Archives par étiquette : histoire

1 Jour – 1 Poilu: exemple de contribution des «amateurs» à la narration de l’histoire

Edit, 8 décembre 2015. Étant donné l’intérêt des commentaires, je conseille vivement à mes lecteurs de les lire. Ils sont particulièrement éclairants sur #1j1p et sur les relations entre historien.ne.s universitaires et historien.ne.s non-professionnels.

La base des données des morts pour la France de la Première Guerre mondiale est l’un des ensembles de « documents numérisés et [d’]informations issues des fonds d’archives et des collections conservés par le ministère de la Défense» (selon ses propres mots) proposés par le site  Mémoire des Hommes qui dépend du ministère de la Défense. Cette base de données est d’abord une collection de scans des actes administratifs déclarant un poilu mort pour la France, soit 1,3 millions de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale. Si l’image d’une source primaire est utile pour un.e historien.ne, elle ne permet qu’une lecture proche, avec des moyens de recherche limités aux quelques éléments, très pauvres1, qui ont été indexés au moment de la publication de la base de données. La recherche est ainsi rendue plus complexe, plus dévoreuse de temps, moins efficace et risquée dans la mesure où l’on peut manquer des informations. Presqu’aucune lecture distante n’est possible. Un module d’indexation collaborative a cependant été prévu, afin de donner la possibilité à qui voudrait d’effectuer une reconnaissance de texte «humaine» de ces images. J’ai critiqué ce module il y a environ un an. Continuer la lecture

  1. Nom et prénom(s), date et département de naissance, comme le montre cette fiche, non indexée le 4 décembre 2015. Cela signifie par exemple que l’on ne peut faire de recherche par lieu de décès ou par régiment. []

Histoire et données personnelles – pensées éparses (6)

Le Parlement européen, Strasbourg. By Rama (Own work) [CC-BY-SA-2.0-fr (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/deed.en)], via Wikimedia Commons.

Nous vivons dans un monde de données1. Dans la sphère numérique, tout ce que l’on fait est susceptible d’être enregistré, à tel point que les données personnelles sont une sorte de nouvel or noir, point de départ de nombreux fantasmes comme l’a montré l’émission de Daniel Mermet sur le Grand Méchant Internet la e-réputation2.

Lorsque Hubert Guillaud a publié son Monde de données, il estime qu’au lieu de réguler l’utilisation des données personnelles, les États ont préféré s’assurer une part du gâteau. Ça  n’est aujourd’hui plus tout-à-fait le cas: l’Union européenne discute d’un règlement sur le sujet – c’est-à-dire une « loi » européenne, qui, contrairement aux directives qui doivent être traduites dans les droits nationaux de chaque État membre, s’appliquera tel quel dans toute l’Union européenne. Ce règlement est en ce moment soumis au Parlement européen – bien naturellement, vous savez tous aujourd’hui que presque plus aucun texte européen ne peut passer sans l’accord du Parlement Le Parlement fait l’objet, comme pour tout texte de cette ampleur, d’une forte action des lobbies. Car ce texte est insuffisant pour certains – là encore, l’émission de Daniel Mermet le montre, qui estime que le texte se rend aux arguments des géants du web – ou ne va pas dans la bonne direction pour d’autres.

L’Association des Archivistes Français a lancé une pétition en ligne pour que le règlement projeté protège bien les données personnelles, mais ne prévoie pas leur destruction automatique. Je ne connais pas le texte précis  du règlement et ne le commenterai pas. Toutefois, j’aimerais rappeler quelques éléments importants aux yeux des historien.ne.s en ce qui concerne les données personnelles.

En premier lieu, nous pouvons travailler, parfois sur une base quotidienne, avec des données personnelles, papier ou numériques. Dans ma thèse, qui est une biographie, j’ai bien entendu eu accès au dossier personnel de Schacht, à Coblence. Je ne me suis pas rapproché de la famille, dans la mesure où ses archives privées concernaient des périodes (1919-1923 et 1945 et après) hors des bornes chronologiques définies pour ma thèse (1930-1950). En outre, Christopher Kopper, autre biographe de Schacht, les avait déjà exploitées3. Mais le cas de la biographie d’un homme connu de l' »opinion » n’est pas juridiquement très compliqué. Les archives consultées sont publiques depuis longtemps et ne révèlent rien sur la vie privée. Pour ce dernier élément, aller voir la famille est possible et, dans ce cas, si elle vous donne son accord (souvent avec quelques limites), la situation juridique est claire.

Là où se compliquent les choses, c’est lorsque nous écrivons sur des personnes moins connues. Depuis quelques temps maintenant, les historiens travaillent beaucoup sur des études prosopographiques – des biographies de groupes sociaux précis, permettant de voir ce qui en fait un groupe social et, avec éventuellement un traitement quantitatif, d’analyser les grandes ruptures ou continuités de ce groupe social, de son mode de vie, de sa formation, etc. L’utilisation d’archives (données) personnelles est alors strictement encadrée. Si l’historien stockent des données dans une base, il devra dans certains cas (notamment si les personnes sont encore vivantes) la déclarer à la CNIL4.

Du côté des centres d’archives, les données personnelles font l’objet, comme toutes les archives, d’une logique de sélection (ie dans certains cas, des éléments sont effacés). L’accès à ces données est réglementé, non seulement par la loi, avec des modalités d’application qui peuvent varier en fonction des centres d’archives eux-mêmes. Les données personnelles les plus protégées sont, à ma connaissances, celles qui sont issues des archives judiciaires. C’est pour cette raison que nous avons eu jusqu’à une période assez récente des archives nouvelles sur l’Affaire Dreyfus, par exemple5.

En clair, l’accès à des informations personnelles n’est pas une problématique nouvelle. Elle est même probablement aussi vieille que la science historique. Pourquoi, alors, toute cette agitation autour des données personnelles à l’ère numérique?

A l’ère numérique, les changements quantitatifs induisent le plus souvent un changement qualitatif. En termes de données personnelles, leur collecte massive ouvre des perspectives inquiétantes, parfois transformées en fantasme orwelien. Oui, si vous achetez régulièrement sur Amazon, cette entreprise sait énormément de choses sur vous. Oui, sur Facebook, des données sont collectées, de manière massive et peut-être même si vous n’avez pas de compte sur ce réseau social. Oui, Google lit votre mail, ou plutôt ses robots, afin de cibler la publicité au niveau de l’individu. Oui, si un État peu sympathique collecte des données personnelles, il pourra (peut) plus facilement se débarrasser d’opposants gênants. Oui, même sécurisée, la conservation des données personnelles présente un risque important de fuite de ces données. Mais ce que collecte ces grandes entreprises peut aussi être utile à la recherche, en témoigne les travaux de danah boyd sur les pratiques des adolescents sur les réseaux sociaux.

Il s’agit ici de trouver un équilibre entre le besoin de mémoire et le droit à l’oubli. Il me semble que dans la pétition des archivistes français, il y a une ambiguïté qui doit être levée. Si ce règlement force des entreprises privées à mieux gérer et mieux respecter ses clients en régulant l’usage des données personnelles, ce ne peut pas être un mal. Mais dans le cas des archives publiques dans un cadre démocratique, ce règlement devrait plutôt imposer des éléments de conservation, de sécurisation et d’accès à ces données plutôt que forcer à leur effacement, qui risque d’être une perte pour l’étude future du passé.

Quoi qu’il arrive, il faudrait éviter tout fantasme sur les données personnelles – et sur le big data en règle général6. Beaucoup d’entreprises collectent des données sur vous. Beaucoup n’ont aucune idée de ce qu’elles vont en faire et le paieront, car collecter et conserver des données engendre des coûts financiers (les conserver) et psychologiques (combien de fois vous êtes-vous énervé car on vous demande votre date de naissance à l’inscription d’un service web?). L’utilité des données personnelles est vraisemblablement très surévalué. Analysons la situation de manière apaisée.

  1. pour reprendre le titre de: Guillaud, Hubert. Un monde de données. Paris: publie.net, 2011. Print. Washing Machine. []
  2. Émission qui a atteint le point Godwin en quelques minutes – sur le site en quelques lignes []
  3. Kopper, Christopher. Hjalmar Schacht. Aufstieg und Fall von Hitlers mächtigstem Bankier. München: Hanser Wirtschaft, 2006. Print. []
  4. Sur les difficultés de publication d’une base de données prosopographiques, voir le passage sur l’enquête TRA dans le chapitre à paraître de Marin Dacos dans Clavert, Frédéric. Contemporary history in the digital age. Bruxelles: PIE Peter Lang, 2012. Print. ainsi que le site de l’enquête []
  5. Vous pourrez écouter l’émission d’Emmanuel Laurentin sur le sujet []
  6. Sur le Big Data, je vous renvoie à la lecture de boyd, danah, et Kate Crawford. « Critical Questions for Big Data ». Information, Communication & Society 15.5 (2012): 662‑679. Taylor and Francis+NEJM. Web. 15 janv. 2013; ainsi qu’à l’écoute de l’interview de danah boyd dans l’émission Place de la Toile. []
Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Lecture des sources historiennes à l’ère numérique

Tous les historiens développent une relation spécifique aux sources primaires. Au début des années 2000, pendant ma thèse, certains documents trouvés dans les archives m’ont plus marqués que d’autres. Par exemple, je peux citer les compte-rendu des réunions entre dignitaires nazis qui ont suivi le grand pogrom de novembre 1938 en Allemagne1. Des débats durant des heures pour définir ce qu’est un « banc public », ces bancs dont l’usage devait être interdit aux Juifs. Il est difficile de comprendre le régime nazi sans avoir eu une relation très proche avec ce type de documents, qui, souvent, donnent la nausée.

Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Mais cette proximité avec le document peut aussi être un handicap. Toujours pendant ma thèse, j’ai eu un regret. J’ai cherché à prouver que, contrairement aux propos des conservateurs alliés aux nazis, contrairement à une grande partie de l’historiographie2, l’antisémitisme a joué un grand rôle dans l’alliance entre conservateurs, nazis et militaires qui a permis la naissance du IIIe Reich en janvier 1933.

J’ai donc utilisé dans ma thèse un discours, tenu en 1933 par Hjalmar Schacht, qui n’a pas été commandé ni visé par le ministère de la propagande3. Prononcé devant une associations féminine (mais pas féministe…) où sa femme est impliquée, ce discours trace une lignée directe entre Martin Luther, fondateur de la Réformation protestante au XVIe siècle et grande figure allemande, et (le catholique et autrichien) Adolf Hitler. Cette lignée est tracée, non par le biais de l’économie ou des finances (ou plutôt l’économie y est un prétexte), mais via les deux ouvrages antisémites de Luther4.

Si, à l’époque, j’avais connu les techniques de l’informatique appliquée à la linguistique, j’aurais pu élargir mon argumentaire à un plus large corpus, presque intégral d’ailleurs, des discours de Schacht et comparer le champ sémantique utilisé dans les discours contrôlés par les services de Goebbels et ceux qui ne l’étaient pas, pour voir, plus précisément, dans quelle mesure (et si) l’antisémitisme a été l’un des éléments d’un socle idéologique commun entre conservateurs et tout ou partie des nazis et pour mieux comprendre l’évolution du discours antisémite des conservateurs au fur et à mesure qu’évolue le régime nazi, au fur et à mesure, également, de leur éviction du pouvoir.

Cette expérience, croisée avec mes recherches plus récentes sur l’histoire à l’ère numérique et notamment – mais pas uniquement – la lecture de Franco Moretti5 et mes interrogations sur la manière dont les historiens de l’intégration européenne devront traiter l’afflux très probablement massif d’archives numériques dans les années à venir, m’a fait me demander si, avec la fouille, l’analyse et la visualisation des données, on peut parler de lecture computationnelle des sources de l’historien? Cette lecture computationnelle vient compléter la lecture humaine que fait l’historien de ses sources primaires. Elle comprend non seulement la lecture elle-même, mais aussi son analyse, c’est-à-dire l’interprétation des sources.

Cette amorce de réflexion ainsi qu’une discussion sur une première (et assez mauvaise) version de ce billet6 m’a poussé à préciser cette interrogation. Il me semble que nous pouvons aujourd’hui compter sur deux échelles de lecture des sources historiennes: d’une part une échelle close reading / distant reading et d’autre part une échelle lecture humaine / lecture computationnelle. La clé de la lecture et de l’interprétation des sources de l’histoire à l’ère numérique est dans les allers-retours constants entre close reading et distant reading et entre appréhension humaine et appréhension computationnelle de nos sources primaires.

Un premier axe de lecture: close reading / distant reading

Si je reprends les deux exemples d’expérience des archives décrits ci-dessus, le premier cas implique une forte proximité avec les archives, mais le second cas montre qu’il est parfois nécessaire d’avoir une relation plus distante aux sources primaires. Cette distanciation permet à l’historien non seulement de voir apparaître des éléments qu’une lecture trop proche ne lui aurait pas permis de voir, mais également de resituer le document dans un ensemble plus large et interconnectés de documents. En effet, une archive seule, en tout cas en histoire contemporaine, n’est pas toujours très significative. Nous essayons autant d’interpréter un document qu’un ensemble de documents. Nous devons également prêter attention à la manière dont les archivistes ont classé les sources primaires7. Pourquoi trouvons-nous tel brouillon de discours dans telle série d’archives plutôt que dans telle autre? Cette question est parfois aussi importante que le contenu d’un document – ou que l’absence d’un document.

Par exemple, il existe dans les archives de la chancellerie du Reich un échange de lettres entre le ministre chinois des Finances Kung et Hjalmar Schacht, alors ministre sans portefeuille et président (affaibli) de la Reichsbank. Elles ne sont pas dans les archives de la Reichsbank, mais bien à la Chancellerie, ce qui montre qu’elles ont été vues par les services d’Hitler – et notamment le secrétaire général de la Chancellerie, Lammers. Or les relations entre Kung et Schacht remontent à 1933. Pourquoi seul cet échange de lettres est-il disponible dans la série R43 (la chancellerie)8?

Pour répondre à cette question, il faut avoir une vision globale, non seulement des documents consultés, mais des relations extérieures du IIIe Reich. L’Allemagne était traditionnellement un soutien de la Chine contre le Japon, mais également contre des Puissances occidentales (le Royaume Uni, la France et les États-Unis). Or, à partir de 1936, par proximité idéologique et stratégique avec le Japon, le IIIe Reich opère un revirement fondamental par un rapprochement avec ce dernier qui, dans les années 1930, passe progressivement la Chine sous sa coupe. Mais cela n’a pas empêché des livraisons d’armes allemandes au Guomindang et de nombreuses missions (aux objectifs plus ou moins clairs) auprès de Tchang Kaï-chek. L’échange de lettres se trouve à la chancellerie car, fin 1937, le revirement diplomatique allemand est quasiment achevé: il ne s’agit plus de livrer des armes aux Chinois9.

Il y a une seconde raison à la présence de ces documents à la chancellerie plutôt qu’à la Reichsbank, qui, cette fois, est intérieure. Hjalmar Schacht, en 1937, est sur la sellette. Il a perdu le ministère de l’Économie au profit de Walter Funk, un ancien journaliste économique travaillant alors au ministère de la propagande, qui fait plus ou moins office de marionnette de Göring qui dirige le plan de 4 ans. Schacht n’a plus de marge de manœuvre en politique extérieure et ses espoirs de se reposer sur son influence extérieure (notamment pendant la mission van Zeeland10) pour maintenir son pouvoir s’évanouissent, à l’image des quelques conservateurs restant dans les instances étatiques allemandes.

Parfois, il faut aussi prendre un peu de distance par rapport au document et considérer une période toute entière pour comprendre un processus.

Ainsi, entre juin 1941 – le déclenchement de l’opération Barbarossa – et la conférence de Wannsee en janvier 1942 – où la Solution finale est explicitement exposée à un cercle plus large de dignitaires nazis -, dispose-t-on de peu de documents sur cette phase particulièrement importante du déclenchement de la Shoah11. Seul le fait de considérer l’ensemble des documents permet à l’historien de comprendre le processus décisionnel qui a mené au génocide. Ici, il faut qu’il y ait une certaine distanciation vis-à-vis des documents considérés individuellement pour les comprendre globalement.

Mais cette lecture distanciée des sources primaires, non sans certains risques, peut aller plus loin, notamment par une lecture assistée par ordinateur. C’est cette dernière qui, notamment, permet de replacer des documents dans un ensemble nettement plus vaste afin de faire ressortir des éléments qui ne sont pas visibles par une lecture humaine d’un ensemble assez restreint de sources primaires. C’est l’intérêt du second axe de la lecture des sources primaires à l’aire numérique, second axe qui potentialise le premier.

Un second axe de lecture: lecture humaine / lecture computationnelle

Avec l’émergence des nouvelles technologies, nous pouvons aujourd’hui nous reposer sur des techniques de plus en plus éprouvées permettant de faire ressortir des documents des éléments que nous n’avions pas vu par une lecture classique, humaine, ou de confirmer ce que la lecture humaine avait relevé. Ces techniques peuvent s’appliquer à des documents individuels ou à des corpus de documents, dont l’étendue peut varier de quelques centaines à beaucoup plus12.

Prenons un exemple: Lauren F. Klein, à la conférence Digital Humanities 2012 à Hambourg, a montré comment elle pouvait avancer sur l’histoire de l’esclavage aux États-Unis par une analyse de réseau et des techniques de visualisation13. La problématique est la suivante: Jefferson, comme beaucoup d’autres bourgeois états-uniens de son époque, n’évoque ses esclaves que par leurs prénoms. Grâce aux méthodologies numériques et en utilisant l’édition numérique des papiers de Thomas Jefferson, elle a pu compenser cette absence. Ici, une lecture distante des archives via une appréhension computationnelle de ces documents alternant avec une lecture humaine (car elle a dû vérifier un grand nombre de données) permet de parler des esclaves malgré l’absence de leur nom de famille.

Cette articulation entre lecture humaine et lecture computationnelle n’est pas nouvelle. Elle a déjà existé dans le domaine de l’histoire économique quantitative.

Franco Moretti commence, dès son premier article sur les « graphs », par une référence à l’école des Annales et la manière dont elle exploitait des données quantitatives pour l’écriture de l’histoire économique. Il suggère, un demi-siècle plus tard, de l’importer dans l’histoire de la littérature. Son argument mérite que l’on s’y arrête: l’histoire de la littérature se concentre sur quelques dizaines / centaines d’auteurs et un corpus de livres de, là aussi, quelques centaines d’ouvrages. Mais le nombre d’auteurs et d’ouvrages publiés, depuis le XVIIIe, est bien plus important. L’histoire de la littérature telle qu’elle est pratiquée est ainsi particulièrement incomplète, selon Moretti. Sa solution est d’importer les techniques de l’histoire économique quantitative (graphs), de la géographie (maps) et des sciences de l’évolution (trees).14. Toutefois, Moretti ne se limite pas à la lecture distanciée et computationnelle. Il souhaite une démarche bien plus pragmatique, centrée, finalement, sur les besoins du chercheur.

Cette approche quantitative a été critiquée dès les années 1970 – soit bien avant Moretti. Paul Veyne insiste sur le particularisme et s’oppose aux simplismes des concepts. Michel de Certeau dénonce une forme d’illusion réaliste de la prétention des historiens à faire de l’histoire. Le mouvement italien de la micro-histoire, partant de l’individu pour étudier l’ensemble de la société qui l’entoure, a aussi contesté cette approche quantitative de l’histoire. Certains hérauts de l’histoire quantitative eux-mêmes se tournent vers une histoire plus locale, comme Emmanuel Leroy-Ladurie.

Toutefois, l’ère numérique – où nous sommes plongés pleinement et entièrement désormais15 – change à nouveau la donne. Par la numérisation des archives nées sur papier (ou film, ou …), par la multiplication des archives nées numériques (sur support comme des disquettes, cd-roms, etc. mais aussi -et surtout- sur le web), est remise pour partie au goût du jour l’utilisation des méthodologies quantitatives. Mais pas uniquement: les données, ce n’est pas que du quantitatif et apparaissent des méthodes pour faire ressortir des éléments quantitatifs d’un corpus numérique regroupant une très grande masse de documents / de données.

La thèse que je défends est qu’il faut créer un chemin permettant d’articuler une lecture humaine des sources primaires – en clair, le séjour classique en centre d’archives et la critique interne et externe des documents que l’on y trouve – avec une lecture computationnelle. Cette dernière est une lecture assistée par ordinateur, permettant, par le biais d’un ordinateur (personnel ou non, partie d’une infrastructure plus vaste ou non, et l’ensemble des logiciels que l’on utilise), l’appréhension – y compris l’interprétation – de masses d’archives non exploitable par simple lecture humaine. On parle ici de sources numérisées et nées numériques. Notons, que la lecture computationnelle permet aussi d’avoir une lecture plus proche, parfois, des archives et de documents uniques.

Comment entretenir une relation humaine aux archives tout en étant capable de la dépasser? Comment exploiter des données numérisées, impersonnelles d’une certaine manière, sans tomber dans les biais dans lesquels l’histoire quantitative est parfois tombée?

Le seul moyen est d’être capable de pratiquer une double lecture, en parallèle, des archives, du moins lorsqu’elles sont disponibles en version numérique. Garder cette relation de proximité avec les sources avec une lecture humaine, proche, qui nous permet de garder le contact avec des acteurs et leur environnement. Savoir à la fois améliorer la lecture proche et prendre de la distance par la lecture computationelle. Prendre de la distance, c’est pouvoir aussi comprendre les interactions entre les différentes sources, se dégager de la source unique, « sensationnelle », pour voir le global16.

  1. La Reichskristallnacht / La Nuit de Cristal. []
  2. Vous pouvez consulter l’échange tendu entre Hans Mommsen et Peter Hoffmann en 2006 sur l’édition par Hans Mommsen et Sabine Gillmann des papiers de Goerdeler: la critique de l’édition par Hoffmann du 25 mai 2006, la réponse de Mommsen du 19 juin 2006 et la réponse de Hoffmann le 5 juillet 2006. Le débat tourne notamment autour du fait que Mommsen voit Goerdeler comme un antisémite par dissimilation – étant favorable à une séparation des Juifs du corps national pour faire un résumé rapide – tandis que Peter Hoffmann insiste surtout sur le fait que c’était l' »air du temps » et qu’il est difficile de juger quelqu’un sans prendre en compte cet air du temps. Gillmann, Sabine, et Hans Mommsen. Politische Schriften und Briefe Carl Friedrich Goerdelers. KG Saur, 2003. Print. []
  3. BArch Deustsche Reichsbank R2501/6985, s. 176-197 – « Luther Als Deutscher », Rede vom Dr. Schacht []
  4. Notamment Des Juifs et de leurs mensonges []
  5. Moretti, Franco. Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History. Verso, 2007. Print. Ce livre développe les idées développées dans trois articles de la New Left Review: Moretti, Franco. « Graphs, Maps, Trees – 1 ». New Left Review 24 (2003); « Graphs, Maps, Trees – 2 ». New Left Review 26 (2004); « Graphs, Maps, Trees – 3 ». New Left Review 28 (2004) – et pour ceux qui se poseraient la question: Franco Moretti est professeur à Stanford, spécialiste de l’histoire du roman, issu de l’école marxiste et c’est bien le frère du réalisateur. []
  6. Merci à Louis Clerc, Sébastien Barret et Claire Clivaz pour leurs remarques – toutefois, tous les défauts de ce billet reste de ma responsabilité propre []
  7. Je précise que j’ai d’abord l’expérience d’archives d’État []
  8. BArch Rechskanzlei R43/II/1428c – p. 70 []
  9. Notons que dans ces lettres de 1937, Kung se plaint de la qualité des armes qui lui sont livrées. []
  10. Clavert, Frédéric. « La mission van Zeeland, une tentative de clearing multilatéral ». L’Europe au coeur. Livre offert à Marie-Thérèse Bitsch. Éd. par Birte Wassenberg et Martial Libera. Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: PIE – Peter Lang, 2009. Print. []
  11. Voir le débat entre Édouard Husson et Florent Brayard, discussion qui a mené à des considérations intéressantes sur le document historique: Brayard, Florent. « Shoah : l’intuition et la preuve. Retour sur le processus décisionnel. » La vie des idées 12 févr. 2009. Web. 30 oct. 2012; Husson, Edouard. « Comprendre les origines de la Shoah. Réponse à Florent Brayard. » La vie des Idées 26 févr. 2009. Web. 30 oct. 2012. []
  12. Parmi les « corpus » qui peuvent comprendre une masse très importante de documents pourront à terme – ou peut-être même déjà maintenant – les sites web. Ainsi, le site de l’organisation Internet Archive promet l’accès à 80 terabytes de données pour la recherche: Internet Archive. « 80 Terabytes of Archived Web Crawl Data Available for Research ». Internet Archive blogs 26 oct. 2012. Web. 9 nov. 2012. []
  13. Klein, Lauren Frederica. « Social Network Analysis and Visualization in ‘The Papers of Thomas Jefferson’ ». Digital Humanities 2012. 2012. Web. 24 juill. 2012. []
  14. Les Annales ne sont pas les seules à avoir investigué l’utilisation des techniques quantitatives en histoire. La New economic history aux Etats-Unis l’a aussi fait, à peu près à la même période. Dans la partie plus historiographique, Peter Haber le rappelle et décrit ces deux écoles comme ancêtres de la digital history. Haber, Peter. Digital Past. Geschichtswissenschaften im digitalen Zeitalter. München: Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2011. Print. []
  15. Voir l’argumentation de Claire Clivaz dans Clivaz, Claire et al., éd. Lire demain. Presses polytechniques et Universitaires romandes, 2012. Actes de congrès. []
  16. Je vous conseille d’écouter l’intervention de Stéfan Sinclair (McGuill) à l’Université de Quebec à Montréal: Sinclair, Stéfan. « Distant reading ». Observatoire de l’imaginaire contemporain. 24 janv. 2012. Web. 14 nov. 2012. []