Archives par étiquette : réseaux sociaux numériques

Présentation: «Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’historien.ne»

J’ai été invité par Léda Mansour et Nicolas Hubé (que je remercie chaudement) à intervenir dans leur séminaire «Analyse du Web». Je suis intervenu sur Les réseaux sociaux numériques comme sources primaires de l’Historien.ne, en prenant comme exemple, bien entendu, mes travaux autour de la Grande Guerre sur Twitter.

J’ai pour la première fois parlé d’un thème, de manière encore imprécise: les sources nées numériques engendreront-elles une histoire PAR la machine? J’entends ici «machine» dans un sens encore trop général qui devra être précisé. Il s’agit par exemple de se demander comment distinguer ce qui est le produit de bots (les comptes automatisés sur Twitter par exemple, mais il en existe bien d’autres), qui vraisemblablement deviendront de plus en plus élaborés et s’éloigneront de plus en plus de leurs « créateurs » humains, notamment en faisant, tôt ou tard, appel à des algorithmes d’apprentissage des domaines du machine learning ou du deep learning par exemple.

Continuer la lecture

L’Histoire et le flux

«Tout historien travaillant sur Twitter est condamné à finir en institution spécialisée»1.

Ce billet a été commencé avec l’idée très vague de démontrer l’importance d’une notion informatique, l’API. Il a évolué, de manière assez imprévue, sans aucune référence à cette notion, sans que je ne puisse dire pour le moment si j’en apprécie le résultat. Commentaires bienvenus2.

Ce lundi 9 mai, j’ai parlé de «sources en flux3» à Louvain-la-Neuve pour les journées des archives 2016 à l’invitation d’Aurore François, directrice des archives de l’UCL, qui avait d’ailleurs publié un très bon chapitre dans notre Histoire contemporaine à l’ère numérique4. Particulièrement intéressant, le thème de ces 16e journées était: «Pérenniser l’éphémère. Archivage et réseaux sociaux»5.

Au début était l’archive infinie

En continuant de réfléchir à ces sources primaires en flux depuis lundi, je me suis replongé dans la notion d’archive infinie, l’Infinite Archive avancée il y a quelques années par Bill Turkel6. Le web est cette archive infinie, une constellation d’informations en constante expansion. Continuer la lecture

  1. Phrase prononcée à Louvain, sur le ton de l’humour, par Thierry Delplancq, archiviste, Archives de la Ville de la Louvière. []
  2. Le billet sur les API viendra un jour. Ou pas. []
  3. Ma présentation est disponible sur HAL-SHS. []
  4. Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary History in the Digital Age, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang S.A, 2013. []
  5. Une autre intervention portait sur Twitter, celle d’Alexandre Turgeon: «Étudier la mémoire sur Twitter, composer avec celle de Twitter». Une partie de la réflexion menée ici sur la mémoire de Twitter a été inspirée par cette présentation. []
  6. Digital History Hacks (2005-08): Methodology for the Infinite Archive, Blog, 2008, consulté le 04.11.2008. Voir également: Hitchcock Tim, «Historyonics: Towards a New History Lab for the Digital Past», Historyonics, 01.04.2011, consulté le 11.05.2016. []