Archives par étiquette : Historiographie

Hjalmar Schacht

De quoi parle ma thèse (3) – Contexte historiographique

Voici mon troisième et dernier billet sur ma thèse. Le but, ici, est de visualiser son contexte historiographique en appliquant une technique similaire à celle utilisée dans mon précédent billet. Plutôt que de mettre une image de cette visualisation, je vous propose cette fois de la regarder en ligne.

Donc: je ne considère que les sources secondaires (les mémoires, par exemple, ont été exclues). Les citations à mes propres travaux, même non publiés, ont été inclues – cela permet aussi de voir comment je me situe. Si deux auteurs se retrouvent souvent cités ensemble (sur la même page), leur « relation » est plus forte. Mais cette relation peut être « positive » (des auteurs qui ont souvent publié ensemble, ou dans la même école historique) ou « négative » (deux auteurs qui se sont opposés – comme Hans Mommsen et Peter Hoffmann sur Goerdeler). Elle peut toucher à un courant historiographique (structuralistes / intentionalistes par exemple) ou à un sujet ou une période précise.

Les limites de la méthodologie employées sont plus marquantes qu’avec les noms de personne cités dans ma thèse: le nombre de relations entre auteurs est très inférieur, donc les erreurs risquent d’avoir plus de conséquences. En outre, c’est une thèse – c’est donc d’abord le matériel primaire qui est cité. La très grande majorité des notes de bas de page contiennent des références à des archives et non à de la littérature secondaire.

Toutefois, le résultat est plutôt conforme à ce que je pouvais imaginer, mais avec moins de cohérence que je ne le pensais.

Les principaux auteurs

Si l’on regarde le graph, il n’y a pas de grande surprise: Ian Kershaw est probablement l’auteur le plus cité. J’ai particulièrement, dès le début de ma thèse, porté attention à ses travaux. Quand j’ai commencé mes recherches, le premier tome de sa biographie d’Hitler – un ouvrage exceptionnel – venait de sortir (1999). Sur l’historiographie de l’Allemagne, on retrouve également de grands auteurs allemands (Broszat, Wehler, Möller, Graml, Mommsen pour n’en citer que quelques uns) et les références françaises (Ayçoberry, Husson et Alfred Wahl). Ces historiens sont majoritairement « structuralistes » et non intentionalistes. L’absence de Karl-Dietrich Bracher est notable – pourtant je l’ai lu.

En histoire économique, on remarque Harold James, Borchardt et, plus discrètement Ritschl, l’élève de Borchardt. [fiel] Je note, au passage, que Christopher Kopper est raisonnablement cité, bien qu’il m’aie reproché de ne pas le faire suffisamment [/fiel].

Côté biographes de Schacht, on retrouve principalement John Weitz, la plus récente (mais pas nécessairement la meilleure) des biographies quand j’ai commencé, Kopper (mais pas dans le groupe des biographes de Schacht, d’où, peut-être, sa critique précédemment évoquée), et d’autres – en fait presque tous ceux qui ont écrit sur le président de la Reichsbank. Ce groupe n’a d’influence que dans la mesure où ma biographie de Schacht a essentiellement porté sur la période 1930-1950 – avant et après cette période, j’ai souvent utilisé les travaux des autres.

Côté méthodologique, on aperçoit beaucoup de noms connus sur le genre biographique: Bourdieu (pour avoir discrédité ce genre), François Dosse, mais aussi Lucien Febvre dont la biographie de Luther du début des années 1920 énonce quelques éléments méthodologiques.

Côté Relations internationales, les grands noms sont bien présents: Duroselle, Renouvin et Girault (dans une moindre mesure). Certains « strasbourgeois » de l’école française des Relations internationales sont là et, notamment, Sylvain Schirmann, mon directeur de thèse. L’absence de Raymond Poidevin est plus surprenante.

Et moi, et moi, et moi?

Je me cite en relation avec directeur de thèse, si l’on en croit ce graphe. C’est probablement normal, dans une thèse.

En conclusion

Les points essentiels me semblent être:

  • Il y a pas mal d’auteurs cités pour des raisons méthodologiques liés à la biographie ou pour du « contexte »;
  • En histoire économique de l’entre-deux-guerres, je me suis beaucoup rattaché à l' »école » Borchardt;
  • L’historiographie fonctionaliste est plus présente – c’est une volonté délibérée;
  • Je me rattache clairement à l’école française d’histoire des relations internationales
Nuage de mots clés: ma thèse

De quoi parle ma thèse? Exercice de réflexivité à l’aide d’un outil informatique

[Propos liminaires: L’utilisation du logiciel IRaMuTeQ est quelque chose de nouveau pour moi, tout comme les méthodologies, concepts, principes qu’il utilise. Les lecteurs expérimentés me pardonneront mes erreurs théoriques et/ou méthodologiques et, éventuellement, m’en feront part dans les commentaires.]

J’ai écrit une thèse (voir l’encadré ci-contre pour la version publiée) sur un dignitaire du IIIe Reich, avec une forte orientation d’histoire des relations internationales, école historique dont je suis issu. Bien sûr, il ne pouvait s’agir de ne regarder que les aspects internationaux de l’action d’un président de la Reichsbank, tout comme je ne pouvais me limiter à n’étudier qu’une seule personne. Ce type de sujet implique nécessairement de regarder l’insertion d’une politique internationale et d’une personne dans des structures nationales, sous peine de rater l’essentiel.

Ma préoccupation, ici, est la suivante: la thèse que j’ai écrite correspond-elle vraiment à l’idée que je m’en fait? Ai-je vraiment écrit ce que j’ai cru écrire?

Pour essayer (partiellement) de répondre à ces questions appliquées à ma thèse, j’ai tenté d’utiliser un logiciel, IRaMuTeQ, qui s’appuie sur le logiciel R pour pratiquer une analyse de textes1 Dans un premier temps, il a fallu convertir le fichier contenant ma thèse en format texte – l’analyse qui suit ne comprend ainsi pas les notes de bas de page. Il faut ensuite formater le texte, selon les instructions décrites ici. Dans le cas de ma thèse, j’ai simplement formaté en fonction des chapitres.

Nuage de mots clés: ma thèse

Nuage de mots clés sur le texte de « Hjalmar Schacht, financier et diplomate »

Une fois le logiciel installé, le corpus formaté, j’ai commencé par la plus simple des analyses graphiques: le nuage de mots-clés. Le résultat ne donne pas grand chose de surprenant: Schacht au milieu – ça tombe bien! – accompagné des mots clés « Reichsbank », « allemand », « gouvernement », « politique »… Ce n’est ni instructif (mais la visualisation des données n’a pas nécessairement à être instructive, elle doit d’abord pousser à un questionnement), ni très interpellant.

Continuons donc l’exploration. Je demande à IRaMuTeQ de procéder à une classification méthode Alceste2. IRaMuTeQ me retourne un dendogramme:

Dendogramme

Dendogramme issu de l’analyse de ma thèse.

Pour comprendre ce que dit ce dendogramme, il faut regarder les « profils » (classes sur le dendogramme), c’est-à-dire les mots classés en huit groupes par similitudes. Le dendogramme associe ces profils entre eux. Voilà ce que j’ai pu en déduire:

  • Les huit profils sont regroupés, en gros, en deux groupes: l’un est relatif à l’histoire économique de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, l’autre à son histoire politique;
  • La partie « histoire économique » contient deux sous-groupes. Le premier est constitué des profils 6 et 7. Le profil 6 contient un champ lexical qui se rapporte au marché, à l’épargne et aux bons MEFO. C’est ici du financement du réarmement allemand des années 1930 qu’il s’agit. Le profil 7 contient des mots relatifs aux matières premières. L’approvisionnement allemand en matières premières était déterminant pour le réarmement: les profils 6 et 7 sont associés parce qu’ils sont les deux facettes des discussions (et actions) économiques et financières du réarmement.
  • Le second sous-groupe de la partie « histoire économique » est lui-même encore divisé en deux.
    • D’un côté, le profil 1 qui touche aux discussions diplomatiques économiques de l’Allemagne dans les années 1920 et 1930 (colonies, mission van Zeeland, livraisons d’armes à la Chine, Eupen et Malmédy…). On y retrouve les noms de certains ministres des Affaires étrangères, dont von Neurath. Le fait que Van Zeeland3 soit en second montre, je crois, ma forte inclinaison pour la seconde partie des années 1930.
    • D’un autre côté, les profils 4 et 5 touchent aux réparations et au système de paiement (et ses conséquences) des réparations: le profil 5 parle du Comité Young (1929) et de la conférence de La Haye (1929-19304). On y retrouve quelques banquiers centraux, français, qui ont joué un rôle important pendant les discussions parisiennes du comité Young: Moreau et Quesnay. Mais aussi les ministres des Affaires étrangères français (Briand) et allemand (Stresemann) en 1929. Le profil 4 touche aux négociations sur les transferts, après 1933, quand l’Allemagne impose à ses créanciers d’être payés en Reichsmarks qu’ils ne peuvent dépenser qu’en Allemagne. On y retrouve la BRI et Simon Fraser qui la dirige, ainsi que Montagu Norman (Banque d’Angleterre). Ce dernier, sans jamais être présent à ces conférences des transferts de 1933-1934, les influence fortement.
  • La partie « histoire politique » est divisée en deux sous-groupes elle aussi.
    • Le premier, le profil 8, évoque les procès de Nuremberg et en dénazification qui ont touché Schacht de 1945 à 1950.
    • Le second est divisé en deux: le profil 3 qui reflète le vocabulaire politique que j’ai utilisé et, du coup, les orientations politiques de Schacht: le libéralisme (avant 1926), mais aussi, à partir de 1933, le thème de l’antisémitisme. Le profil 2 est lui relatif à la résistance conservatrice allemande, à laquelle Schacht a été lié.

En faisant une analyse de similitudes – autre outils d’IRAMUTEQ, on s’aperçoit que le lien le plus fort qui existe entre ces différents thèmes dans ma thèse est Schacht lui-même. Ce qui est d’une grande logique pour une biographie. Cela-dit, les huit profils fournissent finalement une image intéressante – quoique incomplète, puisqu’il n’y a aucun profil touchant à l’histoire sociale ou culturelle – de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres et donne de nombreux éléments sur les relations internationales économiques de l’époque. Niveau personnel, niveau national, niveau international sont reliés. C’est globalement l’idée que j’ai de ma thèse.

  1. IRaMuTeQ est un acronyme signifiant: « Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de Textes et de Questionnaires ». C’est un logiciel libre qui s’inspire notamment d’Alceste et utilise le logiciel statistique R. Documentation d’installation. []
  2. Description de la méthode Alceste []
  3. Paul van Zeeland a été Premier ministre de la Belgique de 1935 à 1937. Il est notamment connu pour avoir réussi la dévaluation de la monnaie belge en 1935, être revenu à une politique de neutralité et avoir limité la montée du fascisme en Belgique en ayant battu à une élection partielle le rexiste Léon Degrelle. Pour ma thèse et mes travaux précédents, je l’ai particulièrement abordé au sujet de la mission van Zeeland, une mission diplomatique qu’il a entreprise à la suite d’une initiative franco-britannique de 1937 à 1938. Le but de cette mission était d’analyser les conditions d’une sorte d’apaisement économique en Europe, incluant l’Allemagne et l’Italie. []
  4. La conférence de La Haye transforme le plan Young en accord interétatique, avec cependant des modifications non-négligeables. []