Archives de catégorie : Thèse: Hjalmar Schacht

« On tombe toujours de la même manière, dans un mélange de ridicule et d’effroi » – sur une citation d’Eric Vuillard

Dans son roman, L’ordre du jour, qui lui a valu d’obtenir le prix Goncourt, Eric Vuillard ouvre son premier chapitre en racontant cette fameuse, très fameuse, réunion de février 1933 de collecte de « dons » organisée pour Hitler par, notamment, Hjalmar Schacht – ce qui, naturellement, ne peut me laisser tout-à-fait indiférent. Je n’ai pas encore lu ce livre en entier – et pour être honnête, j’ai beaucoup de mal avec les romans historiques et je pense qu’il ne fera pas exception – mais une citation qui en est extraite m’a interpellée très fortement:

On ne tombe jamais deux fois dans le même abîme. Mais on tombe toujours de la même manière, dans un mélange de ridicule et d’effroi.

Je ne sais pas si cette phrase doit être comprise comme une sorte de philosophie de l’histoire, mais elle me semble extrêmement juste pour ce qui est de l’histoire de l’entre-deux-guerres et surtout des comparaisons que nous pouvons faire entre cette période et la nôtre. Continuer la lecture

Le mythe Hjalmar Schacht

«Hjalmar Schacht, le banquier d’Adolf Hitler, était un génie», 20minutes.fr, interview de l’économiste Jean-François Bouchard, propos recueillis par Céline Boff1.

Hitler et Schacht pour l’inauguration des travaux du nouveau bâtiment de la Reichsbank

Hitler et Schacht pour l’inauguration des travaux du nouveau bâtiment de la Reichsbank

À l’occasion de la parution d’un livre sur Hjalmar Schacht2, 20minutes.fr a publié une interview de son auteaur, Jean-François Bouchard. Le contenu de cette interview montre que – sans préjuger de ce qu’il y a dans le livre de Bouchard, que je n’ai pu encore lire – l’auteur cède à une forme de mythe – «Schacht, génie des finances» -, sans se soucier d’aucune sorte de sources primaires ou des ouvrages précédemment publiés sur Schacht.

Voici une revue des éléments les plus contestables de cette interview, sur la base de la biographie de Schacht que j’ai publiée en 20093. Continuer la lecture

  1. Note: on ne prononce pas «Yalmar Charte» comme indiqué dans l’article, le «j» de «Hjalmar» étant muet. C’est un prénom d’origine danoise, Schacht étant né dans un territoire allemand devenu danois en 1919 et d’une famille dont certains ascendants étaient danois. []
  2. Bouchard, Jean-François, Le Banquier du diable, éditions Max Milo, 2015. Les éléments de biographies données sur Jean-François Bouchard sont ténus: haut fonctionnaire, il semble avoir travaillé pour l’intégration de pays de l’Est de l’Europe dans l’Union européenne, puis pour le FMI en Afrique. []
  3. Clavert, Frédéric, Hjalmar Schacht, financier et diplomate: 1930-1950 (Bruxelles: PIE – Peter Lang, 2009). Deux autres biographies méritent d’être mentionnées: Wilmots, André, Hjalmar Schacht (1877-1970). Grand Argentier d’Hitler (Le Cri, 2001) – parfois énervante par son manque de rigueur, mais délivrant un point de vue international très intéressant et Kopper, Christopher, Hjalmar Schacht. Aufstieg Und Fall von Hitlers Mächtigstem Bankier (München: Hanser Wirtschaft, 2006), de très bonne qualité, mais qui n’arrive pas à sortir d’un point de vue strictement allemand à un moment où les banques centrales s’internationalisent. []

Berlin

Derrière la modernité plutôt élégante de l'Aiswärtiges Amt, l'ancien bâtiment de la Reichsbank, inauguré par Hitler en 1936.

Derrière la modernité plutôt élégante de l’Auswärtiges Amt, l’ancien bâtiment de la Reichsbank, inauguré par Hitler en 1936.

Hier et aujourd’hui, je participe au séminaire « Hidden Continuities: From Interwar to Postwar Forms of Cooperation and Integration in Europe » organisé à la Freie Universität de Berlin par Wolfram Kaiser (Portsmouth) et Kiran Patel (Maastricht). J’y présente un papier sur les banquiers centraux avec Emmanuel Mourlon-Druol (Glasgow).

Profitant d’une matinée libre, je suis allé marcher dans le centre de Berlin, d’Alexander Platz à la porte de Brandenburg, malheureusement sans aller rendre hommage à Ishtar.

Je ne suis plus venu à Berlin depuis près de dix ans (sauf quelques jours chez des amis, mais sans aller dans le centre). J’avais encore pu visiter le Palast der Republik, ce bâtiment tragi-comique de la RDA aujourd’hui en cours de remplacement par une reconstruction fantasmée du château des Hohenzollern. J’ai pu revoir l’hideuse sous-préfecture qui sert d’ambassade à la France, sur la Pariser Platz. En près de dix ans, Berlin a changé. Les grues se sont déplacées. L’Unter den Linden est en chantier.

En près de dix ans, depuis mon dernier passage à Berlin pour terminer les archives pour ma thèse, ma pratique de l’histoire a beaucoup changé. Continuer la lecture

Nuage de mots clés: ma thèse

De quoi parle ma thèse? Exercice de réflexivité à l’aide d’un outil informatique

[Propos liminaires: L’utilisation du logiciel IRaMuTeQ est quelque chose de nouveau pour moi, tout comme les méthodologies, concepts, principes qu’il utilise. Les lecteurs expérimentés me pardonneront mes erreurs théoriques et/ou méthodologiques et, éventuellement, m’en feront part dans les commentaires.]

J’ai écrit une thèse (voir l’encadré ci-contre pour la version publiée) sur un dignitaire du IIIe Reich, avec une forte orientation d’histoire des relations internationales, école historique dont je suis issu. Bien sûr, il ne pouvait s’agir de ne regarder que les aspects internationaux de l’action d’un président de la Reichsbank, tout comme je ne pouvais me limiter à n’étudier qu’une seule personne. Ce type de sujet implique nécessairement de regarder l’insertion d’une politique internationale et d’une personne dans des structures nationales, sous peine de rater l’essentiel.

Ma préoccupation, ici, est la suivante: la thèse que j’ai écrite correspond-elle vraiment à l’idée que je m’en fait? Ai-je vraiment écrit ce que j’ai cru écrire?

Pour essayer (partiellement) de répondre à ces questions appliquées à ma thèse, j’ai tenté d’utiliser un logiciel, IRaMuTeQ, qui s’appuie sur le logiciel R pour pratiquer une analyse de textes1 Dans un premier temps, il a fallu convertir le fichier contenant ma thèse en format texte – l’analyse qui suit ne comprend ainsi pas les notes de bas de page. Il faut ensuite formater le texte, selon les instructions décrites ici. Dans le cas de ma thèse, j’ai simplement formaté en fonction des chapitres.

Nuage de mots clés: ma thèse

Nuage de mots clés sur le texte de « Hjalmar Schacht, financier et diplomate »

Une fois le logiciel installé, le corpus formaté, j’ai commencé par la plus simple des analyses graphiques: le nuage de mots-clés. Le résultat ne donne pas grand chose de surprenant: Schacht au milieu – ça tombe bien! – accompagné des mots clés « Reichsbank », « allemand », « gouvernement », « politique »… Ce n’est ni instructif (mais la visualisation des données n’a pas nécessairement à être instructive, elle doit d’abord pousser à un questionnement), ni très interpellant.

Continuons donc l’exploration. Je demande à IRaMuTeQ de procéder à une classification méthode Alceste2. IRaMuTeQ me retourne un dendogramme:

Dendogramme

Dendogramme issu de l’analyse de ma thèse.

Pour comprendre ce que dit ce dendogramme, il faut regarder les « profils » (classes sur le dendogramme), c’est-à-dire les mots classés en huit groupes par similitudes. Le dendogramme associe ces profils entre eux. Voilà ce que j’ai pu en déduire:

  • Les huit profils sont regroupés, en gros, en deux groupes: l’un est relatif à l’histoire économique de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, l’autre à son histoire politique;
  • La partie « histoire économique » contient deux sous-groupes. Le premier est constitué des profils 6 et 7. Le profil 6 contient un champ lexical qui se rapporte au marché, à l’épargne et aux bons MEFO. C’est ici du financement du réarmement allemand des années 1930 qu’il s’agit. Le profil 7 contient des mots relatifs aux matières premières. L’approvisionnement allemand en matières premières était déterminant pour le réarmement: les profils 6 et 7 sont associés parce qu’ils sont les deux facettes des discussions (et actions) économiques et financières du réarmement.
  • Le second sous-groupe de la partie « histoire économique » est lui-même encore divisé en deux.
    • D’un côté, le profil 1 qui touche aux discussions diplomatiques économiques de l’Allemagne dans les années 1920 et 1930 (colonies, mission van Zeeland, livraisons d’armes à la Chine, Eupen et Malmédy…). On y retrouve les noms de certains ministres des Affaires étrangères, dont von Neurath. Le fait que Van Zeeland3 soit en second montre, je crois, ma forte inclinaison pour la seconde partie des années 1930.
    • D’un autre côté, les profils 4 et 5 touchent aux réparations et au système de paiement (et ses conséquences) des réparations: le profil 5 parle du Comité Young (1929) et de la conférence de La Haye (1929-19304). On y retrouve quelques banquiers centraux, français, qui ont joué un rôle important pendant les discussions parisiennes du comité Young: Moreau et Quesnay. Mais aussi les ministres des Affaires étrangères français (Briand) et allemand (Stresemann) en 1929. Le profil 4 touche aux négociations sur les transferts, après 1933, quand l’Allemagne impose à ses créanciers d’être payés en Reichsmarks qu’ils ne peuvent dépenser qu’en Allemagne. On y retrouve la BRI et Simon Fraser qui la dirige, ainsi que Montagu Norman (Banque d’Angleterre). Ce dernier, sans jamais être présent à ces conférences des transferts de 1933-1934, les influence fortement.
  • La partie « histoire politique » est divisée en deux sous-groupes elle aussi.
    • Le premier, le profil 8, évoque les procès de Nuremberg et en dénazification qui ont touché Schacht de 1945 à 1950.
    • Le second est divisé en deux: le profil 3 qui reflète le vocabulaire politique que j’ai utilisé et, du coup, les orientations politiques de Schacht: le libéralisme (avant 1926), mais aussi, à partir de 1933, le thème de l’antisémitisme. Le profil 2 est lui relatif à la résistance conservatrice allemande, à laquelle Schacht a été lié.

En faisant une analyse de similitudes – autre outils d’IRAMUTEQ, on s’aperçoit que le lien le plus fort qui existe entre ces différents thèmes dans ma thèse est Schacht lui-même. Ce qui est d’une grande logique pour une biographie. Cela-dit, les huit profils fournissent finalement une image intéressante – quoique incomplète, puisqu’il n’y a aucun profil touchant à l’histoire sociale ou culturelle – de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres et donne de nombreux éléments sur les relations internationales économiques de l’époque. Niveau personnel, niveau national, niveau international sont reliés. C’est globalement l’idée que j’ai de ma thèse.

  1. IRaMuTeQ est un acronyme signifiant: « Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de Textes et de Questionnaires ». C’est un logiciel libre qui s’inspire notamment d’Alceste et utilise le logiciel statistique R. Documentation d’installation. []
  2. Description de la méthode Alceste []
  3. Paul van Zeeland a été Premier ministre de la Belgique de 1935 à 1937. Il est notamment connu pour avoir réussi la dévaluation de la monnaie belge en 1935, être revenu à une politique de neutralité et avoir limité la montée du fascisme en Belgique en ayant battu à une élection partielle le rexiste Léon Degrelle. Pour ma thèse et mes travaux précédents, je l’ai particulièrement abordé au sujet de la mission van Zeeland, une mission diplomatique qu’il a entreprise à la suite d’une initiative franco-britannique de 1937 à 1938. Le but de cette mission était d’analyser les conditions d’une sorte d’apaisement économique en Europe, incluant l’Allemagne et l’Italie. []
  4. La conférence de La Haye transforme le plan Young en accord interétatique, avec cependant des modifications non-négligeables. []
Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Lecture des sources historiennes à l’ère numérique

Tous les historiens développent une relation spécifique aux sources primaires. Au début des années 2000, pendant ma thèse, certains documents trouvés dans les archives m’ont plus marqués que d’autres. Par exemple, je peux citer les compte-rendu des réunions entre dignitaires nazis qui ont suivi le grand pogrom de novembre 1938 en Allemagne1. Des débats durant des heures pour définir ce qu’est un « banc public », ces bancs dont l’usage devait être interdit aux Juifs. Il est difficile de comprendre le régime nazi sans avoir eu une relation très proche avec ce type de documents, qui, souvent, donnent la nausée.

Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Mais cette proximité avec le document peut aussi être un handicap. Toujours pendant ma thèse, j’ai eu un regret. J’ai cherché à prouver que, contrairement aux propos des conservateurs alliés aux nazis, contrairement à une grande partie de l’historiographie2, l’antisémitisme a joué un grand rôle dans l’alliance entre conservateurs, nazis et militaires qui a permis la naissance du IIIe Reich en janvier 1933.

J’ai donc utilisé dans ma thèse un discours, tenu en 1933 par Hjalmar Schacht, qui n’a pas été commandé ni visé par le ministère de la propagande3. Prononcé devant une associations féminine (mais pas féministe…) où sa femme est impliquée, ce discours trace une lignée directe entre Martin Luther, fondateur de la Réformation protestante au XVIe siècle et grande figure allemande, et (le catholique et autrichien) Adolf Hitler. Cette lignée est tracée, non par le biais de l’économie ou des finances (ou plutôt l’économie y est un prétexte), mais via les deux ouvrages antisémites de Luther4.

Si, à l’époque, j’avais connu les techniques de l’informatique appliquée à la linguistique, j’aurais pu élargir mon argumentaire à un plus large corpus, presque intégral d’ailleurs, des discours de Schacht et comparer le champ sémantique utilisé dans les discours contrôlés par les services de Goebbels et ceux qui ne l’étaient pas, pour voir, plus précisément, dans quelle mesure (et si) l’antisémitisme a été l’un des éléments d’un socle idéologique commun entre conservateurs et tout ou partie des nazis et pour mieux comprendre l’évolution du discours antisémite des conservateurs au fur et à mesure qu’évolue le régime nazi, au fur et à mesure, également, de leur éviction du pouvoir.

Cette expérience, croisée avec mes recherches plus récentes sur l’histoire à l’ère numérique et notamment – mais pas uniquement – la lecture de Franco Moretti5 et mes interrogations sur la manière dont les historiens de l’intégration européenne devront traiter l’afflux très probablement massif d’archives numériques dans les années à venir, m’a fait me demander si, avec la fouille, l’analyse et la visualisation des données, on peut parler de lecture computationnelle des sources de l’historien? Cette lecture computationnelle vient compléter la lecture humaine que fait l’historien de ses sources primaires. Elle comprend non seulement la lecture elle-même, mais aussi son analyse, c’est-à-dire l’interprétation des sources.

Cette amorce de réflexion ainsi qu’une discussion sur une première (et assez mauvaise) version de ce billet6 m’a poussé à préciser cette interrogation. Il me semble que nous pouvons aujourd’hui compter sur deux échelles de lecture des sources historiennes: d’une part une échelle close reading / distant reading et d’autre part une échelle lecture humaine / lecture computationnelle. La clé de la lecture et de l’interprétation des sources de l’histoire à l’ère numérique est dans les allers-retours constants entre close reading et distant reading et entre appréhension humaine et appréhension computationnelle de nos sources primaires.

Un premier axe de lecture: close reading / distant reading

Si je reprends les deux exemples d’expérience des archives décrits ci-dessus, le premier cas implique une forte proximité avec les archives, mais le second cas montre qu’il est parfois nécessaire d’avoir une relation plus distante aux sources primaires. Cette distanciation permet à l’historien non seulement de voir apparaître des éléments qu’une lecture trop proche ne lui aurait pas permis de voir, mais également de resituer le document dans un ensemble plus large et interconnectés de documents. En effet, une archive seule, en tout cas en histoire contemporaine, n’est pas toujours très significative. Nous essayons autant d’interpréter un document qu’un ensemble de documents. Nous devons également prêter attention à la manière dont les archivistes ont classé les sources primaires7. Pourquoi trouvons-nous tel brouillon de discours dans telle série d’archives plutôt que dans telle autre? Cette question est parfois aussi importante que le contenu d’un document – ou que l’absence d’un document.

Par exemple, il existe dans les archives de la chancellerie du Reich un échange de lettres entre le ministre chinois des Finances Kung et Hjalmar Schacht, alors ministre sans portefeuille et président (affaibli) de la Reichsbank. Elles ne sont pas dans les archives de la Reichsbank, mais bien à la Chancellerie, ce qui montre qu’elles ont été vues par les services d’Hitler – et notamment le secrétaire général de la Chancellerie, Lammers. Or les relations entre Kung et Schacht remontent à 1933. Pourquoi seul cet échange de lettres est-il disponible dans la série R43 (la chancellerie)8?

Pour répondre à cette question, il faut avoir une vision globale, non seulement des documents consultés, mais des relations extérieures du IIIe Reich. L’Allemagne était traditionnellement un soutien de la Chine contre le Japon, mais également contre des Puissances occidentales (le Royaume Uni, la France et les États-Unis). Or, à partir de 1936, par proximité idéologique et stratégique avec le Japon, le IIIe Reich opère un revirement fondamental par un rapprochement avec ce dernier qui, dans les années 1930, passe progressivement la Chine sous sa coupe. Mais cela n’a pas empêché des livraisons d’armes allemandes au Guomindang et de nombreuses missions (aux objectifs plus ou moins clairs) auprès de Tchang Kaï-chek. L’échange de lettres se trouve à la chancellerie car, fin 1937, le revirement diplomatique allemand est quasiment achevé: il ne s’agit plus de livrer des armes aux Chinois9.

Il y a une seconde raison à la présence de ces documents à la chancellerie plutôt qu’à la Reichsbank, qui, cette fois, est intérieure. Hjalmar Schacht, en 1937, est sur la sellette. Il a perdu le ministère de l’Économie au profit de Walter Funk, un ancien journaliste économique travaillant alors au ministère de la propagande, qui fait plus ou moins office de marionnette de Göring qui dirige le plan de 4 ans. Schacht n’a plus de marge de manœuvre en politique extérieure et ses espoirs de se reposer sur son influence extérieure (notamment pendant la mission van Zeeland10) pour maintenir son pouvoir s’évanouissent, à l’image des quelques conservateurs restant dans les instances étatiques allemandes.

Parfois, il faut aussi prendre un peu de distance par rapport au document et considérer une période toute entière pour comprendre un processus.

Ainsi, entre juin 1941 – le déclenchement de l’opération Barbarossa – et la conférence de Wannsee en janvier 1942 – où la Solution finale est explicitement exposée à un cercle plus large de dignitaires nazis -, dispose-t-on de peu de documents sur cette phase particulièrement importante du déclenchement de la Shoah11. Seul le fait de considérer l’ensemble des documents permet à l’historien de comprendre le processus décisionnel qui a mené au génocide. Ici, il faut qu’il y ait une certaine distanciation vis-à-vis des documents considérés individuellement pour les comprendre globalement.

Mais cette lecture distanciée des sources primaires, non sans certains risques, peut aller plus loin, notamment par une lecture assistée par ordinateur. C’est cette dernière qui, notamment, permet de replacer des documents dans un ensemble nettement plus vaste afin de faire ressortir des éléments qui ne sont pas visibles par une lecture humaine d’un ensemble assez restreint de sources primaires. C’est l’intérêt du second axe de la lecture des sources primaires à l’aire numérique, second axe qui potentialise le premier.

Un second axe de lecture: lecture humaine / lecture computationnelle

Avec l’émergence des nouvelles technologies, nous pouvons aujourd’hui nous reposer sur des techniques de plus en plus éprouvées permettant de faire ressortir des documents des éléments que nous n’avions pas vu par une lecture classique, humaine, ou de confirmer ce que la lecture humaine avait relevé. Ces techniques peuvent s’appliquer à des documents individuels ou à des corpus de documents, dont l’étendue peut varier de quelques centaines à beaucoup plus12.

Prenons un exemple: Lauren F. Klein, à la conférence Digital Humanities 2012 à Hambourg, a montré comment elle pouvait avancer sur l’histoire de l’esclavage aux États-Unis par une analyse de réseau et des techniques de visualisation13. La problématique est la suivante: Jefferson, comme beaucoup d’autres bourgeois états-uniens de son époque, n’évoque ses esclaves que par leurs prénoms. Grâce aux méthodologies numériques et en utilisant l’édition numérique des papiers de Thomas Jefferson, elle a pu compenser cette absence. Ici, une lecture distante des archives via une appréhension computationnelle de ces documents alternant avec une lecture humaine (car elle a dû vérifier un grand nombre de données) permet de parler des esclaves malgré l’absence de leur nom de famille.

Cette articulation entre lecture humaine et lecture computationnelle n’est pas nouvelle. Elle a déjà existé dans le domaine de l’histoire économique quantitative.

Franco Moretti commence, dès son premier article sur les « graphs », par une référence à l’école des Annales et la manière dont elle exploitait des données quantitatives pour l’écriture de l’histoire économique. Il suggère, un demi-siècle plus tard, de l’importer dans l’histoire de la littérature. Son argument mérite que l’on s’y arrête: l’histoire de la littérature se concentre sur quelques dizaines / centaines d’auteurs et un corpus de livres de, là aussi, quelques centaines d’ouvrages. Mais le nombre d’auteurs et d’ouvrages publiés, depuis le XVIIIe, est bien plus important. L’histoire de la littérature telle qu’elle est pratiquée est ainsi particulièrement incomplète, selon Moretti. Sa solution est d’importer les techniques de l’histoire économique quantitative (graphs), de la géographie (maps) et des sciences de l’évolution (trees).14. Toutefois, Moretti ne se limite pas à la lecture distanciée et computationnelle. Il souhaite une démarche bien plus pragmatique, centrée, finalement, sur les besoins du chercheur.

Cette approche quantitative a été critiquée dès les années 1970 – soit bien avant Moretti. Paul Veyne insiste sur le particularisme et s’oppose aux simplismes des concepts. Michel de Certeau dénonce une forme d’illusion réaliste de la prétention des historiens à faire de l’histoire. Le mouvement italien de la micro-histoire, partant de l’individu pour étudier l’ensemble de la société qui l’entoure, a aussi contesté cette approche quantitative de l’histoire. Certains hérauts de l’histoire quantitative eux-mêmes se tournent vers une histoire plus locale, comme Emmanuel Leroy-Ladurie.

Toutefois, l’ère numérique – où nous sommes plongés pleinement et entièrement désormais15 – change à nouveau la donne. Par la numérisation des archives nées sur papier (ou film, ou …), par la multiplication des archives nées numériques (sur support comme des disquettes, cd-roms, etc. mais aussi -et surtout- sur le web), est remise pour partie au goût du jour l’utilisation des méthodologies quantitatives. Mais pas uniquement: les données, ce n’est pas que du quantitatif et apparaissent des méthodes pour faire ressortir des éléments quantitatifs d’un corpus numérique regroupant une très grande masse de documents / de données.

La thèse que je défends est qu’il faut créer un chemin permettant d’articuler une lecture humaine des sources primaires – en clair, le séjour classique en centre d’archives et la critique interne et externe des documents que l’on y trouve – avec une lecture computationnelle. Cette dernière est une lecture assistée par ordinateur, permettant, par le biais d’un ordinateur (personnel ou non, partie d’une infrastructure plus vaste ou non, et l’ensemble des logiciels que l’on utilise), l’appréhension – y compris l’interprétation – de masses d’archives non exploitable par simple lecture humaine. On parle ici de sources numérisées et nées numériques. Notons, que la lecture computationnelle permet aussi d’avoir une lecture plus proche, parfois, des archives et de documents uniques.

Comment entretenir une relation humaine aux archives tout en étant capable de la dépasser? Comment exploiter des données numérisées, impersonnelles d’une certaine manière, sans tomber dans les biais dans lesquels l’histoire quantitative est parfois tombée?

Le seul moyen est d’être capable de pratiquer une double lecture, en parallèle, des archives, du moins lorsqu’elles sont disponibles en version numérique. Garder cette relation de proximité avec les sources avec une lecture humaine, proche, qui nous permet de garder le contact avec des acteurs et leur environnement. Savoir à la fois améliorer la lecture proche et prendre de la distance par la lecture computationelle. Prendre de la distance, c’est pouvoir aussi comprendre les interactions entre les différentes sources, se dégager de la source unique, « sensationnelle », pour voir le global16.

  1. La Reichskristallnacht / La Nuit de Cristal. []
  2. Vous pouvez consulter l’échange tendu entre Hans Mommsen et Peter Hoffmann en 2006 sur l’édition par Hans Mommsen et Sabine Gillmann des papiers de Goerdeler: la critique de l’édition par Hoffmann du 25 mai 2006, la réponse de Mommsen du 19 juin 2006 et la réponse de Hoffmann le 5 juillet 2006. Le débat tourne notamment autour du fait que Mommsen voit Goerdeler comme un antisémite par dissimilation – étant favorable à une séparation des Juifs du corps national pour faire un résumé rapide – tandis que Peter Hoffmann insiste surtout sur le fait que c’était l' »air du temps » et qu’il est difficile de juger quelqu’un sans prendre en compte cet air du temps. Gillmann, Sabine, et Hans Mommsen. Politische Schriften und Briefe Carl Friedrich Goerdelers. KG Saur, 2003. Print. []
  3. BArch Deustsche Reichsbank R2501/6985, s. 176-197 – « Luther Als Deutscher », Rede vom Dr. Schacht []
  4. Notamment Des Juifs et de leurs mensonges []
  5. Moretti, Franco. Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History. Verso, 2007. Print. Ce livre développe les idées développées dans trois articles de la New Left Review: Moretti, Franco. « Graphs, Maps, Trees – 1 ». New Left Review 24 (2003); « Graphs, Maps, Trees – 2 ». New Left Review 26 (2004); « Graphs, Maps, Trees – 3 ». New Left Review 28 (2004) – et pour ceux qui se poseraient la question: Franco Moretti est professeur à Stanford, spécialiste de l’histoire du roman, issu de l’école marxiste et c’est bien le frère du réalisateur. []
  6. Merci à Louis Clerc, Sébastien Barret et Claire Clivaz pour leurs remarques – toutefois, tous les défauts de ce billet reste de ma responsabilité propre []
  7. Je précise que j’ai d’abord l’expérience d’archives d’État []
  8. BArch Rechskanzlei R43/II/1428c – p. 70 []
  9. Notons que dans ces lettres de 1937, Kung se plaint de la qualité des armes qui lui sont livrées. []
  10. Clavert, Frédéric. « La mission van Zeeland, une tentative de clearing multilatéral ». L’Europe au coeur. Livre offert à Marie-Thérèse Bitsch. Éd. par Birte Wassenberg et Martial Libera. Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: PIE – Peter Lang, 2009. Print. []
  11. Voir le débat entre Édouard Husson et Florent Brayard, discussion qui a mené à des considérations intéressantes sur le document historique: Brayard, Florent. « Shoah : l’intuition et la preuve. Retour sur le processus décisionnel. » La vie des idées 12 févr. 2009. Web. 30 oct. 2012; Husson, Edouard. « Comprendre les origines de la Shoah. Réponse à Florent Brayard. » La vie des Idées 26 févr. 2009. Web. 30 oct. 2012. []
  12. Parmi les « corpus » qui peuvent comprendre une masse très importante de documents pourront à terme – ou peut-être même déjà maintenant – les sites web. Ainsi, le site de l’organisation Internet Archive promet l’accès à 80 terabytes de données pour la recherche: Internet Archive. « 80 Terabytes of Archived Web Crawl Data Available for Research ». Internet Archive blogs 26 oct. 2012. Web. 9 nov. 2012. []
  13. Klein, Lauren Frederica. « Social Network Analysis and Visualization in ‘The Papers of Thomas Jefferson’ ». Digital Humanities 2012. 2012. Web. 24 juill. 2012. []
  14. Les Annales ne sont pas les seules à avoir investigué l’utilisation des techniques quantitatives en histoire. La New economic history aux Etats-Unis l’a aussi fait, à peu près à la même période. Dans la partie plus historiographique, Peter Haber le rappelle et décrit ces deux écoles comme ancêtres de la digital history. Haber, Peter. Digital Past. Geschichtswissenschaften im digitalen Zeitalter. München: Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2011. Print. []
  15. Voir l’argumentation de Claire Clivaz dans Clivaz, Claire et al., éd. Lire demain. Presses polytechniques et Universitaires romandes, 2012. Actes de congrès. []
  16. Je vous conseille d’écouter l’intervention de Stéfan Sinclair (McGuill) à l’Université de Quebec à Montréal: Sinclair, Stéfan. « Distant reading ». Observatoire de l’imaginaire contemporain. 24 janv. 2012. Web. 14 nov. 2012. []

De l’intérêt de savoir lire une URL

http

Il y a quelques temps, j’étais ATER dans un Institut d’études politiques. J’étais chargé notamment de « conférences de méthodes » (un  gros mot pour dire TD) d’histoire générale de l’entre-deux-guerres.

Lors d’une séance, j’évoque le protocole Hossbach. Le protocole Hossbach évoque une réunion du 5 novembre 1937 à la chancellerie du Reich. Elle réunit les chefs des différentes armes (Raeder, Göring et von Fritsch), ainsi que le ministre de la Guerre, von Blomberg, et le ministre des Affaires étrangères, von Neurath. À l’origine, il s’agit – alors que Göring est à la tête du Plan de 4 ans – de trouver un compromis pour la répartition des matières premières entre les différentes armes. Un aide de camp d’Hitler qui a assisté à la réunion, Hossbach, rédige une note (le protocole en question) quelques jours après.

Ce document est fondamental à plusieurs titres. Hitler, lors de cette réunion, détaille son plan pour les mois qui viennent: la Tchécoslovaquie, l’Autriche et, à terme, la guerre. (L’ordre fut finalement inversé, entre Tchécoslovaquie et Autriche). À la suite de cette réunion, les conservateurs ayant eu ou ayant encore un poids au sein du IIIe Reich sont écartés: Schacht, ministre de l’Économie, sur la touche depuis quelques temps (il perd le ministère de l’Économie, mais pas encore la présidence de la Reichsbank), Blomberg, Fritsch et Neurath aux mois de janvier et février, notamment. En outre, à Nuremberg en 1945 et 1946, il fonde l’accusation de complot contre la paix.

Comme beaucoup de documents d’archives du IIIe Reich, le protocole Hossbach a sa propre histoire. Une Guerre mondiale ne favorise pas la pérennisation des archives.

Le protocole Hossbach est donc une victime idéale pour les négationnistes.

Pendant cette séance de TD, une étudiante (trotskiste) met en cause mes propos sur le protocole. Je lui demande immédiatement sa source – elle ne peut la citer. Elle a atteint son but: elle me met dans l’embarras et ça se voit. Mais je ne suis pas embarrassé par ses propos. Je le suis, car je ne veux pas la faire passer pour une néo-nazie. Je connais par cœur les sites négationnistes, ayant travaillé sur un ministre de l’Économie et président de la Reichsbank du IIIe Reich, Hjalmar Schacht.

Nous réglons l’affaire par e-mail: elle finit par m’envoyer sa source, un site négationniste. Lors de la séance suivante, j’en profite pour faire de la pédagogie: analyser et vérifier ses sources – numériques ou non – sont des réflexes fondamentaux.

Si elle avait simplement regardé l’URL (non, vous ne l’aurez pas – cherchez sur google, le site existe toujours), elle aurait eu quelques doutes. En cherchant la page d’accueil du site (avec une image de chevalier teutonique), elle aurait immédiatement compris la nature de l’article.

Savoir lire une URL pour y trouver une information (si elle est humainement lisible) ou pour trouver la page d’accueil est simplement fondamental.

Schacht, Darré, Göring, Ley: Versuch einer funktionalistischen Analyse

Voici un texte, non publié, qui a été préparé pour un séminaire à l’Université de Sarre. Le début est reproduit ici, la suite est disponible en PDF.

Seit den siebziger Jahren sind die französischen Historiker „agnostisch1“, das heißt, dass die meisten keine Stellung zu den deutschen Debatten zwischen Funktionalisten und Intentionalisten bezogen haben. Noch im Jahr 2000 wollte zum Beispiel Pierre AYÇOBERRY, in einem Artikel kein Urteil fällen. Er meinte nur, dass die Historiker diese Debatte zu Ende führen müssten 2 . In einem anderen Artikel, auch aus dem Jahr 2000, beschrieb Édouard HUSSON den Historikerstreit und demonstrierte, dass es eine Änderung des Paradigma in der Nazismusforschung gegeben habe, ohne aber genau Stellung zu beziehen 3 . Deswegen ist es für einen französischen Doktoranden nicht einfach, den Funktionalismus oder den
Intentionalismus zu erörtern.

Aber nach einigen Jahren Arbeit über Schacht, war die Verbindung zwischen einer Biographie Schachts und eine funktionalistischen Analyse naheliegend und das aus zwei Gründen. Der erste Grund betrifft das biografische Genre. In seinem Artikel, Die Illusion der Biographie (1986), schrieb der Soziologe BOURDIEU, dass eine Biographie auf dem falschen Postulat eines rückblickenden Zusammenhangs des Lebens einer Person beruht, weil die Biographie die Strukturen, in denen die Person sich bewegt(e), ignoriert 4 . Um diese Gefahr zu meiden, dient gerade ein funktionalistischer Ansatz dazu, die historisch betrachtete Person in einen ausgedehnten Rahmen zu stellen. Der zweite Grund liegt in der günstigen Quellenlage, die uns ermöglicht, den Streit zwischen Schacht und den hohen Mitgliedern der NSDAP gut und detailliert zu verfolgen und daher einen funktionalistischen Ansatz erlaubt.

In meinem Referat, werde ich über die Zeit von Sommer 1935 bis zu Schachts Rücktritt im November 1937 sprechen. Das betrifft zwei Auseinandersetzungen. Der erste Streit ist sehr bekannt und dreht sich um die Macht Görings im deutschen Wirtschaftsleben, als die deutsche Wirtschaft eine sehr ernste Versorgungskrise erlebte. Zu diesem Thema, können Sie zum Beispiel das Buch Autarkiepolitik im Dritten Reich von Dieter PETZINA lesen 5 . Der zweite Streit ist ein bisschen weniger bekannt, und betrifft die Leitung des deutschen Handwerks. Nach der Beschreibung dieser zwei Auseinandersetzungen, werde ich eine funktionalistische Analyse versuchen.

Lire la suite…

Indications bibliographiques concernant Hjalmar Schacht

Voici quelques indications bibliographiques concernant Hjalmar Schacht. Rien d’exhaustif, ce ne sont que quelques pistes.

Ouvrages de Schacht

Schacht, Hjalmar. 76 Jahre meines Lebens. Kindler und Schiermeyer Verlag, 1953. Print.

—. Account settled. 1949. Print.

—. Ansprache des Reichsbankpräsidenten. Drückerei des Reichsbank, 1938. Print.

—. Das Ende der Reparationen. G. Stalling, 1931. Print.

—. Der theoretische Gehalt des englischen Merkantilismus. Druck von Mann, 1900. Print.

—. Deutschland in die Weltwirschaft. 1935. Print.

—. « Deutschland und der Truman-Plan ». Die Zeit 24 févr. 1949. Web. 27 mai 2009.

—. Die Reichsgesetzgebung. 1926. Print.

—. Einrichtung, Betrieb und Volkswirtschaftliche Bedeutung der Grossbanken. 1912. Print.

—. « German Trade and German Debts ». Foreign Affairs 13.1 (1934): 1‑5. Print.

—. « Germany’s Colonial Demands ». Foreign Affairs 15.2 (1937): 223‑234. Print.

—. Grundsätze deutscher Wirtschaftspolitik. G. Stalling, 1932. Print.

—. Hjalmar Schacht Nationale Kreditwirtschaft. P. Steegmann, 1934. Print.

—. Hjalmar Schacht Pamphlets. 1930. Print.

—. Interest or dividend. Reichsbank, 1933. Print.

—. Internationale Schulden- und Kreditproblem. 1934. Print.

—. Kapitalmarktpolitik. 1957. Print.

—. Kreditpolitik und Exportfinanzierung von Morgen. 1956. Print.

—. Magie des Geldes. Schwund oder Bestand der Mark. 1966. Print.

—. Mehr Geld, mehr Kapital, mehr Arbeit. 1949. Print.

—. Money and Currency. 1964. Print.

—. New colonial policy. 1929. Print.

—. Pariser Sachtverständigenkonferenz. 1929. Print.

—. Politik der Deutschen Bundesbank. 1970. Print.

—. Schacht in seinen « Aüsserungen ». 1937. Print.

—. Schluss mit der Inflation. 1960. Print.

—. Seul contre Hitler. nrf – Gallimard, 1950. Print.

—. Stabilisierung der Mark. Deutsche Verlagsanstalt, 1927. Print.

—. « The Schacht Report ». Far Eastern Survey 21.5 (1952): 46‑52. Print.

—. Wie eine Demokratie stirbt. 1933. Print.

Quelques ouvrages sur Schacht

Beck, Earl Ray. Verdict on Schacht, a study in the problem of political guilt. Florida State University, 1955. Print.

Bertrand, Henri. Le docteur Schacht. nrf gallimard, 1939. Print.

Bodensieck, Heinrich, et Oswald Hauser. Preussen, Deutschland und der Westen. Auseinandersetzungen und Beziehungen seit 1789. 1984. Print.

Bopp, Karl R. Hjalmar Schacht central banker. University of Missouri, 1939. Print.

Broszat, Martin. Der Staat Hitlers. Grundlegung und Entwicklung seiner inneren Verfassung. Deutscher Taschenbuch Verlag, 2000. Print.

Casamayor. Nuremberg. 1945. La guerre en procès. Stock, 1985. Print.

Dengg, Sören. Deutschlands Austritt aus dem Völkerbund und Schachts « Neuer Plan » : zum Verhältnis von Aussen- und Aussenwirtschaftspolitik in der Übergangsphase von der Weimarer Republik zum Dritten Reich (1929-1934). Frankfurt am Main: PIE-Peter Lang, 1986. Print.

Eicke, Rudolf. Warum Aussenhandel ? Von Rudolf Eicke, mit einem Geleitwort von Hjalmar Schacht. Verlag für Sozialpolitik, Wirtschaft und Statistik, 1939. Print.

Fischer, Albert. Hjalmar Schacht und Deutschlands « Judenfrage » : der « Wirtschaftsdiktator » und die Vertreibung der Juden aus der deutschen Wirtschaft. Böhlau, 1995. Print.

Freymond, Jean. « Les industriels allemands de l’acier et le bassin lorrain (1940-1942) ». Revue d’histoire moderne et contemporaine Tome XIX 27‑44. Print.

James, Harold Douglas. « Schacht’s attempted defection form Hitler’s Germany ». Historical Journal 30.3 (1987): 729‑733. Print.

Kopper, Christopher. Hjalmar Schacht. Aufstieg und Fall von Hitlers mächtigstem Bankier. München: Hanser Wirtschaft, 2006. Print.

Lenz, Friedrich. Zauber um Dr. Schacht. 1954. Print.

Maier, Franz Karl. Ist Schacht ein Verbrecher ? Verlag die Zukunft Reutlingen, 1947. Print.

Mühlen, Norbert. Der Zauberer. Leben und Anleihen des Dr Hjalmar Horace Greeley Schacht. Europa, 1938. Print.

Müller, Helmut. Die Zentralbank, eine Nebenregierung: Reichsbankpräsident Hjalmar Schacht als Politiker der Weimarer Republik. Westdeutscher Verlag, 1973. Print.

Pentzlin, Heinz. Hjalmar Schacht : Leben u. Wirken e. umstrittenen Persönlichkeit. Ullstein, 1980. Print.

Peterson, Edward Norman. Hjalmar Schacht, for and against Hitler. Christopher, 1954. Print.

Reichsbank. Schacht in der Karikatur. Im Auftrage des Reichsbankdirektoriums zusammengestellt in der Volkswirtschaftlichen und Statistischen Abt. der Reichsbank. Berlin,: Druckerei der Reichsbank, 1937. Print.

Reuter, Franz. Schacht. R. Kittler, 1937. Print.

Rudloff, Marcel P. « Schacht, financier ». Revue de science financière (1960): 73‑104. Print.

Saint-Jean, Maurice de. La politique économique et financière du Dr. Schacht. Société Franc caise d’imprimerie et de librairie, 1936. Print.

Scholtysek, Joachim. « Hjalmar Schacht: opportunistischer Weltgänger ». Bankhistorisches Archiv 25 (1999): 38s. Print.

Simpson, Amos E. Hjalmar Schacht in perspective. Mouton, 1969. Print.

Ten Cate, Johannes Hauwink. « Hjalmar Schacht als Reparationspolitiker (1926-1930) ». Vierteljahrschrift für Sozial- und Wirtschaftgeschichte 74.74 (1987): 186‑228. Print.

Vogel, Rolf. Ein stempel hat gefehlt. Dokumente zur Emigration deutscher Juden. Droemer Knaur, 1977. Print.

Vogt, Martin. Die Entstehung des Young Plans dargestellt vom Reichsarchiv 1931-1933. Harald Boldt Verlag, 1970. Print.

Weitz, John. Hitler’s banker Hjalmar Horace Greeley Schacht. Little, Brown and Company, 1997. Print.

Wilmots, André. Hjalmar Schacht (1877-1970). Grand argentier d’Hitler. Le Cri, 2001. Print.

Zumpe, Lotte. « Arbeitsbeschaffung und Arbeitslosigkeit (1933-1935). Kritische Bemerkungen zu eines Schacht Biographie ». Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte 2 (1982): 121s. Print.

Journée d’études: Les banquiers centraux dans la construction européenne (CVCE, Sanem, 4 juin 2010)

Le Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe, où je suis chercheur, organise le 4 juin 2010 une journée d’études sur « les banquiers centraux dans la construction européenne ». Voici le programme.

Depuis la rédaction de ma thèse sur Hjalmar Schacht, je m’interroge sur le rôle des banques centrales et des banquiers centraux dans l’organisation du continent européen (et au-delà).  Leur rôle dans la construction européenne est institutionnalisée depuis la création, dans les années 1960, du Comité des gouverneurs des banques centrales des États membres de la Communauté économique européenne. Le Comité des gouverneurs (en abrégé) est issu du chapitre XIII consacré à la monnaie, rédigé par Robert Marjolin, commissaire européen, du programme d’action de la Communauté pendant la deuxième étape de l’Union douanière.

C’est ce Comité des gouverneurs, qui, au gré des évolution de la construction européenne, a acquis une plus grande importance. Il a pris en charge, aidé par la Banque des Règlements internationaux, certaines fonctions du Serpent puis du Système monétaire européen. Avec le traité de Maastricht, il est transformé de fait en Institut monétaire européen, dirigé par Alexandre Lamfalussy, ancien directeur général de la Banque des Règlements internationaux. L’Institut monétaire européen a été chargé de la création de l’euro, de la banque centrale européenne et du système européen de banque centrale.

Néanmoins, le rôle des banquiers centraux commence largement avant la création du Comité des gouverneurs. Dès les années 1920, Montagu Norman, indéboulonnable gouverneur de la Banque d’Angleterre dans l’entre-deux-guerres, parle de « petit peuple des banquiers centraux ». Ce « petit peuple », Hjalmar Schacht en faisait partie, et le point d’orgue de la coopération entre les banques centrales et banquiers centraux entre les deux Guerres mondiales est le comité des experts (comité Young) qui se réunit à Paris en 1929 pour remplacer le plan Dawes et permettre de rendre le système des Réparations payées par l’Allemagne aux vainqueurs de la Grande Guerre viable.

Sur ce dernier point, le comité des experts et le plan Young ont échoué. Néanmoins, la pierre angulaire du plan Young est la création de la Banque des Règlements internationaux (BRI), qui siège à Bâle et dont les actionnaires sont des banques centrales, d’Europe et d’ailleurs. De mon point de vue, la création de la BRI est un moment important de l’organisation du continent européen et de la structuration du réseau des banques centrales et banquiers centraux. Pour cette raison, j’interviendrai, comme chercheur au CVCE, sur la création de la BRI.

Hjalmar Schacht, financier et diplomate – Peter Lang


Hjalmar Schacht, financier et diplomate
(Bruxelles, Peter Lang, 2009)
est issue de ma thèse. Vous pouvez la commander sur le site web de l’éditeur Peter Lang. Sur ce dernier, vous pouvez consulter: