L’Histoire et le flux

«Tout historien travaillant sur Twitter est condamné à finir en institution spécialisée»1.

Ce billet a été commencé avec l’idée très vague de démontrer l’importance d’une notion informatique, l’API. Il a évolué, de manière assez imprévue, sans aucune référence à cette notion, sans que je ne puisse dire pour le moment si j’en apprécie le résultat. Commentaires bienvenus2.

Ce lundi 9 mai, j’ai parlé de «sources en flux3» à Louvain-la-Neuve pour les journées des archives 2016 à l’invitation d’Aurore François, directrice des archives de l’UCL, qui avait d’ailleurs publié un très bon chapitre dans notre Histoire contemporaine à l’ère numérique4. Particulièrement intéressant, le thème de ces 16e journées était: «Pérenniser l’éphémère. Archivage et réseaux sociaux»5.

Au début était l’archive infinie

En continuant de réfléchir à ces sources primaires en flux depuis lundi, je me suis replongé dans la notion d’archive infinie, l’Infinite Archive avancée il y a quelques années par Bill Turkel6. Le web est cette archive infinie, une constellation d’informations en constante expansion. Lire la suite

  1. Phrase prononcée à Louvain, sur le ton de l’humour, par Thierry Delplancq, archiviste, Archives de la Ville de la Louvière. []
  2. Le billet sur les API viendra un jour. Ou pas. []
  3. Ma présentation est disponible sur HAL-SHS. []
  4. Clavert Frédéric et Noiret Serge, L’histoire contemporaine à l’ère numerique / Contemporary History in the Digital Age, Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang S.A, 2013. []
  5. Une autre intervention portait sur Twitter, celle d’Alexandre Turgeon: «Étudier la mémoire sur Twitter, composer avec celle de Twitter». Une partie de la réflexion menée ici sur la mémoire de Twitter a été inspirée par cette présentation. []
  6. Digital History Hacks (2005-08): Methodology for the Infinite Archive, Blog, 2008, consulté le 04.11.2008. Voir également: Hitchcock Tim, «Historyonics: Towards a New History Lab for the Digital Past», Historyonics, 01.04.2011, consulté le 11.05.2016. []

Le site web d’un centre d’archives est une salle de lecture

À l’invitation de Martin Grandjean, j’ai eu le plaisir de participer à une table-ronde au forum des archivistes qui s’est tenu à Troyes la semaine dernière (un compte rendu est disponible sur le site du forum). L’exercice de la table ronde est toujours à la fois intéressant et frustrant. Intéressant car il permet aux auditeurs d’écouter des points de vue complémentaires, parfois divergents, sur une question. Frustrant, car le public comme les intervenants ne peuvent développer et sont souvent contraints de rester relativement superficiels. Or, mercredi dernier, un point m’a particulièrement laissé sur ma faim: une question, posée à la fin de la session, à laquelle je n’ai pu répondre faute de pouvoir prendre la parole (le temps, notre enemi de toujours…) En substance: «On numérise massivement depuis de nombreuses années. Les chercheurs ne reviennent pour autant pas dans les salles de lecture. Pourquoi?» Lire la suite

BRJ INC.
Lemon Shark, Sydney Aquarium

To #DeleteAcademiaEdu or Not To #DeleteAcademiaEdu?

Il y a un peu plus de deux ans, je concluais un billet sur les réseaux socionumériques en ligne pour chercheurs avec le paragraphe suivant:

Surtout, c’est la question du modèle économique d’un tel mastodonte qui interroge le plus. Qu’il soit soutenu par des financements publics ou privés, il faudra un retour sur investissement, que ce soit en termes d’évaluation de la recherche ou d’exploitation de ses résultats. La tentation de la prédation sera nécessairement très forte, si ce n’est inévitable. Ce risque de prédation est tel, qu’il rend les réseaux sociaux pour chercheurs, me semble-t-il, rédhibitoires.

Nous y sommes. Lire la suite

La fin de l’édition scientifique française en SHS?

Ce billet est un billet d’humeur qui fait suite à la parution d’une tribune dans Le Monde. Je ne suis pas spécialiste de l’accès ouvert, je m’exprime ici comme simple enseignant-chercheur, encore considéré comme (vaguement) jeune, et qui a sa petite expérience de la recherche dans un monde numérique.

Quans ou Mandarins Chinois (Jacques Grasset de Saint Sauveur. Musée d’art du comté de Los Angeles. Disponible sur Wikimédia Commons).

Drame dans le monde de l’édition scientifique (franco-)française: les revues «de savoir» françaises seraient en passe d’être «étatisées». Diantre. Les éditeurs académiques français vont-ils être acquis de force par l’État pour brider l’insolence des chercheurs? Non, ils vont devoir – si la loi est votée et que ses décrets d’application sortent – se soumettre à l’article 17 du (toujours) projet de loi pour une République numérique. Cet article inscrit dans la loi la possibilité pour un auteur de rendre accessibles librement ses publications «financées principalement sur fonds publics»1 au terme d’un délai de six (sciences) ou douze mois (sciences humaines et sociales), même si l’auteur a signé un contrat avec clause d’exclusivité avec son éditeur. On appelle ça l’«open access» ou le libre accès aux résultats de la recherche.

Lire la suite

  1. Texte extrait de l’explication des motifs de la loi pour l’article 17 et sous réserve que son contenu ne soit pas modifié entretemps bien évidemment. []

Vinck Dominique et Natale Enrico, « La transformation des sciences historiques. La part du numérique »

Alors que les discours historiques produits par une diversité d’acteurs se multiplient de façon exponentielle sur le web, la majorité des historiens académiques restent réticents à s’engager dans des projets d’histoire numérique, préférant le rôle de spectateur passif des évolutions de la place de l’histoire dans les sociétés contemporaines.

Vinck Dominique et Natale Enrico, « La transformation des sciences historiques. La part du numérique », in: Gorga Anne et Leresche Jean-Philippe (éds), Disciplines académiques en transformation. Entre innovation et résistances, Édition des archives contemporaines, Paris, 2015, p. 89‑104.

1j1p

1 Jour – 1 Poilu: exemple de contribution des «amateurs» à la narration de l’histoire

Edit, 8 décembre 2015. Étant donné l’intérêt des commentaires, je conseille vivement à mes lecteurs de les lire. Ils sont particulièrement éclairants sur #1j1p et sur les relations entre historien.ne.s universitaires et historien.ne.s non-professionnels.

La base des données des morts pour la France de la Première Guerre mondiale est l’un des ensembles de « documents numérisés et [d’]informations issues des fonds d’archives et des collections conservés par le ministère de la Défense» (selon ses propres mots) proposés par le site  Mémoire des Hommes qui dépend du ministère de la Défense. Cette base de données est d’abord une collection de scans des actes administratifs déclarant un poilu mort pour la France, soit 1,3 millions de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale. Si l’image d’une source primaire est utile pour un.e historien.ne, elle ne permet qu’une lecture proche, avec des moyens de recherche limités aux quelques éléments, très pauvres1, qui ont été indexés au moment de la publication de la base de données. La recherche est ainsi rendue plus complexe, plus dévoreuse de temps, moins efficace et risquée dans la mesure où l’on peut manquer des informations. Presqu’aucune lecture distante n’est possible. Un module d’indexation collaborative a cependant été prévu, afin de donner la possibilité à qui voudrait d’effectuer une reconnaissance de texte «humaine» de ces images. J’ai critiqué ce module il y a environ un an. Lire la suite

  1. Nom et prénom(s), date et département de naissance, comme le montre cette fiche, non indexée le 4 décembre 2015. Cela signifie par exemple que l’on ne peut faire de recherche par lieu de décès ou par régiment. []

D’un 11 novembre, l’autre

Les 11 Novembre en France se ressemblent-ils (sur Twitter)? J’ai désormais un élément de comparaison, ayant moissonné le 11 novembre 2014 et le 11 novembre 2015.

Statistiques: l’effet Centenaire de 2014

Twwetsparjour

Figure 1. Nombre de tweets par jour.

Lire la suite

#ww1 – Progrès de l’analyse des tweets

J’ai eu l’occasion de parler plusieurs fois, ce mois d’octobre, de l’analyse des tweets (toujours en cours de collecte) sur le centenaire de la Première Guerre mondiale. Voici la présentation effectuée pour mes collègues de l’Université de Lausanne à l’occasion du séminaire « Pratique des Humanités digitales ».

Vous retrouverez le diaporama et l’enregistrement de la séance sur le site moodle de l’Université de Lausanne (se connecter en anonyme).

Pour citer cet article: Frédéric Clavert, "#ww1 – Progrès de l’analyse des tweets," in L'histoire contemporaine à l'ère numérique, 15/10/2015, http://histnum.hypotheses.org/2435.

Une analyse des contenus de thatcamp.org

Dans le cadre du THATCamp Paris 2015, qui s’est tenu la semaine dernière, nous avons organisé un datasprint. Les THATCamps (pour The Humanities and Technology Camp) sont des événements scientifiques appartenant à la famille des non-conférences, c’est-à-dire qu’ils mettent leurs participants au cœur même de l’organisation de l’événement. Les participants proposent des ateliers, votent pour les ateliers qu’ils jugent les plus pertinents, puis organisent l’emploi du temps de la non-conférences.

Orientés vers les Humanités numériques, les THATCamps sont, en fait, une importation de modes de sociabilité venant de l’univers des sciences informatiques et technologiques. Le datasprint en est aussi inspiré: il s’agit d’organiser, pendant l’événement, une sorte de concours où des équipes traitent, dans ce cas, des données et exposent leurs résultats à la fin de l’événement. Ce que nous avons fait la semaine dernière. Lire la suite

La démise en données

J’ai tenté sur ce blog d’expliquer ce que j’entendais par le terme de «mise en données» de l’histoire (ou du monde). Emmanuel Mourlon-Druol a publié ce matin un point de vue sur la publication de quelques centaines (sur plus de 50 000) des courriers électroniques d’Hillary Clinton (si vous avez raté le premier épisode).

Ce que raconte Emmanuel est l’histoire d’une démise en données: les courriers électroniques de l’ancienne secrétaire d’État (donc ancienne ministre des Affaires étrangères des États-Unis) ont été… imprimés puis scannés, mais avec reconnaissance de texte.

Ce processus aboutit à une immense perte d’informations. Un courrier électronique est structuré, notamment dans ses méta-données (qui envoie, à quelle heure, etc). Cet étrange procédé n’est ainsi pas seulement stupide, il aboutit à appauvrir ce qui est une source primaire utile à l’historien, mais aussi aux journalistes ou aux citoyens (et pas uniquement états-uniens). Preuve de cette démise en données: il est impossible de faire une recherche en fonction du destinataire, par exemple.

Si cet appauvrissement n’est pas nécessairement voulu, il n’en est pas moins pleinement aberrant.