Archives par étiquette : histoire contemporaine

Contemporary history in the digital age / L’histoire conteporaine à l’ère numérique

"Contemporary history in the digital age" / "L'histoire contemporaine à l'ère numérique" - Couverture.

« Contemporary history in the digital age » / « L’histoire contemporaine à l’ère numérique » – Couverture.

En 2009 s’est tenu au Luxembourg une conférence que j’ai organisée pour le CVCE sur le sujet « l’histoire contemporaine à l’ère digitale ». Après beaucoup d’efforts et surtout de retard, les actes, co-dirigés avec Serge Noiret (Institut Universitaire européen de Florence) sont enfin disponibles (en version papier et bientôt eBook).

Résumé

Depuis plusieurs décennies, les usages du numérique en histoire se multiplient. Mais l’histoire contemporaine est parfois restée à la marge de ce mouvement. Ce livre, qui recouvre divers usages du numérique, ses outils, ses méthodes, sera à la fois une bonne introduction pour les historiens désirant se renseigner sur les usages informatiques en histoire contemporaine, et un outil utile aux chercheurs et aux enseignants plus rompus à cette utilisation. Cet ouvrage leur permettra de comparer leurs pratiques et de les approfondir dans le cadre des humanités numériques.

Digital practices in the field of history have become more and more widespread in recent decades, but contemporary historians have often tended to remain on the sidelines of this trend. This book, which covers a wide range of digital practices, tools and methods, will serve both as a solid grounding for historians keen to learn how information technology can be applied to contemporary history, and as a useful tool for researchers and lecturers who already have a degree of experience in this area. It will enable scholars to compare and further their practices in the area of digital humanities, providing a comprehensive vision of the emerging field of digital history.

Table des matières

  • Marianne Backes et René Leboutte: Avant-Propos
  • Frédéric Clavert et Serge Noiret: Introduction
  • Marin Dacos: Cyberclio. Vers une Cyberinfrastructure au coeur de la discipline historique
  • Gino Roncaglia: Web 2.0 and the Future of Research. New Tools for Research Networks
  • Andreas Bagias: Organisation et exploitation des archives du Parlement européen dans un environnement électronique
  • Annick Batard: La presse écrite généraliste française sous l’emprise du Web. Une ressource de l’histoire culturelle contemporaine ?
  • Éva Deák: Study, Store and Share Unpublished Primary Sources. The Example of the Parallel Archive
  • Aurore François: Capitaliser les ressources sur l’histoire socio-politique de la justice belge (1795-2005). Le portail just-his.be
  • Stefan Halikowski-Smith: How Are European National Libraries Responding to «Big Digitization»?
  • Genaro Vilanova Miranda de Oliveira: Heterographies in Historiography. The Web and Perspectives on Historical Writing
  • Patrick Peccatte: Une plate-forme collaborative pour la redocumentarisation d’un fonds photographique historique
  • Serge Noiret: Digital History 2.0
  • Tsuriel Rashi/Isaac Hershkovitz: The Media Memory Agenda and the Struggle against Holocaust Deniers
  • Gerben Zaagsma: Using Digital Sources in Historical Research. Jewish History on the Internet
    Olivier Le Deuff: Nouveaux outils et science. L’archéologie pour faire « sens »
  • Tito Menzani: When the Web is Useful for Scientific Output. The Case of Italian Historiography on the Cooperative Movement
  • Alain Michel/Shadia Kilouchi: Renault-Billancourt’ C5 Workshop in the Digital Age. A New Story of the 1922 Assembly Line
  • Philippe Rygiel: La diffusion des produits de la recherche historique à l’ère du Web 2.0. Une étude de cas
  • David Bodenhamer: The Spatialization of History. A New Web Paradigm
  • Marie-Pierre Besnard: Renouveler l’expérience muséale à l’heure du Web. Le e-musée
  • Milagros Garcia Perez/Cristina Blanco Sio-Lopez: Interacting Localities. The Case of the «Biblioteca Municipal de Estudios Locales de La Coruñ» (BMEL) and its Prospects on collaborative Online Library Systems for the Study of Contemporary History
  • Richard Hacken: Online Primary Documentation of Contemporary History. Trends, Changes and Consequences in the New Millennium
  • Élodie Nowinski: «Last Nite Deezer saved my class». Écrire et enseigner l’histoire du rock
  • Enrica Salvatori: Listening to, Watching, Living and, Ultimately, Learning History. On and off the Web.
  • Frédéric Clavert – Conclusion

La suite des conférences DHLU

Cet ouvrage est issu du premier colloque Digital Humanities Luxembourg (DHLU). Il a été suivi d’un second (« Websites as sources » – 2012, associé à THATCamp Luxembourg/Trêves). Un troisième sera organisé par mes anciens collègues du CVCE et de l’Université du Luxembourg en décembre prochain.

 

Les Digital Humanities, une question de survie pour l’histoire contemporaine? – Pensées éparses (4)

Claire Clivaz, assistante professeur à Lausanne en théologie protestante, adepte des Humanités numériques, vient de publier un billet où elle s’interroge sur la « grande question de recherche » posée par les Humanités numériques1.

Je ne me permettrais pas de répondre pour toutes les sciences humaines et sociales, ni ne donnerai de réponse globale. Je me cantonnerai à mon petit domaine, l’histoire, voire uniquement l’histoire contemporaine.

En termes d’historiographie, le XXe siècle est celui de l’extension du domaine de l’histoire. S’opposant à l’ecole méthodique de Seignobos et Langlois, qui ne se fondaient pour l’essentiel que sur des sources manuscrites et ne traitaient quasiment que d’histoire politique, l’École des Annales sort du carcan chronologique au-jour-le-jour pour inventer la notion de temps long, élargit les thèmes traités et, surtout, élargit les sources de l’histoire. Cette extension du domaine de l’histoire n’est pas le seul fait de l’École des Annales. En restant toujours en France, la sortie de l’Introduction à l’histoire des relations internationales2 marque le saut de l’histoire diplomatique, cette savante description des combinaisons élaborées des diplomates, à une histoire des relations internationales ancrée dans des phénomènes plus profonds3.

Le point important, ici, est l’élargissement des sources de l’histoire. C’est ce point qui fait que l’on dispose d’une histoire du climat4, par exemple, dont l’écriture aurait été inimaginable à la fin du XIXe siècle. De mon point de vue, nous sommes ici face à une continuation de ce mouvement, grâce au numérique, dans deux directions différentes.

  • Le numérique devrait nous permettre de réinterpréter des sources existantes, et, parfois, largement connues,
  • Nous devrons utiliser l’outil informatique pour faire face à l’afflux de documents numériques.

Sur le premier point, je vous laisse lire un article de Lauren Klein5 qui montre comment, avec une analyse de réseau et des outils de visualisation, on peut faire l’histoire de ceux qui ne sont pas désignés par leur nom dans les archives.

Sur le second point, rappelons que toute une frange de l’histoire numérique s’intéresse aux périodes les plus récentes de notre histoire. Sans parler d’histoire immédiate, de grands chantiers historiographiques s’ouvrent en même temps que les centres d’archives mettent des sources primaires à disposition au fil de la règle des trente ans.

Or le web, le courrier électronique et de nombreux autres supports numériques s’imposent progressivement au sein des administrations, des entreprises, des associations, des particuliers… au fil des années 1990. À partir de 2020, et même si les archivistes élaborent des stratégies de conservations (c’est-à-dire qu’ils ne gardent pas tout), nous aurons de plus en plus6 à traiter, à côté de nos bonnes vieilles liasses de papier, des documents numériques.

Or nous ne sommes pas armés, pour le moment, pour y faire face. Rares sont ceux qui commencent à élaborer une méthodologique critique des documents numériques7. Encore plus rares sont ceux qui pensent à la manière dont nous interrogerons des archives numériques massives8. Nous pouvons nous préparer, en adoptant des technologies émergentes, décrites ça et là9. Mais cela suppose un fort effort de formation des étudiants, ce qui nous fait retomber sur une autre discussion.

Il y a déjà eu des historiographies, qui, pendant quelques années, se taisent, temporairement étouffées par un afflux important d’archives nouvelles. Ainsi, de la biographie d’Hitler par J. Fest en 197410 à celle de Marlis Steinert en 199111, de nombreux ouvrages sur Hitler ont été publiés. Entre Steinert et Kershaw huit ans plus tard12, il y a, par contre, un vide certain. Pourquoi? En raison de la chute du Mur de Berlin, qui a permis aux historiens d’aller dans les archives des pays de l’Est de l’Europe. Mais il leur a fallu plusieurs années pour les assimiler.

Si nous ne sommes pas collectivement prêts à utiliser des sources primaires numériques d’ici une dizaine d’années, le risque est que l’histoire contemporaine, sur certains sujets, reste muette pendant une longue période, car coupée de sa matière première. Pour ces domaines de l’histoire contemporaine, les Digital Humanities et leurs méthodes me semblent être une question de survie.

  1. Claire parle d’Humanités digitales, expression que je n’aime pas trop, mais peut-être, à lire son billet, devrais-je changer d’avis []
  2. Renouvin, Pierre, et Jean-Baptiste Duroselle. Introduction à l’histoire des relations internationales. Armand Colin, 1964. Print. []
  3. Cette évolution est opérée en partie en opposition aux Annales: Duroselle, Jean-Baptiste. Si l’historien n’interprète pas, il ne fait pas son métier. 20 sept. 1994. Le Monde. – payant []
  4. Ladurie, Emmanuel Le Roy. Histoire du climat depuis l’an mil. Flammarion, 1993. Print. []
  5. Klein, Lauren Frederica. « Social Network Analysis and Visualization in ‘The Papers of Thomas Jefferson’ ». Digital Humanities 2012. 2012. Web. 24 juill. 2012. []
  6. Si elles ont été correctement conservés, ce qui est un autre débat []
  7. Il y a bien sûr des exceptions: voir l’article de Serge Noiret dans: Philippe Rygiel, et Serge Noiret. Les historiens, leurs revues et Internet : France, Espagne, Italie. Publibook. Paris, 2005. Print. []
  8. Nous conseillons la lecture du blog, tenu de 2005 à 2008, par William J. Turkel Digital history hacks []
  9. Cohen, D. et al. « Data Mining with Criminal Intent ». (2011): n. pag. Print. []
  10. Fest, Joachim C. Hitler. New York: Harcourt Brace Jovanovich, 1974. Print. []
  11. Steinert, Marlis. Hitler. Fayard, 1991. Print. []
  12. Kershaw, Ian. Hitler Tome 1: 1889-1936 Hubris. W. W. Norton & Company, 1999; puis Kershaw, Ian. Hitler Tome 2: 1936-1945 Nemesis. W. W. Norton & Company, 2001. []

Le code et l’historien contemporanéiste – pensées éparses

Je ne code pas. Ou peu. Si jamais on peut considérer qu’écrire un peu de HTML avec une goutte de PHP pas toujours bien maîtrisé signifie que l’on « code ». Pourtant, en tant qu’historien comme en tant que citoyen, je souhaiterais apprendre – je n’ai malheureusement jusqu’ici jamais trouvé le temps.

Pourquoi serait-il utile pour moi, historien, de me lancer dans un apprentissage nouveau, quasiment une nouvelle langue vivante à apprendre? Comme contemporanéiste, je travaille sur un thème – les banquiers centraux – qui requiert de prendre en compte l’ensemble du XXe siècle et quelques années du XXIe. Pour les années les plus récentes, j’ai une source formidable: le web. Mais comment exploiter cette source qui, à l’échelle d’un historien, est potentiellement infinie? Comment appréhender une abondance de sources1 telle qu’il n’est pas possible humainement de la lire intégralement comme j’ai pu lire quelques centaines de boîtes d’archives pour ma thèse?

En programmant. En codant.

Cette question de l’historien-informaticien n’est pas nouvelle. La plus célèbre phrase des humanités numériques françaises l’évoque: « L’historien de demain sera programmeur ou ne sera plus »2. En fait, en France, les premières études utilisant des ordinateurs – on parle alors de mécanographie – datent de la fin des années 1950. Les Annales publient un premier article en 19593, puis un second en 19604. En clair, les historiens français – même s’ils ne sont pas les premiers en la matière5 – ont très rapidement utilisé les premiers supercalculateurs arrivés dans l’hexagone. Dans le cas des bâtiments assyriens en Cappadoce, ce sont ceux de la Communauté Européenne de l’Énergie Atomique – CEEA ou Euratom, l’autre Communauté créée par les traités de Rome de 19576. En effet, Euratom, au contraire de la CEE, est, avec le retour du général De Gaulle au pouvoir, très vite vidé de sa substance. Ses supercalculateurs peuvent ainsi être loués.

L’historien qui utilise un ordinateur est alors confronté à des conditions matérielles qui n’ont rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd’hui7. Les ordinateurs occupent l’équivalent d’une salle. Il n’existe pas d’interface graphique et l’ordinateur est utilisé grâce à des cartes perforées. Une erreur dans ces cartes peut remettre en cause l’ensemble du traitement « mécanographique ». Et la location de l’ordinateur coûte cher.

Ce que n’a probablement pas prévu Emmanuel Le Roy Ladurie, c’est le développement de l’ordinateur individuel, particulièrement à partir de 1984 – date de la sortie du premier Macintosh et début de l’expansion des interfaces graphiques telles que nous les connaissons aujourd’hui. D’une certaine manière, ces ordinateurs personnels – chers au début, mais dont le prix à décru de manière impressionnante en 25 ans – me semblent avoir à la fois popularisé l’usage des ordinateurs mais retardé la prophétie d’Emmanuel Le Roy Ladurie8.

En effet, l’utilisation des traitements de texte, tableurs, etc – ces logiciels basiques que nous connaissons relativement bien aujourd’hui – s’est répandue grâce à cette nouvelle génération d’ordinateurs à interface graphique, le Macintosh d’Apple étant assez vite suivi par le logiciel Windows de Microsoft. Certains ont vite saisi en quoi l’utilisation de l’ordinateur transformait, même par l’utilisation d’un traitement de texte simple, l’écriture9. Mais cette expansion de l’ordinateur individuel a aussi retardé le recours au développement, au code lui-même, à la programmation. Parce que ces interfaces graphiques en réduisait, dans un premier temps et pour certains types d’usages, l’utilité.

Pour certains types d’usage, mais pas pour tous. Ainsi, dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales qui ont besoin de manipuler les textes, d’en faire ressortir tous les aspects, de les presser comme des citrons pour en tirer le plus d’informations possible, le recours à l’informatique s’est fortement développé. Ce n’est pas pour rien que la Text Encoding Initiative a été fondée en 1987. S’appelant Humanities computing d’abord, puis Digital Humanities ensuite, s’étendant à de plus en plus de disciplines, le mouvement – la transdiscipline? – associant les sciences humaines (et sociales) et l’informatique et le numérique se développe progressivement. Les associations nord-américaines majeures sont créées dans les années 1970 et la grande série des conférences Digital Humanities commence en 1989.

Mais ce courant est resté somme toute – jusque récemment – relativement en marge. Dans les sciences historiques en France, Jean-Pierre Genet parle d’urgence pour la formation informatique des historiens dans les années 199010.

En histoire contemporaine, il n’y avait pas besoin – sauf peut-être les historiens économistes – d’usage très intensif de l’informatique. C’est très pratique lorsque – ce qui fut le cas pour ma thèse – vous travaillez, par exemple, sur l’entre-deux-guerres. Vous avez juste assez d’archives. Pas trop, donc pas besoin de traitement informatique. Mais suffisamment pour pouvoir écrire une thèse substantielle.

Mais cette situation va évoluer. Les « XXièmistes » avancent dans leurs recherches au fur et à mesure de l’ouverture des archives. La fameuse loi des trente ans. Nous dépouillons donc, actuellement, en France, les archives qui touchent la fin des années 1970 et le début des années 1980. Or, internet, le web, ne sont plus, pour leurs débuts, si lointains. Dès que nous aborderons les années 1990, nous devrons faire face à un afflux croissant suivant une courbe – dans un premier temps – exponentielle d’archives numériques, comme le fait si bien remarquer Dan Cohen11. Dans le domaine de l’histoire de l’intégration européenne, ne faudra-t-il pas prendre en compte les milliers – probablement les millions – de courriers électroniques vraisemblablement échangés pour la préparation de l’élargissement de l’Union européenne à dix nouveaux pays membres en 2004?

Pour l’exploitation de ces archives, nous devrons apprendre à coder, pour mettre au point les outils informatiques permettant d’exploiter ces archives numériques, trop nombreuses pour faire l’objet d’un traitement strictement humain – et si toutefois ces archives numériques sont conservées. Nous devons apprendre à coder dès maintenant si nous voulons nous préparer à temps. La citation de Le Roy Ladurie n’a jamais été aussi actuelle.

Bien sûr, il est hors de question de laisser l’historien seul face à son ordinateur. Comme nous l’avons dit pour les conclusions de THATCamp Paris, le chercheur ne peut survivre seul dans un environnement numérique – c’est du moins ce qu’il me semble. Nous devrons donc travailler avec des techniciens, avec des corps de métiers qui disposent de savoir-faire que nous n’avons pas. Mais savoir développer des programmes informatiques permet de dialoguer et de travailler avec ces corps de métiers, dialogue qui sera indispensable pour poursuivre nos recherches12.

En clair, étant donné la profusion d’information dont nous disposons via le web notamment, le code deviendra la clé de la liberté de trouver et d’exploiter l’information – ces sources qui nous sont si chères.

Comme le disait, donc, Jean-Philippe Genet dans les années 1990, la formation informatique des historiens en France et ailleurs reste une urgence. En fait, une question de survie de la discipline, toutefois de cette partie de la discipline qui s’intéresse à notre histoire la plus récente.

Apprendre à coder est l’un de mes objectifs à venir. J’espère ne pas être le seul.

EDIT: Daniel Letouzey a publié quelques pistes pour compléter mon billet. Et bien sûr, il y a la réponse de La Boîte à outils des historiens.

  1. Sur la notion d’abondance et l’historien: Rosenzweig, Roy. « Scarcity or Abundance? Preserving the Past in a Digital Era ». The American Historical Review 108.3 (2003): 735‑762. CrossRef. Web. 28 avr. 2010. []
  2. Emmanuel Le Roy Ladurie. Le territoire de l’historien. Gallimard, 1973. Print. []
  3. François Furet, et Adeline Daumard. « Méthodes de l’Histoire sociale: les Archives notariales et la Mécanographie ». Annales ESC 14.4 (1959): 676‑693. Print. []
  4. Paul Garelli, et Jean-Claude Gardin. « Étude par ordinateurs des établissements assyriens en Cappadoce ». Annales ESC 16.5 (1961): 837‑876. Print. []
  5. cf. la notice biographique du Père Roberto Busa sur Wikipedia []
  6. Voir La création de la CEE et de l’Euratom []
  7. Nous nous fondons ici sur une intervention entendue il y a fort longtemps et espérons ne pas trahir les propos à l’époque tenus par l’auteur: Éric Castex, “Présentation du rapport entre l’informatique et les historiens au cours des dernières décennies”, Introduction des Journées Doctorales de Paris I, Des outils informatiques dans la Recherche, décembre 1999. []
  8. Je suis ici dans le pur domaine spéculatif – mes propos sont fondés sur des impressions et non sur une étude solide []
  9. Relisez le Pendule de Foucault d’Umberto Eco []
  10. Genet, Jean-Philippe. « La formation informatique des historiens en France: une urgence ». Mémoire vive 9 (1993): n. pag. Print. []
  11. Daniel Cohen. « History and the Second Decade of the Web ». Rethining History 8.2 (2004): 293‑301. Print. []
  12. Vous pouvez consulter les écrits de William J. Turkel sur le sujet de l’historien-programmeur: Turkel, William J., et Alan MacEachern. The Programming historian. 1re éd. NiCHE: Network in Canadian History & Environment, 2007. Web. 15 sept. 2008. []