Archives par étiquette : twitter

Le jour où l’on a le plus tweeté sur la Grande Guerre

Hier fut le jour de la grande commémoration de la bataille de la Somme, pour le centenaire de son déclenchement. Si Verdun a été commémorée avec l’Allemagne, la Somme l’a été avec le Royaume Uni. Politisée par le Brexit (présence in extremis de François Hollande côté français, David Cameron et une grande partie de la famille royale côté britannique) mais peut-être aussi par les suites de la polémique autour de Verdun (présence de Marine Le Pen), cette commémoration a surtout été l’objet d’une présence populaire qui, d’après les personnes sur place, a été imposante1.

Hier fut également le jour où l’on a le plus tweeté sur la Première Guerre mondiale. Les tweets collectés sur les hashtags habituels ainsi que sur #Somme100 et #RemembranceIsEveryday2 sont au nombre, pour la seule journée d’hier, de 263 000, soit à peu près deux fois et demi le nombre de tweets du 4 août 2014 (centenaire de l’entrée en guerre du Royaume Uni), jusqu’ici le pic le plus important dans ma base de données. Soit environ 10% du nombre total de tweets collectés depuis le 1er avril 2014.

  1. Voir le reportage tweeté de Stéphanie Trouillard []
  2. Un grand merci à Erwan Le Gall de m’avoir signalé #RemembranceIsEveryday. []

1 Jour – 1 Poilu: exemple de contribution des «amateurs» à la narration de l’histoire

Edit, 8 décembre 2015. Étant donné l’intérêt des commentaires, je conseille vivement à mes lecteurs de les lire. Ils sont particulièrement éclairants sur #1j1p et sur les relations entre historien.ne.s universitaires et historien.ne.s non-professionnels.

La base des données des morts pour la France de la Première Guerre mondiale est l’un des ensembles de « documents numérisés et [d’]informations issues des fonds d’archives et des collections conservés par le ministère de la Défense» (selon ses propres mots) proposés par le site  Mémoire des Hommes qui dépend du ministère de la Défense. Cette base de données est d’abord une collection de scans des actes administratifs déclarant un poilu mort pour la France, soit 1,3 millions de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale. Si l’image d’une source primaire est utile pour un.e historien.ne, elle ne permet qu’une lecture proche, avec des moyens de recherche limités aux quelques éléments, très pauvres1, qui ont été indexés au moment de la publication de la base de données. La recherche est ainsi rendue plus complexe, plus dévoreuse de temps, moins efficace et risquée dans la mesure où l’on peut manquer des informations. Presqu’aucune lecture distante n’est possible. Un module d’indexation collaborative a cependant été prévu, afin de donner la possibilité à qui voudrait d’effectuer une reconnaissance de texte «humaine» de ces images. J’ai critiqué ce module il y a environ un an. Continuer la lecture

  1. Nom et prénom(s), date et département de naissance, comme le montre cette fiche, non indexée le 4 décembre 2015. Cela signifie par exemple que l’on ne peut faire de recherche par lieu de décès ou par régiment. []

D’un 11 novembre, l’autre

Les 11 Novembre en France se ressemblent-ils (sur Twitter)? J’ai désormais un élément de comparaison, ayant moissonné le 11 novembre 2014 et le 11 novembre 2015.

Statistiques: l’effet Centenaire de 2014

Twwetsparjour

Figure 1. Nombre de tweets par jour.

Continuer la lecture

#ww1 – Progrès de l’analyse des tweets

J’ai eu l’occasion de parler plusieurs fois, ce mois d’octobre, de l’analyse des tweets (toujours en cours de collecte) sur le centenaire de la Première Guerre mondiale. Voici la présentation effectuée pour mes collègues de l’Université de Lausanne à l’occasion du séminaire « Pratique des Humanités digitales ».

Vous retrouverez le diaporama et l’enregistrement de la séance sur le site moodle de l’Université de Lausanne (se connecter en anonyme).

Pour citer cet article: Frédéric Clavert, "#ww1 – Progrès de l’analyse des tweets," in L'histoire contemporaine à l'ère numérique, 15/10/2015, http://histnum.hypotheses.org/2435.

Les #rweb1418 sur Twitter

Les Rendez-vous du web 14-18 se sont déroulées du 10 au 12 avril 2015. Dans mon précédent billet, j’ai publié ce que j’avais préparé en vue de la table-ronde à laquelle j’ai participé. Dans ce second billet, j’exploite les données twitter que j’ai collectées pendant l’événement.

Visualisation des tweets émis pendant les RV du Web 14-18

Visualisation des tweets émis pendant les RV du Web 14-18

Les rendez-vous du web 14-18 qui se sont tenus à la Gaîté Lyrique ont engendré environ 2500 tweets. Je les ai collectés via un script qui utilise Google Sheets (l’excellent TAGS de M. Hawksey1)

À ce corpus, j’ai appliqué mes «procédures» habituelles: une visualisation réseau grâce à gephi et une analyse de texte via le logiciel iramuteq.

La visualisation réseau est relativement sans surprise: les discussions se sont structurées autour de la MIssion du Centanaire et de la très active journaliste Stéphanie Trouillard (@StbSlam). En fonction du programme, d’autres comptes peuvent être plus visibles à certains moments, mais la logique reste la même.

Ensuite, de quoi a-t-on parlé? Voici les résultats de l’analyse de texte (je laisse le lecteur interpréter les résultat lui-même!):

dendrogramme_1

  1. Ce script a quelques limites – il coupe la fin des tweets. Cependant, pour collecter des tweets pendant une conférence, il est souvent suffisant. []

Les rencontres du Web 14-18: petite contribution

J’ai rédigé ce texte pour rassembler mes idées et préparer ma participation à la table-ronde modérée par Nicolas Offenstadt, vendredi 10 avril, sur «Les acteurs et les pratiques du web 14-18, des réseaux sociaux aux blogs et forums»1. Je le publie (presque) tel quel. Il y a quelques nouveautés par rapport aux textes précédents.

Continuer la lecture

  1. Y participaient également Lionel Maurel (BDIC), Frédéric Coussay (Mémoire des Poilus de la Vienne), Lyse Hautecœur (Musée de la Grande Guerre de Meaux, sur le projet «Léon Vivien») et Christian Canivez (La Voix du Nord et le projet «Il y a cent ans»). []

Commémorer le 11 novembre sur Twitter

Ce billet fait suite à un premier sur Les commémorations du centenaire sur twitter. C’est aussi mon centième billet.

La commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale devait avoir un point d’orgue: le 11 novembre 2014 (qui commémore pourtant le 11 novembre 1918). Ce jour-là, nous avons pu collecter – malgré un incident serveur de bon matin qui nous a privé d’une demi-heure de données – plus de 90 000 tweets. Par rapport à l’analyse précédente, nous avons rajouté des mots-clés spécifiquement francophones (11Novembre notamment), ce qui explique pour partie que nous ayons collecté une majorité de tweets en Français. Mais c’est surtout le fait que le 11 Novembre soit un jour particulier en France: le Remembrance Day des Britanniques se déroule le second dimanche de novembre. Le 11 Novembre est un jour normal au Royaume Uni – exception faite de la minute de silence de 11 heures, où toute activité cesse, y compris la circulation automobile1

Continuer la lecture

  1. Pour y avoir assisté il y a 18 ans, cette minute de silence est particulièrement impressionante. []

Un homme politique, un millier de tweets et les archives

Ajout postérieur à la publication: France info a publié l’intégralité des tweets effacés par Manuel Valls.

Dans un article paru dans la rubrique « pixels » du Monde, deux journalistes, Martin Untersinger et Alexandre Léchenet, nous informent que Manuel Valls a relancé son compte twitter, après avoir effacé le millier de tweets déjà produit.

À la lecture de l’article, une question a émergé: le fil twitter d’un politique en fonction devrait-il être archivé par les services d’archives français? Pour les tweets effacés par Manuel Valls, en l’occurrence, la question ne se pose pas, légalement, dans la mesure où il semblerait qu’il se soit débarrassé de tweets antérieurs à ses prises de fonction comme ministre (et encore: il était député…). Indépendamment de cet incident, la question vaut le coup d’être posée: avec 74000 abonnés dans le cas de Manuel Valls, ses tweets atteignent potentiellement plus de citoyens que n’importe lequel de ses discours1. Un tweet est donc un vrai élément de parole publique.

Comme toute parole publique, elle peut poser problème a celui qui dans le passé l’a tenue, notamment en cas de contradiction avec sa parole présente. Les auteurs de l’article ont cité un tweet de Nadine Morano dont elle s’est débarrassé car, écrit pendant l’affaire Cahuzac, il devenait gênant pendant l’affaire Bygmalion. Bref, le personnel politique est souvent en contradiction avec sa parole passée.

D’où la tentation, pas toujours conforme à la loi, de se débarrasser des traces du passé. Il y a des précédents de bien plus grande ampleur que cet épisode Valls, comme la suppression de dix années de discours du site web des conservateurs britanniques pour des motifs… comment dire… peu avouables? Fait intéressant, les conservateurs avaient pris soin de faire aussi effacer les discours en question des archives de la Wayback Machine. Manuel Valls n’est pas allé jusque-là, ce qui nous permet de découvrir que son compte avait d’abord été, en 2009, créé par quelqu’un d’autre à des fins de parodie.

Être tenté d’effacer les traces du passé, certes, mais il y a la loi et, notamment, le code du patrimoine. Hors – sortons du cas particulier de Manuel Valls – la parole d’un.e politique en fonction doit (devrait?) être archivée. Les moyens des archives nationales étant ce qu’ils sont, la transition vers le records management, c’est-à-dire l’archivage des documents numériques, n’étant pas terminée (et en aucun cas facile, surtout en période de crise, donc de manque de moyens), cette parole, sur les réseaux, ne l’est pas nécessairement.

Dans les faits, le service du dépôt légal du web de la Bibliothèque Nationale de France archive les domaines en « .fr », des sites d’intérêt qui leurs sont signalés (ou de leur propre initiative, je pense) et, dans certains cas, des sites d’intérêt liés à des événements précis2 De plus, le service du dépôt légal du web archive un certain nombre de comptes twitter d' »intérêt ». La masse de travail et les ressources électroniques que représente ce dépôt légal impose des choix, dans la fréquence de passage des robots indexant les sites web, mais aussi dans la sélection, par exemple, des comptes twitter archivés.

Mais ce qui est publié sur twitter par un ministre n’est pas, que ce soit pour le citoyen comme pour l’historien, nécessairement le plus intéressant. Ce qui est particulièrement d’intérêt sera le processus ayant mené à la publication des tweets, c’est-à-dire le travail de la cellule de com’. Mais ce dernier se fait vraisemblablement sur support numérique et il n’est pas sûr qu’il soit aisé à archiver.

En conclusion, le tweet est un peu à l’image de la transformation numérique, qui touche le domaine des archives comme celui de la politique: on ne le prend pas encore suffisamment pris à sa mesure.

PS: je vous conseille de suivre la discussion que j’ai eue sur twitter ce matin avec l’exceptionnelle @e_archiviste:

PPS: vous pouvez aider les deux journalistes du Monde à reconstituer l’archive des tweets de Manuel Valls.

  1. Si j’en crois les statistiques fournies par Twitter pour mon compte, on peut partir du principe qu’un tweet a un taux d’engagement de 2% environ, ce qui fait tout de même autour de 1500 personnes à chaque tweet. []
  2. Si mes souvenirs d’une discussion avec Clément Oury sont bons, la BNF a ainsi archivé des sites web arabes pendant le printemps arabe. []