L’Europe «non supervisée»: nouveau blog pour un nouveau projet de recherche

Indubitablement, mes recherches autour des traces de la Grande Guerre et de son Centenaire devaient se terminer, comme les commémorations du Centenaire, elles-mêmes, se terminent. Nous approchons du 28 juin 2019, centenaire du traité de Versailles.

Le traité de Versailles est central dans une grande partie des enseignements que j’ai reçus depuis le cours magistral de Louis Dupeux et la conférence de méthode, à l’époque, de Sylvain Schirmann à l’IEP de Strasbourg, des recherches que j’ai menées depuis, des enseignements que j’ai donnés et que je donne toujours. Comment travailler sur la politique économique et monétaire du IIIe Reich sans référence au traité de Versailles? Comment s’intéresser au plan Young, à la banque des règlements internationaux (BRI), aux grandes négociations économiques et monétaires (il y en a) des années 1930, aux discussions sur l’organisation économique et monétaire, même après 1945, du continent européen sans avoir le traité de Versailles – et les autres traités d’île de France, d’ailleurs – en tête?

Continuer la lecture

#dhiha8: notes sur le concours de billets de blogs

Ce billet regroupe des éléments que j’ai utilisés pour le second jour du workshop #dhiha8. Vous trouverez les liens vers l’ensemble des billets sur le blog germanophone de l’institut historique allemand.

Three remarks and a regret:

1. A general remark

A general remark on the French blogposts: more men, more theory, more debate, in blogposts’ comments and/or on Twitter. German and English speaking blogposts are more centered on practical experiences, on tools (Twitter – Lena Oetzel and Levke Harders, Transkribus – Ina Serif and Pia Eckhart, 3D – Tobias Hodel), on project-oriented teaching too. Mareike wrote a blogpost that is based on Emilien Ruiz and Franziska proposition from 2011 in order to have a bridge between French blog posts and the others. The exception is maybe Stefania Scagliola’s text on the C2DH website.

2. The material condition and context of teaching digital stuff

Managing a classroom in a digital something course (Caroline Muller) / reflects also the reflexes students have when in front of a screen and the difficulties to «get of google out» of their (our) habtis. The material conditions of teaching: a room with computers, obligation to walk, etc (Caroline Muller), sometimes to walk out of the university (HistoriaApp, JAN NIKO KIRSCHBAUM)

3. The disciplinary question

The French debate partially (not only) focused on the non-existence of digital humanities or digital history as disciplines. I think it is not the main question but did have some problems to express it in the debates that we had on Twitter or while commenting blogposts.

4. A regret

One of the thing the debate on the French side showed is that the central question is not the disciplinary question but the question of the archive, of the primary sources, of the artifacts of the past. In a way, Dan Todman’s keynote was a quite good illustration of that. The allure of the archive in the digital era might still be the allure of the archive but the digital era might have change the concept of archive itself.

And I am not sure today that the concept of “archive” has the same meaning that it had “before” – “before” here meaning the way archive are showed, handeld in Arlette Farge’s Allure of the archive (the 1980s meaning of the archive) for instance.

There are more and more layers between us and the primary sources – of course archive centers are one of this layers, but the digital camera, servers, personal computers, and softwares. In terms of softwares, we are developing today an algorithmic layer that is thicker and thicker between us and the archive.

I really regret not to have written on that and on one important question which is: how to teach students to deal with those layers, how to teach them the history of those layers? Maybe a good subject for a workshop this afternoon.

Comment rater un enseignement d’histoire numérique en trois actes #dhiha8

Voici un petit billet sur un enseignement que j’ai mené et qui a échoué: les étudiants n’y ont pas adhéré et ont produit des résultats inférieurs à ce que l’enseignant – moi – avait espéré.

Ce billet est aussi un plaidoyer pour que, tous, nous prenions en compte et parlions de nos échecs: nous le faisons plutôt bien dans la recherche, nous le refusons souvent – du moins dans mon expérience – pour nos enseignements.

Acte 1: s’inspirer d’un enseignement qui a eu du succès

À l’Université de Lausanne, j’avais mené un enseignement en bachelor d’histoire (licence, pour les Français) autour de l’histoire et des méthodologies numériques sur deux semestres. Une dizaine d’étudiants persévérants ont suivi ce module, qui était divisé en trois types de cours:

  • Les cours plutôt théoriques autour de l’histoire numérique,
  • Les cours pratiques, de démonstration, d’apprentissage des outils (gephi, iramuteq notamment),
  • des séances d’entretien avec les étudiants, travaillant en binôme ou seuls selon leur choix, autour de leur projet.

L’enseignement tournait autour de l’histoire contemporaine, avec une méthodologie par projet: les étudiants choisissait eux-mêmes le sujet de leur rendu de fin d’année, qui devait toucher aux XIXe ou XXe siècle. Ils et elles devaient constituer un corpus de sources numériques (nées numériques ou numérisées) et appliquer des méthodes de lecture distante notamment, sans s’interdire la lecture proche. Ce cours a été un régal pour moi comme enseignant et a été très bien évalué par les étudiants.

Arrivé à l’Université du Luxembourg, j’ai voulu appliquer la même méthodologie à un enseignement de Master sur un semestre autour de l’histoire du marché commun du 1957 à 1992.

Acte 2: Ne pas percevoir les différences de contexte entre les deux enseignements

Pour cet enseignement de master, j’ai tout de suite essayé de m’adapter à un point qui me semblait crucial: le temps. On passait d’une année à un semestre. J’ai donc restreint certaines possibilités. Je leur ai notamment conseillé de maintenir des corpus relativement modestes (éviter les corpus de milliers de documents), notamment pour garder la possibilité, si les étudiants ne réussissaient pas à automatiser certaines tâches, de faire certaines choses «à la main». J’ai maintenu la logique globale de l’enseignement: par projet, avec des enseignements sur le marché commun, des enseignements sur les méthodes numériques et des séances pratiques qui me permettaient aussi de voir les progrès de chaque groupe. À partir de la troisième séance, j’ai systématiquement fait un tour de table en début de cours pour que les étudiants me parlent de l’évolution de leur projet. Dans ce genre d’enseignements, il faut un suivi des étudiants qui soit très marqué.

Par contre, il y a des différences de contexte entre les deux enseignements que je n’ai pas vues ou qui ne me sont pas apparues importantes et notamment:

  • Mon enseignement de master était obligatoire, pas celui du bachelor,
  • À Lausanne, les étudiants et étudiantes de l’Université ont de très bonnes relations avec les étudiants et étudiantes de l’EPFL, qui savent faire du développement.

À Lausanne, donc, mes étudiants et étudiantes ont demandé à leurs amis et amies de l’EPFL de les aider dans leurs projets. Nulle possibilité (même s’il y a des chercheurs en informatique à l’Université du Luxembourg) ne s’offrait à mes étudiants en master de faire appel à des collègues développeurs. La constitution des corpus, en premier lieu, a ainsi été un moment difficile.

Surtout, les étudiants de master n’étaient pas là par choix: si je le savais, je n’ai pas réalisé que ce facteur était important pour la (non-)réussite de l’enseignement. Les étudiants de Lausanne avaient tous assisté à un enseignement ponctuel que j’avais fait dans un cours de propédeutique d’histoire bien plus large l’année précédente. Cela les avait intéressé et s’étaient ensuite inscrits à mon cours. Au Luxembourg, les étudiants et étudiantes n’avaient pas l’intention de faire un enseignement «numérique» mais s’étaient inscrits dans une option ‘histoire de l’intégration européenne’ où mon enseignement était obligatoire. Ils et elles voulaient des cours sur l’histoire de l’intégration européenne et pas sur l’histoire numérique. Je leur ai imposé l’aspect numérique.

Acte 3: Se faire des illusions

Le dernier problème était, de ma part, une surestimation des compétences numériques de mes étudiants. Ce cours prenait place en troisième semestre. Entre le premier et le second semestre de Master, ils ont eu une école d’hiver en histoire numérique, menée avec brio par un très bon collègue. Ils avaient, donc, déjà fait de la fouille de texte et de la lecture distante sur un corpus très précis, celui des mails d’Hillary Clinton.

Mais ce corpus de mails est très homogène. Ils n’avaient pas eu à passer du PDF à des données très structurées par exemple: leur enseignant l’avait alors fait pour eux. Les outils qu’ils ont utilisé pendant cette école d’été étaient pré-installés sur des serveurs et ils n’avaient pas à les configurer. Pour mon enseignement, ils et elles devaient choisir les outils – ils n’étaient pas obligés d’utiliser ceux que j’avais montré en cours -, les installer, les configurer.

Or, malgré une discussion avec mon collègue qui avait mené l’école d’hiver, où je n’ai visiblement pas posé les bonnes questions, j’ai surestimé ce qu’ils et elles savaient faire. Cela aurait été rattrapable dans le cadre d’un enseignement sur un an, mais certainement pas sur un semestre.

*

Je vous avoue que ce billet n’a pas été facile à écrire (ni à publier, d’ailleurs), même si je voulais le faire depuis longtemps. Mais cette expérience rappelle combien enseigner autour de l’histoire et du numérique est peu aisé, combien il faut connaître ses étudiants, le diplôme et l’université où l’on enseigne pour que ce type d’enseignements ait du succès, combien enseigner à la fois sur un sujet historique (l’histoire de la construction européenne) et sur des méthodes numériques (ou non, d’ailleurs) est délicat, bien qu’à mon avis nécessaire – séparer fond, méthode et pratique ne me convient pas. Mener ce genre d’enseignement était par trop ambitieux alors que je ne connaissais pas encore suffisamment mon université.

Cette année, j’ai fait évoluer radicalement mon cours: il porte désormais sur les oppositions et visions alternatives à l’Europe communautaire d’une part, avec une pédagogie reposant sur l’histoire contre-factuelle d’autre part. À nouveau un régal, mais cette fois sans numérique.

Luxembourg-Rennes

Grâce à l’initiative et au soutien de Caroline Muller, de son département d’histoire et de son centre de recherche, j’aurai l’honneur et la joie d’être professeur invité à l’Université Rennes 2 au mois de septembre prochain. Ce sera l’occasion pour nous de développer Le goût de l’archive à l’ère numérique plus avant; pour moi de me confronter, avec plusieurs enseignements ou séminaires, à un public nouveau d’étudiants et de collègues enseignants-chercheurs.

Je n’ai finalement dans ces pages que peu évoqué le «livre vivant» qu’est pour le moment Le goût de l’archive à l’ère numérique. Si vous souhaitez en savoir plus, il ne vous reste plus qu’à le lire en ligne ou à commander le numéro de la Gazette des archives qui en est la première «capture papier».

Que commémorent les bots?

Depuis le 11 novembre dernier, je suis rentré dans la période finale de mon projet de recherche sur le Centenaire de la Grande Guerre. J’ai toujours souhaité aller jusqu’au centenaire du traité de Versailles, il est probable que j’aille désormais jusqu’au 11 novembre 2019 – pour avoir un 11 novembre hors du Centenaire.

Le compte Twitter @realtimeww1, projet initié par mon collègue Benoît Majerus et les étudiants du Master académique en histoire européenne contemporaine de l’Université du Luxembourg. Ce compte Twitter est automatisé, ce qui en fait un «bot».

La période qui va du mois d’octobre au tout début de décembre 2018 est une séquence commémorative exceptionnelle au sein d’une séquence commémorative plus large, elle-même exceptionnelle qui a commencé fin 2013 et est en train de se terminer.

Ces quelques semaines entourant le centenaire de l’armistice ont vu plus d’un million de tweets contenant des hashtags liés au Centenaire ou à la Grande Guerre être émis, dont 900 000 environ le 11 novembre 2018. Pour comprendre ce que cela représente, il faut se souvenir qu’entrent dans ma base de données non pas tous les tweets émis sur la Grande Guerre ou son Centenaire, mais ceux qui contiennent un ou plusieurs mots clés, parfois sous forme de hashtags. Le nombre total, ce jour-là, de tweets peut donc être bien plus important.

Continuer la lecture

Anthropologie de la balise BLINK

L’historien-ne doit-il, au même titre que l’internaute des années 1990, renoncer à avoir une vision globale de la Toile et accepter que sa navigation ne soit qu’une de celles possibles parmi tant d’autres, biaisée par son propre moteur de recherche?

Schafer Valérie, En construction: La fabrique française d’Internet et du Web dans les années 1990, 2018, p. 129

J’ai profité de mes vacances pour lire le très bon livre de ma collègue du C2DH, Valérie Schafer, sur l’internet et le web français dans les années 19901. J’ai pour partie vécu l’histoire qui y est reconstituée, comme témoin (tout-à-fait mineur). En 1996, internet et le web, souvent encore confondus, étaient un sujet médiatique, le buzz de l’époque. En septembre de cette année, j’ai eu l’incroyable chance de passer une année à l’Université de Leeds, ce qui signifiait l’obtention de ma première adresse e-mail et un accès à internet via les salles informatiques de l’université, car le Royaume-Uni avait décidé de fournir adresse mail et connexion internet à tous ses étudiants. Ce fut d’abord une découverte technique: ce qu’étaient le mail (récupéré à la ligne de commande), l’internet, les sites web (avec un premier apprentissage du HTML et un site créé sur tripod), les groupes de discussion. Ce fut ensuite une découverte d’usages (la “nétiquette”, par exemple) d’un réseau on ne peut plus social dès le départ2, ce que rappelle l’autrice. Enfin, ce furent, surtout, des heures de ce que l’on appelait encore du surf, de sites en sites. D’abord des sujets que l’on maîtrisait (“Waouh, tu as vu, un site dédié à Gaston Lagaffe!”), puis la découverte de contenus nouveaux, revendiquant alors une plus grande liberté d’expression qu’ailleurs, parfois, dès cette époque, pour le pire: j’ai aussi passé beaucoup de temps sur des sites négationnistes pour en comprendre la logique de diffusion.

Continuer la lecture
  1. Vous pourrez lire aussi le billet de Stéphane Bortzmeyer, l’une des personnes interviewées par l’autrice. []
  2. Voir le dernier numéro du Temps de Médias que j’ai coordonné avec Cécile Méadel et Martin Grandjean sur les réseaux sociaux numériques dans le temps long []

Retour sur la journée d’étude autour du goût de l’archive à l’ère numérique

Le 14 novembre, Caroline Muller (Rennes 2) et moi-même avons, avec l’association des archivistes français et le soutien des Archives nationales, organisé une journée d’études autour du Goût de l’archive à l’ère numérique, livre en ligne que nous coordonnons.

Nous avons demandé à Arlette Farge, autrice du Goût de l’archive en 1989, et Sean Takats, professeur à l’Université George Mason et directeur de la recherche au Roy Rosenzweig Center for History and New Media, qui dirige les projets Zotero et Tropy, de discuter autour du goût de l’archive, avec l’aimable et très réussie modération d’Emmanuel Laurentin de France Culture. L’après-midi, une session passionnante a été organisée par nos collègues archivistes, notamment Dominique Naud et Julien Benedetti: l’une des raisons du succès de la journée a été ce travail conjoint avec l’AAF ainsi que le déroulement de la journée aux archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine et son introduction par Françoise Banat-Berger, directrice des AN. La journée s’est terminée par des ateliers autour de la transmission du métier d’historien.ne à l’ère numérique, des archives nées numériques et des archives numérisées.

Continuer la lecture

Bricolage

Une question qui revient souvent sans que je puisse y répondre est celle de mon rapport à l’outil numérique. Comme je l’avais dit – en fanfaronnant un peu, je le reconnais – à un journaliste de l’AFP (repris récemment dans un journal de la PQR): je suis un cas extrême, passé d’un monde où le goût de l’archive était celui d’Arlette Farge (pendant ma thèse) à un monde où le goût de l’archive est celui de la base de données ou de l’API. Cela ne doit pourtant pas donner l’impression que d’historien je serais devenu informaticien, même si ce changement de monde a nécessité l’apprentissage progressif de savoir-faire numériques dès le début de ma thèse, lorsqu’encore hésitant pour mon avenir j’ai travaillé dans une entreprise de conception de sites web, emportée entre-temps par la crise des dotcoms. Si j’ai opté définitivement pour la thèse et donc pour la recherche en histoire, ma curiosité pour la ligne de commande découverte dans cette entreprise (en même temps que linux, d’ailleurs, et alors que sortait la toute première version de mac os x) est restée.

Continuer la lecture

1 422 776

Je voulais revenir depuis longtemps sur un billet que j’ai écrit il y a trois ans et demi. Intitulé (pompeusement) Numériser n’est pas mettre en données, son cœur était une critique de la base de données des Morts pour la France, publiée sur le site Mémoire des Hommes du ministère de la Défense.

Si la critique n’était pas totalement fausse – telle quelle, la base de données des Morts pour la France était peu exploitable pour la recherche car, constituée d’images d’actes administratifs, elle ne permettait pas la recherche plein texte – j’ai alors négligé plusieurs éléments: d’une part, les équipes du ministère de la Défense étaient pleinement conscientes des limites de cette base de données (et ne m’ont pas attendu pour l’être) et ont, pour y remédier, mis en place un module d’indexation collaborative; d’autre part, la puissance mémorielle de la Grande Guerre, très présente encore aujourd’hui, qui a poussé de nombreux internautes à s’emparer de ce module d’indexation. Il ne faut pas non plus oublier le soutien à cette campagne d’indexation apporté par la Mission du Centenaire.

Le résultat, obtenu plusieurs mois avant la fin du Centenaire, est là: le 30 avril dernier, la base de données des Morts pour la France était pleinement indexée, comme l’indiquait un (étrange) communiqué du ministère de la Défense et de nombreux tweets.

Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’«écrire» en histoire à l’ère numérique?

Illustration inutile mais il paraît qu’il faut toujours en mettre une. Par Jeanne Menjoulet, en CC BY 2.0

Marcello Vitali-Rosati a publié il y a quelques jours un billet posant la question suivante: Les chercheurs en SHS savent-ils écrire? Très mal accueillie par nombreux collègues sur Twitter en raison de son ton volontairement provocateur, une seconde version a été publiée, ainsi qu’une réponse aux commentaires reçus. Ce sont ces deux textes que je vais ici commenter.

Continuer la lecture