Archives par étiquette : public history

Vinck Dominique et Natale Enrico, « La transformation des sciences historiques. La part du numérique »

Alors que les discours historiques produits par une diversité d’acteurs se multiplient de façon exponentielle sur le web, la majorité des historiens académiques restent réticents à s’engager dans des projets d’histoire numérique, préférant le rôle de spectateur passif des évolutions de la place de l’histoire dans les sociétés contemporaines.

Vinck Dominique et Natale Enrico, « La transformation des sciences historiques. La part du numérique », in: Gorga Anne et Leresche Jean-Philippe (éds), Disciplines académiques en transformation. Entre innovation et résistances, Édition des archives contemporaines, Paris, 2015, p. 89‑104.

1 Jour – 1 Poilu: exemple de contribution des «amateurs» à la narration de l’histoire

Edit, 8 décembre 2015. Étant donné l’intérêt des commentaires, je conseille vivement à mes lecteurs de les lire. Ils sont particulièrement éclairants sur #1j1p et sur les relations entre historien.ne.s universitaires et historien.ne.s non-professionnels.

La base des données des morts pour la France de la Première Guerre mondiale est l’un des ensembles de « documents numérisés et [d’]informations issues des fonds d’archives et des collections conservés par le ministère de la Défense» (selon ses propres mots) proposés par le site  Mémoire des Hommes qui dépend du ministère de la Défense. Cette base de données est d’abord une collection de scans des actes administratifs déclarant un poilu mort pour la France, soit 1,3 millions de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale. Si l’image d’une source primaire est utile pour un.e historien.ne, elle ne permet qu’une lecture proche, avec des moyens de recherche limités aux quelques éléments, très pauvres1, qui ont été indexés au moment de la publication de la base de données. La recherche est ainsi rendue plus complexe, plus dévoreuse de temps, moins efficace et risquée dans la mesure où l’on peut manquer des informations. Presqu’aucune lecture distante n’est possible. Un module d’indexation collaborative a cependant été prévu, afin de donner la possibilité à qui voudrait d’effectuer une reconnaissance de texte «humaine» de ces images. J’ai critiqué ce module il y a environ un an. Continuer la lecture

  1. Nom et prénom(s), date et département de naissance, comme le montre cette fiche, non indexée le 4 décembre 2015. Cela signifie par exemple que l’on ne peut faire de recherche par lieu de décès ou par régiment. []

Une mise en données par les foules: histoire et crowdsourcing (#ncph2014)

What's on the Menu?

What’s on the Menu?

Ayant eu la chance de présenter l’encyclopédie du LabEx EHNE à la conférence annuelle du National Council for Public History à Monterey, j’ai pu assister à une session sur le crowdsourcing, présidée par Mark Tebeau (Arizona State University – Mark avait participé à l’une des conférences Humanités numériques au Luxembourg que j’ai organisée pour le CVCE en 2012). Continuer la lecture

Contemporary history in the digital age / L’histoire conteporaine à l’ère numérique

"Contemporary history in the digital age" / "L'histoire contemporaine à l'ère numérique" - Couverture.

« Contemporary history in the digital age » / « L’histoire contemporaine à l’ère numérique » – Couverture.

En 2009 s’est tenu au Luxembourg une conférence que j’ai organisée pour le CVCE sur le sujet « l’histoire contemporaine à l’ère digitale ». Après beaucoup d’efforts et surtout de retard, les actes, co-dirigés avec Serge Noiret (Institut Universitaire européen de Florence) sont enfin disponibles (en version papier et bientôt eBook).

Résumé

Depuis plusieurs décennies, les usages du numérique en histoire se multiplient. Mais l’histoire contemporaine est parfois restée à la marge de ce mouvement. Ce livre, qui recouvre divers usages du numérique, ses outils, ses méthodes, sera à la fois une bonne introduction pour les historiens désirant se renseigner sur les usages informatiques en histoire contemporaine, et un outil utile aux chercheurs et aux enseignants plus rompus à cette utilisation. Cet ouvrage leur permettra de comparer leurs pratiques et de les approfondir dans le cadre des humanités numériques.

Digital practices in the field of history have become more and more widespread in recent decades, but contemporary historians have often tended to remain on the sidelines of this trend. This book, which covers a wide range of digital practices, tools and methods, will serve both as a solid grounding for historians keen to learn how information technology can be applied to contemporary history, and as a useful tool for researchers and lecturers who already have a degree of experience in this area. It will enable scholars to compare and further their practices in the area of digital humanities, providing a comprehensive vision of the emerging field of digital history.

Table des matières

  • Marianne Backes et René Leboutte: Avant-Propos
  • Frédéric Clavert et Serge Noiret: Introduction
  • Marin Dacos: Cyberclio. Vers une Cyberinfrastructure au coeur de la discipline historique
  • Gino Roncaglia: Web 2.0 and the Future of Research. New Tools for Research Networks
  • Andreas Bagias: Organisation et exploitation des archives du Parlement européen dans un environnement électronique
  • Annick Batard: La presse écrite généraliste française sous l’emprise du Web. Une ressource de l’histoire culturelle contemporaine ?
  • Éva Deák: Study, Store and Share Unpublished Primary Sources. The Example of the Parallel Archive
  • Aurore François: Capitaliser les ressources sur l’histoire socio-politique de la justice belge (1795-2005). Le portail just-his.be
  • Stefan Halikowski-Smith: How Are European National Libraries Responding to «Big Digitization»?
  • Genaro Vilanova Miranda de Oliveira: Heterographies in Historiography. The Web and Perspectives on Historical Writing
  • Patrick Peccatte: Une plate-forme collaborative pour la redocumentarisation d’un fonds photographique historique
  • Serge Noiret: Digital History 2.0
  • Tsuriel Rashi/Isaac Hershkovitz: The Media Memory Agenda and the Struggle against Holocaust Deniers
  • Gerben Zaagsma: Using Digital Sources in Historical Research. Jewish History on the Internet
    Olivier Le Deuff: Nouveaux outils et science. L’archéologie pour faire « sens »
  • Tito Menzani: When the Web is Useful for Scientific Output. The Case of Italian Historiography on the Cooperative Movement
  • Alain Michel/Shadia Kilouchi: Renault-Billancourt’ C5 Workshop in the Digital Age. A New Story of the 1922 Assembly Line
  • Philippe Rygiel: La diffusion des produits de la recherche historique à l’ère du Web 2.0. Une étude de cas
  • David Bodenhamer: The Spatialization of History. A New Web Paradigm
  • Marie-Pierre Besnard: Renouveler l’expérience muséale à l’heure du Web. Le e-musée
  • Milagros Garcia Perez/Cristina Blanco Sio-Lopez: Interacting Localities. The Case of the «Biblioteca Municipal de Estudios Locales de La Coruñ» (BMEL) and its Prospects on collaborative Online Library Systems for the Study of Contemporary History
  • Richard Hacken: Online Primary Documentation of Contemporary History. Trends, Changes and Consequences in the New Millennium
  • Élodie Nowinski: «Last Nite Deezer saved my class». Écrire et enseigner l’histoire du rock
  • Enrica Salvatori: Listening to, Watching, Living and, Ultimately, Learning History. On and off the Web.
  • Frédéric Clavert – Conclusion

La suite des conférences DHLU

Cet ouvrage est issu du premier colloque Digital Humanities Luxembourg (DHLU). Il a été suivi d’un second (« Websites as sources » – 2012, associé à THATCamp Luxembourg/Trêves). Un troisième sera organisé par mes anciens collègues du CVCE et de l’Université du Luxembourg en décembre prochain.