Archives par étiquette : IIIe Reich

Le mythe Hjalmar Schacht

«Hjalmar Schacht, le banquier d’Adolf Hitler, était un génie», 20minutes.fr, interview de l’économiste Jean-François Bouchard, propos recueillis par Céline Boff1.

Hitler et Schacht pour l’inauguration des travaux du nouveau bâtiment de la Reichsbank

Hitler et Schacht pour l’inauguration des travaux du nouveau bâtiment de la Reichsbank

À l’occasion de la parution d’un livre sur Hjalmar Schacht2, 20minutes.fr a publié une interview de son auteaur, Jean-François Bouchard. Le contenu de cette interview montre que – sans préjuger de ce qu’il y a dans le livre de Bouchard, que je n’ai pu encore lire – l’auteur cède à une forme de mythe – «Schacht, génie des finances» -, sans se soucier d’aucune sorte de sources primaires ou des ouvrages précédemment publiés sur Schacht.

Voici une revue des éléments les plus contestables de cette interview, sur la base de la biographie de Schacht que j’ai publiée en 20093. Continuer la lecture

  1. Note: on ne prononce pas «Yalmar Charte» comme indiqué dans l’article, le «j» de «Hjalmar» étant muet. C’est un prénom d’origine danoise, Schacht étant né dans un territoire allemand devenu danois en 1919 et d’une famille dont certains ascendants étaient danois. []
  2. Bouchard, Jean-François, Le Banquier du diable, éditions Max Milo, 2015. Les éléments de biographies données sur Jean-François Bouchard sont ténus: haut fonctionnaire, il semble avoir travaillé pour l’intégration de pays de l’Est de l’Europe dans l’Union européenne, puis pour le FMI en Afrique. []
  3. Clavert, Frédéric, Hjalmar Schacht, financier et diplomate: 1930-1950 (Bruxelles: PIE – Peter Lang, 2009). Deux autres biographies méritent d’être mentionnées: Wilmots, André, Hjalmar Schacht (1877-1970). Grand Argentier d’Hitler (Le Cri, 2001) – parfois énervante par son manque de rigueur, mais délivrant un point de vue international très intéressant et Kopper, Christopher, Hjalmar Schacht. Aufstieg Und Fall von Hitlers Mächtigstem Bankier (München: Hanser Wirtschaft, 2006), de très bonne qualité, mais qui n’arrive pas à sortir d’un point de vue strictement allemand à un moment où les banques centrales s’internationalisent. []
Hjalmar Schacht

De quoi parle ma thèse (3) – Contexte historiographique

Voici mon troisième et dernier billet sur ma thèse. Le but, ici, est de visualiser son contexte historiographique en appliquant une technique similaire à celle utilisée dans mon précédent billet. Plutôt que de mettre une image de cette visualisation, je vous propose cette fois de la regarder en ligne.

Donc: je ne considère que les sources secondaires (les mémoires, par exemple, ont été exclues). Les citations à mes propres travaux, même non publiés, ont été inclues – cela permet aussi de voir comment je me situe. Si deux auteurs se retrouvent souvent cités ensemble (sur la même page), leur « relation » est plus forte. Mais cette relation peut être « positive » (des auteurs qui ont souvent publié ensemble, ou dans la même école historique) ou « négative » (deux auteurs qui se sont opposés – comme Hans Mommsen et Peter Hoffmann sur Goerdeler). Elle peut toucher à un courant historiographique (structuralistes / intentionalistes par exemple) ou à un sujet ou une période précise.

Les limites de la méthodologie employées sont plus marquantes qu’avec les noms de personne cités dans ma thèse: le nombre de relations entre auteurs est très inférieur, donc les erreurs risquent d’avoir plus de conséquences. En outre, c’est une thèse – c’est donc d’abord le matériel primaire qui est cité. La très grande majorité des notes de bas de page contiennent des références à des archives et non à de la littérature secondaire.

Toutefois, le résultat est plutôt conforme à ce que je pouvais imaginer, mais avec moins de cohérence que je ne le pensais.

Les principaux auteurs

Si l’on regarde le graph, il n’y a pas de grande surprise: Ian Kershaw est probablement l’auteur le plus cité. J’ai particulièrement, dès le début de ma thèse, porté attention à ses travaux. Quand j’ai commencé mes recherches, le premier tome de sa biographie d’Hitler – un ouvrage exceptionnel – venait de sortir (1999). Sur l’historiographie de l’Allemagne, on retrouve également de grands auteurs allemands (Broszat, Wehler, Möller, Graml, Mommsen pour n’en citer que quelques uns) et les références françaises (Ayçoberry, Husson et Alfred Wahl). Ces historiens sont majoritairement « structuralistes » et non intentionalistes. L’absence de Karl-Dietrich Bracher est notable – pourtant je l’ai lu.

En histoire économique, on remarque Harold James, Borchardt et, plus discrètement Ritschl, l’élève de Borchardt. [fiel] Je note, au passage, que Christopher Kopper est raisonnablement cité, bien qu’il m’aie reproché de ne pas le faire suffisamment [/fiel].

Côté biographes de Schacht, on retrouve principalement John Weitz, la plus récente (mais pas nécessairement la meilleure) des biographies quand j’ai commencé, Kopper (mais pas dans le groupe des biographes de Schacht, d’où, peut-être, sa critique précédemment évoquée), et d’autres – en fait presque tous ceux qui ont écrit sur le président de la Reichsbank. Ce groupe n’a d’influence que dans la mesure où ma biographie de Schacht a essentiellement porté sur la période 1930-1950 – avant et après cette période, j’ai souvent utilisé les travaux des autres.

Côté méthodologique, on aperçoit beaucoup de noms connus sur le genre biographique: Bourdieu (pour avoir discrédité ce genre), François Dosse, mais aussi Lucien Febvre dont la biographie de Luther du début des années 1920 énonce quelques éléments méthodologiques.

Côté Relations internationales, les grands noms sont bien présents: Duroselle, Renouvin et Girault (dans une moindre mesure). Certains « strasbourgeois » de l’école française des Relations internationales sont là et, notamment, Sylvain Schirmann, mon directeur de thèse. L’absence de Raymond Poidevin est plus surprenante.

Et moi, et moi, et moi?

Je me cite en relation avec directeur de thèse, si l’on en croit ce graphe. C’est probablement normal, dans une thèse.

En conclusion

Les points essentiels me semblent être:

  • Il y a pas mal d’auteurs cités pour des raisons méthodologiques liés à la biographie ou pour du « contexte »;
  • En histoire économique de l’entre-deux-guerres, je me suis beaucoup rattaché à l' »école » Borchardt;
  • L’historiographie fonctionaliste est plus présente – c’est une volonté délibérée;
  • Je me rattache clairement à l’école française d’histoire des relations internationales

De quoi parle ma thèse? (2) – Visualisation d’un « réseau » de noms propres

Le "réseau" de Schacht. Cliquez pour voir l'image en grand.

Le « réseau » de Schacht. Cliquez pour voir l’image en grand.

J’ai choisi de faire ma thèse sur Hjalmar Schacht car, quand mon directeur de thèse m’a proposé le sujet, j’avais déjà deux mémoires – l’un de l’IEP de Strasbourg, l’autre de DEA – où j’avais « rencontré » Schacht sans pouvoir faire appel à des publications académiques à son sujet. Il existait certes des biographies, mais elles étaient soit datées1 soit, disons, partisanes2. Pendant ma thèse sont sortis deux ouvrages, montrant qu’il y avait un manque certain3. L’un des aspects intéressants de ce travail a été d’analyser ses relations avec différents milieux de la société allemande, mais également des milieux d’autres pays ou plus internationaux. Ainsi, Schacht, tout juste parti de la Reichsbank, voyage en Asie en 1939. Il ne loue aucune chambre d’hôtel pendant plusieurs mois, logeant systématiquement chez des personnalités du monde financier, économique ou politique du pays où il voyage. Au-delà de l’anecdote, on parle ici d’un banquier central typique de l’entre-deux-guerres, très orienté vers l’international, vers ces autres banquiers centraux, formant une communauté épistémique en devenir. Typique aussi des paradoxes de l’entre-deux-guerres: appartenant clairement à cette communauté internationale des banquiers centraux, il reste profondément un nationaliste allemand.

Dans ma thèse, j’utilise fréquemment le terme de « réseau », mais de manière finalement très imprécise, à l’image, d’ailleurs, de beaucoup d’historiens4. Je ne vais pas ici prétendre faire de l’analyse de réseau, mais simplement donner quelques éléments visuels de réponse à la question: quel est ce « réseau » de Schacht?

La conception de la visualisation

Vive les index de noms propres

La première question que je me suis posée est: comment avoir les données nécessaires pour représenter ce fameux réseau? J’ai simplement réutilisé un travail que j’avais fait pour la soutenance et le rendu de la thèse: l’index des noms propres. Il ne contient pas Schacht, cité à presque toutes les pages. La visualisation qui suit est donc le « réseau » de Schacht, mais sans lui. Cela n’aurait pas de sens de l’inclure, puisque cela donnerait comme résultat un réseau circulaire autour de Schacht. De manière générale, mon raisonnement est le suivant: si deux personnes ont été mentionnées sur la même page, il y a de fortes chances qu’on puissent considérer qu’une relation existe entre eux. L’idée peut être contestée,  mais, au vu du nombre de lien ainsi engendrés (plus de 5000), les erreurs éventuelles (des relations qui n’existent pas) ont toutes les chances d’être marginales. Toutefois, cela signifie que le résultat de cette expérience (ie la visualisation finale de ce réseau) reflète d’abord ma vision de Schacht avant de refléter son réseau réel (si jamais il peut être présenté). C’est la grande limite méthodologique de mon approche. C’était une thèse d’histoire des relations internationales, très centrées d’une part sur le régime nazi et d’autre part sur les négociations internationales touchant à l’organisation économique et monétaire du continent européen. C’est ainsi une visualisation d’un réseau se focalisant sur l’Europe et les parties prenantes aux négociations économiques et monétaires européennes et allemandes.

L’essentiel du travail: préparer les données

Travailler sur les données a été la partie la plus longue (et la plus pénible) dans la préparation de ce billet. J’ai une liste de noms et, en face, des numéros. Il faut que j’obtienne une liste de relations entre personnes. Ce travail aurait pu être automatisé, mais j’ai sous-estimé l’ampleur de la tâche. Bref, en tout et pour tout, cela m’a pris une journée complète de traitement de données « à la main » (et j’en ai toujours des crampes). A posteriori, j’aurais dû stocker ces éléments dans une base de données et les réexporter sous la forme désirée. Cela m’aurait permis d’approfondir ma connaissance du langage SQL.

Mais ce travail sur les données a aussi montré à quel point les données sont vivantes. Classant les premiers éléments par page (puisque c’est la base de ce que sont les « relations » dans cette visualisation), j’ai vu défiler des personnages liés à Schacht. J’ai vu apparaître les banquiers centraux (autour du plan Dawes puis Young et de la question des Réparations, puis des conférences des transferts), les politiques et les hauts-fonctionnaires des années 1920, les acteurs principaux du rapprochement franco-allemand (Stresemann, Briand), ceux (Curtius, Tardieu) qui l’ont abandonné. Les nazis, tout doucement, s’invitent puis deviennent majoritaires, aux détriments de ces conservateurs et militaires qui étaient, en 1933, leurs alliés et qui pensaient pouvoir contrôler Hitler. On voit le Schacht tout puissant, ministre de l’Économie et président de la Reichsbank. On le voit s’affaiblir quand émergent dans ce défilé de noms les Français du Front populaire (Blum, Delbos, Auriol), les Britanniques de l’Appeasement (Chamberlain, Eden très fugacement et pas très appeasement), les Belges de la mission van Zeeland – c’est le moment où Schacht en difficulté au sein du IIIe Reich tente de valoriser ses relations à l’extérieur pour renverser la vapeur, en vain. On voit des petits groupes d’acteurs sur des points précis – Danzig (Sean Lester, le représentant de la SDN, par exemple), la famille de Schacht. Puis, dès 1937, émergent les relations de Schacht avec certains résistants ou opposants au IIIe Reich (Canaris, Gisevius, von Hassell, Goerdeler). Enfin, en dernier lieu, les noms des accusés au tribunal militaire de Nuremberg (Schacht y a été acquitté), des procureurs, des juges et des avocats, ceux de Schacht à Nuremberg puis pendant les procès de dénazification.

Travailler sur ce type de données a aussi, en clair, été une manière de faire revivre mes recherches et ma thèse.

Une fois les données prêtes…

J’ai utilisé le logiciel Gephi, l’une des références de la visualisation de réseau5. Pour un excellent exercice pour commencer avec ce logiciel, je vous conseille ce qu’a écrit Martin Grandjean (fr | en). C’est une très bonne introduction – et très pédagogique, car vous obtiendrez des résultats immédiatement. Le résultat est l’image sur laquelle vous pouvez cliquer en haut à droite. Comment la lire?

Les mondes de Schacht

Grâce à gephi, j’ai pu isoler des « communautés ».

Le monde des négociations monétaires des années 1920

edges-années 1920Cette visualisation est marquée par mon approche chronologique. Dans cette sous-partie, vous pourrez voir apparaître le monde des négociations monétaires des années 1920. Deux noms ressortent, de manière spectaculaire: Dawes et Young – les présidents des deux comités, de 1924 (Dawes) et 1929 (Young) qui ont essayé d’organiser un système de paiement des Réparations prévues par le traité de Versailles. Cette sous-partie mélange banquiers centraux et hauts-fonctionnaires, banquiers et politiques. On y voit l’importance – pour Schacht et la Reichsbank mais pour les négociations monétaires européennes de manière générale – de Montagu Norman, gouverneur de la Banque d’Angleterre pendant l’entre-deux-guerres. Norman essaye d’asseoir une sorte de vision commune des banquiers centraux en Europe. Moins important – du moins aux yeux de Schacht (et aux miens) – les gouverneurs de la Banque de France: Émile Moreau (1926-1930) puis Clément Moret qui lui succède, avec qui les relations sont orageuses. Apparaissent également des personnalités moins connues, mais déterminantes et, en premier lieu, le Français Pierre Quesnay (qui est probablement celui qui a sauvé les discussions du comité Young en 1929 en jouant un rôle d’intermédiaire entre Moreau et Schacht) ou le Britannique Walter Layton, rédacteur en chef de The Economist dans les années 1930 et très présent à la Société des Nations pendant l’entre-deux-guerres.

Apparaissent aussi ici des hommes politiques, principalement allemands et Français: Stresemann et Briand (l’un à côté de l’autre…), ministres des Affaires étrangères de leurs pays, les deux chevilles ouvrières du rapprochement allemand ou Raymond Poincaré (nettement plus éloigné de Stresemann que Briand). Ce qui me frappe est la distance – mais peut-être liée à l’approche chronologique – existant entre Julius Curtius (successeur de Stresemann à l’Auswärtiges Amt) et Hans Luther d’un côté, et le reste de ce petit monde des négociations monétaires et financières des années 1920 de l’autre. Hans Luther, qui a été chancelier de la République de Weimar, est aussi un banquier central et succède à Schacht à la tête de la Reichsbank en 1930 et lui cède son siège en 1933.

On repère aussi des citoyens états-uniens, essentiellement des banquiers, liés, de prêt ou de loin, à JP Morgan6. Cette dernière est, sur cette visualisation, proche de Briand et Stresemann, mais, me semble-t-il surtout de Dawes et Young.

La première période nazie de Schacht (1930-1936)

La première période nazie de Schacht

La première période nazie de Schacht

La seconde sous partie touche à la période où Schacht s’éloigne de la République de Weimar et revient au pouvoir dans les valises des nazis. On y trouve quelques figures internationales (notamment, étrangement, Philippe Berthelot, diplomate français) et Herbert Hoover, président des États-Unis, rencontré par Schacht pendant un voyage en Amérique du Nord à l’automne 1930, mais surtout des figures de la République de Weimar finissante et des débuts du IIIe Reich. L’origine politique de ces personnalités est diverse – on est encore dans un cadre où les conservateurs et militaires restent au pouvoir, par alliance avec les nazis après 1930. En outre, après l’expérience Brünning (1930-1932), ce sont eux (von Papen particulièrement) qui dirigent les derniers gouvernements de Weimar. Pour les négociations monétaires internationales, très présentes en Allemagne en 1933-1934 (conférence économique et monétaire de Londres et conférences des transferts7) leurs parties prenantes sont dans le groupe précédent.

La seconde période nazie de Schacht (1936-1946): les opposants au régime

Seconde période nazie (1): les opposants

Seconde période nazie (1): les opposants

À partir de 1937, Schacht, affaibli, dont le pouvoir est capté par Göring (Armée de l’Air, Plan de 4 ans), Darré (Agriculture), Ley (Front allemand du Travail), se rapproche d’un certain nombre d’opposants au régime. Dans cette sous partie de la visualisation, on aperçoit de grands noms de la résistance au nazisme: Ludwig Beck, Goerdeler, Hans Bernd Gisevius (le témoin capital du procès de Nuremberg contre Göring, mais en faveur de Schacht), Hans Oster. Apparaissent également des personnages plus ambigus, contactés par la résistance mais qui n’ont pas accédé à leurs demandes (Brauchitsch), ou qui ont participé aux massacres sur le front Est mais ont aussi transmis des informations (Nebe, qui a dirigé l’Einsatzgruppe B) et des personnages qui ont lutté contre les opposants (Heydrich). Quelques noms étrangers apparaissent, car ils ont été contactés par ces opposants (en 1938 pour Daladier).

La seconde période nazie de Schacht (1936-1946): les procès

Autre « communauté » repérée par Gephi: les noms reliés au procès de Nuremberg – avec les exceptions de Göring (plus fermement relié à Hitler) et de Gisevius, rattaché à la résistance, bien que témoin fondamental du procès des grands criminels de guerre. Outre les accusés, on voit le nom des juges et procureurs (l’américain Jackson, les français Menton, Champetier de Ribes – et même De Gaulle, non présent au procès, mais qui a désigné les membres français de l’accusation et de la cour). Il y a aussi l’avocat de Schacht, Rudolf Dix.

D’autres communautés, plus petites, peu visibles apparaissent dans ce schéma, rappelant les liens de Schacht avec la Chine, avec certains diplomates russes, et, bien sûr, avec sa famille.

Quelles leçons tirer de cet exercice?8

Ce type d’outils requiert de la méthodologie car, bien que neufs et numériques, les utiliser reste une activité d’historien. Le premier élément de notre méthodologie, ce sont nos sources, la manière dont nous les sélectionnons et dont nous les interprétons. Ici, il s’agit d’un travail sur une source secondaire: c’est autant (voir plus) un travail sur ma thèse que sur Schacht. La visualisation montre une articulation constante entre histoire des relations internationales et histoire allemande dans l’entre-deux-guerres et sur l’Europe pour l’essentiel. C’est pour cela que les acteurs de la mission van Zeeland (1937-1938) par exemple sont très présents, alors que, dans d’autres biographies de Schacht, cette mission est à peine abordée. L’aspect chronologique du plan de thèse joue aussi beaucoup, notamment dans la manière dont ces communautés sont définies. Enfin, la visualisation n’est pas aussi nette que je ne l’aurais voulu, probablement par manque de savoir-faire en visualisation des données.

Une fois ceci dit, il y a un autre écueil méthodologique. Comment qualifier une relation qui, finalement, est définie par des statistiques de cooccurrence (les deux noms apparaissent en même temps sur les mêmes pages de nombreuses fois)? La réponse à cette question ne me semble pas claire, en dehors de l’affirmation que cette relation est d’abord liée à Schacht, à mes recherches et à la manière dont je les ai menées.

Enfin, le dernier problème méthodologique ici est la manière dont ce « réseau » est défini. Est-ce l’ensemble des personnes avec qui Schacht interagit? Oui, c’est le cas, mais avec un biais qui est la manière dont j’ai mené ma thèse et fait mes recherches. D’où la faible présence d’acteurs asiatiques, pourtant non négligeables dans une période de renversement d’alliance spectaculaire (l’Allemagne, traditionnellement alliée de la Chine, bascule vers le Japon) où le Reich continue à livrer des armes à la Chine – et Schacht participe à ces livraisons – tout en se rapprochant du Japon. D’où la forte présence de l’Europe.

Comme pour le billet précédent sur ma thèse, le but de cet exercice était aussi de voir dans quelle mesure ma thèse est bien dans l’idée que je me fais d’elle. Si dans l’ensemble, cette réponse est positive, force est de remarquer qu’un acteur déterminant n’apparaît pas: André François-Poncet, ambassadeur français à Berlin pendant la majeure partie des années 1930. Après avoir regardé plus précisément ma thèse, la raison de cette absence est double: d’une part, il n’apparaît pas dans l’index des noms propres – c’est un gros oubli, assez régulier dans les versions soutenues des thèses qui sont souvent terminée dans la précipitation – d’autre part, il n’aurait pas été très présent quoi qu’il arrive, dans la mesure où il apparaît surtout en notes de bas de page (exclues ici), comme auteur des dépêches diplomatiques.

  1. Simpson, Amos E. Hjalmar Schacht in perspective. Mouton, 1969. Print. []
  2. Pentzlin, Heinz. Hjalmar Schacht : Leben u. Wirken e. umstrittenen Persönlichkeit. Ullstein, 1980. Print. Ecrit sur commande de la famille []
  3. Kopper, Christopher. Hjalmar Schacht. Aufstieg und Fall von Hitlers mächtigstem Bankier. München: Hanser Wirtschaft, 2006. Print; Wilmots, André. Hjalmar Schacht (1877-1970). Grand argentier d’Hitler. Le Cri, 2001. Print. []
  4. Pour un point, relativement ancien, sur l’analyse de réseau en histoire, voir: Lemercier, C. « Analyse de réseaux et histoire ». Revue d’histoire moderne et contemporaine 2 (2005): 88–112. Print. []
  5. Si le consortium qui pilote son développement est désormais très international, gephi est à l’origine issu de l’un des projets phares des Digital Humanities française, e-diasporas []
  6. Non John Pierpont Morgan, mais la banque – c’est la seule institution apparaissant sur ce schéma []
  7. Les conférences des transferts,organisées par la Reichsbank à Berlin, finissent par imposer aux créanciers privés de l’Allemagne un système de paiement fondés sur le Reichsmark et non en devises, qui favorise les investissements en Allemagne. []
  8. Merci à Sébastien Barret qui a relu ce billet et formulé quelques critiques que j’essaye de prendre en compte ici. []
Nuage de mots clés: ma thèse

De quoi parle ma thèse? Exercice de réflexivité à l’aide d’un outil informatique

[Propos liminaires: L’utilisation du logiciel IRaMuTeQ est quelque chose de nouveau pour moi, tout comme les méthodologies, concepts, principes qu’il utilise. Les lecteurs expérimentés me pardonneront mes erreurs théoriques et/ou méthodologiques et, éventuellement, m’en feront part dans les commentaires.]

J’ai écrit une thèse (voir l’encadré ci-contre pour la version publiée) sur un dignitaire du IIIe Reich, avec une forte orientation d’histoire des relations internationales, école historique dont je suis issu. Bien sûr, il ne pouvait s’agir de ne regarder que les aspects internationaux de l’action d’un président de la Reichsbank, tout comme je ne pouvais me limiter à n’étudier qu’une seule personne. Ce type de sujet implique nécessairement de regarder l’insertion d’une politique internationale et d’une personne dans des structures nationales, sous peine de rater l’essentiel.

Ma préoccupation, ici, est la suivante: la thèse que j’ai écrite correspond-elle vraiment à l’idée que je m’en fait? Ai-je vraiment écrit ce que j’ai cru écrire?

Pour essayer (partiellement) de répondre à ces questions appliquées à ma thèse, j’ai tenté d’utiliser un logiciel, IRaMuTeQ, qui s’appuie sur le logiciel R pour pratiquer une analyse de textes1 Dans un premier temps, il a fallu convertir le fichier contenant ma thèse en format texte – l’analyse qui suit ne comprend ainsi pas les notes de bas de page. Il faut ensuite formater le texte, selon les instructions décrites ici. Dans le cas de ma thèse, j’ai simplement formaté en fonction des chapitres.

Nuage de mots clés: ma thèse

Nuage de mots clés sur le texte de « Hjalmar Schacht, financier et diplomate »

Une fois le logiciel installé, le corpus formaté, j’ai commencé par la plus simple des analyses graphiques: le nuage de mots-clés. Le résultat ne donne pas grand chose de surprenant: Schacht au milieu – ça tombe bien! – accompagné des mots clés « Reichsbank », « allemand », « gouvernement », « politique »… Ce n’est ni instructif (mais la visualisation des données n’a pas nécessairement à être instructive, elle doit d’abord pousser à un questionnement), ni très interpellant.

Continuons donc l’exploration. Je demande à IRaMuTeQ de procéder à une classification méthode Alceste2. IRaMuTeQ me retourne un dendogramme:

Dendogramme

Dendogramme issu de l’analyse de ma thèse.

Pour comprendre ce que dit ce dendogramme, il faut regarder les « profils » (classes sur le dendogramme), c’est-à-dire les mots classés en huit groupes par similitudes. Le dendogramme associe ces profils entre eux. Voilà ce que j’ai pu en déduire:

  • Les huit profils sont regroupés, en gros, en deux groupes: l’un est relatif à l’histoire économique de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, l’autre à son histoire politique;
  • La partie « histoire économique » contient deux sous-groupes. Le premier est constitué des profils 6 et 7. Le profil 6 contient un champ lexical qui se rapporte au marché, à l’épargne et aux bons MEFO. C’est ici du financement du réarmement allemand des années 1930 qu’il s’agit. Le profil 7 contient des mots relatifs aux matières premières. L’approvisionnement allemand en matières premières était déterminant pour le réarmement: les profils 6 et 7 sont associés parce qu’ils sont les deux facettes des discussions (et actions) économiques et financières du réarmement.
  • Le second sous-groupe de la partie « histoire économique » est lui-même encore divisé en deux.
    • D’un côté, le profil 1 qui touche aux discussions diplomatiques économiques de l’Allemagne dans les années 1920 et 1930 (colonies, mission van Zeeland, livraisons d’armes à la Chine, Eupen et Malmédy…). On y retrouve les noms de certains ministres des Affaires étrangères, dont von Neurath. Le fait que Van Zeeland3 soit en second montre, je crois, ma forte inclinaison pour la seconde partie des années 1930.
    • D’un autre côté, les profils 4 et 5 touchent aux réparations et au système de paiement (et ses conséquences) des réparations: le profil 5 parle du Comité Young (1929) et de la conférence de La Haye (1929-19304). On y retrouve quelques banquiers centraux, français, qui ont joué un rôle important pendant les discussions parisiennes du comité Young: Moreau et Quesnay. Mais aussi les ministres des Affaires étrangères français (Briand) et allemand (Stresemann) en 1929. Le profil 4 touche aux négociations sur les transferts, après 1933, quand l’Allemagne impose à ses créanciers d’être payés en Reichsmarks qu’ils ne peuvent dépenser qu’en Allemagne. On y retrouve la BRI et Simon Fraser qui la dirige, ainsi que Montagu Norman (Banque d’Angleterre). Ce dernier, sans jamais être présent à ces conférences des transferts de 1933-1934, les influence fortement.
  • La partie « histoire politique » est divisée en deux sous-groupes elle aussi.
    • Le premier, le profil 8, évoque les procès de Nuremberg et en dénazification qui ont touché Schacht de 1945 à 1950.
    • Le second est divisé en deux: le profil 3 qui reflète le vocabulaire politique que j’ai utilisé et, du coup, les orientations politiques de Schacht: le libéralisme (avant 1926), mais aussi, à partir de 1933, le thème de l’antisémitisme. Le profil 2 est lui relatif à la résistance conservatrice allemande, à laquelle Schacht a été lié.

En faisant une analyse de similitudes – autre outils d’IRAMUTEQ, on s’aperçoit que le lien le plus fort qui existe entre ces différents thèmes dans ma thèse est Schacht lui-même. Ce qui est d’une grande logique pour une biographie. Cela-dit, les huit profils fournissent finalement une image intéressante – quoique incomplète, puisqu’il n’y a aucun profil touchant à l’histoire sociale ou culturelle – de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres et donne de nombreux éléments sur les relations internationales économiques de l’époque. Niveau personnel, niveau national, niveau international sont reliés. C’est globalement l’idée que j’ai de ma thèse.

  1. IRaMuTeQ est un acronyme signifiant: « Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de Textes et de Questionnaires ». C’est un logiciel libre qui s’inspire notamment d’Alceste et utilise le logiciel statistique R. Documentation d’installation. []
  2. Description de la méthode Alceste []
  3. Paul van Zeeland a été Premier ministre de la Belgique de 1935 à 1937. Il est notamment connu pour avoir réussi la dévaluation de la monnaie belge en 1935, être revenu à une politique de neutralité et avoir limité la montée du fascisme en Belgique en ayant battu à une élection partielle le rexiste Léon Degrelle. Pour ma thèse et mes travaux précédents, je l’ai particulièrement abordé au sujet de la mission van Zeeland, une mission diplomatique qu’il a entreprise à la suite d’une initiative franco-britannique de 1937 à 1938. Le but de cette mission était d’analyser les conditions d’une sorte d’apaisement économique en Europe, incluant l’Allemagne et l’Italie. []
  4. La conférence de La Haye transforme le plan Young en accord interétatique, avec cependant des modifications non-négligeables. []

Schacht, Darré, Göring, Ley: Versuch einer funktionalistischen Analyse

Voici un texte, non publié, qui a été préparé pour un séminaire à l’Université de Sarre. Le début est reproduit ici, la suite est disponible en PDF.

Seit den siebziger Jahren sind die französischen Historiker „agnostisch1“, das heißt, dass die meisten keine Stellung zu den deutschen Debatten zwischen Funktionalisten und Intentionalisten bezogen haben. Noch im Jahr 2000 wollte zum Beispiel Pierre AYÇOBERRY, in einem Artikel kein Urteil fällen. Er meinte nur, dass die Historiker diese Debatte zu Ende führen müssten 2 . In einem anderen Artikel, auch aus dem Jahr 2000, beschrieb Édouard HUSSON den Historikerstreit und demonstrierte, dass es eine Änderung des Paradigma in der Nazismusforschung gegeben habe, ohne aber genau Stellung zu beziehen 3 . Deswegen ist es für einen französischen Doktoranden nicht einfach, den Funktionalismus oder den
Intentionalismus zu erörtern.

Aber nach einigen Jahren Arbeit über Schacht, war die Verbindung zwischen einer Biographie Schachts und eine funktionalistischen Analyse naheliegend und das aus zwei Gründen. Der erste Grund betrifft das biografische Genre. In seinem Artikel, Die Illusion der Biographie (1986), schrieb der Soziologe BOURDIEU, dass eine Biographie auf dem falschen Postulat eines rückblickenden Zusammenhangs des Lebens einer Person beruht, weil die Biographie die Strukturen, in denen die Person sich bewegt(e), ignoriert 4 . Um diese Gefahr zu meiden, dient gerade ein funktionalistischer Ansatz dazu, die historisch betrachtete Person in einen ausgedehnten Rahmen zu stellen. Der zweite Grund liegt in der günstigen Quellenlage, die uns ermöglicht, den Streit zwischen Schacht und den hohen Mitgliedern der NSDAP gut und detailliert zu verfolgen und daher einen funktionalistischen Ansatz erlaubt.

In meinem Referat, werde ich über die Zeit von Sommer 1935 bis zu Schachts Rücktritt im November 1937 sprechen. Das betrifft zwei Auseinandersetzungen. Der erste Streit ist sehr bekannt und dreht sich um die Macht Görings im deutschen Wirtschaftsleben, als die deutsche Wirtschaft eine sehr ernste Versorgungskrise erlebte. Zu diesem Thema, können Sie zum Beispiel das Buch Autarkiepolitik im Dritten Reich von Dieter PETZINA lesen 5 . Der zweite Streit ist ein bisschen weniger bekannt, und betrifft die Leitung des deutschen Handwerks. Nach der Beschreibung dieser zwei Auseinandersetzungen, werde ich eine funktionalistische Analyse versuchen.

Lire la suite…

Hjalmar Schacht, financier et diplomate: rapport et mémoire de thèse

Voici le texte que j’avais préparé pour ma soutenance en décembre 2006. Vous pouvez également télécharger:

D’où vient ma thèse? Lors de travaux antérieurs, à l’iep de Strabsourg puis à l’Institut des Hautes Études Européennes, le personnage de Schacht avait retenu mon attention pour plusieurs raisons :

  • En premier lieu, il y a son jeu difficilement cernable de 1936 à 1938,
  • En second lieu, il y a l’originalité du parcours d’un homme, deux fois président de la Reichsbank, sous Weimar et sous le IIIe Reich ; (national-libéral, libéral de gauche puis conservateur),
  • En troisième lieu, l’absence de travaux universitaires se concentrant sur lui. D’hagiographies en brûlots, l’historiographie autour de Schacht ne permettait pas une évaluation poussée de son parcours,
  • Enfin, il y a la question du choix, liée à l’entre-deux-guerres, entre communisme et fascisme, entre organisation de l’Europe et nationalisme, entre priorité politique et priorité économique. Schacht a accepté de travailler avec les nazis. Ses choix n’étaient pas exceptionnels : le parcours de Schacht est original parce qu’il est spectaculaire, mais il est également à l’image du destin allemand dans la première moitié du XXe siècle.
Hjalmar Schacht

Photographie de Hjalmar Schacht, provenant de la "Bain Collection", disponible à la Library of Congress.

Il a fallu « construire » une problématique, en prenant garde de ne pas tomber dans l’« illusion biographique » : j’ai choisi de me placer sur le plan des relations internationales. Comment Schacht conçoit-il le rôle de l’Allemagne dans le monde ? Cette question a permis de faire émerger une forme de continuité : l’obsession de l’indépendance de l’Allemagne vis-à-vis de circuits financiers et économiques anglo-saxons et, dans une moindre mesure, français.

Quelles archives ai-je consultées ? Il a paru évident de commencer par le dépouillement des dépôts allemands classiques de l’entre-deux-guerres : la Reichsbank, le ministère de l’Économie du Reich et la chancellerie.

Le fond Schacht à la Reichsbank est volumineux, même en ignorant les très nombreuses liasses consacrées à des revues de presse. Il a permis d’établir une chronologie fiable, d’attirer l’attention sur certains événements (par exemple les effets désastreux des discours de l’été 1934 sur l’opinion publique britannique) et de consulter des documents essentiels, comme les procès-verbaux des conférences des transferts, sans oublier les très nombreux discours. Les ruptures chronologiques entre les trois parties ont aussi été définies dès cette période :

  • la rupture entre la première et la seconde partie de la thèse, l’été 1934, qui semblait plus pertinente que mars 1933. C’est en effet en août 1934 que le Reich sort définitivement du multilatéralisme ;
  • le départ du ministère de l’Économie en novembre 1937, qui extrait Schacht du processus de décision du IIIe Reich.

La consultation des archives très connues de la chancellerie a permis d’insérer Schacht dans la logique polycratique du IIIe Reich. En ce sens, cette étape des recherches a été déterminante : il a fallu à ce moment choisir entre intentionnalisme ou fonctionnalisme dans ce débat historiographique. La consultation des archives concernant les conflits entre Schacht et Ley et la lecture de la biographie de Hitler par Ian Kershaw m’ont poussé à faire le choix de l’interprétation fonctionnaliste du régime nazi, reposant sur l’analyse des structures et surtout sur la notion de pouvoir charismatique. J’ai cependant modéré cette analyse en mettant également en avant des facteurs idéologiques. Il s’agissait aussi de tenter d’analyser les interactions entre individus, structures du régime et relations internationales.

De plus, la question de l’influence de Schacht sur les relations avec la Chine a également été posée par la consultation des archives de la chancellerie.

Après la lecture de ces archives allemandes, un problème de méthode liée au genre biographique s’est posé : comment passer outre la phase classique de détestation profonde du sujet étudié ? Une pause dans la consultation des archives a permis de revenir à une vision neutre de Schacht.

La seconde phase de consultation des archives a concerné des centres français et internationaux.

  • Les fonds de la Banque de France, conjointement à la lecture des archives diplomatiques publiées, ont montré à quel point la conférence sur le plan Young et sa préparation sont déterminants pour expliquer la rupture de Schacht avec la République de Weimar. Cette rupture se situe entre les réunions du Comité des experts et la seconde conférence de La Haye et se concrétise par la démission de 1930.
  • L’importance du Comité des experts dans le parcours de Schacht a été confirmée par les documents consultés à la Banque des Règlements Internationaux à Bâle. Ces documents m’ont d’ailleurs poussé à relativiser le rôle de Schacht dans la création de cette banque. Ils m’ont également poussé à nuancer le contenu des notes inédites de Clément Moret sur le Comité des experts qui reposent à la Banque de France.

Le second centre international d’archives est celui de la Société des Nations. Il a apporté un éclairage sur la conférence de Londres de 1933 et sur la question de Danzig. Le fond de Sean Lester notamment apporte une analyse économique de la Ville Libre et met en valeurs le rôle de Schacht en 1935 sur cette question.

Les archives non-allemandes m’ont poussé à revenir dans les archives allemandes dans la dernière phase des recherches.

  • À Fribourg, les archives militaires ont mis en valeurs les tenants et aboutissants des conflits entre Schacht, Darré et Göring et ont assis l’analyse polycratique du régime.
  • À Berlin, j’ai cherché des documents complémentaires sur le plan Young, sur la Chine, sur les transferts, sur les relations avec la Banque de France.
  • À Coblence, il restait à dépouiller le fond Schacht, qui a réservé quelques surprises, et a, parallèlement aux archives françaises et bâloises, montré l’importance de la question d’Eupen et Malmédy et de la Belgique en général dans la vie de Schacht.
  • À Munich et Hanovre, les archives sur le procès des grands criminels de guerre et sur la dénazification m’ont été utiles dans une double perspective : d’une part l’analyse de la période 1945-1950 et d’autre part l’utilisation des témoignages pour la période 1933-1945.

Ces témoignages ont été à la fois riches d’informations et méthodologiquement problématiques. Un exemple : le témoignage de Kurt Schmitt, ancien ministre de l’Économie, à Ludwigsburg en 1948. Il donne des éléments pour comprendre la concurrence que se sont livrés Schmitt et Schacht au printemps 1934 dans le cadre de la logique polycratique émergente et de la crise de régime de juin-juillet 1934.

Ce même témoignage montre cependant les limites méthodologiques de l’utilisation de ce type de sources : Schmitt a une mémoire défaillante, il est souvent confus sur des événements  qui remontent à plus de dix ans. Son récit de la réunion de financement de la campagne de la NSDAP en février 1933 est clairement faux.

Enfin, les archives de Hanovre ont permis de définir la date de fin de la thèse, 1950, date de la dénazification officielle de Schacht. Ce choix permettait ainsi de commencer avec les causes du rapprochement entre Schacht et les nazis, de raconter son rôle sous le IIIe Reich et, enfin, d’en analyser les conséquences après guerre.

Quels sont les apports de cette thèse ?

J’ai essayé de répondre à un certain nombre de questions se posant sur Schacht.

Schacht a-t-il été un opportuniste ? Distinguons ici trois aspects :

  • vis-à-vis des institutions, il ne s’est pas embarrassé de scrupules. Considérant la République de Weimar, lorsqu’il apparaît clairement qu’elle n’est pas capable, entre 1929 et 1930, d’atteindre certains objectifs – soit la fin des réparations, soit l’obtention d’un surplus d’exportation ou encore le retour des colonies – Schacht démissionne et, après avoir tenté de se rapprocher de Brüning, se rapproche des nazis et fait le choix implicite de la fin de la Démocratie.
  • Vis-à-vis des idées, l’appel aux colonies, la lutte contre le traité de Versailles, la restauration d’une puissance militaire, l’influence allemande en Mitteleuropa, par exemple, sont des constantes du comportement de Schacht, y compris après 1945. Il n’y a alors pas d’opportunisme.
  • Enfin, il y a aussi stabilité des techniques financières employées par Schacht et stabilité de leurs finalités. La Golddiskontbank, par exemple, a pour but de recréer un stock d’or pour le Reichsmark d’une part et de faciliter les exportations allemandes. Les propositions de Schacht d’avril 1929 au comité des experts concernent aussi l’accroissement des exportations allemandes. Le projet soumis à débat dans les années 1950 et 1960 pour faciliter les investissements à l’étranger se situe également dans cette perspective.

Schacht a-t-il été, comme le suggèrent certaines hagiographies, un visionnaire ? La réponse est négative. Dans la première moitié du XXe siècle, particulièrement après la Première Guerre mondiale, se pose une question essentielle : quelle organisation pour l’Europe ? L’État-Nation est-il toujours la forme pertinente d’organisation économique ? Dans une perspective « schmollerienne », Schacht reste un nationaliste et un mercantiliste : il est clairement passé à côté des débats sur les questions européennes.

De plus, je crois avoir montré que Schacht, étant donné les fonctions qu’il a occupées, s’est parfaitement intégré au IIIe Reich. Schacht n’a pas été membre du parti nazi, mais il fut une part du Béhémoth par ses relations avec Hitler, Goebbels ou Göring ; par sa participation à la propagande du Reich ; par ses initiatives, comme le mémorandum de mai 1935 qui a pour conséquence la mise en place des lois antisémites de Nuremberg ; par sa participation aux luttes intestines constantes qui caractérisent le régime nazi.

Il faut également détruire l’image d’un Schacht « philosémite ». L’antisémitisme de « dissimilation », qui sépare les Juifs de la communauté nationale, prôné par Schacht et les conservateurs qui se sont alliés aux nazis, a été une condition de l’arrivée au pouvoir de Hitler. De plus, cet antisémitisme conservateur a renforcé le processus de radicalisation de la politique raciale du IIIe Reich. Pour autant, ce même antisémitisme de « dissimilation » est un facteur de marginalisation de Schacht. Les lois de Nuremberg mettaient un terme, du point de vue de Schacht, au « problème Juif ». Pour le nazisme, elles représentaient plutôt une étape. Le grand pogrom de novembre 1938 pousse Schacht à proposer une solution financière favorisant l’émigration des Juifs le mois suivant. Cette solution montre cependant l’importance des préjugés raciaux et culturels de Schacht, car elle repose sur des présupposés antisémites inacceptables pour les Juifs.

Enfin, il me semble avoir montré pourquoi Schacht a fait l’objet d’une clémence certaine lors des procès d’après-guerre. À Nuremberg, la volonté politique, finalement acceptée par les Soviétiques, d’assurer aux accusés un procès le plus équitable possible, la logique de « complot » utilisée par l’accusation et qui ne peut commencer qu’à partir de 1937 et du protocole Hoßbach et enfin la hiérarchisation des peines et des accusés mènent à l’acquittement de Schacht.

Lors de la longue procédure de dénazification de Schacht, après un premier procès inéquitable, la complexité de ces procédures, la rivalité entre Länder, la logique de la loi de dénazification qui prévoit la relaxe pour les résistants, permettent à Schacht d’être libéré. Il est en fait un symbole des limites du processus de dénazification, qui voit des subalternes subir des peines plus importantes que certains anciens dignitaires du IIIe Reich. Schacht n’est pas, dans cette logique, un cas isolé. La multiplication des témoignages en sa faveur correspond à ces Persilscheine, des attestations, si souvent avancés dans les procès par les « concernés » pour attester de leur bonne foi sous le IIIe Reich.

Il reste aujourd’hui certaines zones sombres sur le parcours de Schacht.

La carrière de Schacht après 1950 mériterait une étude, éventuellement intégrée dans un sujet plus large qu’une biographie sur Schacht.

Son activité politique intérieure peut beaucoup nous apprendre sur la rfa. En effet, les liens entre certains milieux (le Rhein Ruhr Klub, la csu) et d’anciens dignitaires du régime nazi (comme Schacht) ou de la République de Weimar (comme Brüning ou Luther) montrent que la création et l’ancrage de la rfa en Europe de l’Ouest n’ont pas été une évidence pour tous les Allemands. L’évolution politique de Schacht dans les années 1960, lorsque l’Allemagne est confrontée au phénomène « Mai 68 », devrait également être étudiée.

Sur cette même période, une étude sur l’activité bancaire et internationale de Schacht manque. Quel est, par exemple, son comportement vis-à-vis de l’indépendance du Togo et du Cameroun, anciennes colonies allemandes ?

Pour conclure, cette thèse m’a poussé à mener une réflexion sur la notion de responsabilité en politique. Schacht, à force de refuser les compromis nécessaires au fonctionnement de la démocratie, a finalement accepté de se compromettre sous le IIIe Reich.