Archives par étiquette : Histoire de l’intégration européenne

Cinq ans et quelques mois

Lundi prochain, le 8 juillet 2013, je rejoindrai officiellement le LabEx Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe (EHNE) en tant qu’ingénieur de recherche. Parmi les projets particulièrement motivants de ce LabEx figure la mise en place d’une encyclopédie en ligne sur l’histoire de l’Europe. Mon rôle sera de concevoir le système de gestion de cette encyclopédie. Un rôle technique et de communication mais, qui, selon moi, nécessite des qualités de chercheur pour le remplir à plein. Car ce l’intérêt de ce LabEx réside d’abord dans son projet scientifique: réunir deux historiographies, celle de l’histoire de l’Europe en général et celle de l’histoire de l’intégration européenne, afin de pouvoir participer aux grands débats de notre temps. Pour moi, alors que notre discipline est souvent prétexte à conservatisme, la science historique est d’abord une interrogation sur notre temps, notre présent, parfois notre futur.

En conséquence, je ne travaille plus au Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE, Luxembourg). J’ai rejoins le CVCE il y a cinq ans et quelques mois. J’avais très certainement des prédispositions aux Humanités numériques1, mais j’en ignorais tout. Recruté pour mener des interviews d’acteurs et témoins français de la construction européenne, je me suis vite tourné vers les Humanités numériques avec la chance de pouvoir assister aux conférences Digital Humanities 2008  (Oulu), 2009 (Maryland) et 2012 (Hambourg) ainsi qu’un mémorable et très intéressant premier THATCamp, à la maison mère des THATCamp, le Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason2.

L’opportunité d’organiser un colloque sur l’histoire contemporaine à l’ère numérique (dont les actes seront bientôt disponibles) puis sur le web comme source pour l’histoire, ainsi que la participation à l’organisation de plusieurs THATCamp (Paris, Florence, Luxembourg/Tèves), m’ont appris énormément, que ce soit sur l’organisation d’un colloque, sur la forme qu’ils peuvent prendre pour les rendre dynamiques ou, surtout, sur le contenu. Ces cinq ans d’Humanités numériques ont aussi été l’occasion de nombreuses rencontres, réellement interdisciplinaires, que ce soit en philologie allemande, en langues et littératures anciennes, en théologie, en sciences de l’information, en littérature anglaise, en biologie (oui!), dans le monde de l’édition ou dans des domaines de l’histoire qui ne sont pas (tout-à-fait) les miens3. J’ai tissé des liens avec des techniciens, que je rejoins aujourd’hui, avec enthousiasme: je ne suis qu’un historien, et c’est aussi pour ça que je suis un technicien. Cette réelle interdisciplinarité est une marque des Humanités numériques, déjà rappelée dans le Manifeste que nous avons collectivement écrit en 2010.

Je n’ai pour autant pas abandonné l’histoire économique, qui m’a aussi permis de belles rencontres, ni l’histoire des relations internationales et l’histoire de l’intégration européenne, les trois historiographies qui ont le plus imprégné mes études et mes travaux.

Cette expérience, cette spécialisation vers le numérique, ces rencontres4 ont fait évoluer de manière majeure ma vision des sciences historiques. Je suis rentré dans un nouveau monde, qui contient en germe la possibilité d’un renouvellement incroyable de l’histoire de l’Europe (et de l’histoire tout court), mais contient aussi le risque de se noyer sous des nouvelles technologies peu maîtrisées par les historiens. En participant à ce LabEx, en mettant à son service des savoir-faire approfondis soit dans le cadre des mes fonctions au CVCE, soit en parallèle, j’espère continuer à travailler avec mes collègues des Humanités numériques5, participer aux historiographies dont je suis redevable, mais aussi à accroître la digital literacy de mes collègues historiens.

  1. Pendant ma thèse, j’avais développé mon propre système de gestion de ma base de données bibliographiques. Une catastrophe… []
  2. Les développeurs de Zotero []
  3. La Boîte à outils, a notebook, enklask, Pegasus Data, The quitessence of Ham, Digital and Public history – cette liste n’est pas exhaustive []
  4. D’avance pardon à tous ceux que je n’ai pas cité. []
  5. Ce qui ne fait pas de doutes []

Contre l’Europe?

« Contre l’Europe? Antieuropéanisme, euroscepticisme et altereuropéanisme dans la construction européenne de 1945 à nos jours » a été le programme junior de la Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace, sélectionné en 2008 et achevé en 2010. Le descriptif du programme peut être trouvé à cette adresse et ses soutiens à celle-là. En voici un résumé rapide:

Fondé sur une approche interdisciplinaire, le projet de recherche « Contre l’Europe? Antieuropéanisme, euroscepticisme et altereuropéanisme dans la construction européenne depuis 1945 » vise à mieux connaître les phénomènes de refus, de résistance et d’opposition à la construction européenne sur le long terme, de 1945 à nos jours. En croisant les méthodes spécifiques aux historiens, aux sociologues, aux politistes, aux juristes et aux géographes, venant de plusieurs pays européens, il s’agira d’analyser les raisons des oppositions à l’Europe, d’en décrypter les finalités, de mettre au jour les temps forts de ces résistances et de faire apparaître les changements progressifs de leur nature. Pour autant, la complexité des dynamiques d’opposition ne saurait être escamotée. Aussi le projet s’attachera-t-il à dégager les particularités des oppositions en fonction des acteurs, des espaces et des périodes. Les diverses formes de résistance seront également replacées dans le cadre des spécificités nationales et envisagées par rapport aux évolutions des relations internationales et au degré de développement des institutions européennes. En définitive, ce programme vise à établir une sorte de panorama raisonné des oppositions à l’Europe communautaire depuis 1945, de façon à en dégager les lignes de force, les articulations et les grandes évolutions.

Le premier volume co-dirigé par Birte Wassenberg, Philippe Hamman – tous deux de l’Université de Strasbourg – et moi-même (CVCE) est sorti au mois de décembre:

Wassenberg, B., Clavert, F., Hamman, P, Contre l’Europe? Anti-européisme, euroscepticisme et alter-européisme dans la construction européenne de 1945 à nos jours (Volume I): les concepts, Stutgartt, Franz Steiner Verlag, 2010.

Outre la co-direction, j’ai écrit l’un des chapitres de ce volume, sur les « Oppositions à l’euro » dont voici le résumé en anglais, tel qu’il figure dans le livre:

Since its creation, the Euro has been an object of doubt concerning its long term sustainability. What would happen in case of asymmetrical shock? The policy and, consequently, the autonomy of the ECB should not be called into question? These anxieties remind us that the Euro had already passed through several confidence crises. Immediately after its launching, the fall of the common currency below Euro-Dollar parity caused the first one. Its rebound to very high levels produced the second one, starting in 2005. It appears to us that nowadays these doubts concerning the common currency articulate three types of recriminations against the common currency: objections issued by certain Europeanists, skepticism of a lot of economists and, finally, political opposition and resistance to the Euro. Without exception, especially among the German left, this opposition to the Euro appears to us as the expression of a wider resistance, of diverse nature, to the European integration process, as being realized nowadays. It is the case of Europeanists, who, hostile towards a common currency, would have preferred either a deeper economic integration before any currency association, or a less technocratic and instead maybe a more spiritual kind of integration. Most of the economists whose discourse was analyzed here, base their skepticism on a lack of political unity. This way, they envisage, with certain unanimity, that the establishment of a currency should match a political structure and preferably a state. Finally, the mostly political contestations are essentially based either on the fear of a European State or on the fear of calling national identity into question. Could this resistance to the common currency on the long run call the Euro into question in a more dangerous way than the hypothesis of an asymmetrical shock?

Cultures nationales et identité communautaire. Un défi pour l’Europe?

Cultures nationales et identité monétaire

(c) Peter Lang

Grace aux bons soins de Marloes Beers et Jenny Raflik, Peter Lang a tout récemment publié les actes du colloque de Cergy-Pontoise de décembre 2009 sur le sujet « Cultures nationales et identité communautaire. Un défi pour l’Europe? »

Dans ce livre, ma contribution interroge la notion d’identité monétaire européenne: « Existe-t-il une identité monétaire européenne? »

Voici son paragraphe final:

Pour  surmonter  les  difficultés  liées  aux  grandes  divergences  sur  le contenu  des  politiques  monétaires,  sur  les  valeurs  sur  lesquelles  ces politiques  doivent  reposer,  il  a  fallu  largement  minorer  la  partie  politique de l’UEM, au prix d’une perte de substance identitaire et au bénéfice  de  la  vision  technicienne  des  banquiers  centraux  européens.  En conséquence,  il  existe  un  décalage  entre  les  peuples  –  ou  du  moins certaines  composantes  de  ces  peuples  –  et  leur  monnaie  dans  la  zone euro. Ce décalage, qui n’est pas propre à la monnaie, est relayé par une partie  des  élites,  comme  le  montrent  les  critiques  répétées  de  Nicolas Sarkozy contre la Banque centrale européenne. Ces attaques montrent que l’articulation entre les traditions monétaires nationales et l’« identité monétaire européenne » n’est pas encore achevée. Finalement, l’identité monétaire  européenne  est  à  l’image  de  l’identité  européenne  dans  un sens plus large, que Bronislaw Geremek décrivait comme un « travail de tous les jours ».

Journée d’études: Les banquiers centraux dans la construction européenne (CVCE, Sanem, 4 juin 2010)

Le Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe, où je suis chercheur, organise le 4 juin 2010 une journée d’études sur « les banquiers centraux dans la construction européenne ». Voici le programme.

Depuis la rédaction de ma thèse sur Hjalmar Schacht, je m’interroge sur le rôle des banques centrales et des banquiers centraux dans l’organisation du continent européen (et au-delà).  Leur rôle dans la construction européenne est institutionnalisée depuis la création, dans les années 1960, du Comité des gouverneurs des banques centrales des États membres de la Communauté économique européenne. Le Comité des gouverneurs (en abrégé) est issu du chapitre XIII consacré à la monnaie, rédigé par Robert Marjolin, commissaire européen, du programme d’action de la Communauté pendant la deuxième étape de l’Union douanière.

C’est ce Comité des gouverneurs, qui, au gré des évolution de la construction européenne, a acquis une plus grande importance. Il a pris en charge, aidé par la Banque des Règlements internationaux, certaines fonctions du Serpent puis du Système monétaire européen. Avec le traité de Maastricht, il est transformé de fait en Institut monétaire européen, dirigé par Alexandre Lamfalussy, ancien directeur général de la Banque des Règlements internationaux. L’Institut monétaire européen a été chargé de la création de l’euro, de la banque centrale européenne et du système européen de banque centrale.

Néanmoins, le rôle des banquiers centraux commence largement avant la création du Comité des gouverneurs. Dès les années 1920, Montagu Norman, indéboulonnable gouverneur de la Banque d’Angleterre dans l’entre-deux-guerres, parle de « petit peuple des banquiers centraux ». Ce « petit peuple », Hjalmar Schacht en faisait partie, et le point d’orgue de la coopération entre les banques centrales et banquiers centraux entre les deux Guerres mondiales est le comité des experts (comité Young) qui se réunit à Paris en 1929 pour remplacer le plan Dawes et permettre de rendre le système des Réparations payées par l’Allemagne aux vainqueurs de la Grande Guerre viable.

Sur ce dernier point, le comité des experts et le plan Young ont échoué. Néanmoins, la pierre angulaire du plan Young est la création de la Banque des Règlements internationaux (BRI), qui siège à Bâle et dont les actionnaires sont des banques centrales, d’Europe et d’ailleurs. De mon point de vue, la création de la BRI est un moment important de l’organisation du continent européen et de la structuration du réseau des banques centrales et banquiers centraux. Pour cette raison, j’interviendrai, comme chercheur au CVCE, sur la création de la BRI.