Archives par étiquette : écriture de l’histoire

Digital natives ou Facebook natives?

Dans le mois qui vient de s’écouler, je suis intervenu deux fois sur les blogs et réseaux sociaux et sur leur utilité pour l’historien et, notamment, pour l’écriture de l’histoire. J’en ai parlé dans mon précédent billet.

Ma seconde intervention a été plus mitigée. En fait, très peu satisfaisante. Je suis ressorti mécontent. Mécontent de moi, car je crois avoir raté mon cours, tout simplement. Il y a quelque chose que je n’ai pas su transmettre. Dans la vie d’un enseignant, cela arrive – enfin je l’espère. Si je dois renouveler cette intervention, elle devra être radicalement modifiée. Je ne suis manifestement pas encore au point sur le sujet: j’ai les connaissances, j’ai la problématique, je n’ai pas trouvé le moyen de les transmettre.

Mais également mécontent d’un constat. J’avais devant moi des étudiants doutant de l’utilité d’un blog/carnet de recherche. Ils estimaient qu’un blog en histoire ne pouvait être intéressant que s’il était écrit par une « pointure », un historien connu. Lorsque je lis Benoît Kermoal – qui m’excusera de ne pas le considérer comme une « pointure » – je sais à quel point ils ont tort.

Ce qui m’a effrayé – outre l’absence complète de connaissances sur l’histoire du web mais c’est à moi de le leur enseigner, après tout – c’est leur usage sans distanciation de l’outil informatique, sans réflexion et leur comportement a priori passif vis-à-vis, notamment, de Facebook.

J’ai déjà exprimé auparavant ce que je pensais des relations entre code et histoire. Nous sommes ici un peu dans le même registre.

Program or Be programmed1

Le web est une part centrale de notre vie. Les étudiants à qui nous enseignons aujourd’hui sont (quasiment) des digital natives – c’est-à-dire qu’ils sont (presque) nés avec le numérique et sont censés être à l’aise avec les outils numériques2.

Mais en fait, dans la plupart des cas, ils sont à l’aise avec Facebook et ne mènent que peu de réflexion sur leurs usages d’un site qui les voit comme des produits à vendre. Pourtant, lorsque nous leur expliquons comment utiliser un blog pour écrire l’histoire, nous leur proposons bien plus. Nous leur proposons de reprendre le pouvoir sur leur vie numérique, en faisant appel à une écriture numérique non-linéaire et hypertextuelle, au remix3, en créant des sites web en fonction de leurs propres besoins.

Mais – et c’est peut-être ce que j’ai raté dans cet enseignement – ces digital natives sont en premier lieu des facebook natives  qui n’ont pas encore pris conscience qu’ils sont considérés par ce réseau social comme des produits de consommation courante.

  1. Rushkoff, Douglas. Program or be programmed : ten commands for a digital age. New York: OR Books, 2010. Print. []
  2. Je ne prétends pas prendre part dans le débat sur les digital natives – n’ayant aucune réponse à y apporter. []
  3. Lessig, Lawrence. Remix : making art and commerce thrive in the hybrid economy. New York: Penguin Press, 2008. Print. []