Archives de catégorie : Pensées éparses

Provocations.

Histoire et données personnelles – pensées éparses (6)

Le Parlement européen, Strasbourg. By Rama (Own work) [CC-BY-SA-2.0-fr (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/deed.en)], via Wikimedia Commons.

Nous vivons dans un monde de données1. Dans la sphère numérique, tout ce que l’on fait est susceptible d’être enregistré, à tel point que les données personnelles sont une sorte de nouvel or noir, point de départ de nombreux fantasmes comme l’a montré l’émission de Daniel Mermet sur le Grand Méchant Internet la e-réputation2.

Lorsque Hubert Guillaud a publié son Monde de données, il estime qu’au lieu de réguler l’utilisation des données personnelles, les États ont préféré s’assurer une part du gâteau. Ça  n’est aujourd’hui plus tout-à-fait le cas: l’Union européenne discute d’un règlement sur le sujet – c’est-à-dire une « loi » européenne, qui, contrairement aux directives qui doivent être traduites dans les droits nationaux de chaque État membre, s’appliquera tel quel dans toute l’Union européenne. Ce règlement est en ce moment soumis au Parlement européen – bien naturellement, vous savez tous aujourd’hui que presque plus aucun texte européen ne peut passer sans l’accord du Parlement Le Parlement fait l’objet, comme pour tout texte de cette ampleur, d’une forte action des lobbies. Car ce texte est insuffisant pour certains – là encore, l’émission de Daniel Mermet le montre, qui estime que le texte se rend aux arguments des géants du web – ou ne va pas dans la bonne direction pour d’autres.

L’Association des Archivistes Français a lancé une pétition en ligne pour que le règlement projeté protège bien les données personnelles, mais ne prévoie pas leur destruction automatique. Je ne connais pas le texte précis  du règlement et ne le commenterai pas. Toutefois, j’aimerais rappeler quelques éléments importants aux yeux des historien.ne.s en ce qui concerne les données personnelles.

En premier lieu, nous pouvons travailler, parfois sur une base quotidienne, avec des données personnelles, papier ou numériques. Dans ma thèse, qui est une biographie, j’ai bien entendu eu accès au dossier personnel de Schacht, à Coblence. Je ne me suis pas rapproché de la famille, dans la mesure où ses archives privées concernaient des périodes (1919-1923 et 1945 et après) hors des bornes chronologiques définies pour ma thèse (1930-1950). En outre, Christopher Kopper, autre biographe de Schacht, les avait déjà exploitées3. Mais le cas de la biographie d’un homme connu de l' »opinion » n’est pas juridiquement très compliqué. Les archives consultées sont publiques depuis longtemps et ne révèlent rien sur la vie privée. Pour ce dernier élément, aller voir la famille est possible et, dans ce cas, si elle vous donne son accord (souvent avec quelques limites), la situation juridique est claire.

Là où se compliquent les choses, c’est lorsque nous écrivons sur des personnes moins connues. Depuis quelques temps maintenant, les historiens travaillent beaucoup sur des études prosopographiques – des biographies de groupes sociaux précis, permettant de voir ce qui en fait un groupe social et, avec éventuellement un traitement quantitatif, d’analyser les grandes ruptures ou continuités de ce groupe social, de son mode de vie, de sa formation, etc. L’utilisation d’archives (données) personnelles est alors strictement encadrée. Si l’historien stockent des données dans une base, il devra dans certains cas (notamment si les personnes sont encore vivantes) la déclarer à la CNIL4.

Du côté des centres d’archives, les données personnelles font l’objet, comme toutes les archives, d’une logique de sélection (ie dans certains cas, des éléments sont effacés). L’accès à ces données est réglementé, non seulement par la loi, avec des modalités d’application qui peuvent varier en fonction des centres d’archives eux-mêmes. Les données personnelles les plus protégées sont, à ma connaissances, celles qui sont issues des archives judiciaires. C’est pour cette raison que nous avons eu jusqu’à une période assez récente des archives nouvelles sur l’Affaire Dreyfus, par exemple5.

En clair, l’accès à des informations personnelles n’est pas une problématique nouvelle. Elle est même probablement aussi vieille que la science historique. Pourquoi, alors, toute cette agitation autour des données personnelles à l’ère numérique?

A l’ère numérique, les changements quantitatifs induisent le plus souvent un changement qualitatif. En termes de données personnelles, leur collecte massive ouvre des perspectives inquiétantes, parfois transformées en fantasme orwelien. Oui, si vous achetez régulièrement sur Amazon, cette entreprise sait énormément de choses sur vous. Oui, sur Facebook, des données sont collectées, de manière massive et peut-être même si vous n’avez pas de compte sur ce réseau social. Oui, Google lit votre mail, ou plutôt ses robots, afin de cibler la publicité au niveau de l’individu. Oui, si un État peu sympathique collecte des données personnelles, il pourra (peut) plus facilement se débarrasser d’opposants gênants. Oui, même sécurisée, la conservation des données personnelles présente un risque important de fuite de ces données. Mais ce que collecte ces grandes entreprises peut aussi être utile à la recherche, en témoigne les travaux de danah boyd sur les pratiques des adolescents sur les réseaux sociaux.

Il s’agit ici de trouver un équilibre entre le besoin de mémoire et le droit à l’oubli. Il me semble que dans la pétition des archivistes français, il y a une ambiguïté qui doit être levée. Si ce règlement force des entreprises privées à mieux gérer et mieux respecter ses clients en régulant l’usage des données personnelles, ce ne peut pas être un mal. Mais dans le cas des archives publiques dans un cadre démocratique, ce règlement devrait plutôt imposer des éléments de conservation, de sécurisation et d’accès à ces données plutôt que forcer à leur effacement, qui risque d’être une perte pour l’étude future du passé.

Quoi qu’il arrive, il faudrait éviter tout fantasme sur les données personnelles – et sur le big data en règle général6. Beaucoup d’entreprises collectent des données sur vous. Beaucoup n’ont aucune idée de ce qu’elles vont en faire et le paieront, car collecter et conserver des données engendre des coûts financiers (les conserver) et psychologiques (combien de fois vous êtes-vous énervé car on vous demande votre date de naissance à l’inscription d’un service web?). L’utilité des données personnelles est vraisemblablement très surévalué. Analysons la situation de manière apaisée.

  1. pour reprendre le titre de: Guillaud, Hubert. Un monde de données. Paris: publie.net, 2011. Print. Washing Machine. []
  2. Émission qui a atteint le point Godwin en quelques minutes – sur le site en quelques lignes []
  3. Kopper, Christopher. Hjalmar Schacht. Aufstieg und Fall von Hitlers mächtigstem Bankier. München: Hanser Wirtschaft, 2006. Print. []
  4. Sur les difficultés de publication d’une base de données prosopographiques, voir le passage sur l’enquête TRA dans le chapitre à paraître de Marin Dacos dans Clavert, Frédéric. Contemporary history in the digital age. Bruxelles: PIE Peter Lang, 2012. Print. ainsi que le site de l’enquête []
  5. Vous pourrez écouter l’émission d’Emmanuel Laurentin sur le sujet []
  6. Sur le Big Data, je vous renvoie à la lecture de boyd, danah, et Kate Crawford. « Critical Questions for Big Data ». Information, Communication & Society 15.5 (2012): 662‑679. Taylor and Francis+NEJM. Web. 15 janv. 2013; ainsi qu’à l’écoute de l’interview de danah boyd dans l’émission Place de la Toile. []

La fin de l’histoire? – pensées éparses (5)

Julius Ludwig Sebbers [Public domain], via Wikimedia Commons

Hegel par Julius Ludwig Sebbers [Public domain], via Wikimedia Commons

En 2010, la Bibliothèque du Congrès a annoncé qu’elle archiverait le réseau social Twitter – l’ensemble des tweets émis depuis sa fondation en 2006. L’importance prise par les médias sociaux dans de nombreux aspects de la vie publique états-uniennes (et au-delà) le justifie amplement. Deux ans plus tard, la même bibliothèque faisait part des difficultés techniques pour entretenir cette archive, mais surtout pour la mettre à disposition des chercheurs avec les outils nécessaires pour qu’ils puissent l’exploiter1. Ainsi, estime la bibliothèque du Congrès:

Currently, executing a single search of just the fixed 2006-2010 archive on the Library’s systems could take 24hours. This is an inadequate situation in which to begin offering access to researchers, as it so severely limits the number of possible searches.2

Cette épisode illustre très bien les difficultés rencontrées aujourd’hui pour l’archivage à des fins historiennes des sources primaires (nées) numériques. Cette problématique n’est absolument pas nouvelle. Roy Rosenzweig parlait – dans un article que nous avons participé à faire traduire récemment en Français3 – d’un choix entre abondance et rareté.

Ce qui m’intéresse ici sont les conséquences de la numérisation de nos vies, de l’extension du domaine du numérique pour les historiens des périodes les plus récentes, ceux qui ouvrent les chantiers de recherche au fur et à mesure de la loi des trente ans – et parfois sur des périodes encore plus récentes, car il y a de nombreuses exceptions à cette loi.

Aux alentours de 2020, les travaux de ces historiens-là pourront ne reposer strictement que sur des sources numériques. Il s’agit donc d’être prêts à exploiter des masses importantes d’archives numériques. Le sommes-nous?

Du côté des centres publics d’archives

Cette question de la gestion des sources primaires numériques (record management dit-on, semble-t-il) est loin de ne concerner strictement que les historiens. Ceux qui, dès aujourd’hui, collectent déjà ces sources et les gèrent pour les administrations sont les centres publics d’archives et certaines bibliothèques.

Si nous prenons l’exemple des archives nationales, les propos de leur directrice, Agnès Magnien, lors de l’émission La Fabrique de l’Histoire4, étaient plutôt rassurants, finalement. Selon Agnès Magnien,

Les questions [relatives à la conservation des documents numériques] sont les mêmes [que pour les archives papiers], mais les réponses doivent être adaptées.5.

Les réponses doivent être adaptées – les silos de stockages d’archives papiers étant remplacés par des serveurs. Elle a évoqué le fait de « passer à une vitesse supérieure », c’est-à-dire à un niveau quasi-industriel, expression que j’interprète comme la nécessité, pour les centres d’archives, de disposer de réels data center et des outils qui vont avec. Agnès Magnien a insisté sur le fait qu’il devait y avoir un travail de tri – c’est le cas déjà pour le papier où 75% des archives ne sont pas conservées pour diverses raisons, dont leur redondance6. L’évolution des Archives nationales pour la conservation des archives numériques devrait désormais s’accélérer, mais rencontre les problèmes qui sont, aujourd’hui, ceux de tous, notamment pour le financement de cette évolution. Notons, enfin, que cette évolution numérique des archives nationales a des points communs avec celle des sciences humaines et sociales, notamment pour la place qui doit être faite aux informaticiens.

Toutefois, certaines de ces affirmations me semblent étranges. Qu’est-ce que la redondance à l’ère numérique? A priori, c’est une notion positive: la redondance (bien gérée) est nécessaire pour ne pas perdre d’information7. Mal gérée, la redondance peut causer de nombreux problèmes (entre Report Last version v3.doc et Report v4 final draft.doc quelle est réellement la dernière version?). Ainsi, il ne me semble pas si facile d’opérer un tri dans  cette redondance, ni nécessaire de systématiquement se débarrasser des fichiers qui se répètent – la manière dont la redondance est régie pourra, dans le futur, nous donner une idée de la manière dont les administrations s’organisent8.

En outre, se pose un problème d’articulation entre la forme et le fond du document. Le document numérique est fluide, fond et forme peuvent être pleinement séparées. Deux versions d’un document au fond identique peuvent avoir une forme différente. Que faire si l’historien visualise un contenu au fond similaire mais à la forme différente du contenu écrit ou lu par un agent de la fonction publique trente ans auparavant?

Cette émission a abordé de nombreux sujets et la courte discussion entre Emmanuel Laurentin et Agnès Magnien sur le numérique aurait pu faire l’objet d’une émission entière et élargie à de nombreux intervenants. Car la question de la conservation des archives appelle celle de leur consultation. L’exemple cité en introduction de la bibliothèque du Congrès montre que la mise à disposition des archives nées numériques n’est pas aisée. Travailler, pour une thèse par exemple, avec quelques centaines de boîtes d’archives n’équivaut pas à devoir gérer des téra-(péta-/exa-)octets d’informations. Tout change: les outils pour les lire – il faut compter sur une médiation des outils bien plus importante9 -, les méthodes et les risques de cette lecture évoluent. L’écriture de l’histoire elle-même, dont on espère qu’elle devienne plus riche par l’utilisation de ces documents numériques, se modifiera.

Toutefois, je ne doute pas, même si ce chemin est pavé de difficultés, que les grands centres d’archives publics s’en sortiront. Ce qui devrait être plus problématique sont les échelons du domaine public disposant de financements moindres, et, surtout, l’accès aux archives numériques privées.

Les archives privées

Distinguons – un peu artificiellement – trois cas. Les entreprises « classiques » gèrent leurs archives par besoin et, à l’occasion, les mettent à disposition des historiens. Ces entreprises et leurs ancêtres ont toujours dû s’occuper de leur histoire – pour savoir s’il faut respecter un contrat et ses clauses, encore faut-il savoir ce qu’il contient et, donc, le conserver. Parfois, sous pression des historiens, les archives qui ne les intéressent plus sont tout de même conservées et ouvertes aux chercheurs10. Cette situation n’évoluera pas, ne changera pas avec le numérique et, toutes choses étant égales par ailleurs (c’est-à-dire hormis les difficultés techniques et financières qui seront vraisemblablement similaire à celles des archives publiques décrites ci-dessus), tout reposera sur le bon vouloir de ces entreprises.

Le second cas est celui des entreprises typiquement numériques (Google, Twitter, Facebook, etc) dont l’une des plus grandes richesses est l’accumulation de données – sources primaires pour les historiens – sur leurs utilisateurs, leurs pratiques, leurs activités, leurs relations, etc. Ici, la situation risque d’empirer chaque jour.

Comment, aujourd’hui, accéder à ces données? Techniquement, cela se fait, notamment, par l’accès à une API. Or, revenons à l’exemple de Twitter. Entre 2006 et aujourd’hui, le modèle économique de ce réseau social a fondamentalement changé, et son API avec. Beaucoup plus orienté sur la valorisation de ce que ses utilisateurs produisent, Twitter a désormais nettement plus intérêt à vendre cette production des utilisateurs, donc à en fermer l’accès gratuit et, ainsi, à restreindre son API. C’est une catastrophe pour les recherches des sociologues et des anthropologues. L’action de la bibliothèque du Congrès limitera la casse pour les historiens, du moins quand les outils seront disponibles pour exploiter cette immense archive. Toujours est-il que les 600 000 tweets produits par des téléspectateurs du débat entre François Hollande et Nicolas Sarkozy au printemps 2012 n’ont toujours pas – ou très peu – été analysés.

Qu’en est-il pour Google, Facebook et tous les autres? La situation est bien pire. Facebook garde ses données et les monétise. Son API – du point de vue des chercheurs – est très fermée11. Si Facebook fait faillite, que se passera-t-il? Ces données, qui sont des sources primaires pour les historiens, sont susceptibles de disparaître, comme ont disparu les données qui étaient stockées sur les serveurs du fameux service MegaUpload. Sans discuter ici des raisons, légales ou non, qui ont abouti à la fermeture de MegaUpload, il y aura des conséquences en sciences historiques: de nombreux cinéphiles, par exemple, y ont stockés des copies de films oubliés ou indisponibles. Ces copies ont disparu, diminuant les chances pour les chercheurs futurs de les exploiter pour leurs travaux.

Reste le troisième cas – soulevé notamment par Roy Rosenzweig. Celui des nombreux sites web entretenus par une ou quelques personnes, qui apparaissent, se développent et, parfois, disparaissent en fonction de la disponibilité de ses webmestres bénévoles. Il existe des services qui archivent le web, mais qui sont souvent décevants, notamment car les informations que l’on trouve sur le web, avant d’être présents dans des pages HTML (le langage standard du web) sont d’abord stockées dans des bases de données. Non seulement ceci peut avoir pour conséquence que l’archivage est techniquement impossible, mais encore est-il incertain que toutes les données stockées dans ces bases de données aient été archivées. Le service (privé mais gratuit) le plus connu est la Wayback Machine entretenue par Internet Archive. Or, lorsqu’on l’utilise, on tombe régulièrement sur des erreurs.

Certaines institutions publiques « enregistrent » également le web. La Bibliothèque nationale de France archive ainsi le « .fr » et, sur demande ou à l’occasion d’événements particuliers (le Printemps arabe, par exemple), des sites au-delà du domaine français. De très grands efforts sont fournis par la BNF pour offrir aux chercheurs de très bonnes conditions d’accès à cette archive12. Mais ceci à des limites: on parle ici d’un dépôt légal – pas de préservation d’archives numériques – d’une part; le domaine archivé étant limité, de nombreux liens vers d’autres site ont des chances d’être inutilisables, d’autre part13.

Les archives personnelles

Il reste un troisième cas, celui des archives numériques de chacun d’entre nous, stockées sur nos ordinateurs, nos serveurs, nos « box ». Là-aussi, de nombreux documents sont perdus alors que beaucoup pourraient avoir un intérêt, pour, plus tard, écrire l’histoire. Deux-tiers des documents électroniques qui sont perdus ne le sont pas pour des raisons techniques, mais parce qu’ils ont été mal rangés, tout simplement14. Il existe des logiciels pour faciliter la gestion documentaire personnelle – finalement c’est l’une des fonctions de zotero pour les chercheurs. Mais ceci prend du temps et beaucoup d’entre nous ne sont pas conscients de ce que peut impliquer une grave perte de données.

*

Revenons au titre de ce billet. Le passé laisse des traces. Les historiens les collectent, les interprètent et écrivent sur notre passé sur la bases de ces traces. Que se passent-ils si ces traces – les sources primaires – disparaissent? L’histoire – dans le sens de « sciences historiques » – ne peut plus être écrite. La difficulté que nous avons aujourd’hui à relever le défi de l’archivage des sources numériques est une épée de Damoclès menaçant historiens et sciences historiques.

La préservation des archives, numériques ou non, a toujours été quelque chose de délicat et d’aléatoire. Nous connaissons plutôt bien l’Égypte ptolémaïque par le biais des papyrus conservés dans le désert – sec – alors que ceux qui existaient probablement dans la vallée du Nil – humide – ont disparu. Il existe des trous dans notre connaissance de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale car elle a engendré de nombreuses destructions d’archives.

Mais notre ère numérique me semble poser ces mêmes problèmes avec une plus grande acuité tout en engendrant de nouveaux enjeux – cette incroyable abondance, cette évolution technique (logicielle et matérielle) très rapide. S’il est déjà arrivée de voir une historiographie freinée par une arrivée importante d’archives – c’est le cas de l’historiographie du IIIe Reich lorsqu’il a fallu absorber les archives qui étaient conservées par les pays du bloc communiste lorsque ce dernier a disparu -, cela a n’a été que très temporaire.

Si notre réaction n’est pas adaptée, les sciences historiques elles-mêmes sont mises en danger. Bien que le titre de ce billet paraisse dramatique, je ne crois pas à une fin des sciences historiques. Par contre, une sérieuse réduction de son « domaine » à partir du moment où nous étudierons les années 1990 est malheureusement envisageable, soit en raison de pertes d’archives, soit à cause d’utilisation d’outils et méthodes inadaptées.

C’est toute l’utilité, aujourd’hui, des Humanités numériques, de l' »histoire numérique » que de préparer le futur de l’histoire. L’enjeu de la conservation des archives montre l’intérêt et la nécessité d’un travail très étroit entre historiens, archivistes, bibliothécaires et informaticiens.

  1. On parle ici de 170 milliards de tweets, avec une croissance d’un demi-milliard de tweets par jour  selon Allen, Erin. « Update on the Twitter Archive at the Library of Congress ». Library of Congress Blog 4 janv. 2013. Web. 1 févr. 2013. []
  2. Idem. []
  3. Version française: Rosenzweig, Roy. « Pénurie ou abondance ? Préserver le passé à l’ère du numérique ». OpenEdition Press. OpenEdition Press, 2012. 113‑149. press.openedition.org. Web. 1 févr. 2013. Version originale: Rosenzweig, Roy. « Scarcity or Abundance? Preserving the Past in a Digital Era ». The American Historical Review 108.3 (2003): 735‑762. CrossRef. Web. 28 avr. 2010. []
  4. 23 janvier 2013, France Culture, émission d’Emmanuel Laurentin – l’auditeur qui voulait absolument que lui soit posée la question de la stratégie numérique des AN, c’était moi! []
  5. J’ai collecté ces propos à la volée – vous m’excuserez si quelques mots diffèrent, mais je ne pense pas avoir trahi les propos tenus. []
  6. À l’ère numérique, je m’interroge sur ce que veut dire le terme « redondance ». Le document numérique est fluide: son contenu peut avoir changé, sa forme peut être séparée de son fond. Qu’est-ce dans ce contexte que la redondance? Une répétition ou du versioning – pour parler du bon français? []
  7. Ainsi, on conseille toujours d’avoir au moins trois copies d’un fichier: une sur votre ordinateur, une sauvegarde sur un support externe, une dernière sur un support distant []
  8. Cela signifie également que les plateformes logicielles utilisées par les administrations, entreprises, etc. devraient en toute théorie être archivées également, non seulement pour lire les archives dans leur contexte d’origine, mais également parce que ce seront des sources primaires à proprement parler. []
  9. Je me permets de renvoyer à l’un de mes précédents billets. []
  10. Ainsi a-t-il fallu la mobilisation de nombreux historiens dans le monde autour d’une pétition lancée par Marc Flandreau (Institut des Hautes Études Internationales et du Développement, Genève) pour sauver certains fonds d’archives de BNP Paribas []
  11. Je n’aborde pas ici les questions de respect de la vie privée et du « droit à l’oubli ». Cela pourrait faire l’objet d’un billet, d’un article, voire d’un livre complet. []
  12. Voir l’atelier co-animé par Clément Oury (BNF) et moi-même à THATCamp Paris 2012: Collectif. « Sommes-nous en train de perdre la mémoire ? Mémoire et archivage du web ». Collections électroniques des Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012. editionsmsh.revues.org. Web. 1 févr. 2013. []
  13. Il y a d’autres limites, notamment liées au contexte technologique: un site de 1995 visionné avec les outils de 2013 n’est pas tout-à-fait le même que s’il était visionné avec les technologies de 1995. Mais la BNF y travaille. Notons que la question du matériel, notamment de stockage, et de son obsolescence est une question également importante, non évoquée ici, car bien connue. []
  14. Statistiques entendues à Digital Humanities 2009 []

Les Digital Humanities, une question de survie pour l’histoire contemporaine? – Pensées éparses (4)

Claire Clivaz, assistante professeur à Lausanne en théologie protestante, adepte des Humanités numériques, vient de publier un billet où elle s’interroge sur la « grande question de recherche » posée par les Humanités numériques1.

Je ne me permettrais pas de répondre pour toutes les sciences humaines et sociales, ni ne donnerai de réponse globale. Je me cantonnerai à mon petit domaine, l’histoire, voire uniquement l’histoire contemporaine.

En termes d’historiographie, le XXe siècle est celui de l’extension du domaine de l’histoire. S’opposant à l’ecole méthodique de Seignobos et Langlois, qui ne se fondaient pour l’essentiel que sur des sources manuscrites et ne traitaient quasiment que d’histoire politique, l’École des Annales sort du carcan chronologique au-jour-le-jour pour inventer la notion de temps long, élargit les thèmes traités et, surtout, élargit les sources de l’histoire. Cette extension du domaine de l’histoire n’est pas le seul fait de l’École des Annales. En restant toujours en France, la sortie de l’Introduction à l’histoire des relations internationales2 marque le saut de l’histoire diplomatique, cette savante description des combinaisons élaborées des diplomates, à une histoire des relations internationales ancrée dans des phénomènes plus profonds3.

Le point important, ici, est l’élargissement des sources de l’histoire. C’est ce point qui fait que l’on dispose d’une histoire du climat4, par exemple, dont l’écriture aurait été inimaginable à la fin du XIXe siècle. De mon point de vue, nous sommes ici face à une continuation de ce mouvement, grâce au numérique, dans deux directions différentes.

  • Le numérique devrait nous permettre de réinterpréter des sources existantes, et, parfois, largement connues,
  • Nous devrons utiliser l’outil informatique pour faire face à l’afflux de documents numériques.

Sur le premier point, je vous laisse lire un article de Lauren Klein5 qui montre comment, avec une analyse de réseau et des outils de visualisation, on peut faire l’histoire de ceux qui ne sont pas désignés par leur nom dans les archives.

Sur le second point, rappelons que toute une frange de l’histoire numérique s’intéresse aux périodes les plus récentes de notre histoire. Sans parler d’histoire immédiate, de grands chantiers historiographiques s’ouvrent en même temps que les centres d’archives mettent des sources primaires à disposition au fil de la règle des trente ans.

Or le web, le courrier électronique et de nombreux autres supports numériques s’imposent progressivement au sein des administrations, des entreprises, des associations, des particuliers… au fil des années 1990. À partir de 2020, et même si les archivistes élaborent des stratégies de conservations (c’est-à-dire qu’ils ne gardent pas tout), nous aurons de plus en plus6 à traiter, à côté de nos bonnes vieilles liasses de papier, des documents numériques.

Or nous ne sommes pas armés, pour le moment, pour y faire face. Rares sont ceux qui commencent à élaborer une méthodologique critique des documents numériques7. Encore plus rares sont ceux qui pensent à la manière dont nous interrogerons des archives numériques massives8. Nous pouvons nous préparer, en adoptant des technologies émergentes, décrites ça et là9. Mais cela suppose un fort effort de formation des étudiants, ce qui nous fait retomber sur une autre discussion.

Il y a déjà eu des historiographies, qui, pendant quelques années, se taisent, temporairement étouffées par un afflux important d’archives nouvelles. Ainsi, de la biographie d’Hitler par J. Fest en 197410 à celle de Marlis Steinert en 199111, de nombreux ouvrages sur Hitler ont été publiés. Entre Steinert et Kershaw huit ans plus tard12, il y a, par contre, un vide certain. Pourquoi? En raison de la chute du Mur de Berlin, qui a permis aux historiens d’aller dans les archives des pays de l’Est de l’Europe. Mais il leur a fallu plusieurs années pour les assimiler.

Si nous ne sommes pas collectivement prêts à utiliser des sources primaires numériques d’ici une dizaine d’années, le risque est que l’histoire contemporaine, sur certains sujets, reste muette pendant une longue période, car coupée de sa matière première. Pour ces domaines de l’histoire contemporaine, les Digital Humanities et leurs méthodes me semblent être une question de survie.

  1. Claire parle d’Humanités digitales, expression que je n’aime pas trop, mais peut-être, à lire son billet, devrais-je changer d’avis []
  2. Renouvin, Pierre, et Jean-Baptiste Duroselle. Introduction à l’histoire des relations internationales. Armand Colin, 1964. Print. []
  3. Cette évolution est opérée en partie en opposition aux Annales: Duroselle, Jean-Baptiste. Si l’historien n’interprète pas, il ne fait pas son métier. 20 sept. 1994. Le Monde. – payant []
  4. Ladurie, Emmanuel Le Roy. Histoire du climat depuis l’an mil. Flammarion, 1993. Print. []
  5. Klein, Lauren Frederica. « Social Network Analysis and Visualization in ‘The Papers of Thomas Jefferson’ ». Digital Humanities 2012. 2012. Web. 24 juill. 2012. []
  6. Si elles ont été correctement conservés, ce qui est un autre débat []
  7. Il y a bien sûr des exceptions: voir l’article de Serge Noiret dans: Philippe Rygiel, et Serge Noiret. Les historiens, leurs revues et Internet : France, Espagne, Italie. Publibook. Paris, 2005. Print. []
  8. Nous conseillons la lecture du blog, tenu de 2005 à 2008, par William J. Turkel Digital history hacks []
  9. Cohen, D. et al. « Data Mining with Criminal Intent ». (2011): n. pag. Print. []
  10. Fest, Joachim C. Hitler. New York: Harcourt Brace Jovanovich, 1974. Print. []
  11. Steinert, Marlis. Hitler. Fayard, 1991. Print. []
  12. Kershaw, Ian. Hitler Tome 1: 1889-1936 Hubris. W. W. Norton & Company, 1999; puis Kershaw, Ian. Hitler Tome 2: 1936-1945 Nemesis. W. W. Norton & Company, 2001. []

L’historien est aussi un technicien – pensées éparses (3)

L’historien est aussi un technicien. Dans certains cas, cette phrase ne choquera aucun chercheur: quand on est dans un centre d’archives, on a grand intérêt à savoir comment il fonctionne. On doit connaître des détails insignifiants comme le nombre de boîtes que vous pouvez commander, comme la manière de les ranger à la place qui vous a été allouée1. On doit maîtriser les détails méthodologiquement déterminants pour vos travaux: quelle a été la politique de sélection des documents? Leur mode de conservation? Les documents qui ont été perdus? On aime s’apercevoir, dans un registre plus anecdotique, que la petite fiche où chaque personne qui a emprunté la liasse a signé nous permet de savoir qui a travaillé sur des thèmes de recherche similaires aux vôtres. Ainsi, ai-je été ému à l’idée que, quarante ans plus tôt, Martin Broszat a travaillé sur les mêmes liasses que moi. Émotion mêlée au sentiment plus négatif d’avoir l’impression de lire des archives que tout le monde connaît déjà…

Se revendiquant souvent techniciens des archives, en un sens, beaucoup d’historiens font pourtant une exception pour l’informatique ((J’ai déjà eu l’occasion d’exprimer l’intérêt que j’ai pour le code et le rôle qu’il peut jouer dans l’étude et l’écriture de l’histoire. Proche de ce sujet, je vous conseille la lecture du billet « Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves » de Delphine Regnard. Un bel exemple, également, d’écriture numérique vivante: Delphine a corrigé ce billet au fur et à mesure de discussions sur les réseaux sociaux et dans les commentaires du billet – où le débat est vif.)). C’est ce qu’a résumé, en mars dernier lors du colloque organisé par l’Université du Luxembourg et le CVCE, la petite phrase « Je ne suis qu’un historien », qui a révolté, notamment, Sean Takats. Dans mes conclusions, j’ai essayé de prendre cette phrase à contre-pied: oui, je ne suis qu’un historien et c’est pour ça que je m’intéresse à la manière dont nous utilisons l’outil numérique. Parce que, de la même manière que j’ai dû apprendre à connaître le fonctionnement du Bundesarchiv allemand pour ma thèse, je dois maîtriser ces nouveaux outils, tout simplement pour exercer mon métier.

Car aujourd’hui, nos modes d’écriture sont bouleversés. Si l’article et le livre, œuvres finies et quasi immuables, restent des références pour nos CV, les expériences les plus créatives et les plus intéressantes se déroulent en ligne, repoussant les limites de la validation par les pairs et instaurant des modes collectifs d’écriture2 ou illustrant comment on devient historien.

De la conférence monolithique, nous nous dirigeons vers des événements scientifiques ubiquitaires, se déroulant dans plusieurs espaces/lieux/réseaux en même temps – comme c’est le cas désormais de la plupart des événements Digital Humanities auxquels j’ai participé.

Surtout, notre relation aux sources va s’en trouver bouleversée. Pour deux raisons. La première est que la numérisation des sources facilite l’accès aux archives, et, si elle est bien menée, nous permettra de faire lire nos sources par l’ordinateur qui nous assistera pour révéler ce qui n’est pas évident à voir avec le seul œil humain. Toutefois, deux écueils nous guettent: le problème russe décrit par Dan Cohen3 et le fait qu’une archive numérisée peut aussi être une archive appauvrie4. Dans le premier cas, le risque est d’utiliser l’outil numérique sans grand discernement, avec une perte de légitimité scientifique, un peu à l’image de l’histoire économique à la fin des années 1970. Dans le second cas, la numérisation peut nous faire perdre de nombreux éléments déterminants pour nos recherches: la qualité du papier, les différents types d’annotations… Les chances d’éviter ces deux écueils seront d’autant plus élevées que nous maîtriserons les logiciels et méthodes adéquats.

La seconde raison est un problème connu des archivistes depuis longtemps5: l’abondance. Les archives ont dû développer des stratégies de sélection. Mais ce problème, que l’on peut relier à cette fameuse infobésité, est aujourd’hui d’une tout autre ampleur. D’une part, les choix de sélection des archives numériques conservées doivent être de vrais choix et non des choix par défaut, imposés par une mauvaise maîtrise de la technique6. D’autre part, malgré ces choix, la masse d’archives auxquelles nous serons confrontés restera suffisamment importante pour que, en tout cas pour certains sujets, nous soyons obligés de nous appuyer sur des programmes permettant ce que l’on appelle le « text mining » ou « data mining ». En tant qu’historien de la construction européenne, je n’ose imaginer, dans une vingtaine d’années, le nombre de documents numériques qu’il faudra dépouiller pour comprendre l’élargissement de l’Union européenne de 2004.

Le risque que représente ce refus de s’intéresser à la technique numérique, de mettre les mains dans le cambouis digital, est de se retrouver, dans quelques années, à ne plus pouvoir ni faire de recherches, ni écrire l’histoire, en tout cas pour certaines périodes.

  1. Ne riez pas, commandez des boîtes qui n’ont pas la bonne taille et vous désorganisez tout un service d’archives. []
  2. Vous pourrez lire Thomas, William G. « Writing History in the Digital Age | William G. Thomas ». William G. Thomas digital historian 31 oct. 2011. Web. 20 juin 2012 et jeter un coup d’œil sur le projet PressForward []
  3. Cohen, Dan. « It’s About Russia ». Dan Cohen’s Digital Humanities Blog 6 mars 2007. Web. 11 juill. 2012. []
  4. Turkel, William J. « Intervention: Hacking history, from analogue to digital and back again ». Rethinking History 15.2 (2011): 287‑296. CrossRef. Web. 11 juill. 2012. []
  5. Je rappelle à toutes fins utiles que je suis contemporanéiste []
  6. Sur le sujet de la préservation des archives numériques, voir, dans le cas des sites web: Rosenzweig, Roy. « Scarcity or Abundance? Preserving the Past in a Digital Era ». The American Historical Review 108.3 (2003): 735‑762. CrossRef. Web. 28 avr. 2010. []

Le temps, l’historien et l’informaticien – pensées éparses (2)

Dans un article de 20031, Robert Frank tente de cerner l’apport des historiens à l’étude plus générale des relations internationales. Le coeur de son raisonnement touche à la grande spécificité de l’histoire par rapport aux autres sciences humaines et sociales: le temps. Le temps – peut être plutôt les traces du passé – est le point de vue, le centre de notre science.

Prenons un simple exemple. Quand commence le XXe siècle? Techniquement, en 1901. Il s’achève en 2000. En fonction de ce que nous étudions et de ce que nous recherchons, nous choisirons cependant d’autres dates pour commencer ce siècle. Chez Hobsbawm, ce siècle des extrêmes est un petit XXe siècle, allant de 1914 à 19912. En histoire économique, d’autres dates peuvent être choisies. Ainsi, la production d’acier nous incite à nous arrêter sur l’année 1890: les États-Unis, pour la première fois, produisirent plus d’acier que le Royaume Uni. Dans mon petit monde qui touche aux banques centrales et à leurs gouverneurs, le début des années 1920 est déterminant: les banquiers centraux commencent alors, sous la direction de l’Anglais Montagu Norman, à élaborer une doctrine du central banking, rendue nécessaire par la masse inédite d’endettement international provoqué par la Grande Guerre3.

Mais la complexité du temps va au-delà du simple choix des césures chronologiques. L’école des Annales – et tout particulièrement Fernand Braudel et sa Méditerranée4 – a introduit la notion de temps long, l’une des trois échelles du temps5. Les grandes évolutions, mais aussi constantes, de l’histoire humaine ne sont saisissables que par cette notion. Ainsi, en dehors de l’école des Annales, Jean-Baptiste Duroselle a-t-il voulu écrire l’histoire de long terme de l’Europe et, surtout, de ses peuples6. Cet ouvrage permet de saisir la très lente émergence de la notion des droits humains, de la Magna Charta de 1215, à la convention européenne des Droits de l’Homme de 1950, en passant par l’Habeas Corpus et par la Déclaration de 1789.

Il reste souvent pertinent, toutefois, de se pencher parfois sur le temps court – voire très court. L’un de mes souvenirs les plus frappants de mes années d’étudiants à l’IEP de Strasbourg est une séance de TD d’histoire des relations internationales portant sur le déclenchement de la Grande Guerre. Ici, s’attarder sur les entrées en guerre d’août 1914, aller dans le détail de la chronologie au jour près, à l’heure près, permet tout particulièrement de comprendre pourquoi la Grande Bretagne est entrée en guerre, changeant radicalement les rapports de force en présence.

Enfin – et ceci nous est rappelé par ceux qui étudient d’autres civilisations que l’Européenne mais également par l’histoire religieuse et l’histoire rurale – le temps n’est pas toujours linéaire. Peut être même ne l’est-il jamais. La vie d’un paysan chrétien – et d’un chrétien de manière générale – est rythmée par plusieurs cycles. Le cycle quotidien est celui des heures sonnées par le clocher de l’Église7. Le cycle hebdomadaire est ponctué par le dimanche. Le cycle annuel est marqué par les grandes fêtes chrétiennes. Les quatre testaments – lus à l’église chacun à leur tour au rythme d’un par an – marquent encore un cycle plus long. Et je ne crois pas que cette liste soit exhaustive.

Il est probable que l’on pourrait détailler bien plus avant ce qu’est le temps, notamment en évoquant le rapport entre passé, présent et futur. L’objectif de ce billet n’est pas d’être complet, mais de montrer en quoi ces quelques considérations sur le temps – banalités pour tout historien – sont difficiles à saisir par ceux qui ne sont pas constamment plongés dans le passé et n’ont pas fait de l’histoire leur «métier». Le temps n’est pas chose simple. Mon expérience, de ce point de vue, a souvent été décourageante. Ceci se reflète notamment lors de discussions avec des chercheurs en sciences de l’informatique.

Comme toutes les «sciences dures» – j’utilise ici ce terme malheureux en opposition aux sciences humaines et sociales – il arrive que les sciences informatiques touchent à des questions essentielles qui concernent les SHS, en particulier la philosophie. Mais, pour avancer, les chercheurs en sciences informatiques ont besoin, parfois, de donner une réponse concrète à ces questions. Elles empruntent parfois un champ lexical provenant de la philosophie – c’est ainsi que l’on parle d’ontologie et de web sémantique – tout en donnant à ces termes des sens finalement très concrets.

Dans ces cas là, un échange avec des chercheurs en sciences de l’informatique mène souvent à des récriminations de leur part: force est de constater que nous sommes, non pas compliqués, mais complexes. Que nos recherches sont parfois difficiles à appréhender. Comment intégrer dans un algorithme des temps multiples, malléables en fonction du sujet de recherche de l’historien? Pour ma part, ma réponse est assez simple: en laissant l’utilisateur décider, en lui donnant le pouvoir de créer son / ses propres temps.

L’exemple du temps montre à quel point, lors de projets mêlant historiens (et plus généralement chercheurs en sciences humaines) et informaticiens, un dialogue constant est important, pour dégager les meilleurs moyens de répondre aux besoins des historiens. Mais ce dialogue nécessite l’acquisition d’un vocabulaire commun, notamment par l’intervention d’intermédiaires et, notamment, des historiens-développeurs.

  1. Frank, Robert. « Penser historiquement les relations internationales ». AFRI IV (2003): 42‑65. Print. []
  2. Hobsbawm, Eric J. L’age des extrêmes Histoire du court XXe siècle. Complexe, Le Monde Diplomatique, 1999. Print. []
  3. Je vous renvoie honteusement au numéro de Histoire, Économie & Société que j’ai coordonné avec Olivier Feiertag et qui sortira sous peu: Clavert, Frédéric, et Olivier Feiertag. Les banquiers centraux dans la construction européenne. 2011. Print. Histoire, Économie & Société 2011/4. []
  4. Braudel, Fernand. La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. Paris: Colin, 1949. Print. []
  5. « “La méditerrannée et le monde méditerranéen” de Fernand Braudel ». Le Webzine de l’Histoire 7 juill. 2007. []
  6. Duroselle, Jean-Baptiste. L’Europe : histoire de ses peuples. [Paris]: Perrin, 1990. Print. []
  7. Corbin, Alain. Les cloches de la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle. Paris: A. Michel, 1994. Print. []

Le code et l’historien contemporanéiste – pensées éparses

Je ne code pas. Ou peu. Si jamais on peut considérer qu’écrire un peu de HTML avec une goutte de PHP pas toujours bien maîtrisé signifie que l’on « code ». Pourtant, en tant qu’historien comme en tant que citoyen, je souhaiterais apprendre – je n’ai malheureusement jusqu’ici jamais trouvé le temps.

Pourquoi serait-il utile pour moi, historien, de me lancer dans un apprentissage nouveau, quasiment une nouvelle langue vivante à apprendre? Comme contemporanéiste, je travaille sur un thème – les banquiers centraux – qui requiert de prendre en compte l’ensemble du XXe siècle et quelques années du XXIe. Pour les années les plus récentes, j’ai une source formidable: le web. Mais comment exploiter cette source qui, à l’échelle d’un historien, est potentiellement infinie? Comment appréhender une abondance de sources1 telle qu’il n’est pas possible humainement de la lire intégralement comme j’ai pu lire quelques centaines de boîtes d’archives pour ma thèse?

En programmant. En codant.

Cette question de l’historien-informaticien n’est pas nouvelle. La plus célèbre phrase des humanités numériques françaises l’évoque: « L’historien de demain sera programmeur ou ne sera plus »2. En fait, en France, les premières études utilisant des ordinateurs – on parle alors de mécanographie – datent de la fin des années 1950. Les Annales publient un premier article en 19593, puis un second en 19604. En clair, les historiens français – même s’ils ne sont pas les premiers en la matière5 – ont très rapidement utilisé les premiers supercalculateurs arrivés dans l’hexagone. Dans le cas des bâtiments assyriens en Cappadoce, ce sont ceux de la Communauté Européenne de l’Énergie Atomique – CEEA ou Euratom, l’autre Communauté créée par les traités de Rome de 19576. En effet, Euratom, au contraire de la CEE, est, avec le retour du général De Gaulle au pouvoir, très vite vidé de sa substance. Ses supercalculateurs peuvent ainsi être loués.

L’historien qui utilise un ordinateur est alors confronté à des conditions matérielles qui n’ont rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd’hui7. Les ordinateurs occupent l’équivalent d’une salle. Il n’existe pas d’interface graphique et l’ordinateur est utilisé grâce à des cartes perforées. Une erreur dans ces cartes peut remettre en cause l’ensemble du traitement « mécanographique ». Et la location de l’ordinateur coûte cher.

Ce que n’a probablement pas prévu Emmanuel Le Roy Ladurie, c’est le développement de l’ordinateur individuel, particulièrement à partir de 1984 – date de la sortie du premier Macintosh et début de l’expansion des interfaces graphiques telles que nous les connaissons aujourd’hui. D’une certaine manière, ces ordinateurs personnels – chers au début, mais dont le prix à décru de manière impressionnante en 25 ans – me semblent avoir à la fois popularisé l’usage des ordinateurs mais retardé la prophétie d’Emmanuel Le Roy Ladurie8.

En effet, l’utilisation des traitements de texte, tableurs, etc – ces logiciels basiques que nous connaissons relativement bien aujourd’hui – s’est répandue grâce à cette nouvelle génération d’ordinateurs à interface graphique, le Macintosh d’Apple étant assez vite suivi par le logiciel Windows de Microsoft. Certains ont vite saisi en quoi l’utilisation de l’ordinateur transformait, même par l’utilisation d’un traitement de texte simple, l’écriture9. Mais cette expansion de l’ordinateur individuel a aussi retardé le recours au développement, au code lui-même, à la programmation. Parce que ces interfaces graphiques en réduisait, dans un premier temps et pour certains types d’usages, l’utilité.

Pour certains types d’usage, mais pas pour tous. Ainsi, dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales qui ont besoin de manipuler les textes, d’en faire ressortir tous les aspects, de les presser comme des citrons pour en tirer le plus d’informations possible, le recours à l’informatique s’est fortement développé. Ce n’est pas pour rien que la Text Encoding Initiative a été fondée en 1987. S’appelant Humanities computing d’abord, puis Digital Humanities ensuite, s’étendant à de plus en plus de disciplines, le mouvement – la transdiscipline? – associant les sciences humaines (et sociales) et l’informatique et le numérique se développe progressivement. Les associations nord-américaines majeures sont créées dans les années 1970 et la grande série des conférences Digital Humanities commence en 1989.

Mais ce courant est resté somme toute – jusque récemment – relativement en marge. Dans les sciences historiques en France, Jean-Pierre Genet parle d’urgence pour la formation informatique des historiens dans les années 199010.

En histoire contemporaine, il n’y avait pas besoin – sauf peut-être les historiens économistes – d’usage très intensif de l’informatique. C’est très pratique lorsque – ce qui fut le cas pour ma thèse – vous travaillez, par exemple, sur l’entre-deux-guerres. Vous avez juste assez d’archives. Pas trop, donc pas besoin de traitement informatique. Mais suffisamment pour pouvoir écrire une thèse substantielle.

Mais cette situation va évoluer. Les « XXièmistes » avancent dans leurs recherches au fur et à mesure de l’ouverture des archives. La fameuse loi des trente ans. Nous dépouillons donc, actuellement, en France, les archives qui touchent la fin des années 1970 et le début des années 1980. Or, internet, le web, ne sont plus, pour leurs débuts, si lointains. Dès que nous aborderons les années 1990, nous devrons faire face à un afflux croissant suivant une courbe – dans un premier temps – exponentielle d’archives numériques, comme le fait si bien remarquer Dan Cohen11. Dans le domaine de l’histoire de l’intégration européenne, ne faudra-t-il pas prendre en compte les milliers – probablement les millions – de courriers électroniques vraisemblablement échangés pour la préparation de l’élargissement de l’Union européenne à dix nouveaux pays membres en 2004?

Pour l’exploitation de ces archives, nous devrons apprendre à coder, pour mettre au point les outils informatiques permettant d’exploiter ces archives numériques, trop nombreuses pour faire l’objet d’un traitement strictement humain – et si toutefois ces archives numériques sont conservées. Nous devons apprendre à coder dès maintenant si nous voulons nous préparer à temps. La citation de Le Roy Ladurie n’a jamais été aussi actuelle.

Bien sûr, il est hors de question de laisser l’historien seul face à son ordinateur. Comme nous l’avons dit pour les conclusions de THATCamp Paris, le chercheur ne peut survivre seul dans un environnement numérique – c’est du moins ce qu’il me semble. Nous devrons donc travailler avec des techniciens, avec des corps de métiers qui disposent de savoir-faire que nous n’avons pas. Mais savoir développer des programmes informatiques permet de dialoguer et de travailler avec ces corps de métiers, dialogue qui sera indispensable pour poursuivre nos recherches12.

En clair, étant donné la profusion d’information dont nous disposons via le web notamment, le code deviendra la clé de la liberté de trouver et d’exploiter l’information – ces sources qui nous sont si chères.

Comme le disait, donc, Jean-Philippe Genet dans les années 1990, la formation informatique des historiens en France et ailleurs reste une urgence. En fait, une question de survie de la discipline, toutefois de cette partie de la discipline qui s’intéresse à notre histoire la plus récente.

Apprendre à coder est l’un de mes objectifs à venir. J’espère ne pas être le seul.

EDIT: Daniel Letouzey a publié quelques pistes pour compléter mon billet. Et bien sûr, il y a la réponse de La Boîte à outils des historiens.

  1. Sur la notion d’abondance et l’historien: Rosenzweig, Roy. « Scarcity or Abundance? Preserving the Past in a Digital Era ». The American Historical Review 108.3 (2003): 735‑762. CrossRef. Web. 28 avr. 2010. []
  2. Emmanuel Le Roy Ladurie. Le territoire de l’historien. Gallimard, 1973. Print. []
  3. François Furet, et Adeline Daumard. « Méthodes de l’Histoire sociale: les Archives notariales et la Mécanographie ». Annales ESC 14.4 (1959): 676‑693. Print. []
  4. Paul Garelli, et Jean-Claude Gardin. « Étude par ordinateurs des établissements assyriens en Cappadoce ». Annales ESC 16.5 (1961): 837‑876. Print. []
  5. cf. la notice biographique du Père Roberto Busa sur Wikipedia []
  6. Voir La création de la CEE et de l’Euratom []
  7. Nous nous fondons ici sur une intervention entendue il y a fort longtemps et espérons ne pas trahir les propos à l’époque tenus par l’auteur: Éric Castex, “Présentation du rapport entre l’informatique et les historiens au cours des dernières décennies”, Introduction des Journées Doctorales de Paris I, Des outils informatiques dans la Recherche, décembre 1999. []
  8. Je suis ici dans le pur domaine spéculatif – mes propos sont fondés sur des impressions et non sur une étude solide []
  9. Relisez le Pendule de Foucault d’Umberto Eco []
  10. Genet, Jean-Philippe. « La formation informatique des historiens en France: une urgence ». Mémoire vive 9 (1993): n. pag. Print. []
  11. Daniel Cohen. « History and the Second Decade of the Web ». Rethining History 8.2 (2004): 293‑301. Print. []
  12. Vous pouvez consulter les écrits de William J. Turkel sur le sujet de l’historien-programmeur: Turkel, William J., et Alan MacEachern. The Programming historian. 1re éd. NiCHE: Network in Canadian History & Environment, 2007. Web. 15 sept. 2008. []