Archives de catégorie : Intégration européenne

L’apport du numérique aux sciences historiques: exemple d’une analyse computationnelle des archives Werner

Le CVCE a organisé un colloque sur « Pierre Werner, une vision pour l’Europe: pensée, action, enseignements ». Voici la présentation que j’ai préparée à cette occasion.

Contre l’Europe?

« Contre l’Europe? Antieuropéanisme, euroscepticisme et altereuropéanisme dans la construction européenne de 1945 à nos jours » a été le programme junior de la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace, sélectionné en 2008 et achevé en 2010. Le descriptif du programme peut être trouvé à cette adresse et ses soutiens à celle-là. En voici un résumé rapide:

Fondé sur une approche interdisciplinaire, le projet de recherche « Contre l’Europe? Antieuropéanisme, euroscepticisme et altereuropéanisme dans la construction européenne depuis 1945 » vise à mieux connaître les phénomènes de refus, de résistance et d’opposition à la construction européenne sur le long terme, de 1945 à nos jours. En croisant les méthodes spécifiques aux historiens, aux sociologues, aux politistes, aux juristes et aux géographes, venant de plusieurs pays européens, il s’agira d’analyser les raisons des oppositions à l’Europe, d’en décrypter les finalités, de mettre au jour les temps forts de ces résistances et de faire apparaître les changements progressifs de leur nature. Pour autant, la complexité des dynamiques d’opposition ne saurait être escamotée. Aussi le projet s’attachera-t-il à dégager les particularités des oppositions en fonction des acteurs, des espaces et des périodes. Les diverses formes de résistance seront également replacées dans le cadre des spécificités nationales et envisagées par rapport aux évolutions des relations internationales et au degré de développement des institutions européennes. En définitive, ce programme vise à établir une sorte de panorama raisonné des oppositions à l’Europe communautaire depuis 1945, de façon à en dégager les lignes de force, les articulations et les grandes évolutions.

Le premier volume co-dirigé par Birte Wassenberg, Philippe Hamman – tous deux de l’Université de Strasbourg – et moi-même (CVCE) est sorti au mois de décembre:

Wassenberg, B., Clavert, F., Hamman, P, Contre l’Europe? Anti-européisme, euroscepticisme et alter-européisme dans la construction européenne de 1945 à nos jours (Volume I): les concepts, Stutgartt, Franz Steiner Verlag, 2010.

Outre la co-direction, j’ai écrit l’un des chapitres de ce volume, sur les « Oppositions à l’euro » dont voici le résumé en anglais, tel qu’il figure dans le livre:

Since its creation, the Euro has been an object of doubt concerning its long term sustainability. What would happen in case of asymmetrical shock? The policy and, consequently, the autonomy of the ECB should not be called into question? These anxieties remind us that the Euro had already passed through several confidence crises. Immediately after its launching, the fall of the common currency below Euro-Dollar parity caused the first one. Its rebound to very high levels produced the second one, starting in 2005. It appears to us that nowadays these doubts concerning the common currency articulate three types of recriminations against the common currency: objections issued by certain Europeanists, skepticism of a lot of economists and, finally, political opposition and resistance to the Euro. Without exception, especially among the German left, this opposition to the Euro appears to us as the expression of a wider resistance, of diverse nature, to the European integration process, as being realized nowadays. It is the case of Europeanists, who, hostile towards a common currency, would have preferred either a deeper economic integration before any currency association, or a less technocratic and instead maybe a more spiritual kind of integration. Most of the economists whose discourse was analyzed here, base their skepticism on a lack of political unity. This way, they envisage, with certain unanimity, that the establishment of a currency should match a political structure and preferably a state. Finally, the mostly political contestations are essentially based either on the fear of a European State or on the fear of calling national identity into question. Could this resistance to the common currency on the long run call the Euro into question in a more dangerous way than the hypothesis of an asymmetrical shock?

Cultures nationales et identité communautaire. Un défi pour l’Europe?

Cultures nationales et identité monétaire

(c) Peter Lang

Grace aux bons soins de Marloes Beers et Jenny Raflik, Peter Lang a tout récemment publié les actes du colloque de Cergy-Pontoise de décembre 2009 sur le sujet « Cultures nationales et identité communautaire. Un défi pour l’Europe? »

Dans ce livre, ma contribution interroge la notion d’identité monétaire européenne: « Existe-t-il une identité monétaire européenne? »

Voici son paragraphe final:

Pour  surmonter  les  difficultés  liées  aux  grandes  divergences  sur  le contenu  des  politiques  monétaires,  sur  les  valeurs  sur  lesquelles  ces politiques  doivent  reposer,  il  a  fallu  largement  minorer  la  partie  politique de l’UEM, au prix d’une perte de substance identitaire et au bénéfice  de  la  vision  technicienne  des  banquiers  centraux  européens.  En conséquence,  il  existe  un  décalage  entre  les  peuples  –  ou  du  moins certaines  composantes  de  ces  peuples  –  et  leur  monnaie  dans  la  zone euro. Ce décalage, qui n’est pas propre à la monnaie, est relayé par une partie  des  élites,  comme  le  montrent  les  critiques  répétées  de  Nicolas Sarkozy contre la Banque centrale européenne. Ces attaques montrent que l’articulation entre les traditions monétaires nationales et l’« identité monétaire européenne » n’est pas encore achevée. Finalement, l’identité monétaire  européenne  est  à  l’image  de  l’identité  européenne  dans  un sens plus large, que Bronislaw Geremek décrivait comme un « travail de tous les jours ».