Archives de catégorie : Publications

Certaines de mes publications ou interventions.

La pensée économique allemande

Couverture JPG Pensée économique allemande

Alcouffe, A. et Diebolt, C., La pensée économique allemande, Paris, Economica, 2009, 462 pages.

J’y ai écrit un article sur Un néo-mercantiliste allemand? Hjalmar Schacht et la politique économique, monétaire et financière du IIIe Reich.

En voici les résumés, en Français, Anglais et Allemand:

Un néo-mercantilisme allemand? Hjalmar Schacht et la politique économique, monétaire et financière du IIIe Reich.

Dans ses mémoires, Hjalmar Schacht, président de la Reichsbank (1924-1930 et 1933-1939) et ministre de l’Économie du Reich (1934-1937), affirme son attachement à l’économiste historiciste Gustav Schmoller (1838-1917), parce qu’il insiste sur l’association étroite entre État-Nation et politique économique mercantiliste.
S’il est difficile de distinguer dans les premières phases de la carrière de Schacht l’influence de théoriciens de l’économie, la politique qu’il mène comme président de la Reichsbank puis ministre de l’Economie du IIIe Reich est plus facilement caractérisable : soutien du plan de création d’emplois puis du réarmement ; politique économique extérieure marquée par les accords de compensation pour obtenir matières premières et devises. Cette politique mélangeant « idéologie d’exportation » et réarmement est mercantiliste.
Une question émerge alors : cette politique mercantiliste est-elle uniquement le fruit d’une adaptation à un marché international en crise dans les années 30 et aux demandes nazies de réarmement ? N’est-elle pas aussi le résultat de l’influence de l’école historiciste des économistes allemands d’avant-guerre ?

German neo-mercantilism? Hjalmar Schacht and the Third Reich’s economic, monetary and financial policy

In his memoirs, Hjalmar Schacht, president of the German Reichsbank (1924-1930 and 1933-1939) and Minister of the Economics (1934-1937), stated his admiration of the historicist economist Gustav Schmoller (1838-1917), who emphasized the close association between nation-state and mercantilist economic policy.
While it is difficult to discern any influence of economic theories in the early stages of Schacht’s public career, his policy as president of the Reichsbank and Minister of the Economics of the Third Reich is easily characterized by the support of the Nazi job creation and rearmament policies, and by a foreign economic policy marked by clearing agreements that aimed at obtaining raw materials and currencies. This policy, which mixed exportation ideology and rearmament, was clearly mercantilist.
A question emerges: is this mercantilist policy the result of an adjustment to the 1930’s international crisis and to Nazi rearmament demands? Is it not also the result of the influence of the pre-World War I German historicist school?

Deutscher Neomerkantilismus? Hjalmar Schacht und die Wirtschafts-, Geld- und Finanzpolitik des Dritten Reiches

In seinen Memoiren bekräftigt Hjalmar Schacht, Reichsbankpräsident (1924-1930 und 1933-1939) sowie Reichswirtschaftsminister (1934-1937) seine Sympathie für Gustav Schmoller (1838-1917), der als Vertreter der Historischen Schule der Nationalökonomie eine enge Verknüpfung zwischen Nationalstaat und merkantilistischer Wirtschaftspolitik herstellt.
Während es schwierig ist, in den ersten Phasen von Schachts öffentlicher Laufbahn den Einfluss von Wirtschaftstheoretikern aufzuspüren, ist seine Politik als Reichsbankminister und schließlich als Wirtschaftsminister des Dritten Reichs leichter zu charakterisieren: Unterstützung von Plänen zur Beschäftigung und zur Wiederaufrüstung sowie eine auf Rohstoffe und Devisen ausgerichtete Außenwirtschaftspolitik. Eine derartige Politik, die „Außenhandelsideologie“ und Wiederaufrüstung miteinander vermengt, ist merkantilistisch.
Eine Frage drängt sich jedoch auf: Ist diese merkantilistische Politik nur das Ergebnis einer Anpassung an den in den 30er Jahren krisengeschüttelten Markt und an die Wiederaufrüstungsbedürfnisse der Nazis? Oder ist sie nicht auch das Ergebnis des Einflusses der deutschen Historischen Schule der Nationalökonomie der Vorkriegszeit?
Schlagworte (Schlüsselwörter) Hjalmar Schacht, Historische Schule der Nationalökonomie, Gustav Schmoller, merkantilistische Wirtschaftspolitik, Wirtschaftspolitik des Dritten Reichs.

Du mercantilisme à l’économie sociale de marché

Changing Times

Changing Times - Couverture (c) Peter Lang

J’ai participé au séminaire doctoral de l’été 2007 de la Fondation – Académie européenne de Yuste (prix Charles Quint – Helmut Kohl). J’y suis intervenu sur le sujet « Du mercantilisme à l’économie sociale de marché », étudiant la transition de Schmoller (école historique allemande de science économique) à l’émergence de l’économie sociale de marché, dans les années 1950.

Changing Times: Germany in 20th-Century Europe / Les temps qui changent : L’Allemagne dans l’Europe du 20e siècle (Elvert, J. et Schirmann, S. – Bruxelles, Peter Lang, 2009)

L’Europe au cœur – Études offertes à Marie-Thérèse Bitsch

L'Europe au coeur

L'Europe au coeur - Couverture (c) Peter Lang

Je suis très heureux d’avoir participé à
L’Europe au cœur, études pour Marie-Thérèse Bitsch (Libera, M. et Wassenberg, B., en collaboration avec M. Gainar, Bruxelles, Peter Lang, 2009)
.

Vous trouverez une description plus détaillée ici.

Mes deux chapitres sont intitulés:

  • Hjalmar Schacht et la Belgique (1914-1940),
  • La mission van Zeeland. Une tentative de clearing multilatéral (juillet 1936-septembre 1938).

Le premier article est lié à ma thèse, le second est issu de mon mémoire de DEA.

Hjalmar Schacht, financier et diplomate – Peter Lang


Hjalmar Schacht, financier et diplomate
(Bruxelles, Peter Lang, 2009)
est issue de ma thèse. Vous pouvez la commander sur le site web de l’éditeur Peter Lang. Sur ce dernier, vous pouvez consulter:

La France, la Petite Entente et la Pologne: relations économiques et financières (1919-1929)

Mon premier article publié le fut dans un journal Roumain ( »Valahian Journal of historical studies »). J’en était très fier. Il est aujourd’hui en ligne. J’en suis très heureux, qu’il soit en ligne. Néanmoins, cela pose un problème: je n’ai jamais rien signé! Je me demande combien d’auteurs voient leurs articles en ligne sans le savoir et sans avoir donné leur avis (même sous forme de cession générale des droits patrimoniaux).