Archives par étiquette : épistémologie

Sur trois textes: épistémologie de l’histoire et Humanités numériques

Dans un article à publier dont le pre-print est disponible en ligne, Éric Guichard remet en cause les Humanités numériques, tout du moins en tant que discipline1. Pour Éric Guichard, « la culture propre à l’informatique apparaît surtout technique. Mais elle n’est que la traduction contemporaine de l’ensemble des savoir-faire liés à la maîtrise de l’écriture » (p. 2). Ainsi, il pointe le lien étroit entre la culture technique et la culture des savants et érudits – donc, aussi, des chercheurs. En soi, ce phénomène n’est pas nouveau: l’écriture avant le numérique était aussi un savoir technique influençant la pensée elle-même. De fait, la question épistémologique centrale devient celle de la nature du lien entre « l’écriture électronique et en réseau » et les « problématiques et les épistémologies de disciplines communément regroupées sous l’étiquette sciences humaines et sociales (SHS) » (p. 2). Éric Guichard estime ensuite que la « faiblesse argumentative des représentants de ce mouvement [les Humanités numériques] est moins préoccupante pour les scientifiques que la facilité avec laquelle ils se font entendre ». Et, si les Humanités numériques se font entendre, c’est parce que les principaux représentants des SHS se taisent sur le point central décrit plus haut, à savoir « l’évolution des contours de chacune de leur discipline sous l’effet de l’écriture contemporaine »2. À cet égard, la présentation de Frédéric Kaplan postée récemment à propos de la Venice Time Machine est une belle illustration du raisonnement d’Éric Guichard: ingénieur, Frédéric Kaplan peut faire de l’histoire à l’ère numérique car il maîtrise une littératie, qui est celle de l’algorithme.

Bien qu’en ayant commencé la lecture avant, j’ai vu dans le petit essai de Michel Wieviorka, L’impératif numérique, une sorte d’écho à l’article d’Éric Guichard. Pour une grande part, c’est une synthèse sur les Humanités numériques (et d’autres courants comme les digital studies ou l’école qui s’est constituée autour de Manuel Castels). Elle est parfois peu distanciée – la place qu’y tient le Big Data me semble démesurée3. Elle contient une mise en perspective historique un peu trop « classique », romanesque et anglo-saxonne des Humanities computing, bien qu’il faille reconnaître que Michel Wieviorka connaît manifestement bien les écrits des historiens (des sociologues, des anthropologues aussi, d’ailleurs) sur le numérique, ce qui me semble louable. L’ancrage de certaines franges minoritaires des SHS dans l’informatique depuis les années 1950 en France aurait pu être souligné. Malgré ces quelques réserves, constatons que Michel Wieviorka a bien saisi ce qu’étaient les Humanités numériques en France et à l’étranger aujourd’hui, tout comme les enjeux que pose le numérique aux sciences humaines et sociales.

Involontairement, Michel Wieviorka répond à l’inquiétude d’Éric Guichard sur le silence des chercheurs en sciences humaines et sociales face aux liens entre l’écriture numérique et sa technicité d’une part et la pensée qui éclot au sein des sciences humaines et sociales. Mais cette réponse ne va pas assez loin, dans la mesure où l’appel de Michel Wieviorka aux sciences humaines et sociales à accepter l’impératif numérique pour que les SHS puissent s’exprimer dans la société numérique et y tenir un rôle important n’est pas un appel à s’interroger sur les paradigmes qui sous-tendent nos disciplines. Toutefois, l’appel à publication pour la revue Socio permettra d’ouvrir une perspective plus critique sur les Humanités numériques.

Tim Hitchcock, par contre, s’interroge de plus en plus sur le paradigme sous-tendant les sciences historiques – paradigme ancré dans le texte4. En historien rompu aux usages du numérique dans sa pratique de la recherche (tout comme Éric Guichard), Tim Hitchcock explique qu’il essaye d’aller plus loin qu’un simple usage des outils numériques et s’interroge profondément sur la nature de l’histoire, cette reconstitution à partir de traces laissées par le passé et collectées par l’historien. Un billet qu’il a publié sur Historyonics, son blog, reprend son intervention à la troisième conférence Digital Humanities Luxembourg. La question centrale de Tim Hitchcock est la suivante: ne recherche-t-on que ce que la technologie nous permet de rechercher? Plus précisément:

In other words, there seems to me to be a real tension between the desire on the one hand to include the ‘reading’ of a whole new variety of data in to the process of writing history; and, on the other, the extent to which each attempt to do so, tends to bring to the fore a form of understanding that is at odds with much of the scholarship of the last forty years. We are in danger of giving ourselves over to what sociologists refer to as ‘problem closure’ – the tendency to reinvent the problem to pose questions that available tools and data allow us to answer – or in Lewis Mumfords words, ask questions we know that computers can answer.5

Et il est indéniable que nous sommes dépendant de notre savoir-faire technologique, si l’on admet (et je l’admets) l’hypothèse d’Éric Guichard que l’écriture (et la lecture, de fait) est un savoir-faire technique/technologique qui conditionne notre pensée et, ainsi, notre recherche.

Cela nous renvoie à l’une des questions que pose l’usage de l’ordinateur en histoire depuis les années 1950: comment gérer (c’est-à-dire « comment lire ») un flux d’information qui ne cesse de s’accroître par ce phénomène de la mise en données du monde et de son histoire? Comment la lecture (y compris la captation, qui est déjà une première forme d’écriture) de ce flux d’information conditionne l’écriture de l’histoire?

  1. C’était également le sens de son intervention à la journée d’études du LabEX HASTEC, le 9 décembre, à laquelle j’ai également participé. []
  2. Ces citations sont extraites de l’introduction de l’article. Très riche, je vous encourage à le lire intégralement. []
  3. Je suis conscient que l’on peut faire le même reproche à mon site. []
  4. Voir aussi Hitchcock Tim, « Academic History Writing and its Disconnects », Journal of Digital Humanities, Winter 2011, vol. 1, no 1. []
  5. Hitchcock, Tim. « Big Data for Dead People: Digital Readings and the Conundrums of Positivism». Historyonics, 9 décembre 2013. []