Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Lecture des sources historiennes à l’ère numérique

Tous les historiens développent une relation spécifique aux sources primaires. Au début des années 2000, pendant ma thèse, certains documents trouvés dans les archives m’ont plus marqués que d’autres. Par exemple, je peux citer les compte-rendu des réunions entre dignitaires nazis qui ont suivi le grand pogrom de novembre 1938 en Allemagne1. Des débats durant des heures pour définir ce qu’est un “banc public”, ces bancs dont l’usage devait être interdit aux Juifs. Il est difficile de comprendre le régime nazi sans avoir eu une relation très proche avec ce type de documents, qui, souvent, donnent la nausée.

Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Statue de Clio, au Capitole (Washington)

Mais cette proximité avec le document peut aussi être un handicap. Toujours pendant ma thèse, j’ai eu un regret. J’ai cherché à prouver que, contrairement aux propos des conservateurs alliés aux nazis, contrairement à une grande partie de l’historiographie2, l’antisémitisme a joué un grand rôle dans l’alliance entre conservateurs, nazis et militaires qui a permis la naissance du IIIe Reich en janvier 1933.

J’ai donc utilisé dans ma thèse un discours, tenu en 1933 par Hjalmar Schacht, qui n’a pas été commandé ni visé par le ministère de la propagande3. Prononcé devant une associations féminine (mais pas féministe…) où sa femme est impliquée, ce discours trace une lignée directe entre Martin Luther, fondateur de la Réformation protestante au XVIe siècle et grande figure allemande, et (le catholique et autrichien) Adolf Hitler. Cette lignée est tracée, non par le biais de l’économie ou des finances (ou plutôt l’économie y est un prétexte), mais via les deux ouvrages antisémites de Luther4.

Si, à l’époque, j’avais connu les techniques de l’informatique appliquée à la linguistique, j’aurais pu élargir mon argumentaire à un plus large corpus, presque intégral d’ailleurs, des discours de Schacht et comparer le champ sémantique utilisé dans les discours contrôlés par les services de Goebbels et ceux qui ne l’étaient pas, pour voir, plus précisément, dans quelle mesure (et si) l’antisémitisme a été l’un des éléments d’un socle idéologique commun entre conservateurs et tout ou partie des nazis et pour mieux comprendre l’évolution du discours antisémite des conservateurs au fur et à mesure qu’évolue le régime nazi, au fur et à mesure, également, de leur éviction du pouvoir.

Cette expérience, croisée avec mes recherches plus récentes sur l’histoire à l’ère numérique et notamment – mais pas uniquement – la lecture de Franco Moretti5 et mes interrogations sur la manière dont les historiens de l’intégration européenne devront traiter l’afflux très probablement massif d’archives numériques dans les années à venir, m’a fait me demander si, avec la fouille, l’analyse et la visualisation des données, on peut parler de lecture computationnelle des sources de l’historien? Cette lecture computationnelle vient compléter la lecture humaine que fait l’historien de ses sources primaires. Elle comprend non seulement la lecture elle-même, mais aussi son analyse, c’est-à-dire l’interprétation des sources.

Cette amorce de réflexion ainsi qu’une discussion sur une première (et assez mauvaise) version de ce billet6 m’a poussé à préciser cette interrogation. Il me semble que nous pouvons aujourd’hui compter sur deux échelles de lecture des sources historiennes: d’une part une échelle close reading / distant reading et d’autre part une échelle lecture humaine / lecture computationnelle. La clé de la lecture et de l’interprétation des sources de l’histoire à l’ère numérique est dans les allers-retours constants entre close reading et distant reading et entre appréhension humaine et appréhension computationnelle de nos sources primaires.

Un premier axe de lecture: close reading / distant reading

Si je reprends les deux exemples d’expérience des archives décrits ci-dessus, le premier cas implique une forte proximité avec les archives, mais le second cas montre qu’il est parfois nécessaire d’avoir une relation plus distante aux sources primaires. Cette distanciation permet à l’historien non seulement de voir apparaître des éléments qu’une lecture trop proche ne lui aurait pas permis de voir, mais également de resituer le document dans un ensemble plus large et interconnectés de documents. En effet, une archive seule, en tout cas en histoire contemporaine, n’est pas toujours très significative. Nous essayons autant d’interpréter un document qu’un ensemble de documents. Nous devons également prêter attention à la manière dont les archivistes ont classé les sources primaires7. Pourquoi trouvons-nous tel brouillon de discours dans telle série d’archives plutôt que dans telle autre? Cette question est parfois aussi importante que le contenu d’un document – ou que l’absence d’un document.

Par exemple, il existe dans les archives de la chancellerie du Reich un échange de lettres entre le ministre chinois des Finances Kung et Hjalmar Schacht, alors ministre sans portefeuille et président (affaibli) de la Reichsbank. Elles ne sont pas dans les archives de la Reichsbank, mais bien à la Chancellerie, ce qui montre qu’elles ont été vues par les services d’Hitler – et notamment le secrétaire général de la Chancellerie, Lammers. Or les relations entre Kung et Schacht remontent à 1933. Pourquoi seul cet échange de lettres est-il disponible dans la série R43 (la chancellerie)8?

Pour répondre à cette question, il faut avoir une vision globale, non seulement des documents consultés, mais des relations extérieures du IIIe Reich. L’Allemagne était traditionnellement un soutien de la Chine contre le Japon, mais également contre des Puissances occidentales (le Royaume Uni, la France et les États-Unis). Or, à partir de 1936, par proximité idéologique et stratégique avec le Japon, le IIIe Reich opère un revirement fondamental par un rapprochement avec ce dernier qui, dans les années 1930, passe progressivement la Chine sous sa coupe. Mais cela n’a pas empêché des livraisons d’armes allemandes au Guomindang et de nombreuses missions (aux objectifs plus ou moins clairs) auprès de Tchang Kaï-chek. L’échange de lettres se trouve à la chancellerie car, fin 1937, le revirement diplomatique allemand est quasiment achevé: il ne s’agit plus de livrer des armes aux Chinois9.

Il y a une seconde raison à la présence de ces documents à la chancellerie plutôt qu’à la Reichsbank, qui, cette fois, est intérieure. Hjalmar Schacht, en 1937, est sur la sellette. Il a perdu le ministère de l’Économie au profit de Walter Funk, un ancien journaliste économique travaillant alors au ministère de la propagande, qui fait plus ou moins office de marionnette de Göring qui dirige le plan de 4 ans. Schacht n’a plus de marge de manœuvre en politique extérieure et ses espoirs de se reposer sur son influence extérieure (notamment pendant la mission van Zeeland10) pour maintenir son pouvoir s’évanouissent, à l’image des quelques conservateurs restant dans les instances étatiques allemandes.

Parfois, il faut aussi prendre un peu de distance par rapport au document et considérer une période toute entière pour comprendre un processus.

Ainsi, entre juin 1941 – le déclenchement de l’opération Barbarossa – et la conférence de Wannsee en janvier 1942 – où la Solution finale est explicitement exposée à un cercle plus large de dignitaires nazis -, dispose-t-on de peu de documents sur cette phase particulièrement importante du déclenchement de la Shoah11. Seul le fait de considérer l’ensemble des documents permet à l’historien de comprendre le processus décisionnel qui a mené au génocide. Ici, il faut qu’il y ait une certaine distanciation vis-à-vis des documents considérés individuellement pour les comprendre globalement.

Mais cette lecture distanciée des sources primaires, non sans certains risques, peut aller plus loin, notamment par une lecture assistée par ordinateur. C’est cette dernière qui, notamment, permet de replacer des documents dans un ensemble nettement plus vaste afin de faire ressortir des éléments qui ne sont pas visibles par une lecture humaine d’un ensemble assez restreint de sources primaires. C’est l’intérêt du second axe de la lecture des sources primaires à l’aire numérique, second axe qui potentialise le premier.

Un second axe de lecture: lecture humaine / lecture computationnelle

Avec l’émergence des nouvelles technologies, nous pouvons aujourd’hui nous reposer sur des techniques de plus en plus éprouvées permettant de faire ressortir des documents des éléments que nous n’avions pas vu par une lecture classique, humaine, ou de confirmer ce que la lecture humaine avait relevé. Ces techniques peuvent s’appliquer à des documents individuels ou à des corpus de documents, dont l’étendue peut varier de quelques centaines à beaucoup plus12.

Prenons un exemple: Lauren F. Klein, à la conférence Digital Humanities 2012 à Hambourg, a montré comment elle pouvait avancer sur l’histoire de l’esclavage aux États-Unis par une analyse de réseau et des techniques de visualisation13. La problématique est la suivante: Jefferson, comme beaucoup d’autres bourgeois états-uniens de son époque, n’évoque ses esclaves que par leurs prénoms. Grâce aux méthodologies numériques et en utilisant l’édition numérique des papiers de Thomas Jefferson, elle a pu compenser cette absence. Ici, une lecture distante des archives via une appréhension computationnelle de ces documents alternant avec une lecture humaine (car elle a dû vérifier un grand nombre de données) permet de parler des esclaves malgré l’absence de leur nom de famille.

Cette articulation entre lecture humaine et lecture computationnelle n’est pas nouvelle. Elle a déjà existé dans le domaine de l’histoire économique quantitative.

Franco Moretti commence, dès son premier article sur les “graphs”, par une référence à l’école des Annales et la manière dont elle exploitait des données quantitatives pour l’écriture de l’histoire économique. Il suggère, un demi-siècle plus tard, de l’importer dans l’histoire de la littérature. Son argument mérite que l’on s’y arrête: l’histoire de la littérature se concentre sur quelques dizaines / centaines d’auteurs et un corpus de livres de, là aussi, quelques centaines d’ouvrages. Mais le nombre d’auteurs et d’ouvrages publiés, depuis le XVIIIe, est bien plus important. L’histoire de la littérature telle qu’elle est pratiquée est ainsi particulièrement incomplète, selon Moretti. Sa solution est d’importer les techniques de l’histoire économique quantitative (graphs), de la géographie (maps) et des sciences de l’évolution (trees).14. Toutefois, Moretti ne se limite pas à la lecture distanciée et computationnelle. Il souhaite une démarche bien plus pragmatique, centrée, finalement, sur les besoins du chercheur.

Cette approche quantitative a été critiquée dès les années 1970 – soit bien avant Moretti. Paul Veyne insiste sur le particularisme et s’oppose aux simplismes des concepts. Michel de Certeau dénonce une forme d’illusion réaliste de la prétention des historiens à faire de l’histoire. Le mouvement italien de la micro-histoire, partant de l’individu pour étudier l’ensemble de la société qui l’entoure, a aussi contesté cette approche quantitative de l’histoire. Certains hérauts de l’histoire quantitative eux-mêmes se tournent vers une histoire plus locale, comme Emmanuel Leroy-Ladurie.

Toutefois, l’ère numérique – où nous sommes plongés pleinement et entièrement désormais15 – change à nouveau la donne. Par la numérisation des archives nées sur papier (ou film, ou …), par la multiplication des archives nées numériques (sur support comme des disquettes, cd-roms, etc. mais aussi -et surtout- sur le web), est remise pour partie au goût du jour l’utilisation des méthodologies quantitatives. Mais pas uniquement: les données, ce n’est pas que du quantitatif et apparaissent des méthodes pour faire ressortir des éléments quantitatifs d’un corpus numérique regroupant une très grande masse de documents / de données.

La thèse que je défends est qu’il faut créer un chemin permettant d’articuler une lecture humaine des sources primaires – en clair, le séjour classique en centre d’archives et la critique interne et externe des documents que l’on y trouve – avec une lecture computationnelle. Cette dernière est une lecture assistée par ordinateur, permettant, par le biais d’un ordinateur (personnel ou non, partie d’une infrastructure plus vaste ou non, et l’ensemble des logiciels que l’on utilise), l’appréhension – y compris l’interprétation – de masses d’archives non exploitable par simple lecture humaine. On parle ici de sources numérisées et nées numériques. Notons, que la lecture computationnelle permet aussi d’avoir une lecture plus proche, parfois, des archives et de documents uniques.

Comment entretenir une relation humaine aux archives tout en étant capable de la dépasser? Comment exploiter des données numérisées, impersonnelles d’une certaine manière, sans tomber dans les biais dans lesquels l’histoire quantitative est parfois tombée?

Le seul moyen est d’être capable de pratiquer une double lecture, en parallèle, des archives, du moins lorsqu’elles sont disponibles en version numérique. Garder cette relation de proximité avec les sources avec une lecture humaine, proche, qui nous permet de garder le contact avec des acteurs et leur environnement. Savoir à la fois améliorer la lecture proche et prendre de la distance par la lecture computationelle. Prendre de la distance, c’est pouvoir aussi comprendre les interactions entre les différentes sources, se dégager de la source unique, “sensationnelle”, pour voir le global16.

  1. La Reichskristallnacht / La Nuit de Cristal. []
  2. Vous pouvez consulter l’échange tendu entre Hans Mommsen et Peter Hoffmann en 2006 sur l’édition par Hans Mommsen et Sabine Gillmann des papiers de Goerdeler: la critique de l’édition par Hoffmann du 25 mai 2006, la réponse de Mommsen du 19 juin 2006 et la réponse de Hoffmann le 5 juillet 2006. Le débat tourne notamment autour du fait que Mommsen voit Goerdeler comme un antisémite par dissimilation – étant favorable à une séparation des Juifs du corps national pour faire un résumé rapide – tandis que Peter Hoffmann insiste surtout sur le fait que c’était l’”air du temps” et qu’il est difficile de juger quelqu’un sans prendre en compte cet air du temps. Gillmann, Sabine, et Hans Mommsen. Politische Schriften und Briefe Carl Friedrich Goerdelers. KG Saur, 2003. Print. []
  3. BArch Deustsche Reichsbank R2501/6985, s. 176-197 – “Luther Als Deutscher”, Rede vom Dr. Schacht []
  4. Notamment Des Juifs et de leurs mensonges []
  5. Moretti, Franco. Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for Literary History. Verso, 2007. Print. Ce livre développe les idées développées dans trois articles de la New Left Review: Moretti, Franco. « Graphs, Maps, Trees – 1 ». New Left Review 24 (2003); « Graphs, Maps, Trees – 2 ». New Left Review 26 (2004); « Graphs, Maps, Trees – 3 ». New Left Review 28 (2004) – et pour ceux qui se poseraient la question: Franco Moretti est professeur à Stanford, spécialiste de l’histoire du roman, issu de l’école marxiste et c’est bien le frère du réalisateur. []
  6. Merci à Louis Clerc, Sébastien Barret et Claire Clivaz pour leurs remarques – toutefois, tous les défauts de ce billet reste de ma responsabilité propre []
  7. Je précise que j’ai d’abord l’expérience d’archives d’État []
  8. BArch Rechskanzlei R43/II/1428c – p. 70 []
  9. Notons que dans ces lettres de 1937, Kung se plaint de la qualité des armes qui lui sont livrées. []
  10. Clavert, Frédéric. « La mission van Zeeland, une tentative de clearing multilatéral ». L’Europe au coeur. Livre offert à Marie-Thérèse Bitsch. Éd. par Birte Wassenberg et Martial Libera. Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien: PIE – Peter Lang, 2009. Print. []
  11. Voir le débat entre Édouard Husson et Florent Brayard, discussion qui a mené à des considérations intéressantes sur le document historique: Brayard, Florent. « Shoah : l’intuition et la preuve. Retour sur le processus décisionnel. » La vie des idées 12 févr. 2009. Web. 30 oct. 2012; Husson, Edouard. « Comprendre les origines de la Shoah. Réponse à Florent Brayard. » La vie des Idées 26 févr. 2009. Web. 30 oct. 2012. []
  12. Parmi les “corpus” qui peuvent comprendre une masse très importante de documents pourront à terme – ou peut-être même déjà maintenant – les sites web. Ainsi, le site de l’organisation Internet Archive promet l’accès à 80 terabytes de données pour la recherche: Internet Archive. « 80 Terabytes of Archived Web Crawl Data Available for Research ». Internet Archive blogs 26 oct. 2012. Web. 9 nov. 2012. []
  13. Klein, Lauren Frederica. « Social Network Analysis and Visualization in ‘The Papers of Thomas Jefferson’ ». Digital Humanities 2012. 2012. Web. 24 juill. 2012. []
  14. Les Annales ne sont pas les seules à avoir investigué l’utilisation des techniques quantitatives en histoire. La New economic history aux Etats-Unis l’a aussi fait, à peu près à la même période. Dans la partie plus historiographique, Peter Haber le rappelle et décrit ces deux écoles comme ancêtres de la digital history. Haber, Peter. Digital Past. Geschichtswissenschaften im digitalen Zeitalter. München: Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2011. Print. []
  15. Voir l’argumentation de Claire Clivaz dans Clivaz, Claire et al., éd. Lire demain. Presses polytechniques et Universitaires romandes, 2012. Actes de congrès. []
  16. Je vous conseille d’écouter l’intervention de Stéfan Sinclair (McGuill) à l’Université de Quebec à Montréal: Sinclair, Stéfan. « Distant reading ». Observatoire de l’imaginaire contemporain. 24 janv. 2012. Web. 14 nov. 2012. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

18 réflexions au sujet de « Lecture des sources historiennes à l’ère numérique »

  1. Frédéric Glorieux

    Merci pour ce billet, et les commentaires qu’il a suscité, notamment sur la micro-histoire.
    Question ouverte qui peut demander du temps : à quelles procédures d’analyse pensiez vous sur vos sources ?

    Répondre
  2. Ping : Comment referais-je ma thèse? | Frédéric Clavert

  3. Ping : La fin de l’histoire? – pensées éparses (5) | Frédéric Clavert

  4. Ping : Revue de presse du 29.11.2012 via Pocket | Lyonel Kaufmann blogue…

  5. Emmanuel Mourlon-Druol

    Comme le sujet est passionnant, quelques remarques à mon tour en passant:

    - Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais je demeure un peu sceptique sur l’aspect “lecture computationnelle” – disons, au-delà d’une lecture statistique de base classique (par ex.: combien de fois à été utilisée telle expression).
    Par exemple (mais je ne sais pas si c’est ce à quoi tu pouvais faire référence) lorsque je procède à une reconnaissance texte OCR d’une photo en pdf, le résultat n’est jamais irréprochable. Du coup ça ne remplace guère la lecture classique.

    Ensuite il y a un problème constant (et pas nouveau) des mots qu’on recherche. Deux exemples: dans mes travaux sur l’émergence du Conseil européen, je suis sans cesse confronté au problème de l’appellation “Conseil européen”. Parfois on parle de “conférence au sommet”, de “réunion des chefs de gouvernement” etc. Idem pour le SME: sur l’année 1978, les dossiers d’archives ET les documents eux-mêmes parlaient de “zone de stabilité monétaire”, de “plan Schmidt” etc.

    Ce dernier exemple va d’ailleurs plus loin, et a un certain écho avec les tiens: grâce à mes recherches à Berlin au ministère des affaires étrangères, j’ai pu mettre la main sur une note rapportant des déclarations de Schmidt à la sortie d’un Conseil des ministres à Bonn: il expliquait qu’il faudrait bientôt envisager d’approfondir la coopération monétaire en Europe devant son gouvernement. L’historiographie jusqu’alors n’était pas claire sur la date de son revirement; et surtout considérait que ce revirement avait été solitaire, et non pas présenté à tout le monde. Le cheminement de ce document est assez ahurissant: les délibérations du Conseil des ministres allemand de la période ne sont pas (encore) disponibles; j’ai trouvé cela à l’Auswärtiges Amt (improbable, et, qui plus est, ce n’est pas vraiment le lieu que tu privilégies pour aller faire une recherche sur les questions monétaires); et il s’agit d’une note sur cette seule déclaration (quelle chance qu’elle existe!). Tout cela pour en venir au fait que je ne vois pas trop comment une lecture computationnelle m’aurait aidé – je vois plutôt le handicap. Ce qui confirme ta remarque qu’il faut combiner les deux, en somme.

    - Pour moi, là où la vraie révolution des nouvelles technologies à eu lieu, c’est dans la gestion des masses phénoménales (pour l’historien contemporain) de documents accumulés: gérer les photos; les classer; les ré-utiliser sans problème plus tard; les sauvegarder dans différents endroits et sur de multiples supports; le loisir de travailler où l’on veut sans avoir à faire un déménagement monumental etc. La fonction “spotlight” dans les Mac OS fut une révolution… (même si elle concerne plus la gestion des sources secondaires que primaires, tenant au fait que l’indexation du texte éventuellement reconnu dans des photos est limitée).

    J’ai l’impression étrange que mes remarques sont un peu “bipolaires”: à la fois enthousiastes et sceptiques sur le rôle du numérique dans la gestion de nos sources primaires. Mais il est urgent d’aborder le sujet, tant la quantité de documents à traiter pour tout historien des années 1970, 1980 – et a fortiori plus récemment encore – devient à proprement parler monstrueuse (surtout en histoire des constructions européennes, vu la multiplicité des acteurs, et l’intérêt de prendre un point de vue pan-européen régional, plutôt que national).

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      La problématique que tu poses est très intéressante. Je commence à connaître pas mal de projets d’histoire / humanités numériques et ce qu’il en ressort, c’est qu’il y a un travail humain extrêmement important de l’historien sur les données (cf la notion de méta-source avancée par JP Genet). Si tu lis l’article de Lauren Klein que j’ai cité, elle précise qu’elle a dû vérifier les données – notamment pour harmoniser les surnoms de James Cumming – le cuisinier affranchi qu’elle a étudié pour cet article (Jimmy, James, Jim… y compris une variante française, puisque ce cuisinier, esclave affranchi, a très naturellement été formé à la cuisine… en France) pour que ces données puissent être exploitables.

      Or ce travail humain sur les données peut être extrêmement long et représenter même le travail essentiel (au sens du temps qu’il prend, mais aussi de ce qu’il implique pour la qualité des résultats) de ce type de lecture distante et computationnelle. Cette phase est souvent sous-estimée, notamment lors de la réalisation d’un corpus numérique.

      Tes arguments montrent l’importance d’un aller-retour constant entre lecture computationnelle / lecture humaine Lecture proche / lecture distante. Sur ton dernier point, la gestion par les historiens de masses de sources – au niveau personnel et au-delà – est un sujet qu’il faut vraiment discuter de manière uregnte.

      Répondre
      1. Emmanuel Mourlon-Druol

        Oui, vraiment urgent, car la bonne confrontation à cette masse documentaire est essentielle pour écrire une “bonne” histoire: j’entends par là une histoire qui utilise un éventail suffisant de sources et ne se meurt pas dans le détail insignifiant. Quand je vois la prolifération des rapports, groupes de travail, et la multiplicité des acteurs impliqués dans la crise de l’euro, je me dis que la tâche de l’historien de notre époque sera effroyable.

        Aller, faisons un workshop sur le sujet! (c’est la réflexion qu’on s’était faite avec Serge à Florence la semaine dernière)

        Répondre
  6. Ping : weblog.histnet.ch » Blog Archive » «Lecture des sources historiennes à l’ère numérique». Ein Kommentar

  7. serge noiret

    Cher Frédéric quelques commentaires sur ce très intéressant billet:

    1-pas d’histoire sans sources primaires, ce n’est pas une relation spécifique mais une raison ontologique de l’existence de la profession ce rapport nécessaire aux sources.
    2-chercher des sources qui se plieraient à une hypothèse de recherche c’est vouloir plier l’histoire à ce qu’on croit savoir « avant » or, Clio enseigne justement qu’il faut être disponible à la découverte. (ta thèse : J’ai cherché à prouver que, contrairement aux propos des conservateurs alliés aux nazis, contrairement à une grande partie de l’historiographie, l’antisémitisme a joué un grand rôle dans l’alliance entre conservateurs, nazis et militaires qui a permis la naissance du IIIe Reich en janvier 1933, te vient, je suppose, d’autres « sources », secondaires ou primaires, tu ne veux pas la prouver a priori)
    3-très vrai et intéressant –la révolution digitale- le fait qu’aujourd’hui tu pourrais faire du text mining sur un grand corpus (tout Schacht) si tu accèdes bien évidemment à ses écrits sont en ligne ou si tu veux t’amuser à les y mettre toi-même.
    4-lecture computationnelle des sources de l’historien? Elle engloberait lecture des sources et exégèse des sources à la fois, un fait nouveau. Tu définis ton intéressante hypothèse comme ceci : « deux échelles de lecture des sources historiennes: d’une part une échelle close reading / distant reading et d’autre part une échelle lecture humaine / lecture computationnelle. La clé de la lecture et de l’interprétation des sources de l’histoire à l’ère numérique est dans les allers-retours constants entre close reading et distant reading et entre appréhension humaine et appréhension computationnelle de nos sources primaires. »

    Peut-on te suivre et/ou accepter cette dichotomie et cette perspective ?

    Certainement très convaincante est ton analyse des documents de Schacht, leur relation à Hitler et à la politique extérieure du Reich et à la Shoah et l’interaction entre close et distant Reading. Cela s’appelle la lecture des contextes et l’application à un cas de la connaissance intime et profonde de la place de Schacht dans le nazisme et de la politique économique et financière du Reich. Cela te permet de comprendre la valeur d’un document à la lumière du contexte général que tu connais et as étudié.

    Tout en comprenant très bien la valeur de l’introduction de méthode computationnelles sur de nombreuses sources numériques, une valeur en terme d’exégèse nouvelle, je ne te suis par contre pas ici tout à fait quand tu parles d’ « une lecture humaine » qui permet de « vérifier un grand nombre de données ».

    Que la lecture soit computationnelle ou humaine d’une ou plusieurs sources, on vérifie toujours les contextes (données externes au(x) documents) et les données internes, (les contenus et la facture des/du documents). Le numérique –à mon avis- ne change rien à ce processus en tant que tel, il faut adapter cela au média numérique, au web. Le numérique offre par contre des méthodes d’analyse extrêmement poussées et nouvelles qui révolutionnent notre approche aux sources (qualitatif/quantitatif) et permettent de de leur poser de nouvelles questions, autrement dit pass un petit changement mais la révolution dans la profession. Une révolution telle que les sources analogiques d’avant peuvent être « améliorées » pour l’œil de l’historien qui pourrait ainsi tirer des conclusions bien neuves avec les mêmes sources.

    C’est, il me semble, ce que tu soulignes en te rappelant les études économiques quantitatives.

    Toutefois, quand tu relies cette histoire économique pour laquelle tu cites justement de nombreux détracteurs, à l’histoire numérique aujourd’hui, je ne te suis pas. Il ne s’agit pas de données économiques, financières, statistiques seulement aujourd’hui avec les big data’s mais souvent une possibilité de faire de la recherche qualitative sur un grand nombre de documents et pas du tout en pensant seulement faire du quantitatif.

    Donc l’histoire quantitative n’est pas le propre seulement du numérique et plus important encore, si je te suis entièrement sur le terrain de l’interaction nécessaire que tu sollicites entre close et distant reading appliqué aux documents, je ne te suis pas sur le fait que le close reading est seulement possible dans le monde analogique et distant reading dans le monde numérique. Il s’agit d’interactions en tant que telles, aussi bien dans le numérique que dans l’analogique ou dans un univers –pour l’instant seulement- encore mixte. Les deux visions sont possibles dans les deux univers

    Donc si tu écris : « Prendre de la distance, c’est pouvoir aussi comprendre les interactions entre les différentes sources, se dégager de la source unique, “sensationnelle”, pour voir le global » je suis d’accord, mais, là où le bât blesse, c’est que le numérique ou l’analogique ne changent pas les données méthodologiques de cette pratique, le numérique permet seulement une révolution profonde de ce qu’on appelle quantitatif, et en terme individuel, de ce que nous pouvons accomplir et réaliser au cours de nos recherches et dans un temps fini, délimité. Nous pouvons aujourd’hui vérifier qualitativement de nombreuses hypothèses encore mieux grâce aux big data’s et à l’accumulation des sources numériques. Donc oui on passe du grand angle au télé rapidement, par contre je pense que non, si tu veux qualifier ces deux visions par rapport au format de tes sources.

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Merci Serge.

      Sur ton point 2: j’ai cherché à prouver que l’antisémitisme a joué un grand rôle dans l’alliance entre conservateurs et nazis, parce que c’est l’impression que j’avais après la lecture de pas mal d’archives. Ce que je pensais a priori, c’est qu’il fallait que je sois très attentif à cette question de l’antisémitisme des conservateurs.

      Sur l’histoire économique quantitative: bien sûr, aujourd’hui, les données ne sont absolument pas uniquement quantitatives (mais le sont aussi).

      Mais, les origines des Humanités numériques sont toujours tracées comme suit Busa > Linguistics computing (les pionniers) > Humanities Computing > Digital Humanities.

      Or je ne suis pas d’accord: les linguistics computing ne sont pas la seule source pionnière (et lointaine) des Digital humanities. L’histoire économique quantitative l’est aussi (cf. le livre de Peter Haber, Digital Past). Si tu regardes Google Ngrams, en tapant linguistics computing et que tu regardes plsu précisément dans les années 1950-1960 les livres qui contiennent ces expressions tu constates que 1. Busa est cité à l’époque (et dans des revues de très grande renommée) mais de loin pas autant qu’à partir des années 1990 2. que les références des auteurs de ces livres de linguistics computing font référence aux sciences économiques et à l’histoire économique quantitative.

      Puis le quantitatif perd en attrait et les récits de ces époques perdent toutes traces de lui (années 1980) et dans les récits classiques de l’histoire des Digital Humanities l’histoire économique quantitative disparaît.

      Pour le moment, c’est encore une intuition, mais, un jour, si j’ai le temps, je ferai l’histoire des DH. Je pense que le résultat sera en décalage avec la version classique.

      Dernière remarque:

      “Je ne te suis pas sur le fait que le close reading est seulement possible dans le monde analogique et distant reading dans le monde numérique.”

      Le but de la “séparation” des deux échelles est aussi de dire qu’il peut y avoir les deux dans les deux mondes. D’où l’idée de séparer lecture proche / lecture distante et lecture humaine / lecture computationnelle. On peut avoir une lecture humaine associée à une lecture distante sur des sources analogiques et une lecture proche associée à une lecture computationnelle. Ou des lectures mixtes. Toutes les combinaisons sont possibles.

      Toutefois, les outils numériques nous permettent quand même d’amplifier la distance, de faire que la lecture distante soit encore plus distante, ce qui correspond aussi au fait que – dans certains cas – nous dev(r)ons faire face à une avalanche de données.

      Répondre
  8. Ping : sderrot | Pearltrees

  9. Stéfan Sinclair

    Formidable, Frédéric.

    J’aime surtout que ces réflexions sur les questions d’échelle et de méthodologies soient présentées dans le contexte d’une vraie problématique (l’étude des documents et archives proto-nazis) – trop souvent le débat se fait dans l’abstrait, ce qui mène forcément à des arguments plus abstraits. Il me semble que tu as tout à fait raison de mettre l’accent sur la navigation entre le micro et le macro, le potentiel d’une approche souple et hybride, plutôt que de vouloir déclarer l’un ou l’autre vainqueur.

    Le vrai défi, me semble-t-il, c’est de reconnaître et d’assumer que le contexte épistémologique a tendance à changer entre les échelles. La micro-lecture se prête mieux à l’interprétation (l’argumentation) puisqu’on est obligé de tisser ensemble des observations et des connaissances internes au lecteur (une approche statistique n’a aucun sens). En revanche, la macro-lecture dépend des données externes au lecteur (au moins dans un premier temps) et ce n’est pas étonnant de vouloir chercher des preuves (il faut toujours interpréter les données et trouver des stratégies pour les représenter, évidemment, mais la logique reste principalement dans les données plutôt que dans l’association des idées). Donc, oui, articulation entre les échelles, mais qui exige des ajustements (pour ne pas dire des contortions) entre les perspectives scientifiques et interprétatives. Je crois que l’appui de la macro-lecture à la micro-lecture se trouve dans la comparaison et la contextualisation, mais ce qui me semble beaucoup moins évident c’est le passage dans le sens inverse, et surtout comment effectuer du travail interprétatif (intéressant) avec des données à grande échelle.

    À mon humble avis, la perspective “humaniste” et la micro-lecture peuvent bien profiter en cour de route des méthodologies quantitative à grande échelle, mais peut-être qu’on ferait mieux parfois de résister à la tentation d’en dire trop sur la macro-lecture. Autrement dit, la macro-lecture s’ajouterait à tant d’autres étapes intellectuelles qui sont partiellement ou entièrement absentes du “produit final” (ou mieux, en annexe pour permettre à d’autres de découvrir et de mieux comprendre certaines parties du parcours intellectuel). Au moins jusqu’à ce que quelqu’un fournisse un exemple saisissant d’une macro-lecture interprétative.

    Répondre
  10. Claire Lemercier

    Merci pour cet excellent billet ! Je suis bien d’accord avec le propos d’ensemble. Toutefois quelques remarques de détail – au sens où il s’agit de choses périphériques ici, mais à mon sens pas de détails en général !
    - quand tu écris “permettant, par le biais d’un ordinateur (…), l’appréhension – y compris l’interprétation – de masses d’archives non exploitable par simple lecture humaine.” Ca pose la question intéressante de ce qu’est l’interprétation… pour moi, l’ordinateur ne peut produire que des images ou des mesures, donc des indices, des aides à l’interprétation.
    - je le répéterai jusqu’à ce qu’on me croie :) mais si on lit sérieusement les micro-historiens italiens ou français (pas Alain Corbin : les gens qui se sont revendiqués comme micro-historiens), ils n’écrivent absolument rien contre “le quantitatif”, bien au contraire. En revanche, contre le macro, l’agrégation des données, oui, ça arrive, souvent. Mais le quantitatif peut intervenir à un niveau très micro ! C’est là qu’il ne faut pas tout mélanger en reprenant les dichotomies habituelles quanti=macro=modèle=”beaucoup”=ordinateur, etc. D’ailleurs quand tu mentionnes la New Economic History à côté des Annales, ce qui est intéressant c’est que les deux utilisent du quanti, mais pas du tout le même en termes d’échelles, théories, etc. Si je ne vous ai pas déjà lassés, plus sur le sujet dans le Repères que j’ai écrit avec Claire Zalc et dans un livre à paraître autour d’Andrew Abbott auquel nous avons toutes les deux contribué, autour de l’idée de micro-histoire quantitative – ou encore dans le magnifique livre qu’elle a écrit avec Nicolas Mariot ou le numéro spécial du Genre humain sur la micro-histoire de la Shoah.

    Répondre
    1. Frédéric Clavert Auteur de l’article

      Merci Claire pour ton commentaire. J’ai séparé les deux échelles (close et distant reading d’un côté; lecture humaine et lecture computationnelle de l’aute) pour justement éviter d’associer le computationnel obligatoirement avec le quantitatif ou la macro-lecture.

      C’est donc un point qu’il aurait fallu que j’explique mieux.

      Répondre
    2. Martin Grandjean

      Excellent article, une belle pierre sur mon chemin de réflexion autour de ma propre recherche, le traitement d’une masse considérable de correspondances et d’archives institutionnelles.
      La micro-histoire quantitative ne me semble en effet peu sujette à la critique généralisée (et parfois uniquement fondée sur une sorte d’a-priori conservateur) de la “méthode quantitative” au sens large (et réducteur ?). A ce titre, je me réjouis également de lire la prochaine publication Lemercier/Zalc.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">