Archives par étiquette : Histoire numérique

Je ne veux pas “apprendre à programmer” – Je veux écrire des programmes “sympas”… en voici un exemple

J’essaye d’être rigoureux dans ma manière d’apprendre à utiliser python. Mais coder un jeu de roulette ou un pendu ne m’amuse pas longtemps. Et ne m’est pas utile. Pourtant, les tutoriaux que vous trouvez sur le net vous donnent comme exercice ce genre d’exemples.

Alors de temps à autres – et avant de commencer à utiliser The Programming Historian – j’essaye de faire quelque chose de (vaguement) utile, mais surtout très sympas.

En voici un exemple:

C’est une représentation des gens qui ont retweeté mes tweets sur Twitter.

Le code que j’ai utilisé a été appris à THATCamp Luxembourg/Trier que le CVCE et son Digital Humanities Lab (que je coordonne) ont organisé la semaine passé à Luxembourg-Ville, juste après DHLU (Digital Humanities Luxembourg). C’est lors de la session de Lars Wieneke, chercheur au CVCE et cheville ouvrière de ce THATCamp, que ce code a été écrit. Il faut avoir installé l’extension python pattern du CLiPS.

# coding: utf-8
## Introduction

# we will use the graph library from pattern to visualize the relationships and the export module to save the graph to a webpage

from pattern.graph import Graph, export

# Now we use the great Pattern library from the CLiPS research center http://www.clips.ua.ac.be/pages/pattern
from pattern.web import Twitter
twit = Twitter()

recherche = raw_input(‘Quel est le terme recherché? ‘)
recherche = str(recherche)

results = twit.search(recherche, count = 1500) # the search method returns a list of 1500 entries

g = Graph()

authors = [] # this creates an empty list that we will use to create a list of authors

for item in results:
if item.author not in authors: # if the current author hasn’t been in the list
authors.append(item.author) # we will add him

# we will add every author as a node to the graph
for a in authors:
g.add_node(a)

# if the Twitter message is a re-tweet we will create an edge (think of it as a connection) between the original author and the author of the re-tweet
for item in results:
if item.description[:2]==”RT”:
g.add_edge(item.author, item.description.split(“:”)[0][4:])

# export saves the graph g to the filename “twitterAnalysis” and add the name of your research
export(g, “twitterAnalysis-{0}”.format(recherche), directed=True)

Divagations sur le développement: apprendre à programmer est une question d’objectifs et de choix

Comme je l’ai déjà écrit précédemment, je souhaite apprendre à programmer. Ce n’est pas la première fois que je le tente. C’est la première fois, par contre que je vais aussi loin.

Mes tentatives précédentes se centraient sur le trio PHP/Apache/MySQL. PHP pour le langage, Apache pour le serveur Web, MySQL pour la base de données. Je n’ai pas réussi. Bien sûr, j’ai pu faire un petit annuaire en ligne (des sites touchant aux relations internationales), mais qui n’a jamais évolué. C’était une époque lointaine, où les CMS (Content Management System – comme WordPress que j’utilise pour ce blog) n’étaient pas aussi performants et développer un annuaire soi-même se justifiait. Aujourd’hui, entre Google et les nombreux logiciels serveurs ou services web qui peuvent remplir cette fonction, ce choix de programmation n’avait pas grand intérêt.

Bref, j’ai vite arrêté.

Aujourd’hui – et alors que mes fonctions professionnelles me poussent à apprend à dialoguer avec des développeurs aguerris – ma motivation est nettement plus importante. Et mon choix sont bien différents. Je reste attaché au développement web, très certainement.

Mais mon but, aujourd’hui est bien plus affirmé. Nous devons – comme l’avait perçu Roy Rosenzweig dans un article que vous devriez tous lire1 –  faire face à une abondance de données, qui rendra difficile de ne pas se faire assister par un ordinateur pour faire ses recherches. Si je ne prétends pas – en tout cas pour le moment – devenir “développeur” – car il y a une différence entre développer et être développeur – j’aimerais toutefois être capable de maîtriser mon avenir informatique de chercheur.

Faire face à un déluge de données. Donc être capable de se constituer – à partir de sources publiées sur le web – un corpus pour ses propres recherches. Voici aujourd’hui mon but. The programming historian de William J. Turkel et Alolan MacEachern explique très bien comment l’atteindre assez facilement. Il explique aussi certains choix: des choix d’outils libre (zotero), des choix de langage de programmation (python).

Pour apprendre à programmer, ce dernier choix est capital. Beaucoup de langages sont promus par leur communauté comme “faciles” à apprendre. Dans la réalité, peu d’entre eux le sont. Le langage mis en avant par Turkel et MacEachern – et que j’avais pré-sélectionné avant de connaître ce site – est python. Il ne se limite pas au web, mais peut en faire. Il est ***vraiment*** facile, et ses bases s’apprennent vite.

Voici les quelques ressources que j’utilise à l’heure actuelle dans cet apprentissage:

  1. Rosenzweig, Roy. « Scarcity or Abundance? Preserving the Past in a Digital Era ». The American Historical Review 108.3 (2003): 735‑762. CrossRef. Web. 28 avr. 2010. []

Pratique de la lecture sur support informatique

La lecture est essentielle au chercheur. Nous lisons les articles et livres de ceux qui nous ont précédé, de ceux avec qui nous débattons. Nous publions pour être lus. Normalement.

Le travail quotidien de l’historien s’organise en grande partie autour de cet impératif de lecture. Nous avons appris – nous, les chercheurs non-digital natives, n’est-ce pas – à manipuler la fiche bristol. Une fiche par livre. Une fiche par idée. Des mots-clés pour les classer et les retrouver.

Dans le cadre d’une recherche de plus en plus marquée par les avancées de l’informatique, le remplacement de la fiche cartonnée devrait être simple. Mais non. Ce n’est pas simple, car la multitude des plateformes (mac, Windows, Linux), des types de logiciels (base de données, tableur, traitement de textes, logiciel ad-hoc…), des logiciels (une fois que l’on a choisi un type) et désormais du type d’ordinateur (ordinateur de bureau, ordinateur portable, tablette, voire téléphone portable), complique les choix et, surtout, rend toute solution imparfaite. Il s’agit alors de trouver un processus de travail satisfaisant.

Pour bien organiser sa lecture, il faut d’abord faire le bilan de ses propres pratiques. Pour ma part, j’utilise une pluralité de supports informatiques – ordinateur de bureau, ordinateur portable, tablette, téléphone portable – qui, à un degré ou à un autre, peuvent me servir à lire. Je privilégie aujourd’hui plutôt la tablette, adaptée à la lecture sur écran1. En conséquence, je privilégie des logiciels et format fonctionnant sur plusieurs plateformes, lisibles sur plusieurs types de terminaux. Cela signifie notamment que, pour un article ou livre au format numérique, je préfère le format PDF, qui est (presque) universel.

Utiliser des logiciels développés pour les chercheurs, qui sont de plus en plus courants, me paraît également pertinent. Toutefois, outre les aspects ergonomiques et les fonctionnalités générales du programme, je regarde également deux choses particulières: la possibilité d’abandonner le programme si son évolution ne me satisfait pas (ou si je change d’avis) d’une part; la possibilité, bien sûr, d’utiliser ce programme sur l’ensemble de mes terminaux. Parce qu’il est libre et développé par des historiens, je privilégie zoteroce qui n’est guère étonnant. Je l’associe à un lecteur PDF permettant l’annotation de mes fichiers que, grâce aux extensions zotfile et zotfile reader, je peux synchroniser mes données entre mon ordinateur principal et mon compte DropBox (donc avec tous mes autres terminaux)2.

J’ai mis longtemps à trouver ce système. Pendant ma thèse j’ai essayé divers logiciels de bases de données. Mais à l’époque, j’ai eu le malheur de choisir des systèmes fermés. J’ai refusé Endnote, trop cher, pas assez SHS. Alors j’ai basculé toutes mes notes de lecture sous Word. Ce fut très lourd à gérer, mais finalement plus satisfaisant, de mon point de vue de l’époque. Pourquoi faire ainsi? Parce que, finalement, la fonction “recherche” de Word ne me semblait pas trop mauvaise.

Le problème est qu’aujourd’hui, quand je veux réutiliser mes notes des années 1999-2006, je me heurte aux inconvénients de cette solution. Les recherches sur les contenus des fichiers ne sont pas très performantes… et j’ai du mal à retrouver certaines informations. Surtout, tout stocker dans des fichiers Word immenses et utiliser la fonction “rechercher” ne facilite pas la sérendipité. On oublie ce que l’on a trouvé dans les archives. Pas tout, mais en partie – c’est précisément pour cela que l’on prend des notes de nos lectures. Or, utiliser la fonction “rechercher” dans un fichier énormissime implique que l’on se souvienne du contenu des archives lues plusieurs années auparavant. Donc, on réduit la possibilité de retrouver par hasard ou chance (la sérendipité, donc) des notes dont le contenu nous était sorti de la tête.

Aujourd’hui, la solution Zotero/Lecteur PDF/synchronisation sur serveur distant articulée autour d’un ordinateur et d’une tablette me permet une lecture réellement active: annoter directement dans le fichier, lier au fichier des notes externes, relier des notes et des références bibliographiques ensemble, réutiliser ces notes et références bibliographiques dans mes écrits.

Tout ceci demande une première discipline, notamment parce qu’il faut apprendre à maîtriser ces outils. Et l’informatique réserve parfois de mauvais tours. Mais je pense pouvoir dire aujourd’hui que je suis plus efficace qu’il y a cinq ans.

  1. bien sûr, il m’arrive encore de lire des livres et articles imprimés []
  2. DropBox est un service web qui vous permet de synchroniser des fichiers avec un espace de stockage “dans les nuages”, c’est-à-dire sur un serveur distant. Il existe de nombreux autres services similaires qui sont utilisables, comme box.net par exemple. []

Le temps, l’historien et l’informaticien – pensées éparses (2)

Dans un article de 20031, Robert Frank tente de cerner l’apport des historiens à l’étude plus générale des relations internationales. Le coeur de son raisonnement touche à la grande spécificité de l’histoire par rapport aux autres sciences humaines et sociales: le temps. Le temps – peut être plutôt les traces du passé – est le point de vue, le centre de notre science.

Prenons un simple exemple. Quand commence le XXe siècle? Techniquement, en 1901. Il s’achève en 2000. En fonction de ce que nous étudions et de ce que nous recherchons, nous choisirons cependant d’autres dates pour commencer ce siècle. Chez Hobsbawm, ce siècle des extrêmes est un petit XXe siècle, allant de 1914 à 19912. En histoire économique, d’autres dates peuvent être choisies. Ainsi, la production d’acier nous incite à nous arrêter sur l’année 1890: les États-Unis, pour la première fois, produisirent plus d’acier que le Royaume Uni. Dans mon petit monde qui touche aux banques centrales et à leurs gouverneurs, le début des années 1920 est déterminant: les banquiers centraux commencent alors, sous la direction de l’Anglais Montagu Norman, à élaborer une doctrine du central banking, rendue nécessaire par la masse inédite d’endettement international provoqué par la Grande Guerre3.

Mais la complexité du temps va au-delà du simple choix des césures chronologiques. L’école des Annales – et tout particulièrement Fernand Braudel et sa Méditerranée4 – a introduit la notion de temps long, l’une des trois échelles du temps5. Les grandes évolutions, mais aussi constantes, de l’histoire humaine ne sont saisissables que par cette notion. Ainsi, en dehors de l’école des Annales, Jean-Baptiste Duroselle a-t-il voulu écrire l’histoire de long terme de l’Europe et, surtout, de ses peuples6. Cet ouvrage permet de saisir la très lente émergence de la notion des droits humains, de la Magna Charta de 1215, à la convention européenne des Droits de l’Homme de 1950, en passant par l’Habeas Corpus et par la Déclaration de 1789.

Il reste souvent pertinent, toutefois, de se pencher parfois sur le temps court – voire très court. L’un de mes souvenirs les plus frappants de mes années d’étudiants à l’IEP de Strasbourg est une séance de TD d’histoire des relations internationales portant sur le déclenchement de la Grande Guerre. Ici, s’attarder sur les entrées en guerre d’août 1914, aller dans le détail de la chronologie au jour près, à l’heure près, permet tout particulièrement de comprendre pourquoi la Grande Bretagne est entrée en guerre, changeant radicalement les rapports de force en présence.

Enfin – et ceci nous est rappelé par ceux qui étudient d’autres civilisations que l’Européenne mais également par l’histoire religieuse et l’histoire rurale – le temps n’est pas toujours linéaire. Peut être même ne l’est-il jamais. La vie d’un paysan chrétien – et d’un chrétien de manière générale – est rythmée par plusieurs cycles. Le cycle quotidien est celui des heures sonnées par le clocher de l’Église7. Le cycle hebdomadaire est ponctué par le dimanche. Le cycle annuel est marqué par les grandes fêtes chrétiennes. Les quatre testaments – lus à l’église chacun à leur tour au rythme d’un par an – marquent encore un cycle plus long. Et je ne crois pas que cette liste soit exhaustive.

Il est probable que l’on pourrait détailler bien plus avant ce qu’est le temps, notamment en évoquant le rapport entre passé, présent et futur. L’objectif de ce billet n’est pas d’être complet, mais de montrer en quoi ces quelques considérations sur le temps – banalités pour tout historien – sont difficiles à saisir par ceux qui ne sont pas constamment plongés dans le passé et n’ont pas fait de l’histoire leur «métier». Le temps n’est pas chose simple. Mon expérience, de ce point de vue, a souvent été décourageante. Ceci se reflète notamment lors de discussions avec des chercheurs en sciences de l’informatique.

Comme toutes les «sciences dures» – j’utilise ici ce terme malheureux en opposition aux sciences humaines et sociales – il arrive que les sciences informatiques touchent à des questions essentielles qui concernent les SHS, en particulier la philosophie. Mais, pour avancer, les chercheurs en sciences informatiques ont besoin, parfois, de donner une réponse concrète à ces questions. Elles empruntent parfois un champ lexical provenant de la philosophie – c’est ainsi que l’on parle d’ontologie et de web sémantique – tout en donnant à ces termes des sens finalement très concrets.

Dans ces cas là, un échange avec des chercheurs en sciences de l’informatique mène souvent à des récriminations de leur part: force est de constater que nous sommes, non pas compliqués, mais complexes. Que nos recherches sont parfois difficiles à appréhender. Comment intégrer dans un algorithme des temps multiples, malléables en fonction du sujet de recherche de l’historien? Pour ma part, ma réponse est assez simple: en laissant l’utilisateur décider, en lui donnant le pouvoir de créer son / ses propres temps.

L’exemple du temps montre à quel point, lors de projets mêlant historiens (et plus généralement chercheurs en sciences humaines) et informaticiens, un dialogue constant est important, pour dégager les meilleurs moyens de répondre aux besoins des historiens. Mais ce dialogue nécessite l’acquisition d’un vocabulaire commun, notamment par l’intervention d’intermédiaires et, notamment, des historiens-développeurs.

  1. Frank, Robert. « Penser historiquement les relations internationales ». AFRI IV (2003): 42‑65. Print. []
  2. Hobsbawm, Eric J. L’age des extrêmes Histoire du court XXe siècle. Complexe, Le Monde Diplomatique, 1999. Print. []
  3. Je vous renvoie honteusement au numéro de Histoire, Économie & Société que j’ai coordonné avec Olivier Feiertag et qui sortira sous peu: Clavert, Frédéric, et Olivier Feiertag. Les banquiers centraux dans la construction européenne. 2011. Print. Histoire, Économie & Société 2011/4. []
  4. Braudel, Fernand. La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. Paris: Colin, 1949. Print. []
  5. « “La méditerrannée et le monde méditerranéen” de Fernand Braudel ». Le Webzine de l’Histoire 7 juill. 2007. []
  6. Duroselle, Jean-Baptiste. L’Europe : histoire de ses peuples. [Paris]: Perrin, 1990. Print. []
  7. Corbin, Alain. Les cloches de la terre : paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle. Paris: A. Michel, 1994. Print. []

AAC «L’histoire contemporaine à l’ère digitale»

Appel à contribution « L’histoire contemporaine à l’ère digitale » (Luxembourg / 15 et 16 octobre 2009)

DATE LIMITE DE CANDIDATURE : 30 MAI 2009

L’Université du Luxembourg (Master en Histoire européenne contemporaine) et le Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE) organisent un Symposium en octobre 2009 sur le thème « L’histoire contemporaine à l’ère digitale ». Les réflexions sur l’usage de l’ordinateur et d’Internet dans les pratiques, méthodes et productions des historiens se font progressivement plus nombreuses. Toutefois, l’histoire contemporaine est restée relativement à l’écart des usages scientifiques numériques – au-delà de l’utilisation du traitement de texte et du courrier électronique – et des réflexions méthodologiques qui y sont liées.

Pourtant, les technologies de l’information et de la communication peuvent offrir de nombreuses possibilités à l’histoire contemporaine, en termes de publication, de collecte de sources primaires et secondaires, de travail en réseau, de visualisation des données… sans oublier que le web lui-même devient une archive. Les usages numériques en histoire contemporaine sont donc destinés à se développer et notre discipline à profondément se transformer.

Ce symposium sera centré autour d’une question simple aux réponses complexes : « Le web nous permettra-t-il de mieux appréhender l’Histoire ? »

Le symposium associera contributions et travail en ateliers, autour de trois axes :

  1. L’histoire contemporaine sur le Web aujourd’hui : ressources et outils ;
  2. L’histoire contemporaine sur le Web aujourd’hui : méthodes et écriture ;
  3. L’histoire contemporaine sur le Web demain : quel environnement numérique pour les chercheurs en histoire contemporaine ?

MODALITES DE CANDIDATURE

Les candidats présenteront une proposition de contribution en 500 mots et une présentation de leurs principaux axes de recherche de 200 mots. Les textes pourront être soumis en français, anglais, italien ou allemand et seront envoyés à l’adresse symposium@cvce.lu pour le 30 mai 2009 au plus tard. Les auteurs des contributions retenues seront contactés le 30 juin 2009 au plus tard. Les dossiers incomplets ne seront pas pris en compte.

Les propositions seront examinées par un comité scientifique composé de

  • Marianne Backes (Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe),
  • René Leboutte (Université du Luxembourg),
  • Serge Noiret (Institut universitaire européen de Florence),
  • Wolfgang Schmale (Université de Vienne),
  • Seamus Ross (Université de Toronto / Université de Glasgow),
  • Yannick Maignien (TGE-Adonis).

Les langues de travail seront l’anglais et le français. Les propositions issues d’autres disciplines que l’histoire contemporaine pourront être acceptées. Les contributions retenues seront publiées.

Les frais de déplacement, de logement et de restauration seront pris en charge par les institutions organisatrices.

Pour plus d’informations : http://www.digitalhumanities.lu et http://blog.digitalhumanities.lu/.