Archives par étiquette : Histoire numérique

Le site web d’un centre d’archives est une salle de lecture

À l’invitation de Martin Grandjean, j’ai eu le plaisir de participer à une table-ronde au forum des archivistes qui s’est tenu à Troyes la semaine dernière (un compte rendu est disponible sur le site du forum). L’exercice de la table ronde est toujours à la fois intéressant et frustrant. Intéressant car il permet aux auditeurs d’écouter des points de vue complémentaires, parfois divergents, sur une question. Frustrant, car le public comme les intervenants ne peuvent développer et sont souvent contraints de rester relativement superficiels. Or, mercredi dernier, un point m’a particulièrement laissé sur ma faim: une question, posée à la fin de la session, à laquelle je n’ai pu répondre faute de pouvoir prendre la parole (le temps, notre enemi de toujours…) En substance: «On numérise massivement depuis de nombreuses années. Les chercheurs ne reviennent pour autant pas dans les salles de lecture. Pourquoi?» Continuer la lecture

Enseigner les Humanités numériques (1)

Flickr. Auteur: Carbon Arc.  (CC BY-NC-SA 2.0)

Flickr. Auteur: Carbon Arc. (CC BY-NC-SA 2.0)

Cette année, j’ai fait un cours de trois fois deux heures de méthodologie numérique dans un master 2 relations internationales (pro et recherche). C’est loin d’être le premier (et loin d’être le plus long) et je vais ici le prendre en exemple avant – dans un deuxième billet – de partager des réflexions sur ce que pourrait être un enseignement des Humanités numériques «au fil du cursus» d’un étudiant.

Les deux premières heures m’ont permis d’effectuer une introduction générale. J’ai ensuite opéré une démonstration de trois logiciels (iramuteq, gephi, zotero) au cours suivant. J’avais prévu un retour à une séance plus méthodologique, sur la base des travaux qu’ils devaient me rendre, cet enseignement faisant l’objet d’un contrôle continu. J’ai en effet demandé aux étudiants de me rendre un premier devoir avec une description des trois logiciels avec leurs propres mots, ainsi qu’un court cas d’utilisation par logiciel en relation avec leur recherche ou leur stage. Le but, au-delà de la note à attribuer, était pour moi de comprendre ce que des étudiants en Master 2 n’ayant pour la plupart jamais eu d’enseignement «informatique» percevait des logiciels en question. Pour un second devoir, ils devaient écrire un rapport d’utilisation concrète de l’un de ces trois logiciels. Ce second travail n’est pas si évident: Gephi et Iramuteq sont des logiciels géniaux, mais, disons, parfois un peu rugueux. C’est pour cette raison qu’ils pouvaient aussi tester zotero, qui servait de soupape de sécurité.

Continuer la lecture

L’administration de la preuve en histoire à l’ère numérique

À la fin du séminaire Fichet-Heynlin de la semaine dernière, Stéphane Lamassé (Paris 1) me faisait remarquer que le mode d’administration de la preuve en histoire risquait d’être durablement infléchi par le numérique. Il avait déjà, brièvement, évoqué le sujet à THATCamp Paris 2010. Je n’ai pas encore fondamentalement réfléchit à la question. Voici quelques idées élaborées rapidement. Je remercie Stéphane Lamassé d’avoir stimulé les quelques réflexions qui suivent. Continuer la lecture

Séminaire Fichet-Heynlin: « HISTOIRE et transformations numériques dans l’enseignement supérieur et la recherche » (26 mars 2014)

Update (3 avril 2014): l’enregistrement du séminaire est disponible sur le site du réseau Terra.
J’ai poursuivi la réflexion sur un point précis dans mon billet suivant.


Continuer la lecture

Sur Peter Haber et son Digital Past – Retour du séminaire #DHEHESS

Le séminaire Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs (#DHEHESS sur twitter) est un séminaire de Pierre Mounier (EHESS / CLEO), Aurélien Berra (Paris Ouest) et Marin Dacos (EHESS / CLEO). La séance du 8 janvier 2014 était consacrée à un livre de Peter Haber: Digital Past, Geschichtswissenschaft im Digitalen Zeitalter publié en 2011 chez Oldenbourg à Munich. Elle était co-animée par Aurélien Berra et Mareike König (Institut historique allemand).

Je remercie Mareike et Aurélien de m’avoir remis cette lecture en tête et de m’avoir montré certains aspects de ce livre que je n’avais pas a priori remarqués lors de sa lecture. Je ne vais pas faire un rapport de la séance en elle-même, mais simplement relever les éléments qui m’avaient semblé importants lors de la lecture de ce livre il y a un an et qui ont également été discutés pendant le séminaire.

peter-haber-2012-120px-sw-shadowMais auparavant, un point sur Peter Haber. Privatdozent à Bâle, il s’est spécialisé dans une premier temps sur l’histoire des Juifs de Hongrie et leur émigration. Conformément à la tradition allemande, son habilitation a porté sur un sujet très différent – l’histoire numérique. J’ai personnellement entendu parler de lui pour la première fois sur Twitter: Pierre Mounier en faisait l’éloge pour son intervention à l’Institut historique allemand lors des #dhiha3 en 2011. Je l’ai alors invité au Luxembourg, où il a ouvert la conférence DHLU 2012 sur la Data driven history. Son exposé clair avait été fortement apprécié. Suite à un appel à contribution pour les 3e journées d’histoire suisse, j’étais intervenu à un panel qu’il organisait sur les nouveaux modes de la communication scientifique en histoire – ce qui a donné lieu à mon billet sur les conférences ubiquitaires et, plus tard, après poursuite de ma réflexion, sur certains aspects de la mise en données des historiens et ses applications. Malheureusement, Peter est décédé quelques semaines plus tard.

Ma rencontre avec Peter fait clairement partie de ces rencontres qui comptent dans la vie d’un chercheur – celles qui modifient le cours d’une recherche. Et je ne suis, je crois, pas le seul dans ce cas. Peter a été un pionnier des usages et de la réflexion sur le numérique en histoire, intégrant, comme il le précise dans son livre et comme Aurélien l’a rappelé pendant le séminaire, les technologies de l’information dans ses pratiques dès les années 1990. Il a participé à de nombreux projets numériques d’envergure: LitLink, GPDH, H-Soz-u-Kult (fondamental pour les historiens germanophones et au-delà) dont il a été rédacteur – sans oublier hist.net, fondé en 1999 avec Jan Hodel. Comme il le rappelle dans son avant-propos, sa pratique du blogging sur hist.net à partir de 2005 est devenue particulièrement importante pour ses recherches et l’élaboration de sa réflexion. Il m’avait fait l’honneur d’y répondre à l’un de mes billets.

umschlag_17411Dans son livre, Digital Past, voici pêle-mêle les points qui m’ont marqués:

  • Enfin un livre qui, bien que centré sur l’histoire, rappelle les origines des Humanités numériques… à savoir l’intégration de l’économétrie et des statistiques dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales;
  • La notion centrale de data driven history: l’histoire par les données, point de vue développé au Luxembourg en 2012 mais aussi dans son chapitre pour Writing history in the Digital age;
  • Les modifications de l’ordre du savoir (Wissen – Mareike König a relevé la difficulté de traduire « Wissen » par « savoir » ou « connaissance »): le numérique (internet particulièrement) remet au goût du jour l’illusion de tout savoir, d’une connaissance intégrale, totale. Comment exploiter les données de plus en plus importantes que nous devons prendre en compte dans nos recherches sans succomber à cette illusion?
  • Pratiques et risques des nouvelles technologies des historiens: Peter Haber n’est pas un technophile béat et replace dans ce livre les usages numériques au sein d’une méthode d’analyse critique des sources, issue de Droysen. Peter Haber n’était pas partisan de faire table rase du passé historiographique et méthodologique. Au contraire, le numérique, selon Peter Haber, permettra de pousser plus loin les principes de l’analyse critique des sources;
  • Il questionne la notion d' »original » et de « copie », peu pertinentes dans l’ordre numérique – et de mon point de vue très floue dans l’ordre « analogique ». Il évoque plutôt les notions d’authenticité, d’intégrité, de signature électronique;
  • Comme beaucoup d’autres, Peter Haber prône une redéfinition des littératies des historien.ne.s. Si Google (et d’autres moteurs de recherche) donnent une liberté certaine aux chercheurs, qui peuvent accéder très facilement et rapidement à du contenu utile à leurs recherches, seule l’acquisition de nouvelles compétences leur permet de vraiment profiter de cette liberté sans altérer la qualité de leur recherche. Peter Haber parle de Google Syndrom;
  • Peter Haber évoque aussi les nouveaux modes de communication disponibles pour l’historien – lui permettant de communiquer plus facilement avec ses pairs, mais aussi avec un plus large public;
  • La transformation de la narration historique, notamment par l’hypertexte. Si Aurélien Berra a estimé que l’importance de l’hypertexte dans la fin du récit (et de la lecture) linéaire doit être rélativisée, je n’en suis personnellement pas si sûr: la possibilité de voir un travail historique comme un ensemble réticulaire d’unités textuelles, iconographiques et autres me semblent être un changement fondamental – sans oublier la possibilité désormais concrétisée d’aller vérifier les sources primaires utilisées.

D’autres questions – et non des moindres – sont abordées par Peter Haber: l’écriture collaborative et, en conséquence, la modification du statut de l’auteur; l’interactivité; la visualisation des données; les systèmes de publication…

Pour Peter Haber, le tournant numérique des sciences historiques ne fait que commencer. De nouvelles méthodes apparaîtront encore. L’une des questions posées en conclusion est de savoir quand les méthodes numériques seront assimilées par l’ensemble des historiens. Pour ma part, il me semble que nous sommes en train d’assister à cette intégration du numérique par de nombreux historiens. Je ne peux prétendre être un pionnier du numérique en histoire, mais, depuis que j’y consacre les plus larges parts de ma recherche, c’est-à-dire depuis 2008, le regain d’intérêt de nombreux collègues, la multiplication des projets, la conscience aiguë de (et parfois la panique face à) l’importance que prend le numérique sont manifestes.

Passons maintenant au point qui me semble être le talon d’Achille du livre de Peter Haber et que l’on n’a pu aborder lors du séminaire, faute de temps. Ce point est souligné par William Thomas III dans son commentaire du chapitre de Peter dans Writing History in the Digital Age: comment définir ce qu’est une donnée? Non seulement la notion de donnée n’est pas définie dans le livre de Peter, mais la manière dont une donnée naît ne l’est pas non plus. Or une mauvaise mise en données d’informations analogiques ou nées numériques peut fausser la manière dont nous écrivons l’histoire, comme le rappelle régulièrement Tim Hitchcock. C’est ici le grand manque de Digital Past.

Autres recensions

Nine months of #twitterstorians

Wordcloud of the #twitterstorians corpus

Wordcloud of the #twitterstorians corpus

Last April, I started to collect tweets containing the hashtag #twitterstorians1. The idea is to question whether it is possible to capture / understand in almost real time historiographies in the making. As you all know, this hashtag was created by Katrina Gulliver.

After three months, I attempted to do a first text analysis of this #twitterstorians corpus – but it was still too tiny to be analysed. A few days ago, I attempted again to analyse it and it seemed to work, this time.

I am using a software, iramuteq, developped by Pierre Ratinaud, assistant professor in Toulouse (South-Eastern France). Iramuteq is an interface to the statistical software R. Iramuteq allow to analyse raw texts, that are stored within a corpus that is very slightly encoded (FR). By the way, iramuteq is developped in several languages (including english) and can perform text analysis in French, English, German and more. So download it and try it!

Corpus description

The corpus was divided into 24613 texts and text units (between 13 and 14 words in each text units in average – in this case, as it is a corpus made of tweets, texts and text units are the same), with 33582 occurences and 19870 forms (the corpus is lemmatised). There are 2.39% of HAPAX (forms appearing only once) and they form around 40% of the occurrences.

The analyses

Similitude

Classification

The six classes

1 2 3 4 5 6
write conference amrev oupacademic military irishhistory
new call cw150 prof society onthisday
what journal civilwar associate smh_historians irelandhistory
post paper worldhistory pageant announcement birth
blog annual lizcovart bursary milhist shkenna
archive global allthingsliberty markfreeman1974 academic born
usih programme klinecj ahrc membership dublin
know online boston1775 glasgow airminded irish
great submit gettysburg fund official die
think case todayinhistory close militaryhistory invincibles
teach due morgan ahrcpress history 1916rising
love workshop edmund tudor facebook macneill
like program paul uniofnottingham hwar poet
research study revolution jan digest ireland
book proposal understand ra kansas patrick
need update revolutionary studentship jun death
find symposium earlyamhist cfp apr valera
good cfp lincoln skill 81st limerick
talk release revwar economichistory ddln found
look imperial act succession westpoint_usma leader
podcast georgian gwbooks lecturer check execution
life carnival myhnn grow mtg plunkett
work oct boston deptford mo mp
student frus egypt tmrw page eoin
acwri september liverpool kcl canberra brenmalone
social host confederate reveal date james
back pleasure apostlepaul oso phdchat parnell
will paris maier emmalautman keep hunger
survey historycarnival suffragette smoke sem casement
read follow revreborn historylabplus link cork
thought deadline pauline recordkeeping ann thomas
tip europe loyalist angelabartie list execute
robgreeneii nomination animate form opportunity belfast
past visit abraham submission crown kilmainham
source collection economics reconstruct resource series
library application landscape wcomehs sep rise
public reminder megankatenelson phd war league
question relevant myth imcl unsw stewart
hashtag report nation suit fellowship archbishop
term miss ferguson fresher prefer hang
ff oxford womenshistory age late rossa
website registration spirit britac_news net gaol
thing join civil empire job treaty
thesis the_oah gettysburg150 londoners jul wynns
man international address ryrie brian centenary
name shafrconference paint alec rape unite
19thc sexuality french durham_uni nov pearse
mean sept force project interest ruth
highered dance soldier university city roscommon

Dendogram of the six classes

Classification analysis: Dendogram of the six classes

Conclusions: academic communication and Public History

The #twitterstorians hashtag is firstly a communication channel, as the classification analysis is showing (classes 1 & 2: books, articles, blogs for class 1 and CFPs, conferences for class 2) and also the similitude one. But looking at the four other classes, you remark that there are some domains that are more dynamic: Irish history, Military history, US history. In the details, notably in the similitude graph, you observe that those tweets are first concerning Public History (see the « onthisday » linked to « irishhistory » for instance). The similitude graph shows also some hashtags that are worth a harvest: #envhist, for instance.

  1. I also collect #digitalhumanities, #digitalhistory and #dighist []

Sur trois textes: épistémologie de l’histoire et Humanités numériques

Dans un article à publier dont le pre-print est disponible en ligne, Éric Guichard remet en cause les Humanités numériques, tout du moins en tant que discipline1. Pour Éric Guichard, « la culture propre à l’informatique apparaît surtout technique. Mais elle n’est que la traduction contemporaine de l’ensemble des savoir-faire liés à la maîtrise de l’écriture » (p. 2). Ainsi, il pointe le lien étroit entre la culture technique et la culture des savants et érudits – donc, aussi, des chercheurs. En soi, ce phénomène n’est pas nouveau: l’écriture avant le numérique était aussi un savoir technique influençant la pensée elle-même. De fait, la question épistémologique centrale devient celle de la nature du lien entre « l’écriture électronique et en réseau » et les « problématiques et les épistémologies de disciplines communément regroupées sous l’étiquette sciences humaines et sociales (SHS) » (p. 2). Éric Guichard estime ensuite que la « faiblesse argumentative des représentants de ce mouvement [les Humanités numériques] est moins préoccupante pour les scientifiques que la facilité avec laquelle ils se font entendre ». Et, si les Humanités numériques se font entendre, c’est parce que les principaux représentants des SHS se taisent sur le point central décrit plus haut, à savoir « l’évolution des contours de chacune de leur discipline sous l’effet de l’écriture contemporaine »2. À cet égard, la présentation de Frédéric Kaplan postée récemment à propos de la Venice Time Machine est une belle illustration du raisonnement d’Éric Guichard: ingénieur, Frédéric Kaplan peut faire de l’histoire à l’ère numérique car il maîtrise une littératie, qui est celle de l’algorithme.

Bien qu’en ayant commencé la lecture avant, j’ai vu dans le petit essai de Michel Wieviorka, L’impératif numérique, une sorte d’écho à l’article d’Éric Guichard. Pour une grande part, c’est une synthèse sur les Humanités numériques (et d’autres courants comme les digital studies ou l’école qui s’est constituée autour de Manuel Castels). Elle est parfois peu distanciée – la place qu’y tient le Big Data me semble démesurée3. Elle contient une mise en perspective historique un peu trop « classique », romanesque et anglo-saxonne des Humanities computing, bien qu’il faille reconnaître que Michel Wieviorka connaît manifestement bien les écrits des historiens (des sociologues, des anthropologues aussi, d’ailleurs) sur le numérique, ce qui me semble louable. L’ancrage de certaines franges minoritaires des SHS dans l’informatique depuis les années 1950 en France aurait pu être souligné. Malgré ces quelques réserves, constatons que Michel Wieviorka a bien saisi ce qu’étaient les Humanités numériques en France et à l’étranger aujourd’hui, tout comme les enjeux que pose le numérique aux sciences humaines et sociales.

Involontairement, Michel Wieviorka répond à l’inquiétude d’Éric Guichard sur le silence des chercheurs en sciences humaines et sociales face aux liens entre l’écriture numérique et sa technicité d’une part et la pensée qui éclot au sein des sciences humaines et sociales. Mais cette réponse ne va pas assez loin, dans la mesure où l’appel de Michel Wieviorka aux sciences humaines et sociales à accepter l’impératif numérique pour que les SHS puissent s’exprimer dans la société numérique et y tenir un rôle important n’est pas un appel à s’interroger sur les paradigmes qui sous-tendent nos disciplines. Toutefois, l’appel à publication pour la revue Socio permettra d’ouvrir une perspective plus critique sur les Humanités numériques.

Tim Hitchcock, par contre, s’interroge de plus en plus sur le paradigme sous-tendant les sciences historiques – paradigme ancré dans le texte4. En historien rompu aux usages du numérique dans sa pratique de la recherche (tout comme Éric Guichard), Tim Hitchcock explique qu’il essaye d’aller plus loin qu’un simple usage des outils numériques et s’interroge profondément sur la nature de l’histoire, cette reconstitution à partir de traces laissées par le passé et collectées par l’historien. Un billet qu’il a publié sur Historyonics, son blog, reprend son intervention à la troisième conférence Digital Humanities Luxembourg. La question centrale de Tim Hitchcock est la suivante: ne recherche-t-on que ce que la technologie nous permet de rechercher? Plus précisément:

In other words, there seems to me to be a real tension between the desire on the one hand to include the ‘reading’ of a whole new variety of data in to the process of writing history; and, on the other, the extent to which each attempt to do so, tends to bring to the fore a form of understanding that is at odds with much of the scholarship of the last forty years. We are in danger of giving ourselves over to what sociologists refer to as ‘problem closure’ – the tendency to reinvent the problem to pose questions that available tools and data allow us to answer – or in Lewis Mumfords words, ask questions we know that computers can answer.5

Et il est indéniable que nous sommes dépendant de notre savoir-faire technologique, si l’on admet (et je l’admets) l’hypothèse d’Éric Guichard que l’écriture (et la lecture, de fait) est un savoir-faire technique/technologique qui conditionne notre pensée et, ainsi, notre recherche.

Cela nous renvoie à l’une des questions que pose l’usage de l’ordinateur en histoire depuis les années 1950: comment gérer (c’est-à-dire « comment lire ») un flux d’information qui ne cesse de s’accroître par ce phénomène de la mise en données du monde et de son histoire? Comment la lecture (y compris la captation, qui est déjà une première forme d’écriture) de ce flux d’information conditionne l’écriture de l’histoire?

  1. C’était également le sens de son intervention à la journée d’études du LabEX HASTEC, le 9 décembre, à laquelle j’ai également participé. []
  2. Ces citations sont extraites de l’introduction de l’article. Très riche, je vous encourage à le lire intégralement. []
  3. Je suis conscient que l’on peut faire le même reproche à mon site. []
  4. Voir aussi Hitchcock Tim, « Academic History Writing and its Disconnects », Journal of Digital Humanities, Winter 2011, vol. 1, no 1. []
  5. Hitchcock, Tim. « Big Data for Dead People: Digital Readings and the Conundrums of Positivism». Historyonics, 9 décembre 2013. []

Présentation à la journée d’étude « Les sources nativement numériques pour la recherche en histoire et patrimoine: pratiques et méthodes » (LabEx HASTEC / CNAM)

Aujourd’hui, à l’invitation de Camille Paloque-Berges (LabEx HASTEC, CNAM), j’ai évoqué la mise en données des sciences humaines et sociales via l’exemple de l’histoire.

L’apport du numérique aux sciences historiques: exemple d’une analyse computationnelle des archives Werner

Le CVCE a organisé un colloque sur « Pierre Werner, une vision pour l’Europe: pensée, action, enseignements ». Voici la présentation que j’ai préparée à cette occasion.