Archives de catégorie : #ww1

Présentation: «Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’historien.ne»

J’ai été invité par Léda Mansour et Nicolas Hubé (que je remercie chaudement) à intervenir dans leur séminaire «Analyse du Web». Je suis intervenu sur Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’Historien.ne, en prenant comme exemple, bien entendu, mes travaux autour de la Grande Guerre sur Twitter.

J’ai pour la première fois parlé d’un thème, de manière encore imprécise: les sources nées numériques engendreront-elles une histoire PAR la machine? J’entends ici «machine» dans un sens encore trop général qui devra être précisé. Il s’agit par exemple de se demander comment distinguer ce qui est le produit de bots (les comptes automatisés sur Twitter par exemple, mais il en existe bien d’autres), qui vraisemblablement deviendront de plus en plus élaborés et s’éloigneront de plus en plus de leurs « créateurs » humains, notamment en faisant, tôt ou tard, appel à des algorithmes d’apprentissage des domaines du machine learning ou du deep learning par exemple.

Continuer la lecture

Guerre et neutralité au travers des archives de deux journaux suisses romands

Dans le cadre d’un cours co-enseigné avec ma collègue Raphaëlle Ruppen Coutaz, donné à l’EPFL et ouvert aux étudiants de l’Université de Lausanne, nous allons travailler sur la base de données des archives du Temps. Le Temps est née en 1998 de la fusion de trois titres de presse suisses romands: La Gazette de Lausanne, Le journal de Genève et Le Nouveau Quotidien. Les archives du Temps recouvrent pour le moment deux siècles de parution des deux premiers titres. La numérisation de ces journaux a été faite en coopération avec l’EPFL. Elle met à disposition un visualisateur de NGrams et un Sparql EndPoint – un mot barbare, certes, mais une fonctionnalité permettant d’élaborer des requêtes complexes pour obtenir des résultats de recherche sur les personnes par exemple. Continuer la lecture

Évolution de la collecte de tweets

La collecte des tweets sur la base de mots-clés liés à la Première Guerre mondiale progresse: nous arrivons à 2,8 millions de tweets collectés depuis le 1er avril 2014. Sans ici rentrer dans les détails, voici l’évolution de cette collecte visualisée en nombre de tweets par jours: Continuer la lecture

Le jour où l’on a le plus tweeté sur la Grande Guerre

Hier fut le jour de la grande commémoration de la bataille de la Somme, pour le centenaire de son déclenchement. Si Verdun a été commémorée avec l’Allemagne, la Somme l’a été avec le Royaume Uni. Politisée par le Brexit (présence in extremis de François Hollande côté français, David Cameron et une grande partie de la famille royale côté britannique) mais peut-être aussi par les suites de la polémique autour de Verdun (présence de Marine Le Pen), cette commémoration a surtout été l’objet d’une présence populaire qui, d’après les personnes sur place, a été imposante1.

Hier fut également le jour où l’on a le plus tweeté sur la Première Guerre mondiale. Les tweets collectés sur les hashtags habituels ainsi que sur #Somme100 et #RemembranceIsEveryday2 sont au nombre, pour la seule journée d’hier, de 263 000, soit à peu près deux fois et demi le nombre de tweets du 4 août 2014 (centenaire de l’entrée en guerre du Royaume Uni), jusqu’ici le pic le plus important dans ma base de données. Soit environ 10% du nombre total de tweets collectés depuis le 1er avril 2014.

  1. Voir le reportage tweeté de Stéphanie Trouillard []
  2. Un grand merci à Erwan Le Gall de m’avoir signalé #RemembranceIsEveryday. []

1 Jour – 1 Poilu: exemple de contribution des «amateurs» à la narration de l’histoire

Edit, 8 décembre 2015. Étant donné l’intérêt des commentaires, je conseille vivement à mes lecteurs de les lire. Ils sont particulièrement éclairants sur #1j1p et sur les relations entre historien.ne.s universitaires et historien.ne.s non-professionnels.

La base des données des morts pour la France de la Première Guerre mondiale est l’un des ensembles de « documents numérisés et [d’]informations issues des fonds d’archives et des collections conservés par le ministère de la Défense» (selon ses propres mots) proposés par le site  Mémoire des Hommes qui dépend du ministère de la Défense. Cette base de données est d’abord une collection de scans des actes administratifs déclarant un poilu mort pour la France, soit 1,3 millions de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale. Si l’image d’une source primaire est utile pour un.e historien.ne, elle ne permet qu’une lecture proche, avec des moyens de recherche limités aux quelques éléments, très pauvres1, qui ont été indexés au moment de la publication de la base de données. La recherche est ainsi rendue plus complexe, plus dévoreuse de temps, moins efficace et risquée dans la mesure où l’on peut manquer des informations. Presqu’aucune lecture distante n’est possible. Un module d’indexation collaborative a cependant été prévu, afin de donner la possibilité à qui voudrait d’effectuer une reconnaissance de texte «humaine» de ces images. J’ai critiqué ce module il y a environ un an. Continuer la lecture

  1. Nom et prénom(s), date et département de naissance, comme le montre cette fiche, non indexée le 4 décembre 2015. Cela signifie par exemple que l’on ne peut faire de recherche par lieu de décès ou par régiment. []

D’un 11 novembre, l’autre

Les 11 Novembre en France se ressemblent-ils (sur Twitter)? J’ai désormais un élément de comparaison, ayant moissonné le 11 novembre 2014 et le 11 novembre 2015.

Statistiques: l’effet Centenaire de 2014

Twwetsparjour

Figure 1. Nombre de tweets par jour.

Continuer la lecture

#ww1 – Progrès de l’analyse des tweets

J’ai eu l’occasion de parler plusieurs fois, ce mois d’octobre, de l’analyse des tweets (toujours en cours de collecte) sur le centenaire de la Première Guerre mondiale. Voici la présentation effectuée pour mes collègues de l’Université de Lausanne à l’occasion du séminaire « Pratique des Humanités digitales ».

Vous retrouverez le diaporama et l’enregistrement de la séance sur le site moodle de l’Université de Lausanne (se connecter en anonyme).

Pour citer cet article: Frédéric Clavert, "#ww1 – Progrès de l’analyse des tweets," in L'histoire contemporaine à l'ère numérique, 15/10/2015, http://histnum.hypotheses.org/2435.

Les rencontres du Web 14-18: petite contribution

J’ai rédigé ce texte pour rassembler mes idées et préparer ma participation à la table-ronde modérée par Nicolas Offenstadt, vendredi 10 avril, sur «Les acteurs et les pratiques du web 14-18, des réseaux sociaux aux blogs et forums»1. Je le publie (presque) tel quel. Il y a quelques nouveautés par rapport aux textes précédents.

Continuer la lecture

  1. Y participaient également Lionel Maurel (BDIC), Frédéric Coussay (Mémoire des Poilus de la Vienne), Lyse Hautecœur (Musée de la Grande Guerre de Meaux, sur le projet «Léon Vivien») et Christian Canivez (La Voix du Nord et le projet «Il y a cent ans»). []
"Pélican en vol", Étienne-Jules Marey. Domaine public. Via Wikimedia Commons - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Marey_-_birds.jpg#mediaviewer/File:Marey_-_birds.jpg

Les temporalités de la donnée et l’historien.ne

Il y a quelques temps déjà, j’avais évoqué l’importance de l’apport des sciences historiques sur ce qui fait le cœur de cette discipline: le temps et ses différentes dimensions. L’article évoquait également le décalage qui pouvait exister entre certains chercheurs/chercheuses en informatique et les historiens et historiennes. La collecte de près d’un million de tweets liés aux commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale me fait pousser la réflexion un peu plus loin. Continuer la lecture