Archives par étiquette : réseaux sociaux

Appel à commentaires: pourquoi les réseaux sociaux pour chercheurs intéressent-ils tant?

Pourquoi les réseaux sociaux pour chercheurs intéressent-ils tant? J’ai publié il y a quelque jour un billet sceptique sur ces réseaux. Jamais, absolument jamais, une publication sur ce site n’a eu autant de succès, à ma grande surprise. Pour moi, ce texte était intéressant, mais pas autant que ce que j’ai déjà écrit sur la mise en données de l’histoire ou la lecture des sources à l’ère numérique. Pourtant, il a été twitté plus de 90 fois, publié sur facebook plus de 30 fois et certains l’ont même commenté sur Google+, le réseau social fantôme (ou matrice).

En conséquence, je m’interroge et cherche des explications. Voici quelques pistes, inspirées notamment d’un échange de mails avec Claudie Paye, mais aussi d’autres lectures publiées depuis ou peu de temps auparavant:

  • La nécessité plus grande de faire la promotion de sa propre recherche. Dans un contexte national et international de concurrence accrue – par la pression des créanciers de la recherche, par la crise qui rend les postes rares;
  • La volonté de s’auto-évaluer – participer à des réseaux sociaux (spécialisés ou non, d’ailleurs), c’est aussi pouvoir mesurer l’audience de ses recherches. Cette mesure (quand elle est un peu élaborée, on appelle ça ‘altmetrics’) est un argument que l’on peut faire valoir lors de la rédaction de demandes de financement;
  • La demande des institutions de recherche: elles aussi sont soumises à une plus grande concurrence – c’est la logique d’academia.edu – et pour faire valoir les travaux de leur personnel, les réseaux sociaux sont un moyen parmi d’autres;
  • La demande des institutions d’évaluation et de financement de la recherche: l’évaluation de la recherche continue de se faire sur la base des publications dans des journaux à comité de sélection. Mais, ces institutions regardent de plus en plus ce qui s’appelle « l’impact » de nos recherches sur la société. Les réseaux sociaux (non spécialisés, pour le coup) offrent un moyen parmi d’autres d’évaluer cet impact;
  • Tous les autres, éditeurs, entreprises privées diverses, qui ont un intérêt à savoir ce que font les chercheurs, ce qu’ils publient, la manière dont ils sont perçus.

Ce ne sont que quelques pistes: le débat mérite de continuer, d’autant plus s’il intéresse les foules. Publiez des billets, commentez-les (le mien, le vôtre, ceux des autres) et voyons ce qui en émerge.

Quelques références

Les réseaux sociaux pour chercheurs: une illusion?

Un récent débat autour du libre accès aux données et publications scientifiques et d’un réseau social pour chercheurs1 m’a poussé à me poser une question que j’ai déjà effleurée ici ou .

Des réseaux sociaux spécifiques aux chercheurs ont-ils une quelconque utilité pour les chercheurs? Qu’apportent-ils de plus que les outils sociaux génériques comme twitter, facebook ou des logiciels avec couche social comme Google Drive, par exemple?

Contexte du débat

En faisant une simple recherche sur un moteur de recherche, en anglais comme en français, on trouve assez facilement des références sur le sujet. À THATCamp Paris 2012, une session avait été organisée sur le sujet. Elifsu Sabuncu et Antoine Blanchard, de 2e Labo, avaient argumenté en faveur du logiciel elgg. Un an auparavant, l’Institut historique allemand avait organisé un colloque « Dans la Toile des médias sociaux : nouveaux moyens de communication et de publication pour les sciences humaines et sociales » qui abordait également le sujet. L’URFIST de Paris a mis en ligne une présentation résumant certains enjeux. À Bordeaux, plusieurs chercheurs ont monté un projet de réseau social pour la recherche à portée régionale, mais avec en ligne de mire le niveau national (et au-delà). Ce projet n’a pas été financé.

Aujourd’hui, il existe un certain nombre de réseaux sociaux pour chercheurs: ResearchGate (RG), MyScienceWork (MSW) ou Academia.edu. Certains logiciels de gestion des données bibliographiques (mais qui vont souvent au-delà) comme Zotero mais surtout Mendeley ont une couche sociale, assez légère pour Zotero, plus dense pour Mendeley.

Sur les cinq réseaux mentionnés dans le paragraphe précédent, seul Zotero est financé sur fonds publics et développé au sein d’une université2. MyScienceWork est basée au Luxembourg et, selon leur site, est une start-up qui a obtenu une levée de fonds, dont certains sont privés, d’autres proviennent de l’État luxembourgeois. ResearchGate est, selon la page Wikipédia, une entreprise basée à Berlin, fondée par des scientifiques, ayant fait l’objet de trois séries de levée de fonds depuis 2010. Parmi les investisseurs est nommé Bill Gates par exemple. Je n’ai pas trouvé mention de financements publics – mais il peut y en avoir. Academia.edu a fait l’objet de deux séries de financement depuis 2008. Parmi ses « business angels » semble figurer Mark Shuttleworth, fondateur d’Ubuntu, société qui développe une distribution de GNU/Linux. Enfin, fondée fin 2007 par trois scientifiques allemands à Londres, Mendeley est une compagnie privée ayant à ses débuts bénéficié d’investissements provenant du milieu IT, mais aussi scientifique. En 2013, elle a été rachetée par le géant Elsevier.

Chacun de ces réseaux a ses propres particularités:

  • Academia.edu donne une vision plutôt institutionnelle de la recherche. L’URL menant à votre profil dépend de votre institution et évolue quand vous changez de poste: de http://cvce.academia.edu/FrédéricClavert l’url de mon compte est passée à http://paris-sorbonne.academia.edu/FrédéricClavert. Si vous utilisez l’ancienne adresse, elle sera redirigée vers la nouvelle;
  • ResearchGate insiste beaucoup plus sur les publications des chercheurs et les moyens d’évaluer votre succès personnel avec un « RGscore » que j’ai déjà évoqué ici;
  • MyScienceWork, que je ne connais presque pas, semble insister (comme Mendeley) sur le libre accès aux données scientifiques – ce qui est étrange quand on demande un login pour télécharger les publications… – et la connexion du libre accès avec la notion de communauté « globale » de la recherche;
  • Mendeley et Zotero sont tous deux bien plus centrés sur le partage de données bibliographiques. Mendeley insiste bien plus sur le croisement entre ces données et un réseau social, zotero, par le biais des groupes, sur la constitution en commun d’une bibliographie (qui est fondamentale en recherche) et sur la notion avancée par Dan Cohen3 de curated communities en décembre 2009 à Florence.

Cela dit, certains de ces réseaux ont aussi des points communs. Quelques exemples:

  • Donner la possibilité au chercheur de contrôler la valorisation et la diffusion de leur recherche;
  • La revendication plus ou moins bien respectée du libre accès aux données scientifiques pour certains d’entre eux;
  • La notion de communauté scientifique (parfois au pluriel) – communauté scientifique peu définie par ailleurs;
  • Ils me semblent tous ignorer le fait que beaucoup de chercheurs ont aussi une très forte activité d’enseignement.

Certaines fonctionnalités tendent également à se rejoindre: ResearchGate donne désormais les moyens de regarder leur « RGScore » par institution de recherche, se rapprochant d’Academia.edu. Dans cet ensemble, Zotero me semble faire figure d’exception à plusieurs titre (et ce n’est pas pour rien que je milite en faveur de zotero):

  • Financé sur fonds publics ou du moins non commerciaux (CHNM / Mellon foundation);
  • La couche sociale est volontairement limitée à l’élément le plus important: le partage des données bibliographiques et la possibilité de les construire en groupe;
  • En conséquence, le point central de zotero reste votre pratique de la recherche et, en conséquence, reste le logiciel zotero lui-même et non nécessairement la couche sociale du logiciel;
  • Par sa pratique de l’open source, zotero se présente comme une base pour d’autres développements, qui font potentiellement de zotero un logiciel central des pratiques numériques (non nécessairement sociale) des chercheurs.

En limitant volontairement sa couche sociale, peut-être que l’équipe de Zotero fait une erreur. L’élément social est essentiel à la recherche, car il recouvre le débat. Or, tout chercheur doit accepter que ses hypothèses soient discutées, dans des publications, pendant des colloques. Cet élément social de la recherche (le débat, l’échange) remonte aux origines de la science telle que nous la connaissons. Un exemple parmi d’autres est la grande controverse menée entre historiens Français et Allemands sur la définition de la Nation à la fin du XIXe siècle. C’est cette composante sociale inhérente à la recherche et qui s’étend aujourd’hui avec les moyens supplémentaires que nous donne le numérique, ainsi que l’effacement de la séparation entre partie « privée » et partie « publique » de la recherche qu’il engendre, qui expliquent que la communauté scientifique s’interroge sur l’usage de réseaux sociaux spécifiques aux chercheurs. Du côté des investisseurs, publics ou privés, le but est très certainement de capitaliser sur l’immense richesse qu’est le gisement de la production scientifique, ce qui implique son évaluation.

La question centrale autour des réseaux sociaux numériques pour chercheurs me semble être la suivante: que gagne-t-on à participer à un réseau social – donc à transmettre nos données, particulièrement celles liées à nos recherches, ce qui est la chose la plus importante que les scientifiques produisent, à des entreprises qui sont privées et vont monnayer ces données?

Sur le papier, la réponse est évidente: nous connecter aux autres, valoriser et diffuser nos publications, accélérer la recherche… Dans la réalité, les choses sont bien moins claires, car le chercheur est déjà enchevêtré dans un ensemble numérique et social constitué par de nombreux outils autres que les réseaux sociaux dédiés aux chercheurs. Et il n’est pas certains que ces derniers nous apportent quelque chose en plus.

L’enchevêtrement numérique

Un « réseau social », dans cette perspective, c’est à la fois l’ensemble des unités sociales et des relations que ces unités sociales entretiennent les unes avec les autres, directement, ou indirectement, à travers des chaînes de longueurs variables.4

Si l’on applique la définition citée ci-dessus et appliquée au réseaux en ligne, il y a beaucoup plus de réseaux sociaux, généralistes ou non, qui peuvent tenter les chercheurs, que ceux cités à la section précédente. J’ai un jour compté le nombre de services « sociaux » en ligne où je m’étais inscrit en me limitant aux plus importants d’entre eux. Je me suis arrêté à treize, sans y inclure tous les services, listes de diffusion qui peuvent rejoindre la définition de Pierre Mercklé, blogs (qui ont une dimension sociale avec les commentaires) ni les outils sociaux plus traditionnels: colloques, journées d’études, etc.

La concurrence des réseaux sociaux généralistes

Beaucoup de chercheurs et chercheuses ont déjà des comptes sur les réseaux sociaux destinés à un plus large public, que ce soit Facebook ou Twitter et les utilisent – j’en suis un très bon exemple – au quotidien. Ils permettent déjà d’accroître la diffusion de nos publications ou de valoriser nos événements scientifiques (dont on peut rendre compte sur Twitter en direct par exemple). En outre, on peut reconstituer les discussions qui ont eu lieu pendant une conférence – toujours en utilisant Twitter5. Avec certains outils comme SocialShare, on peut aussi facilement savoir qui a parlé d’un billet de blog ou même d’un article ou d’un livre (s’il existe une URL) sur les réseaux sociaux. Bref, le chercheur n’a pas besoin d’un RGscore, par exemple. Le RGScore et tout autre élément d’évaluation issu des réseaux sociaux numériques est ainsi d’abord utile pour ceux qui ont besoin d’évaluer la recherche avant de l’être pour les chercheurs eux-mêmes.

La montée en puissance du blogging scientifique / des carnets de recherche

En mai 2010, après environ un an et demi de fonctionnement, la plateforme de blogging scientifique francophone (dans un premier temps – depuis, elle s’est déclinée en plusieurs langue) hypotheses.org éditée par OpenEdition (CLEO) annonçait son 100e carnet. Trois ans et demi plus tard, il y en a plus de 700. Et Hypothèses est loin d’être la seule plateforme de blogs scientifiques: Culture visuelle, Café des sciences… en France. Beaucoup d’universités ouvrent des espaces de blogging pour leur personnel. Beaucoup d’entre nous ont un blog autonome (comme celui que vous êtes en train de lire). Certaines revues, particulièrement la fameuse Nature, ont également leurs blogs. Enfin, on trouve beaucoup de blogs scientifiques sur les plateformes généralistes comme wordpress.com (à l’exemple de h-madness).

Chaque blog a une couche sociale potentielle: par les commentaires (s’ils sont ouverts), par la manière dont on en parle sur les réseaux sociaux. Les blogs exposent à la lumière une partie du processus de la recherche qui était autrefois maintenu dans la sphère privée. En faisant ça, ils socialisent plus tôt nos recherches.

Le Web 2.0 en interne

Les chercheurs peuvent également compter sur les réseaux sociaux internes aux institutions de recherche dont ils dépendent. L’université Paris-Descartes a mis en place son propre réseau, par exemple. Bien sûr, se pose la question de la connexion de ces outils internes à des institutions avec le monde externe, surtout à l’heure d’une recherche mondialisée et de l’interdisciplinarité. Mais dans certains cas, et notamment pour l’enseignement, part importante de notre vie de chercheur, c’est le niveau pertinent.

La ténacité du web 1.0

Enfin, n’oublions pas qu’il y a eu un web (et un internet) avant 2005 et le « Web 2.0 » réputé plus social. Parmi les outils fréquemment utilisés dans ces années 1990 oubliées à la suite de l’infamie de l’explosion de la bulle des « dotcom » au début du XXIe siècle, certains ont survécu car ils sont redoutablement simples et efficaces et, particulièrement, les listes de diffusion, aujourd’hui souvent associées à un « groupe » sur le web. Si l’on prend l’histoire économique en France, la liste de diffusion [histoire_eco], service de l’association française d’histoire économique, est un élément indubitablement social, qui permet une assez forte cohésion de la communauté des historiens économistes (pas uniquement) français.

Dans ces conditions, répétons-nous cette question: qu’apporterait de plus un réseau social en ligne spécifiquement dédié aux chercheurs?

Un réseau social en ligne spécifiquement dédié aux chercheurs? Pourquoi?

Que nous apporterait un tel réseau? Tels qu’ils existent aujourd’hui, en dehors de zotero que j’utilise intensément de manière générale, mais peu pour ses fonctions sociales et de mon point de vue de chercheur en sciences historiques, ma réponse est claire: pas grand chose. J’utilise twitter et dans une moindre mesure facebook, voire Google Plus (si, si, il y a de la vie dans Google Plus) et ceci m’a apporté beaucoup, comme je l’ai déjà écrit. Je peux facilement les utiliser pour la conversation, pour voir si mes billets ont été lus (associés à Google Analytics), pour effectuer ma veille scientifique. Le passage de zotero, si besoin, vers un réseau social est simple – il suffit d’un simple copier-coller, après tout. Bref, je n’ai pas besoin d’un réseau social scientifique.

Il y a pourtant deux points sur lesquels nous gagnerions dans un réseau social qui nous serait spécifique:

  • Mettre fin à cet « enchevêtrement social en ligne » décrit à la section précédente, d’autant plus qu’il complique le point suivant, mais sans pour autant perdre en complexité (limiter la complication, conserver la complexité est absolument nécessaire);
  • Nous aider à mieux gérer l’information scientifique. Zotero ou Mendeley répondent à ce point, mais de manière partielle, car les données bibliographiques ne sont qu’un type d’information scientifique.

Mais il me semble voir deux écueils:

  • Il faudrait un mastodonte social pour mettre fin à cet enchevêtrement social en ligne de la recherche, avec le risque qu’il s’écroule sous son poids;
  • La question du modèle économique.

Pourquoi un mastodonte social? Car s’il est trop petit (concerne un nombre limité de chercheurs), il ne pourra pas résoudre l’enchevêtrement social en ligne de la recherche, il ne pourra pas répondre à la nécessité de l’interdisciplinarité, il ne pourra pas être multilingue et international. Facebook est le parfait exemple d’un mastodonte social en ligne et de ses travers: problème de vie privée, complication des réglages, nécessité d’un grand savoir-faire pour l’utiliser (Si, si: jetez un coup d’œil aux paramètres de confidentialité)… En aucun cas, finalement, cela donnerait la garantie d’être plus efficace que la situation actuelle d’enchevêtrement des outils en ligne.

Surtout, c’est la question du modèle économique d’un tel mastodonte qui interroge le plus. Qu’il soit soutenu par des financements publics ou privés, il faudra un retour sur investissement, que ce soit en termes d’évaluation de la recherche ou d’exploitation de ses résultats. La tentation de la prédation sera nécessairement très forte, si ce n’est inévitable6. Ce risque de prédation est tel, qu’il rend les réseaux sociaux pour chercheurs, me semble-t-il, rédhibitoires.

  1. Voir également le site d’Elifsu Sabuncu pour comprendre les éléments de controverses. []
  2. Zotero est un projet du Roy Rosenzweig Center for History and New Media de l’Université George Mason. Le Blog Zotero francophone, créé par Marin Dacos, est notamment maintenu par l’auteur de ce billet. []
  3. Ancien directeur du RRCHNE, désormais directeur de la Digital Public Library of America. []
  4. Définition de Pierre Mercklé. []
  5. J’en ai parlé ici. []
  6. Je ne suis pas contre l’exploitation privée de résultats de la recherche publique, mais cela doit avoir un résultat positif pour tout le monde: l’investisseur privé, l’institution publique/l’État qui finance, le chercheur et son institution de tutelle. []

L’algorithme est grand, je suis tout petit

J’ai récemment mené une expérience un peu honteuse mais drôle et instructive. À la suite d’une discussion avec deux amies, je promets et finis par créer un « Nazi Grammar Bot » – ces comptes qui, sur Twitter, corrigent votre grammaire ou votre orthographe et qui sont particulièrement énervants1. Le mien envoyait un tweet à tous ceux qui écrivaient mal un mot précis.

Ce bot s’est retrouvé couvert d’insultes et suspendu au bout d’environ 24 heures2, après avoir corrigé cette faute 522 fois3. 406 commentaires ont été adressés à ce petit bot, parmi lesquels huit mentions d’autres personnes que le bot et cinq réponses à quelqu’un d’autre que le bot. En clair, ce dernier n’a pas réellement suscité de discussions, ou, du moins, pas de discussions mentionnant le bot et récupérables facilement4. Seuls trois tweets mentionnent « bot » ou « robot » dont un par quelqu’un qui connaissait l’expérience.

Analyse de similitude des tweets émis à l'encontre du bot

Analyse de similitude des tweets émis à l’encontre du bot

En faisant une rapide analyse de similitude, on obtient un graphe explicite (ci-contre). Le terme « écrire » domine car souvent repris dans la réponse au bot, mais aussi utilisé par les utilisateurs pris en flagrant délit de mauvaise orthographe pour se justifier. Pour le reste, à l’exception de « mdr » (« mort de rire »), la plupart des mots sont relatifs à des insultes (« aller » pour « va te faire foutre » ou insultes du genre). La perspective de décrire la « mère » du bot comme peu vertueuse relève d’un machisme certain.

Peu d’entre eux semblent avoir compris qu’ils parlaient à un bot, qu’ils n’y avait pas réellement d’humains au bout de la ligne. Peu d’entre eux ont cherché à savoir ce qu’était ce compte twitter.

Pourquoi les réponses étaient-elles aussi violentes? Voici peut-être quelques pistes:

  • la plupart des profils des utilisateurs montrent que les répondants sont jeunes, souvent au lycée (le bac et les cours de Français sont régulièrement mentionnés);
  • la plupart suivent et sont suivis par relativement peu de personnes mais discutent beaucoup: le bot a été considéré comme fortement intrusif, intervenant dans des discussions de communautés petites mais très soudées;
  • l’utilisation de fonctions basiques de twitter (bloquer un utilisateur, le dénoncer comme spam, etc) ne semble pas être très connue. Du coup, l’insulte remplace la demande de blocage de l’utilisateur.

Les conclusions que je tire de cette expérience sont les suivantes:

  • Des personnes appartenant à l’échantillon qui a été victime du bot, peu connaissent les fonctions un peu cachées / poussées de twitter;
  • Twitter favorise aussi la constitution de petites communautés soudées – cela relativise tous les discours relatant « ce qui se passe sur twitter »;
  • La distance par rapport à l’outil est faible;
  • Peu de gens de l’échantillon comprennent qu’ils parlent à des algorithmes.

Ma première impression est que cette génération de « facebook natives »5 n’est tout simplement pas préparée à l’utilisation des réseaux sociaux. C’est une impression, non une conclusion scientifique6. Est-ce un problème lié à la manière dont nous enseignons (ou plutôt pourrissons) les outils numériques? Je ne sais pas.

Tout ce qui est lié à l’éducation est toutefois corrigeable. Nous apprenons tous les jours, et c’est tant mieux. Les « victimes » de mon bot sont jeunes et finiront, on l’espère, par comprendre7.

La dernière de mes conclusions est bien plus inquiétante. Nous sommes confrontés tous les jours à des algorithmes. Quand nous appelons une centrale téléphonique. Quand nous entrons dans notre voiture et que nous la démarrons. Quand nos données sont récupérées, moissonnées par divers organismes, aux intentions diverses. Nos interlocuteurs, plus ou moins directs, sont régulièrement des algorithmes. Ne pas le comprendre me semble dangereux.

  1. J’ai simplement utilisé un service web qui permet de confectionner des bots en quelques minutes []
  2. Ce qui est normal, dans la mesure où son comportement allait à l’encontre des conditions générales d’utilisation de Twitter. Ces règles vous permettent de tenir des propos racistes sans être inquiété par Twitter, mais vous empêchent de corriger les fautes d’orthographe des autres. []
  3. Toutes mes excuses à ceux qui parlaient créole, car pour eux l’orthographe était juste. []
  4. J’ai regardé rapidement: il y a eu quelques discussions sur le bot, sans qu’il ne soit mentionné. []
  5. Voir l’interview d’Olivier Le Deuff sur les naïfs du numérique []
  6. Et je crois que danah boyd me contredirait []
  7. Leur orthographe est plus inquiétante – mais ils peuvent écrire n’importe comment sur Twitter, ce qui fait probablement partie de la « culture » de ces petites communautés, et bien écrire par ailleurs. Ou pas. []

Si Febvre et Bloch s’étaient souciés de leur RG Score, ils n’auraient pas fondé l’école des Annales

Récemment, j’ai reçu un mail du site pour chercheurs ResearchGate (RG). RG est hébergé en Allemagne, à Hanovre et Berlin. C’est une sorte de Facebook pour chercheurs. Très orienté sciences dures, comme la plupart de ses concurrents1, c’est celui qui a annoncé le plus d’adhérents2. D’autres annoncent des bases d’articles énormes3.

La signification de ces chiffres est faible. En fait, les annonces « statistiques » de ces sites pour chercheurs reflètent d’une part la volonté d’être le premier sur ce marché émergent des réseaux de chercheurs4; d’autre part la remise en cause radicale des modes d’évaluation de la recherche et des chercheurs avec le web.

Penchons-nous un instant sur ce second point. Cette remise en cause des modes d’évaluation des chercheurs est la conséquence de l’évolution des traditions de publication en sciences. Avec les blogs – littérature grise reflétant des pensées scientifiques en cours d’élaboration -, avec l’open access – qui bouscule les modes de financements du système de publication scientifique -, avec le principe central du web – l’hyperlien qui rend possible des narrations non-linéaires… -, l’impact factor, les listes de revues et autres h-index ne reflètent plus qu’une petite partie de l’activité d’un chercheur.

D’où une guerre généralisée sur le web pour capturer une plus large part de l’activité scientifique des chercheurs. D’où, également, ce mail envoyé par Research Gate qui évoque un nébuleux « RG Score ». Le but, pour Research Gate, est de prendre en compte l’ensemble du travail d’un chercheur:

No work goes to waste; and everything counts.

Ainsi, grâce (à cause de?) Research Gate (ou Mendeley, ou Academia.edu5…) vous pourrez travailler sur votre réputation en ligne, améliorer votre index de citation. Cette tendance va de pair avec l’apparition des « altmetrics« .

Cette évolution me pose fondamentalement problème. L’évaluation des chercheurs en sciences humaines et sociales a toujours été contestée, parfois dans ses fondements mêmes, parfois pour ses modalités d’application6. Mais la notion de « réputation » telle qu’elle ressort de sites comme Mendeley ou ResearchGate me semble amplifier les problèmes posés par l’évaluation des chercheurs (souvent biaisée, car tout simplement difficile à faire en SHS) plutôt que les résoudre. En fait, si un chercheur se soucie de sa réputation sur le web, je doute que ses recherches – dans les sciences humaines et sociales – soient réellement innovantes. Car, être créatif dans ses recherches, essayer de trouver de nouvelles problématiques, de nouveaux domaines de recherche, c’est prendre un risque fondamental, c’est, justement, mettre en jeu sa réputation.

En clair, si Lucien Febvre et Marc Bloch s’étaient souciés de leur réputation, ils n’auraient pas fondé l’école des Annales.

L’obsession de la réputation des sites pour chercheurs – dans le domaine des sciences humaines du moins – me semblent porter un risque de stérilisation. Surtout, je crois que cette obsession est ici faite pour séduire les acteurs les plus conservateurs des sciences humaines et sociales (les éditeurs, les agences d’évaluation) et non les chercheurs qui souhaitent sortir des sentiers battus. Pour cette raison, cette obsession mènera à une impasse. Si ces réseaux pour chercheurs ne misent que sur cette notion de réputation, il n’est tout simplement pas intéressant de s’y investir à long terme pour un chercheur en sciences humaines et sociales.

C’est dommage. Il est un point sur lequel les réseaux sociaux pourraient pourtant nettement contribuer à une amélioration des SHS. Le débat entre chercheurs sur les hypothèses qui fondent nos travaux, ce débat que nous menons en colloque, par le biais de nos publications, est fondamental pour l’évolution de la recherche en SHS. Pourtant, les sites, les services, les  logiciels7 dédiés aux chercheurs restent peu innovants sur les moyens donnés aux chercheurs pour mener le débat. C’est un point qui reste à investir.

  1. Voir Mendeley, par exemple et à l’exception de Zotero []
  2. 1,9 millions si l’on en croit Wikipedia (consulté le 21 août 2012) []
  3. Mendeley revendiquait en 2009 100 000 membres mais 8 millions d’articles scientifiques. Sean Takats, co-director du projet Zotero, a écrit ce qu’il pensait de ce type de chiffres []
  4. C’est la logique du « winner takes all » illustrée dans un autre domaine par le rachat d’instagram par Facebook. Dans le cas des réseaux pour chercheurs, le « racheteur » risque plutôt d’être Elsevier ou Springer []
  5. qui vous promet d’augmenter vos citations de 30% []
  6. Voir Lemercier, Claire. « À propos d’un “périmètre de scientificité” pour les revues de SHS ». Évaluation de la recherche en SHS 24 mars 2009. Web. 13 juill. 2011 et « affordance.info: Les chercheurs sont des loosers. » Web. 12 juill. 2011. []
  7. y compris, peut-être, zotero, beaucoup plus orienté vers les SHS, mais dont la couche sociale est faible []

Digital natives ou Facebook natives?

Dans le mois qui vient de s’écouler, je suis intervenu deux fois sur les blogs et réseaux sociaux et sur leur utilité pour l’historien et, notamment, pour l’écriture de l’histoire. J’en ai parlé dans mon précédent billet.

Ma seconde intervention a été plus mitigée. En fait, très peu satisfaisante. Je suis ressorti mécontent. Mécontent de moi, car je crois avoir raté mon cours, tout simplement. Il y a quelque chose que je n’ai pas su transmettre. Dans la vie d’un enseignant, cela arrive – enfin je l’espère. Si je dois renouveler cette intervention, elle devra être radicalement modifiée. Je ne suis manifestement pas encore au point sur le sujet: j’ai les connaissances, j’ai la problématique, je n’ai pas trouvé le moyen de les transmettre.

Mais également mécontent d’un constat. J’avais devant moi des étudiants doutant de l’utilité d’un blog/carnet de recherche. Ils estimaient qu’un blog en histoire ne pouvait être intéressant que s’il était écrit par une « pointure », un historien connu. Lorsque je lis Benoît Kermoal – qui m’excusera de ne pas le considérer comme une « pointure » – je sais à quel point ils ont tort.

Ce qui m’a effrayé – outre l’absence complète de connaissances sur l’histoire du web mais c’est à moi de le leur enseigner, après tout – c’est leur usage sans distanciation de l’outil informatique, sans réflexion et leur comportement a priori passif vis-à-vis, notamment, de Facebook.

J’ai déjà exprimé auparavant ce que je pensais des relations entre code et histoire. Nous sommes ici un peu dans le même registre.

Program or Be programmed1

Le web est une part centrale de notre vie. Les étudiants à qui nous enseignons aujourd’hui sont (quasiment) des digital natives – c’est-à-dire qu’ils sont (presque) nés avec le numérique et sont censés être à l’aise avec les outils numériques2.

Mais en fait, dans la plupart des cas, ils sont à l’aise avec Facebook et ne mènent que peu de réflexion sur leurs usages d’un site qui les voit comme des produits à vendre. Pourtant, lorsque nous leur expliquons comment utiliser un blog pour écrire l’histoire, nous leur proposons bien plus. Nous leur proposons de reprendre le pouvoir sur leur vie numérique, en faisant appel à une écriture numérique non-linéaire et hypertextuelle, au remix3, en créant des sites web en fonction de leurs propres besoins.

Mais – et c’est peut-être ce que j’ai raté dans cet enseignement – ces digital natives sont en premier lieu des facebook natives  qui n’ont pas encore pris conscience qu’ils sont considérés par ce réseau social comme des produits de consommation courante.

  1. Rushkoff, Douglas. Program or be programmed : ten commands for a digital age. New York: OR Books, 2010. Print. []
  2. Je ne prétends pas prendre part dans le débat sur les digital natives – n’ayant aucune réponse à y apporter. []
  3. Lessig, Lawrence. Remix : making art and commerce thrive in the hybrid economy. New York: Penguin Press, 2008. Print. []

Outils informatiques pour les historien-ne-s: blogs et réseaux sociaux

À l’invitation de Franziska Heimburger et d’Émilien Ruiz, je suis intervenu, en compagnie de Benoît Kermoal et Martine Sonnet, à l’EHESS, lors d’un séminaire sur les outils informatiques et les historiens.

Résumé de mon intervention

J’ai d’abord opéré un rapide tour d’horizon de mes activités sur le web en matière de blogs et réseaux sociaux. Je me suis attardé ensuite sur deux blogs/carnets de recherche: le blog zotero francophone et mon site personnel (que vous êtes en train de lire). Ces deux sites, qui utilisent tous deux WordPress (logiciel de référence pour les blogs), montrent deux types très différents d’utilisation des blogs.

Le blog zotero francophone a été créé par Marin Dacos en septembre 2009. Son but est

En conséquence, ce blog suit l’actualité de zotero, recueille des demandes d’aide – souvent difficiles à satisfaire – mais qui permettent de comprendre les barrières à son utilisation (d’où le lancement de CSL francophone, sur une idée de Franziska).

Il compte au 24 octobre 2011 42 billets, 235 commentaires approuvés, et environ 1800 visiteurs par mois, avec certains pics à 2400 visiteurs. Ces statistiques donnent une petite idée de la communauté des utilisateurs francophones de zotero.

Mon site personnel était à l’origine conçu comme une « carte de visite »: un contenu centré sur mes publications et mon CV, avec quelques billets pour des travaux non publiés. Je l’ai également utilisé pour apprendre l’utilisation de WordPress: se servir des « widgets », fonction utile pour faire du « mashup » – c’est-à-dire combiner des contenus extérieurs avec mes propres publications, bien sûr en citant dûment les sources – et pour s’amuser à faire un peu du « webdesgin ».

Depuis peu – vous pouvez lire les trois billets qui précèdent – j’essaye de ré-orienter ce site avec l’ébauche d’une ligne rédactionnelle autour des historien-nes et des outils informatiques. Il ne s’agit pas – quoique ceci soit contredit par mon billet précédent – de parler de l’informatique au jour-le-jour, mais de parler plutôt des rapports entre histoire et code et historiens et informaticiens.

Je tente enfin d’utiliser de manière approfondie des éléments facilitant l’utilisation d’un blog dans le cadre d’une recherche. En utilisant Zotpress, un plug-in qui me permet de récupérer mes références bibliographiques stockées sur le serveur de zotero, WP-Footnotes qui rend l’utilisation de notes de bas de page très aisée. Et j’envisage d’utiliser CommentPress, qui encouragerait une lecture plus active, avec la possibilité pour les lecteurs d’annoter mes billets. Il s’agit ici de convaincre qu’un blog permet une écriture et une lecture créatives, tout en respectant la méthodologie historienne de l’écriture.

Cette tentative – tentative car tenir un blog n’est pas chose aisée et demande un travail important – de ré-orientation de mon blog doit me servir à creuser des réflexions. Je tiens à utiliser ce blog comme une série de fiches-idées ouverte à une lecture active, féconde. Ceci comporte un risque: on n’est jamais à l’abri d’un mauvais billet, de fautes d’orthographe, d’une publication trop hâtive. J’essaye toujours d’écrire un billet lorsque j’en ai l’idée, puis de le laisser de côté un ou deux jours  – voire plus – et d’y revenir pour le corriger. Maintenir un niveau qualitatif suffisant est difficile.

Cette tentative de réorienter le contenu de mon blog me sert aussi pour un autre point: maîtriser l’outil – ici WordPress – savoir comment il marche. Maîtriser l’outil informatique est chose très sérieuse et doit être pris en compte dans notre méthodologie d’historien.

Ces deux démarches – le blog zotero francophone et mon site personnel – sont très différentes. Toutefois, elles ont quelques points communs: la plateforme (wordpress), la notion de « mashup », la volonté de partager des idées, des hypothèses. Il s’agit dans les deux cas de clarifier une démarche scientifique: soit par la maîtrise d’un outil (zotero); soit par une mise à jour constante des hypothèses de recherche.

Le reste de mon intervention a été consacré à mon utilisation des réseaux sociaux. J’en ai repris le contenu de l’article écrit pour la Boîte à outils des historiens, que je vous invite à lire.

Discussion

Contrairement à Benoît Kermoal et Martine Sonnet, je n’ai pas pris de notes au cours de leurs interventions. Le mieux est d’aller voir leurs carnets de recherche: Enklask et  Femmes au travail, questions de genre. Ce sont encore deux autres utilisations de blog: Benoît accompagne l’élaboration de sa thèse par l’écriture de son blog. Il voit ses billets comme des brouillons, dont certains iront dans sa thèse et pas d’autres. Martine Sonnet utilise son carnet de recherche pour compléter et enrichir un séminaire. Ce fut le premier constat de notre discussion: les usages des blogs en histoire sont très variés, et c’est tant mieux.

Le second constat qui a été fait – notamment par Martine Sonnet – est que l’année 2010/2011 marque un tournant: les historiens commencent à utiliser Hypothèses.org (la plateforme de carnets de recherche du CLEO) et les réseaux sociaux, notamment twitter – mais les personnes présentes ne semblaient pas être de grands fans de Facebook. Pour preuve: l’excellent compte-rendu « live-twitté » de cette session par Delphine Regnard (@drmlj) et résumé ici. Nous nous sommes interrogés sur les raisons de ce tournant. Pour ma part, je pense – même si je ne l’utilise pas pour ce site personnel, car je préfère dans ce cas précis avoir mon propre serveur – que la mise en route de la plateforme Hypothèse a joué un rôle très important, mais, surtout, qu’elle a répondu à un besoin que le CLEO a su heureusement cerner.

Vous ne pourrez lire mes tweets sur ce séminaire – sauf si vous y êtes autorisés. Voici un thème que nous avons très (trop?) rapidement évoqué. Mes tweets sont « vérouillés » et ne peuvent être vus que par des personnes qui ont demandé (et obtenu) une autorisation que je leur accorde (ou non). Comment, sur les réseaux sociaux, séparer le privé du professionnel – voire séparer plusieurs aspects de sa vie professionnelle? On peut avoir plusieurs comptes, utiliser plusieurs réseaux sociaux distincts… Chacun a sa pratique.

Nous avons également abordé la question du plagiat. De mon point de vue, le web accroît la facilité du plagiat, mais rend sa chasse incroyablement plus rapide. Martine Sonnet – alors que Benoît Kermoal faisait part d’une expérience plus mitigée – a rappelé la nécessité de protester contre tout cas manifeste de plagiat.

Dernier point qui me semble important: l’utilisation des réseaux sociaux permet de sortir des réseaux scientifiques classiques, de prendre contact avec des historiens d’écoles différentes de la sienne, de traverser les frontières disciplinaires plus facilement.

Nous avons parlé devant une salle très attentive, très intéressée. Nous nous sommes adressés – grâce aux tweets de plusieurs personnes – à un public non présent dans la salle, informé de nos propos via Twitter. Une autre pratique très intéressante des réseaux sociaux. Une forme d’ubiquité de cette manifestation scientifique.

(Si ce compte-rendu n’est pas exhaustif, je crois qu’il donne une petite idée de ce dont nous avons discuté. Je n’hésiterai pas à le modifier pour le compléter.)