Archives par étiquette : distant reading

Bruno Latour à #DH2014: lecture proche et lecture distante

La conférence Digital Humanities 2014 à Lausanne a été ouverte par une keynote de Bruno  Latour, sociologue des sciences et professeur à Sciences Po. Son allocution a été enregistrée.

Dans cette intervention, Latour distingue close reading et distant reading, en évoquant son Enquête sur les modes d’existence. Introduit par Frédéric Kaplan (EPFL), qui mène un projet de numérisation massive des archives de Venise, Latour a opposé – bien que je ne crois pas que ç’ait été son intention originelle – ces deux modes de lecture, que j’ai déjà abordés du point de vue des sciences historiques.

Cette opposition me pose problème pour deux grandes raisons.

D’une part, contrairement à ce que Latour dit – mais il reconnaît que les Humanités numériques ne sont pas son champs de recherche -, les Humanités numériques s’intéressent de très prêt (sans mauvais jeux de mots) à la lecture proche. Il y a de nombreux projets d’édition, souvent en TEI, de textes ou corpus de textes permettant ce type de lecture et rendant souvent – car Latour rappelle avec justesse que les textes et l’une de leur mise en forme physique, le livre, sont complexes, même s’ils sont courts – des textes de dimension limitée dans toute leur complexité. Il est vrai que cette année, la conférence annuelle de l’ADHO a été très orientée vers la lecture distante (du moins dans ce que j’ai pu en voir).

D’autre part, l’intérêt de la lecture distante ne réside pas uniquement dans la possibilité de pouvoir lire au travers de l’informatique une grande quantité de textes, mais également dans l’interaction entre lecture distante et lecture proche, dans la possibilité que peut offrir la première de trouver des sources spécifiques sur lesquelles appliquer la seconde, sources spécifiques parfois perdues dans une grande masse de données.

Ainsi, l’intérêt de la distinction entre lecture distante et lecture proche ne réside pas dans leur opposition, mais bien dans leur interaction.

A simple computing reading of Debates in the Digital Humanities

[Preliminary remark: I’m new to text analysis, so I might make methodological errors. Don’t hesitate to discuss them in comment. Concerning softwares, I’m using the French tool iramuteq which is quite similar to Alceste. Iramuteq is in fact an interface to R. This post is to be seen as a personal exercise in a learning process as was another of my post (fr).]

Edited by Matthew K. Gold, Debates in the Digital Humanities is one of the most important 2012 publication in the field of DH. A few days ago (well, weeks now), an open access version went out. This version – the texts themselves but also the whole web platform – can be downloaded. Based on a social platform, this edition’s aim seems to be to capture new debates in this fastly evolving field, in order to publish during 2013 (and beyond, I suppose) an expanded version, with more contributions. You can mark paragraph if you think they are of interest and help to ameliorate the index. In this sense, this open access edition is also a contribution to the « future of the book ».

As I’m progressively discovering and thinking about « computing reading », I decided to download the content of the book (yet the original content of the printed version), to transform it into a corpus. I first wanted to try paper machines for zotero but the results where not exploitable. So, after cleaning the HTML formatting from the texts, I created a corpus for iramuteq. The corpus is made of one file with each chapter as a text and some simple variables (parts and chapters). And I started to work on it. These are the first results.

Let’s start with a simple Wordcloud

Wordle: M K Gold wordcloud

iramuteq takes into account lemmatisation (ie all the forms of a word are considered as the same word, basically) It explains that « humanity » is so big, instead of « humanities ». In this case, I used iramuteq’s statistics and paste them into the advanced mode of Wordle, in order to have a better designed wordcloud.

What can we understand from this? As often with wordclouds, we don’t see much. In my experience, they can be interesting for relatively short and focused text. In this case, the wide variety of the chapters and blogposts imply too many concepts to be well represented.

Nevertheless, some words are typical from DH: the mix of both research-related words and students/pedagogy-related ones, « practice », « project », « tool », « community ». Those are concepts that seem to distinguish DH from other (and more classical) humanities disciplines. Furthermore, I removed from the corpus « http:// » (you can still see « www ») because it was too present in the wordcloud. This is of great significance too!

Profiles

"Debates in the Digital Humanities " dendogram

« Debates in the Digital Humanities  » dendogram

Iramuteq gives me four profiles (ie groups of words that are frequently together). The first striking point is the fact that there is a whole profile (n° 4) that is made of words contained into web URLs – make your URL humanly readable, it gives more sense to your website.

The second thing which strikes me is the fact that there are only four profiles – it’s not a lot (for my PhD, it was eight profiles with the basic settings – you can refine them to get more detailed profiles, see next section). It means that the book focus on three (if we exclude the profile that is linked to URLs) main themes:

  • methods, theory and critique (profile 1);
  • publishing (profile 2);
  • pedagogy (profile 3).

The importance (see the dendogram) of each of those three themes seem relatively the same. Please download the CHI table that iramuteq generated if you want to go a bit further.

Refined profiles

Factorial analysis Graph

Factorial analysis Graph

I wanted to refine a bit the analysis and in consequence changed a bit the settings. This time, Iramuteq gave me six profiles:

  • Words linked to the value of the DH community: openness, universal, source, etc… (8,46%);
  • Analysis and visualisations tools, linked to « humanistic » (14,53%);
  • critique, theory… but linked to practice, etc (10,09%);
  • pedagogy (22,61)%;
  • publications (25,02%);
  • web addresses (19,3%).

This time, the six profiles have not the same weight. The importance of pedagogy in DH is striking, as well as publishing. I also note that theory is linked to practice – which seems to me very typical of DH. Typical also is the insistance on values, because it is an important part of what constitutes the DH as a self defined community.

(Download the chi table generated by iramuteq for those profiles).

In this case, the factorial analysis graph (Graph AFC in French) seemed to me very significant, more than the dendogram itself. The size of « community » and « value » notably is striking, as well as the rather tight imbrication of the different profiles, a part from the URL one.

Conclusions

It seems to me that this short analysis reflects rather well where are the debates in Digital Humanities: DH as a community of value, links between theory and practice, digital publishing, pedagogy, analysis and visualisation tools. The importance of URLs is also striking.

I’m not sure that we are learning something new from this analysis of Debates in the Digital Humanities – it is more a confirmation of the impressions you get when you actually read this book.

Concerning my methodology, I obviously need better methodological and theoretical background on text analysis. My vocabulary is not precise enough whether in English of French. A part from that:

  • iramuteq is great, but, as all software, has some limits. For instance, an expression cloud would be better than a wordcloud, because, here, lots of pertinent expressions are made of two words (digital humanities, digital publishing, etc…);
  • using several tools is better than using only one;
  • all analysis are not good for all text. The similitude analysis was pointless – or I’m yet not good enough to get something usefull from it.
Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Lecture des sources historiennes à l’ère numérique

Tous les historiens développent une relation spécifique aux sources primaires. Au début des années 2000, pendant ma thèse, certains documents trouvés dans les archives m’ont plus marqués que d’autres. Par exemple, je peux citer les compte-rendu des réunions entre dignitaires nazis qui ont suivi le grand pogrom de novembre 1938 en Allemagne1. Des débats durant des heures pour définir ce qu’est un « banc public », ces bancs dont l’usage devait être interdit aux Juifs. Il est difficile de comprendre le régime nazi sans avoir eu une relation très proche avec ce type de documents, qui, souvent, donnent la nausée.

Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Mais cette proximité avec le document peut aussi être un handicap. Toujours pendant ma thèse, j’ai eu un regret. J’ai cherché à prouver que, contrairement aux propos des conservateurs alliés aux nazis, contrairement à une grande partie de l’historiographie2, l’antisémitisme a joué un grand rôle dans l’alliance entre conservateurs, nazis et militaires qui a permis la naissance du IIIe Reich en janvier 1933.

J’ai donc utilisé dans ma thèse un discours, tenu en 1933 par Hjalmar Schacht, qui n’a pas été commandé ni visé par le ministère de la propagande3. Prononcé devant une associations féminine (mais pas féministe…) où sa femme est impliquée, ce discours trace une lignée directe entre Martin Luther, fondateur de la Réformation protestante au XVIe siècle et grande figure allemande, et (le catholique et autrichien) Adolf Hitler. Cette lignée est tracée, non par le biais de l’économie ou des finances (ou plutôt l’économie y est un prétexte), mais via les deux ouvrages antisémites de Luther4.

Si, à l’époque, j’avais connu les techniques de l’informatique appliquée à la linguistique, j’aurais pu élargir mon argumentaire à un plus large corpus, presque intégral d’ailleurs, des discours de Schacht et comparer le champ sémantique utilisé dans les discours contrôlés par les services de Goebbels et ceux qui ne l’étaient pas, pour voir, plus précisément, dans quelle mesure (et si) l’antisémitisme a été l’un des éléments d’un socle idéologique commun entre conservateurs et tout ou partie des nazis et pour mieux comprendre l’évolution du discours antisémite des conservateurs au fur et à mesure qu’évolue le régime nazi, au fur et à mesure, également, de leur éviction du pouvoir.

Cette expérience, croisée avec mes recherches plus récentes sur l’histoire à l’ère numérique et notamment – mais pas uniquement – la lecture de Franco Moretti5 et mes interrogations sur la manière dont les historiens de l’intégration européenne devront traiter l’afflux très probablement massif d’archives numériques dans les années à venir, m’a fait me demander si, avec la fouille, l’analyse et la visualisation des données, on peut parler de lecture computationnelle des sources de l’historien? Cette lecture computationnelle vient compléter la lecture humaine que fait l’historien de ses sources primaires. Elle comprend non seulement la lecture elle-même, mais aussi son analyse, c’est-à-dire l’interprétation des sources.

Cette amorce de réflexion ainsi qu’une discussion sur une première (et assez mauvaise) version de ce billet6 m’a poussé à préciser cette interrogation. Il me semble que nous pouvons aujourd’hui compter sur deux échelles de lecture des sources historiennes: d’une part une échelle close reading / distant reading et d’autre part une échelle lecture humaine / lecture computationnelle. La clé de la lecture et de l’interprétation des sources de l’histoire à l’ère numérique est dans les allers-retours constants entre close reading et distant reading et entre appréhension humaine et appréhension computationnelle de nos sources primaires.

Un premier axe de lecture: close reading / distant reading

Si je reprends les deux exemples d’expérience des archives décrits ci-dessus, le premier cas implique une forte proximité avec les archives, mais le second cas montre qu’il est parfois nécessaire d’avoir une relation plus distante aux sources primaires. Cette distanciation permet à l’historien non seulement de voir apparaître des éléments qu’une lecture trop proche ne lui aurait pas permis de voir, mais également de resituer le document dans un ensemble plus large et interconnectés de documents. En effet, une archive seule, en tout cas en histoire contemporaine, n’est pas toujours très significative. Nous essayons autant d’interpréter un document qu’un ensemble de documents. Nous devons également prêter attention à la manière dont les archivistes ont classé les sources primaires7. Pourquoi trouvons-nous tel brouillon de discours dans telle série d’archives plutôt que dans telle autre? Cette question est parfois aussi importante que le contenu d’un document – ou que l’absence d’un document.

Par exemple, il existe dans les archives de la chancellerie du Reich un échange de lettres entre le ministre chinois des Finances Kung et Hjalmar Schacht, alors ministre sans portefeuille et président (affaibli) de la Reichsbank. Elles ne sont pas dans les archives de la Reichsbank, mais bien à la Chancellerie, ce qui montre qu’elles ont été vues par les services d’Hitler – et notamment le secrétaire général de la Chancellerie, Lammers. Or les relations entre Kung et Schacht remontent à 1933. Pourquoi seul cet échange de lettres est-il disponible dans la série R43 (la chancellerie)8?

Pour répondre à cette question, il faut avoir une vision globale, non seulement des documents consultés, mais des relations extérieures du IIIe Reich. L’Allemagne était traditionnellement un soutien de la Chine contre le Japon, mais également contre des Puissances occidentales (le Royaume Uni, la France et les États-Unis). Or, à partir de 1936, par proximité idéologique et stratégique avec le Japon, le IIIe Reich opère un revirement fondamental par un rapprochement avec ce dernier qui, dans les années 1930, passe progressivement la Chine sous sa coupe. Mais cela n’a pas empêché des livraisons d’armes allemandes au Guomindang et de nombreuses missions (aux objectifs plus ou moins clairs) auprès de Tchang Kaï-chek. L’échange de lettres se trouve à la chancellerie car, fin 1937, le revirement diplomatique allemand est quasiment achevé: il ne s’agit plus de livrer des armes aux Chinois9.

Il y a une seconde raison à la présence de ces documents à la chancellerie plutôt qu’à la Reichsbank, qui, cette fois, est intérieure. Hjalmar Schacht, en 1937, est sur la sellette. Il a perdu le ministère de l’Économie au profit de Walter Funk, un ancien journaliste économique travaillant alors au ministère de la propagande, qui fait plus ou moins office de marionnette de Göring qui dirige le plan de 4 ans. Schacht n’a plus de marge de manœuvre en politique extérieure et ses espoirs de se reposer sur son influence extérieure (notamment pendant la mission van Zeeland10) pour maintenir son pouvoir s’évanouissent, à l’image des quelques conservateurs restant dans les instances étatiques allemandes.

Parfois, il faut aussi prendre un peu de distance par rapport au document et considérer une période toute entière pour comprendre un processus.

Ainsi, entre juin 1941 – le déclenchement de l’opération Barbarossa – et la conférence de Wannsee en janvier 1942 – où la Solution finale est explicitement exposée à un cercle plus large de dignitaires nazis -, dispose-t-on de peu de documents sur cette phase particulièrement importante du déclenchement de la Shoah11. Seul le fait de considérer l’ensemble des documents permet à l’historien de comprendre le processus décisionnel qui a mené au génocide. Ici, il faut qu’il y ait une certaine distanciation vis-à-vis des documents considérés individuellement pour les comprendre globalement.

Mais cette lecture distanciée des sources primaires, non sans certains risques, peut aller plus loin, notamment par une lecture assistée par ordinateur. C’est cette dernière qui, notamment, permet de replacer des documents dans un ensemble nettement plus vaste afin de faire ressortir des éléments qui ne sont pas visibles par une lecture humaine d’un ensemble assez restreint de sources primaires. C’est l’intérêt du second axe de la lecture des sources primaires à l’aire numérique, second axe qui potentialise le premier.

Un second axe de lecture: lecture humaine / lecture computationnelle

Avec l’émergence des nouvelles technologies, nous pouvons aujourd’hui nous reposer sur des techniques de plus en plus éprouvées permettant de faire ressortir des documents des éléments que nous n’avions pas vu par une lecture classique, humaine, ou de confirmer ce que la lecture humaine avait relevé. Ces techniques peuvent s’appliquer à des documents individuels ou à des corpus de documents, dont l’étendue peut varier de quelques centaines à beaucoup plus12.

Prenons un exemple: Lauren F. Klein, à la conférence Digital Humanities 2012 à Hambourg, a montré comment elle pouvait avancer sur l’histoire de l’esclavage aux États-Unis par une analyse de réseau et des techniques de visualisation13. La problématique est la suivante: Jefferson, comme beaucoup d’autres bourgeois états-uniens de son époque, n’évoque ses esclaves que par leurs prénoms. Grâce aux méthodologies numériques et en utilisant l’édition numérique des papiers de Thomas Jefferson, elle a pu compenser cette absence. Ici, une lecture distante des archives via une appréhension computationnelle de ces documents alternant avec une lecture humaine (car elle a dû vérifier un grand nombre de données) permet de parler des esclaves malgré l’absence de leur nom de famille.

Cette articulation entre lecture humaine et lecture computationnelle n’est pas nouvelle. Elle a déjà existé dans le domaine de l’histoire économique quantitative.

Franco Moretti commence, dès son premier article sur les « graphs », par une référence à l’école des Annales et la manière dont elle exploitait des données quantitatives pour l’écriture de l’histoire économique. Il suggère, un demi-siècle plus tard, de l’importer dans l’histoire de la littérature. Son argument mérite que l’on s’y arrête: l’histoire de la littérature se concentre sur quelques dizaines / centaines d’auteurs et un corpus de livres de, là aussi, quelques centaines d’ouvrages. Mais le nombre d’auteurs et d’ouvrages publiés, depuis le XVIIIe, est bien plus important. L’histoire de la littérature telle qu’elle est pratiquée est ainsi particulièrement incomplète, selon Moretti. Sa solution est d’importer les techniques de l’histoire économique quantitative (graphs), de la géographie (maps) et des sciences de l’évolution (trees).14. Toutefois, Moretti ne se limite pas à la lecture distanciée et computationnelle. Il souhaite une démarche bien plus pragmatique, centrée, finalement, sur les besoins du chercheur.

Cette approche quantitative a été critiquée dès les années 1970 – soit bien avant Moretti. Paul Veyne insiste sur le particularisme et s’oppose aux simplismes des concepts. Michel de Certeau dénonce une forme d’illusion réaliste de la prétention des historiens à faire de l’histoire. Le mouvement italien de la micro-histoire, partant de l’individu pour étudier l’ensemble de la société qui l’entoure, a aussi contesté cette approche quantitative de l’histoire. Certains hérauts de l’histoire quantitative eux-mêmes se tournent vers une histoire plus locale, comme Emmanuel Leroy-Ladurie.

Toutefois, l’ère numérique – où nous sommes plongés pleinement et entièrement désormais15 – change à nouveau la donne. Par la numérisation des archives nées sur papier (ou film, ou …), par la multiplication des archives nées numériques (sur support comme des disquettes, cd-roms, etc. mais aussi -et surtout- sur le web), est remise pour partie au goût du jour l’utilisation des méthodologies quantitatives. Mais pas uniquement: les données, ce n’est pas que du quantitatif et apparaissent des méthodes pour faire ressortir des éléments quantitatifs d’un corpus numérique regroupant une très grande masse de documents / de données.

La thèse que je défends est qu’il faut créer un chemin permettant d’articuler une lecture humaine des sources primaires – en clair, le séjour classique en centre d’archives et la critique interne et externe des documents que l’on y trouve – avec une lecture computationnelle. Cette dernière est une lecture assistée par ordinateur, permettant, par le biais d’un ordinateur (personnel ou non, partie d’une infrastructure plus vaste ou non, et l’ensemble des logiciels que l’on utilise), l’appréhension – y compris l’interprétation – de masses d’archives non exploitable par simple lecture humaine. On parle ici de sources numérisées et nées numériques. Notons, que la lecture computationnelle permet aussi d’avoir une lecture plus proche, parfois, des archives et de documents uniques.

Comment entretenir une relation humaine aux archives tout en étant capable de la dépasser? Comment exploiter des données numérisées, impersonnelles d’une certaine manière, sans tomber dans les biais dans lesquels l’histoire quantitative est parfois tombée?

Le seul moyen est d’être capable de pratiquer une double lecture, en parallèle, des archives, du moins lorsqu’elles sont disponibles en version numérique. Garder cette relation de proximité avec les sources avec une lecture humaine, proche, qui nous permet de garder le contact avec des acteurs et leur environnement. Savoir à la fois améliorer la lecture proche et prendre de la distance par la lecture computationelle. Prendre de la distance, c’est pouvoir aussi comprendre les interactions entre les différentes sources, se dégager de la source unique, « sensationnelle », pour voir le global16.

  1. La Reichskristallnacht / La Nuit de Cristal. []
  2. Vous pouvez consulter l’échange tendu entre Hans Mommsen et Peter Hoffmann en 2006 sur l’édition par Hans Mommsen et Sabine Gillmann des papiers de Goerdeler: la critique de l’édition par Hoffmann du 25 mai 2006, la réponse de Mommsen du 19 juin 2006 et la réponse de Hoffmann le 5 juillet 2006. Le débat tourne notamment autour du fait que Mommsen voit Goerdeler comme un antisémite par dissimilation – étant favorable à une séparation des Juifs du corps national pour faire un résumé rapide – tandis que Peter Hoffmann insiste surtout sur le fait que c’était l' »air du temps » et qu’il est difficile de juger quelqu’un sans prendre en compte cet air du temps. Gillmann, Sabine, et Hans Mommsen. Politische Schriften und Briefe Carl Friedrich Goerdelers. KG Saur, 2003. Print. []
  3. BArch Deustsche Reichsbank R2501/6985, s. 176-197 – « Luther Als Deutscher », Rede vom Dr. Schacht []
  4. Notamment Des Juifs et de leurs mensonges []
  5. Moretti, Franco. Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History. Verso, 2007. Print. Ce livre développe les idées développées dans trois articles de la New Left Review: Moretti, Franco. « Graphs, Maps, Trees – 1 ». New Left Review 24 (2003); « Graphs, Maps, Trees – 2 ». New Left Review 26 (2004); « Graphs, Maps, Trees – 3 ». New Left Review 28 (2004) – et pour ceux qui se poseraient la question: Franco Moretti est professeur à Stanford, spécialiste de l’histoire du roman, issu de l’école marxiste et c’est bien le frère du réalisateur. []
  6. Merci à Louis Clerc, Sébastien Barret et Claire Clivaz pour leurs remarques – toutefois, tous les défauts de ce billet reste de ma responsabilité propre []
  7. Je précise que j’ai d’abord l’expérience d’archives d’État []
  8. BArch Rechskanzlei R43/II/1428c – p. 70 []
  9. Notons que dans ces lettres de 1937, Kung se plaint de la qualité des armes qui lui sont livrées. []
  10. Clavert, Frédéric. « La mission van Zeeland, une tentative de clearing multilatéral ». L’Europe au coeur. Livre offert à Marie-Thérèse Bitsch. Éd. par Birte Wassenberg et Martial Libera. Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: PIE – Peter Lang, 2009. Print. []
  11. Voir le débat entre Édouard Husson et Florent Brayard, discussion qui a mené à des considérations intéressantes sur le document historique: Brayard, Florent. « Shoah : l’intuition et la preuve. Retour sur le processus décisionnel. » La vie des idées 12 févr. 2009. Web. 30 oct. 2012; Husson, Edouard. « Comprendre les origines de la Shoah. Réponse à Florent Brayard. » La vie des Idées 26 févr. 2009. Web. 30 oct. 2012. []
  12. Parmi les « corpus » qui peuvent comprendre une masse très importante de documents pourront à terme – ou peut-être même déjà maintenant – les sites web. Ainsi, le site de l’organisation Internet Archive promet l’accès à 80 terabytes de données pour la recherche: Internet Archive. « 80 Terabytes of Archived Web Crawl Data Available for Research ». Internet Archive blogs 26 oct. 2012. Web. 9 nov. 2012. []
  13. Klein, Lauren Frederica. « Social Network Analysis and Visualization in ‘The Papers of Thomas Jefferson’ ». Digital Humanities 2012. 2012. Web. 24 juill. 2012. []
  14. Les Annales ne sont pas les seules à avoir investigué l’utilisation des techniques quantitatives en histoire. La New economic history aux Etats-Unis l’a aussi fait, à peu près à la même période. Dans la partie plus historiographique, Peter Haber le rappelle et décrit ces deux écoles comme ancêtres de la digital history. Haber, Peter. Digital Past. Geschichtswissenschaften im digitalen Zeitalter. München: Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2011. Print. []
  15. Voir l’argumentation de Claire Clivaz dans Clivaz, Claire et al., éd. Lire demain. Presses polytechniques et Universitaires romandes, 2012. Actes de congrès. []
  16. Je vous conseille d’écouter l’intervention de Stéfan Sinclair (McGuill) à l’Université de Quebec à Montréal: Sinclair, Stéfan. « Distant reading ». Observatoire de l’imaginaire contemporain. 24 janv. 2012. Web. 14 nov. 2012. []

Visualiser, c’est questionner les sources

Il y eut un premier échange, entre Jean Véronis et moi, sur twitter, à propos de nuages de mots-clés constitués à partir des motions de l’UMP (faute de grammaire incluse, honte à moi):

Ensuite, un cours Digital Humanities à l’Université du Luxembourg. L’un des buts que je fixe à mes étudiants est de faire une critique d’un site web. Je leur donne une grille, inspirée notamment par Serge Noiret1. Cette liste est pour moi un minimum. Pour questionner un site web, se demander ce qu’il peut apporter à un chercheur, il existe des outils – qui peuvent d’ailleurs être appliqués à d’autres supports que le web – pour faire ressortir des schémas de pensée, des questions que l’on n’aurait pas vues autrement, c’est-à-dire par une simple lecture humaine, non aidée d’une lecture computationnelle.

Ils me demandent un exemple. En bon spécialiste des banques centrales, j’entre « Union économique et monétaire » dans google. Et obtiens ces résultats. Je clique successivement sur deux liens: le premier décrit l’histoire de l’Union économique et monétaire sur le site de la banque centrale européenne. Le second raconte la version française de la même histoire, sur le site de la représentation permanente de Paris à Bruxelles.

Pour montrer comment « aller plus loin » dans leur analyse d’un site web, je rentre les adresses des deux sites, successivement, dans Voyant Tools l’outil de visualisation des textes développé par Stéfan Sinclair (McGill) et Geoffrey Rockwell (University of Alberta).

La visualisation de la page de la BCE


La visualisation de la page de la représentation française


Ces deux visualisations nous poussent à nous interroger sur la manière dont une institution européenne, la BCE, d’un côté et la France, de l’autre, comprennent et conceptualisent l’Union économique et monétaire. En d’autres termes, elles nous aident à questionner nos sources, ce qu’elles contiennent, à y voir des schémas de pensée que l’on aurait pas vu autrement.

Or, si on les regarde, les mots-clés qui ressortent sont de natures très différentes. La BCE est technique et factuelle, parlant des « phases » (les trois phases pour accomplir l’union monétaire) et de l’institut monétaire européen (IME – l’institut qui a construit la banque centrale européenne), le terme « monétaire » est plus présent. Du côté français, peu de termes techniques, beaucoup de politique et d’économique (de croissance), une insistance très claire sur le rôle des États membres. En clair, une vision technique et très monétaire de l’Union s’oppose à une vision plus politique et très inter-étatique.

Une opposition qui fait écho aux débats européens d’aujourd’hui.

  1. Philippe Rygiel, et Serge Noiret. Les historiens, leurs revues et Internet : France, Espagne, Italie. Publibook. Paris, 2005. Print. []