Plateformisation de la lecture

Depuis plusieurs années, j’ai pris l’habitude de lire sur une liseuse. Je ne parle pas des romans, mais de la lecture « professionnelle », celle où l’annotation appartient au travail de lecture à part entière, où il faut retravailler les annotations ensuite, puis intégrer les notes et commentaires faits pendant la lecture au travail de recherche et, notamment, à l’écriture.

Si des liseuses adaptées au travail universitaire existent, elles sont chères, avec le risque, étant donné l’étroitesse du marché, que l’entreprise qui les a créées ne disparaisse et le support technique avec, accélèrant le rythme de leur obsolescence. Je préfère des liseuses plus grand public, fondées sur le format standard de l’ePub — pas de liseuses d’amazon, sauf au début de ma pratique, ce qui fut une grande erreur tant les limitations logicielles et de format des kindles sont grandes, bien que l’objet lui-même soit en revanche de bonne qualité.

Mon expérience de la lecture sur liseuse est mitigée. Les constructeurs de liseuses sont aussi ceux qui essayent de maîtriser le marché du livre et intègrent dans les systèmes d’exploitation de leur liseuse des éléments logiciels permettant d’acheter des livres en un clic, ou plutôt en un pointage de doigt. Du moins est-ce le cas d’Amazon et de Kobo — je n’ai pas d’expérience des liseuses Sony par exemple.

Viennent avec ces dispositifs en apparence fort pratiques plusieurs problématiques de la lecture sur liseuse montrant à quel point ces grands constructeurs ont pour ambition de « plateformiser » la lecture. Il y a bien sûr, en premier lieu, les DRMs qui peuvent limiter les annotations (notamment le surlignage, pour être précis). Les DRMs sont là pour protéger la propriété intellectuelle, certainement, mais les dispositifs existant qui entravent le travail universitaire pendant la lecture permettent aussi de capter une partie du « travail » intellectuel du lecteur, universitaire ou non: beaucoup de lecteurs et lectrices surlignent et annotent les livres, y compris les romans. Il n’y a pas que l’annotation qui est concernée : les constructeurs peuvent aussi récupérer des données sur le rythme de lecture, sur la non lecture (si, si), sur les moments où le lecteur ou la lectrice préfère s’arrêter avant de passer à une autre activité, etc.

Continuer la lecture

L’histoire, chose publique

Les débats autour des statues, noms de rue et autres traces du passé colonial et esclavagiste des Nations ouest-européennes et nord-américaines amène des prises de position multiples par nombre d’historiens et historiennes, prises de position qui posent des questions fondamentales, non sur le «déboulonnage» des statues — je ne suis pas spécialiste de ces questions1 — mais sur le métier de l’historien et de l’historienne et sur son rapport au citoyen.

Continuer la lecture
  1. Par contre, Sarah Gensburger a travaillé sur ce sujet: « Pourquoi déboulonne-t-on des statues qui n’intéressent (presque) personne ? », The Conversation. []

Humilité

Troisième billet de cette série étrange des billets mis de côté. Contrairement aux deux précédents, celui-ci n’a pas été oublié mais volontairement mis de côté.

j’ai passé mon bac C (maths et physique) en 1994, nous apprenions que nous ne connaissions pas de système planétaire autre que notre système solaire. Ainsi le consensus (médiatique) était plutôt que nous étions seuls dans l’univers. En 1995, on découvre une planète autour de l’étoile 51 Pegasi a. Une autre planète avait déjà été découverte en 1992, mais son existence n’a pu être confirmée qu’en 1997. Depuis, des centaines de planètes ont été identifiées hors de notre système solaire.

Je m’étonne toujours que ces découvertes n’aient pas encore suscité un changement complet de notre système de pensée. Si l’humanité, en tout cas en Europe, a régulièrement envisagé qu’elle ne soit pas seule dans l’univers, nous avons, avec les découvertes de ces planètes, des indices que la vie est susceptible de ne pas exister uniquement sur Terre1. Peut-être même est-elle, dans l’univers, relativement commune: notre Voie Lactée compte quelques centaines de milliards d’étoiles. L’Univers pourrait compter 2000 milliards de galaxies, même si nombres d’entre elles sont possiblement des galaxies naines, comptant «seulement» quelques dizaines de milliards d’étoiles.

Qu’à ceci à voir avec l’histoire, même dans sa version numérique? Cela a à voir avec le fait que les progrès de certaines sciences devraient nous appeler à rester humble et à les écouter. Disons les choses autrement: l’histoire a-t-elle potentiellement récemment opéré une telle avancée qu’elle puisse revendiquer un changement de paradigme aussi fondamental?

Continuer la lecture
  1. Reste le paradoxe de Fermi []

Qu’est-ce que le «rythme» des réseaux sociaux numériques?

Second article de la série des billets délaissés, écrit quelques temps après l’incendie de Notre-Dame de Paris. C’est une réaction à la lecture d’un article de l’historien Fabrice Flückiger, «Le temps des cathédrales et le rythme des réseaux sociaux» sur AOC, non sur l’essentiel de l’article (justement sur Notre-Dame), mais sur les éléments, finalement peu nombreux, touchant à ce rythme, non défini, des réseaux sociaux (numériques) que l’auteur regrette. Un prétexte — j’espère que F. Flückiger me le pardonnera –, finalement, pour quelques éléments de réflexion sur ce qu’est le «rythme» des réseaux sociaux numériques.

À l’origine, le titre de l’article m’a interpellé — le temps des cathédrales et le rythme des réseaux sociaux. D’entrée de jeu, dans le chapô d’introduction, on y mentionne la «vélocité exacerbée» des réseaux sociaux (numériques). L’article se termine également sur la même thématique: «Mais pour mener à bien cette tâche immense, il est urgent de faire le choix du temps des cathédrales plutôt que du rythme de Twitter». Ce qui m’intéresse ici n’est pas le fond de l’article, dont je vous laisse juge, bien évidemment, mais la manière dont les médias sociaux y sont envisagés et considérés, dans leur rapport au temps. L’auteur m’excusera de prendre son article comme prétexte: l’article est un exemple comme un autre d’analyse malheureusement inachevée sur les réseaux sociaux numériques.

Ma première impression à la lecture de cet article — mais qui n’est qu’un exemple parmi d’autre — est qu’il n’y a que peu de différence entre l’analyse qui y est faite des RSNs aujourd’hui et celle que l’on faisait de la télévision dans les années 1990. Je ne suis pas un historien de la télévision et me fonde ici sur mes propres souvenirs, des souvenirs qui remontent à ma vie d’avant ma migration numérique.

Continuer la lecture

Accélération, élargissement, présentisme: la densification du présent

Ce billet inaugure une sorte bizarre, celle des billets rédigés et abandonnés ou oubliés. Écrit il y a environ un an et demi, sa relecture m’a donné envie de le publier, plus à titre de documentation de mes travaux que de contribution de recherche.

Rosa, Gumbrecht, Hartog

Les interrogations sur le temps, particulièrement sur le présent, sont, depuis une vingtaine d’années, très présentes dans les travaux des historiens et historiennes. Gumbrecht1 évoque un présent élargi (Our broadening present), c’est-à-dire un présent qui n’est plus un moment fugace de transition entre passé et futur. Hartog2, se plaçant dans le cadre des régimes d’historicité, parle de présentisme, un régime d’historicité où l’agencement des trois ordres du temps (passé, présent, futur) donne la prééminence au présent, par manque de futur et incite à la réinterprétation du passé en fonction uniquement des enjeux présents3. Rosa, lui, s’intéresse plutôt à l’accélération du temps4, expliquant que l’impression que nous avons tous de manquer de temps s’explique par une accélération sociale liée à trois domaines: l’innovation technique, le changement social et le «rythme de vie». L’innovation technique (notamment les transports) a engendré la possibilité d’accélérer le temps, mais les trois domaines désormais s’auto-entretiennent et le rythme de vie lui-même peut dicter une envie d’accélération (on ne supporte plus la lenteur).

Continuer la lecture
  1. Gumbrecht Hans Ulrich, Our Broad Present: Time and Contemporary Culture, Columbia University Press, 2014. []
  2. Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003. On pourra se référe aussi à Rousso Henry, La dernière catastrophe: L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012. []
  3. Le point commun entre ces deux auteurs sont les travaux de Koselleck, notamment les notions d’expérience et d’horizon d’attente. []
  4. Rosa Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps., Paris, La Découverte, 2010. []

Quel rôle pour les historiens et historiennes pendant une pandémie?

J’ai aujourd’hui publié sur le site web de mon centre de recherche, le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History, un billet de blog exposant des résultats très préliminaires d’un nouveau projet de recherche: #covid19fr.

Je m’étais promis d’arrêter Twitter. Avec ma recherche autour de la Grande Guerre sur Twitter, je suis, très honnêtement, fatigué des tweets. Mais le dimanche 15 mars, alors que le confinement se profilait, je me suis posé la question: que faire?

J’ai donc lancé une nouvelle collecte de tweets, centrée sur des hashtags francophones liés à la pandémie de covid19. L’idée est de documenter le confinement. Cette collecte est malheureusement limitée à des hashtags francophones en raison des limitations techniques imposées par Twitter (1% des tweets publiés maximum).

En tant qu’historiens et historiennes, notre rôle ne peut être d’aller « au front » pour reprendre le vocabulaire guerrier malheureux employé trop couramment: nous ne sommes tout simplement pas formés pour cela. J’en ai d’autant plus conscience que plusieurs membres de ma famille proche sont en ce moment sur le terrain. Collecter des tweets ne fait pas prendre de risques ni reculer une pandémie. J’espère simplement apporter ma petite pierre à l’édifice nécessaire de la compréhension de cette pandémie.

Préserver la mémoire d’une épidémie

Ressources sur le COVID19 et le confinement

La période que nous vivons est exceptionnelle à plusieurs égards: une épidémie de l’âge de la mondialisation et de l’ère numérique, des mesures de confinement, en Europe depuis depuis quelques jours à quelques semaines selon les pays, dans certains pays d’Asie depuis plus longtemps. Elle se déroule également dans un contexte médiatique particulier, celui des réseaux sociaux numériques et du web: cette épidémie peut ainsi devenir — du point de vue historique et social du moins — l’épidémie la plus documentée… ou voir sa mémoire pâlir très vite. Je vous propose ici de partager quelques ressources sur cette épidémie qui nous permettront d’en garder la mémoire, ainsi que celle du confinement. Si vous trouvez de nouvelles ressources, vous pouvez les poster en commentaires.

Une grande partie de ces liens m’ont été communiqués via l’équipe de Documenting the Now dont les discussions de groupe sont très actives.

D’autres pages web recensent des initiatives. Par exemple, l’association des archivistes français a ouvert une page sur les collectes mises en place par des centres d’archives autour du COVID19. L’AAF (et d’autres) organisent en outre une collecte de témoignage auprès des archivistes.

Avec de nombreuses autres historiennes et historiens, mais aussi archivistes, sociologues, etc, j’ai signé le texte de Myriam Piguet et Caroline Montebello (que je remercie pour l’initiative) intitulé Covid-19 : pour une mémoire ordinaire de l’extraordinaire et paru dans trois journaux:

Continuer la lecture
visualisation des hashtags

IHR Digital History seminar: slidesww1

Je suis intervenu hier au Digital History seminar à l’Institute for Historical Research pour présenter mes recherches sur le Centenaire de la Grande Guerre sur Twitter. Un grand merci à Tessa Hauswedell, Richard Deswarte et James Baker pour l’organisation.

Vous trouverez ma présentation en suivant ce lien.

I spoke yesterday at the Digital History seminar of the Institute for Historical Research to present my research on the Centenary of the Great War on Twitter. Huge Thanks to Tessa Hauswedell, Richard Deswarte and James Baker for the organization.

You’ll find the slides by following this link.

Arrêter une recherche

Hier, j’ai arrêté la collecte des tweets liés à la Grande Guerre. Le projet #ww1 est, pour ce qui est de la collecte des données, terminé: un peu plus de 9,1 millions de tweets entrent ainsi dans le cadre d’une recherche qui se termine.

Il y a à la fois regrets et soulagement. Regrets, car il est probable que le corpus obtenu soit critiquable sur de nombreux points. Soulagement, car je dois avouer que ce projet occupe une grande partie de mes activités de chercheur et que je souhaite passer à autre chose désormais, après cinq ans et demi de collecte.

Continuer la lecture

Passer les données au révélateur

En septembre, j’étais professeur invité à Rennes 2. Outre 4 interventions1, nous avons travaillé avec Caroline Muller pendant tout ce mois (et cela va continuer encore quelques temps) pour préparer la suite du Goût de l’archive à l’ère numérique.

Un soir, nous marchons dans le centre de Rennes et tombons sur la place de Coëtquen, où l’on peut admirer une fontaine à la tête coupée de l’artiste italien Claudio Parmiggiani. Installée en 1993 et ayant connu de nombreuses tribulations, j’avais déjà vu cette fontaine, il y a 25 ans (sigh), lors de mon seul et bref passage à Rennes avant 2019.

À la fin de l’année scolaire 1993/1994, j’ai mon bac. L’été s’annonce studieux, dédié à la préparation du concours de l’IEP de Strasbourg. Avant de m’enfermer durablement pour bosser, je fais un stage d’une semaine à Dinan pour apprendre le développement photo. Je me promène quelques heures à Rennes avant d’attraper un bus pour Dinan, tombe sur cette fontaine et la prend en photo. Une fois à Dinan, j’apprend le développement (la pellicule) et le tirage (la photo papier) sur cette photographie de la fontaine à la tête coupée.

Continuer la lecture
  1. Que vous pouvez retrouver sur le blog du Goût de l’archive à l’ère numérique: 1, 2, 3 et 4 []