Luxembourg-Rennes

Grâce à l’initiative et au soutien de Caroline Muller, de son département d’histoire et de son centre de recherche, j’aurai l’honneur et la joie d’être professeur invité à l’Université Rennes 2 au mois de septembre prochain. Ce sera l’occasion pour nous de développer Le goût de l’archive à l’ère numérique plus avant; pour moi de me confronter, avec plusieurs enseignements ou séminaires, à un public nouveau d’étudiants et de collègues enseignants-chercheurs.

Je n’ai finalement dans ces pages que peu évoqué le «livre vivant» qu’est pour le moment Le goût de l’archive à l’ère numérique. Si vous souhaitez en savoir plus, il ne vous reste plus qu’à le lire en ligne ou à commander le numéro de la Gazette des archives qui en est la première «capture papier».

Que commémorent les bots?

Depuis le 11 novembre dernier, je suis rentré dans la période finale de mon projet de recherche sur le Centenaire de la Grande Guerre. J’ai toujours souhaité aller jusqu’au centenaire du traité de Versailles, il est probable que j’aille désormais jusqu’au 11 novembre 2019 – pour avoir un 11 novembre hors du Centenaire.

Le compte Twitter @realtimeww1, projet initié par mon collègue Benoît Majerus et les étudiants du Master académique en histoire européenne contemporaine de l’Université du Luxembourg. Ce compte Twitter est automatisé, ce qui en fait un «bot».

La période qui va du mois d’octobre au tout début de décembre 2018 est une séquence commémorative exceptionnelle au sein d’une séquence commémorative plus large, elle-même exceptionnelle qui a commencé fin 2013 et est en train de se terminer.

Ces quelques semaines entourant le centenaire de l’armistice ont vu plus d’un million de tweets contenant des hashtags liés au Centenaire ou à la Grande Guerre être émis, dont 900 000 environ le 11 novembre 2018. Pour comprendre ce que cela représente, il faut se souvenir qu’entrent dans ma base de données non pas tous les tweets émis sur la Grande Guerre ou son Centenaire, mais ceux qui contiennent un ou plusieurs mots clés, parfois sous forme de hashtags. Le nombre total, ce jour-là, de tweets peut donc être bien plus important.

Continuer la lecture

Anthropologie de la balise BLINK

L’historien-ne doit-il, au même titre que l’internaute des années 1990, renoncer à avoir une vision globale de la Toile et accepter que sa navigation ne soit qu’une de celles possibles parmi tant d’autres, biaisée par son propre moteur de recherche?

Schafer Valérie, En construction: La fabrique française d’Internet et du Web dans les années 1990, 2018, p. 129

J’ai profité de mes vacances pour lire le très bon livre de ma collègue du C2DH, Valérie Schafer, sur l’internet et le web français dans les années 19901. J’ai pour partie vécu l’histoire qui y est reconstituée, comme témoin (tout-à-fait mineur). En 1996, internet et le web, souvent encore confondus, étaient un sujet médiatique, le buzz de l’époque. En septembre de cette année, j’ai eu l’incroyable chance de passer une année à l’Université de Leeds, ce qui signifiait l’obtention de ma première adresse e-mail et un accès à internet via les salles informatiques de l’université, car le Royaume-Uni avait décidé de fournir adresse mail et connexion internet à tous ses étudiants. Ce fut d’abord une découverte technique: ce qu’étaient le mail (récupéré à la ligne de commande), l’internet, les sites web (avec un premier apprentissage du HTML et un site créé sur tripod), les groupes de discussion. Ce fut ensuite une découverte d’usages (la « nétiquette », par exemple) d’un réseau on ne peut plus social dès le départ2, ce que rappelle l’autrice. Enfin, ce furent, surtout, des heures de ce que l’on appelait encore du surf, de sites en sites. D’abord des sujets que l’on maîtrisait (« Waouh, tu as vu, un site dédié à Gaston Lagaffe! »), puis la découverte de contenus nouveaux, revendiquant alors une plus grande liberté d’expression qu’ailleurs, parfois, dès cette époque, pour le pire: j’ai aussi passé beaucoup de temps sur des sites négationnistes pour en comprendre la logique de diffusion.

Continuer la lecture
  1. Vous pourrez lire aussi le billet de Stéphane Bortzmeyer, l’une des personnes interviewées par l’autrice. []
  2. Voir le dernier numéro du Temps de Médias que j’ai coordonné avec Cécile Méadel et Martin Grandjean sur les réseaux sociaux numériques dans le temps long []

Retour sur la journée d’étude autour du goût de l’archive à l’ère numérique

Le 14 novembre, Caroline Muller (Rennes 2) et moi-même avons, avec l’association des archivistes français et le soutien des Archives nationales, organisé une journée d’études autour du Goût de l’archive à l’ère numérique, livre en ligne que nous coordonnons.

Nous avons demandé à Arlette Farge, autrice du Goût de l’archive en 1989, et Sean Takats, professeur à l’Université George Mason et directeur de la recherche au Roy Rosenzweig Center for History and New Media, qui dirige les projets Zotero et Tropy, de discuter autour du goût de l’archive, avec l’aimable et très réussie modération d’Emmanuel Laurentin de France Culture. L’après-midi, une session passionnante a été organisée par nos collègues archivistes, notamment Dominique Naud et Julien Benedetti: l’une des raisons du succès de la journée a été ce travail conjoint avec l’AAF ainsi que le déroulement de la journée aux archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine et son introduction par Françoise Banat-Berger, directrice des AN. La journée s’est terminée par des ateliers autour de la transmission du métier d’historien.ne à l’ère numérique, des archives nées numériques et des archives numérisées.

Continuer la lecture

Bricolage

Une question qui revient souvent sans que je puisse y répondre est celle de mon rapport à l’outil numérique. Comme je l’avais dit – en fanfaronnant un peu, je le reconnais – à un journaliste de l’AFP (repris récemment dans un journal de la PQR): je suis un cas extrême, passé d’un monde où le goût de l’archive était celui d’Arlette Farge (pendant ma thèse) à un monde où le goût de l’archive est celui de la base de données ou de l’API. Cela ne doit pourtant pas donner l’impression que d’historien je serais devenu informaticien, même si ce changement de monde a nécessité l’apprentissage progressif de savoir-faire numériques dès le début de ma thèse, lorsqu’encore hésitant pour mon avenir j’ai travaillé dans une entreprise de conception de sites web, emportée entre-temps par la crise des dotcoms. Si j’ai opté définitivement pour la thèse et donc pour la recherche en histoire, ma curiosité pour la ligne de commande découverte dans cette entreprise (en même temps que linux, d’ailleurs, et alors que sortait la toute première version de mac os x) est restée.

Continuer la lecture

1 422 776

Je voulais revenir depuis longtemps sur un billet que j’ai écrit il y a trois ans et demi. Intitulé (pompeusement) Numériser n’est pas mettre en données, son cœur était une critique de la base de données des Morts pour la France, publiée sur le site Mémoire des Hommes du ministère de la Défense.

Si la critique n’était pas totalement fausse – telle quelle, la base de données des Morts pour la France était peu exploitable pour la recherche car, constituée d’images d’actes administratifs, elle ne permettait pas la recherche plein texte – j’ai alors négligé plusieurs éléments: d’une part, les équipes du ministère de la Défense étaient pleinement conscientes des limites de cette base de données (et ne m’ont pas attendu pour l’être) et ont, pour y remédier, mis en place un module d’indexation collaborative; d’autre part, la puissance mémorielle de la Grande Guerre, très présente encore aujourd’hui, qui a poussé de nombreux internautes à s’emparer de ce module d’indexation. Il ne faut pas non plus oublier le soutien à cette campagne d’indexation apporté par la Mission du Centenaire.

Le résultat, obtenu plusieurs mois avant la fin du Centenaire, est là: le 30 avril dernier, la base de données des Morts pour la France était pleinement indexée, comme l’indiquait un (étrange) communiqué du ministère de la Défense et de nombreux tweets.

Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’«écrire» en histoire à l’ère numérique?

Illustration inutile mais il paraît qu’il faut toujours en mettre une. Par Jeanne Menjoulet, en CC BY 2.0

Marcello Vitali-Rosati a publié il y a quelques jours un billet posant la question suivante: Les chercheurs en SHS savent-ils écrire? Très mal accueillie par nombreux collègues sur Twitter en raison de son ton volontairement provocateur, une seconde version a été publiée, ainsi qu’une réponse aux commentaires reçus. Ce sont ces deux textes que je vais ici commenter.

Continuer la lecture

Traces de mémoires collectives et bases de données de la Première Guerre mondiale

Pour une proposition de contribution à un colloque, je souhaite me pencher sur les bases de données recensant des soldats1 de la Première Guerres mondiales. Il s’agit de regarder différents aspects de ces bases de données (éditeur, relation au grand public, fonctionnalités, schéma de la base de données, l’accessibilité, etc) pour analyser comment les mémoires collectives de la Première Guerre mondiale font trace dans ces bases de données. Continuer la lecture

  1. Cela peut-être des bases de données de soldats tombés au combat ou non, de leurs tombes, d’actes administratifs les concernant et les bases de données peuvent être plus larges – en France, par exemple, la base de données des Morts pour la France contient pour l’essentiel des soldats, mais également toute personne ayant été déclarée « morte pour la France », ce qui comprenait le personnel militaire non combattant, mais aussi des civils. []

À propos d’une crise de confiance

Le 14 novembre dernier, Le Monde publiait un article sur les réformes envisagées par le Ministère de la Culture pour l’ensemble de son domaine d’administration, ce qui inclut les différents services d’archives. L’article du Monde repose sur un document confidentiel publié par L’Humanité le lendemain. Peu de temps après, Vingtième Siècle, revue d’histoire publiait une motion:

A la suite des informations parues dans Le Monde daté du 14 novembre 2017, le comité de rédaction de Vingtième Siècle. Revue d’histoire s’inquiète de l’utilisation de la notion « d’archives essentielles » proposée par les Archives Nationales. Dans un contexte de pénurie d’espace et de personnel, cette politique a d’ores et déjà conduit à amplifier les destructions d’archives, y compris sur des fonds déjà constitués. L’avenir de la recherche historique nécessite que ces choix soient discutés de façon démocratique et transparente.

Je vais ici commenter les pages du document du Ministère de la Culture qui concernent la politique des archives, c’est-à-dire les pages 3 et 20 à 23 et évoquer les hantises grandissantes au sein des historien.ne.s que ce document a provoquées. Je publie ici un point de vue d’historien avec les mots d’un historien. Je comprends que le point de vue des archivistes puisse être très différent ou que mon vocabulaire ne soit pas adapté. N’hésitez pas: les commentaires sont ouverts! Continuer la lecture

« On tombe toujours de la même manière, dans un mélange de ridicule et d’effroi » – à propos d’une citation d’Eric Vuillard

Dans son roman, L’ordre du jour, qui lui a valu d’obtenir le prix Goncourt, Eric Vuillard ouvre son premier chapitre en racontant cette fameuse, très fameuse, réunion de février 1933 de collecte de « dons » organisée pour Hitler par, notamment, Hjalmar Schacht – ce qui, naturellement, ne peut me laisser tout-à-fait indiférent. Je n’ai pas encore lu ce livre en entier – et pour être honnête, j’ai beaucoup de mal avec les romans historiques et je pense qu’il ne fera pas exception – mais une citation qui en est extraite m’a interpellée très fortement:

On ne tombe jamais deux fois dans le même abîme. Mais on tombe toujours de la même manière, dans un mélange de ridicule et d’effroi.

Je ne sais pas si cette phrase doit être comprise comme une sorte de philosophie de l’histoire, mais elle me semble extrêmement juste pour ce qui est de l’histoire de l’entre-deux-guerres et surtout des comparaisons que nous pouvons faire entre cette période et la nôtre. Continuer la lecture