par exemple, des comptes twitter archivés.

Mais ce qui est publié sur twitter par un ministre n’est pas, que ce soit pour le citoyen comme pour l’historien, nécessairement le plus intéressant. Ce qui est particulièrement d’intérêt sera le processus ayant mené à la publication des tweets, c’est-à-dire le travail de la cellule de com’. Mais ce dernier se fait vraisemblablement sur support numérique et il n’est pas sûr qu’il soit aisé à archiver.

En conclusion, le tweet est un peu à l’image de la transformation numérique, qui touche le domaine des archives comme celui de la politique: on ne le prend pas encore suffisamment pris à sa mesure.

PS: je vous conseille de suivre la discussion que j’ai eue sur twitter ce matin avec l’exceptionnelle @e_archiviste:

PPS: vous pouvez aider les deux journalistes du Monde à reconstituer l’archive des tweets de Manuel Valls.

  1. Si j’en crois les statistiques fournies par Twitter pour mon compte, on peut partir du principe qu’un tweet a un taux d’engagement de 2% environ, ce qui fait tout de même autour de 1500 personnes à chaque tweet. []
  2. Si mes souvenirs d’une discussion avec Clément Oury sont bons, la BNF a ainsi archivé des sites web arabes pendant le printemps arabe. []

Bruno Latour à #DH2014: lecture proche et lecture distante

La conférence Digital Humanities 2014 à Lausanne a été ouverte par une keynote de Bruno  Latour, sociologue des sciences et professeur à Sciences Po. Son allocution a été enregistrée.

Dans cette intervention, Latour distingue close reading et distant reading, en évoquant son Enquête sur les modes d’existence. Introduit par Frédéric Kaplan (EPFL), qui mène un projet de numérisation massive des archives de Venise, Latour a opposé – bien que je ne crois pas que ç’ait été son intention originelle – ces deux modes de lecture, que j’ai déjà abordés du point de vue des sciences historiques.

Cette opposition me pose problème pour deux grandes raisons.

D’une part, contrairement à ce que Latour dit – mais il reconnaît que les Humanités numériques ne sont pas son champs de recherche -, les Humanités numériques s’intéressent de très prêt (sans mauvais jeux de mots) à la lecture proche. Il y a de nombreux projets d’édition, souvent en TEI, de textes ou corpus de textes permettant ce type de lecture et rendant souvent – car Latour rappelle avec justesse que les textes et l’une de leur mise en forme physique, le livre, sont complexes, même s’ils sont courts – des textes de dimension limitée dans toute leur complexité. Il est vrai que cette année, la conférence annuelle de l’ADHO a été très orientée vers la lecture distante (du moins dans ce que j’ai pu en voir).

D’autre part, l’intérêt de la lecture distante ne réside pas uniquement dans la possibilité de pouvoir lire au travers de l’informatique une grande quantité de textes, mais également dans l’interaction entre lecture distante et lecture proche, dans la possibilité que peut offrir la première de trouver des sources spécifiques sur lesquelles appliquer la seconde, sources spécifiques parfois perdues dans une grande masse de données.

Ainsi, l’intérêt de la distinction entre lecture distante et lecture proche ne réside pas dans leur opposition, mais bien dans leur interaction.

[brèves] Big data, grands non-dits?

[Nouveau site, nouvelle rubrique: les brèves…]

Vous avez sans doute pu voir la pub d’Apple pour l’iPhone 5s. Si vous ne l’avez pas vue, voici un petit rappel:

Surfant sur la vague du quantified self, cette publicité donne l’image d’un monde plus sain, grâce, bien sûr, à nos smartphones, mais, surtout, grâce à la mesure de tout. Elle m’a laissée une impression extrêmement bizarre, en raison de ses non-dits. Continuer la lecture